15/06/2019

Essais en vol d’un missile hypersonique depuis un B-52 !

203415_1F.jpg

Toujours le vaillant, le bon vieux Boeing B-52 « Stratofortress » a testé en vol un missile hypersonique de type AGM-183A ARRW, le 12 juin dernier. L’avion avait décollé des installations de la base à la base aérienne d’Edwards en Californie. Ce vol doit permettre e recueillir des données sur la gestion de l’environnement. (Modification de l’article suite à un correctif du communiqué initial).

Le test contenait des données sur les impacts de traînée et de vibration sur l’arme elle-même et sur l’avion porteur. Cet essai permet aux Etats-Unis d’avancer un peu plus dans le développement des armes hypersoniques. Selon le porte-parole de l’USAF l’AGM-183A ARRW devrait atteindre sa capacité opérationnelle dès l’année 2022.

Unknown-1.jpeg

Rappel :

L'US Air Force a octroyé un contrat de 780 millions de dollars à Lockheed Missile and Fire Control en 2017 pour développer l’ARRW, soit un Système hypersonique appelé boost glide, le véhicule utilise une fusée pour accélérer sa charge utile à des vitesses élevées, avant que la charge utile ne se sépare de la fusée et glisse sans puissance vers sa destination à des vitesses hypersoniques allant jusqu'à Mach 20.

L’AGM-183A ARRW :

L'arme de réaction rapide lancée par air AGM-183A (AARW) est une arme de frappe hypersonique mise au point par l'US Air Force (USAF). Lancée à haute altitude haute altitude l'ogive va venir à Mach 20 frapper une cible au sol. Le missile AGM-183A pourrait être déployé par des bombardiers tels que B-1, B-2 et B-52, ainsi que par le futur B-21.

Unknown.jpeg

Photos :Essai de l’ARRW depuis le B-52 @ USAF

11/06/2019

La Malaisie toujours à la recherche d’un avion de combat !

Malaysia_MiG-29_flying.jpg

La Malaisie est toujours à la recherche d’un nouvel avion de combat. Depuis maintenant cinq ans, ce pays travaille à l’achat d’un nouvel avion de combat. Initialement le projet prévoyait de remplacer la flotte de MiG-29 « Fulcrum » par un lot de 18 nouveaux avions. L’Etude de base concernait les modèles suivants : Le Rafale de Dassault, l’Eurofighter d’Airbus, le Super Hornet de Boeing et le Gripen de Saab. Mais faute de moyen, le pays se retrouve pour l’instant dans l’impossibilité d’acquérir un avion moderne.  

Une solution intermédiaire : 

Pour combler le besoin en matière d’avions, le pays envisage une première solution avec l’achat d’une dizaine de F/A-18 C/D « Hornet » d’occasions en provenance du Koweït. Ce dernier, prépare en effet, l’arrivée du Super Hornet et prévoit de se séparer de sa flotte actuelle de « Hornet » de manière progressive. Des discussions sur une éventuelle vente seraient prévues prochainement entre les deux pays.

Un nouvel avion de type LCA :

Avec ou non un rachat des « Hornet » koweïtiens, le pays devra de toute manière opter pour un achat d’avions neufs. Faute de mieux, le pays semble revoir ses besoins à la baisse et se diriger en direction d’avions moins performants. Trois appareils sont actuellement à l’étude. Il s’agit : du Tejas de indien de HAL, le CAC/PAC JF-17 « Thunder » Sino-pakistanais et le Kai FA-50 « Golden Eagle » coréen. Ces plates-formes viendraient alors soulager la flotte de « Hornet » actuelle et peut-être renforcée d’ici là. En effet, la Malaisie dispose  déjà de 8 F/A-18D « Hornet ».  Selon le cahier des charges malaisien pour un avion de type LCA (Light Combat Attack). Le domaine économiques serait la principale préoccupation. L’idée serait d’acquérir environ 36 avions neufs pour venir compléter la flotte de « Hornet » renforcée grâce à la possible vente du Koweït.

Le Tejas : 

16ea1baa6b5c464ab9ff94fc62e5102b-16ea1baa6b5c464ab9ff94fc62e5102b-0_1550671894288_1550671918962.jpg

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé Tejas («Glorieux» en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982, dont la mise au point aura duré 30 ans ! Les premiers appareils destinés à la Force aérienne indienne ont débuté leurs mises en service cette année avec le standard MkI, mais restent encore, au stade de préparation en vue de l’arrivée du standard MkII. Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

Les appareils de série sont dotés du General-Electric F414G, le moteur Kaveri indien ayant été abandonné. En attendant, les tests ont été effectués avec un General-Electric F-404.

Le HAL Tejas est doté d’un radar multimodes à effet doppler disposant des modes : air-air, air-sol et air-mer et dispose d’une nacelle FLIR et d’un désignateur laser. Il pourrait également recevoir une liaison de données.

 Le JF-17 « Thunder » :

Pakistan_JF-17_(modified).jpg

Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan et produit par  Pakistan Comlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93, dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend un canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois.

Le FA-50 « Golden Eagle » :

p1423210_main.jpg

Le FA-50 est un avion biplace d'attaque au sol doté d’un réacteur General-Electric F404-102 à double flux-produit  sous licence par Samsung Techwin. Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une durée de 8000 heures de vol, le T-50 et le FA-50 atteignent la vitesse maximale de Mach 1,4.

La version du FA-50 se différencie par une capacité d’armement étendue soit : un canon General-Dynamic A-50 de 20mm en interne, l’appareil peut être doté de missiles  AIM-9 Sidewinder et AIM 120 AMRAAM ou des Python 5, d’AGM-65 « Maverick » et de lance-roquettes LOGIR. Il peut également emporter diverses bombes de types : GBU-58, MK-20, 82, 83, 84.

En ce qui concerne l’avionique, le FA-50 dispose de deux écrans multifonctions en couleurs, d'un HUD et d'un système de manette HOTAS, d'une centrale inertielle laser/GPS Honeywell H-764G de CDVE à triple redondance et il est doté pour l’instant d’un radar Israélien Elbit EL/M-2032 à antenne mécanique.

 

Photos : 1 MiG-29 « Fulcrum » MalaisienTejas @ HAL JF-17 Thunder @ PAC FA-50 @ KAI

10/06/2019

Vol inaugural pour le 3ème Gripen E !

0.jpeg

Saab a effectué le premier vol de son troisième Gripen E, le 39-10. L’avion a effectué une sortie de 57 minutes depuis les installations de l’avionneur à Linkoping aujour’dhui.

Piloté par Jakob Hogberg, pilote expérimental de Saab, le monomoteur rejoint ainsi les deux modèles précédents, qui avaient commencé les essais en vol en juin 2017 et en novembre 2018, respectivement. Le Gripen E n° 39-10 est au standard de production le plus proche.

Avec l’arrivée du Gripen E 39-10, les essais vont encore s’accélérer. Les essais du système tactique sont également en cours. Les avions de test ont maintenant dépassé largement les 100 heures de test en vol. Six pilotes travaillent actuellement sur le programme d’essai dont quatre sont dédiés au modèle E. Selon un pilote d'essai, l'avion 39-8 a effectué à lui seul 100 heures de vol, une référence déjà vérifiée: la plate-forme est soumise à des tests et à des inspections.

Le test pilote a également révélé: «Nous avons commencé à tester le nouveau système EW, c’est un système ambitieux et nous en attendons beaucoup. Il a été construit pour un environnement différent de celui des anciens missions de combattants ».

En outre, l'avion a volé et tiré le missile Meteor. De plus, la suite d'armes du Gripen E comprend des capacités air-air telles que les capacités de missiles AMRAAM, IRIS-T et AIM-9. L’avionique comprend un capteur passif de recherche et de poursuite infrarouge et des capteurs HMD. Un autre domaine clé pour la plate-forme est son développement de l'affichage du poste de pilotage. Celui-ci comprend un écran large, un affichage tête haute et un affichage monté sur le casque.

Par ailleurs, le biplace 39-7, soit l’avion de développement  (NG) devrait également reprendre ses vols dans un avenir proche pour appuyer le programme. Le 39-7 a récemment fait l’objet de mises à jour, notamment l’installation d’un nouveau dispositif d’affichage à grande surface dans le cockpit arrière, soit le grand écrans couleurs multifonction.

Eddy de la Motte, directeur de la division Gripen E/F de Saab, a déclaré fin avril que son objectif était de faire voler huit des avions de la nouvelle génération d'ici la fin de l'année, dont quatre appareils de production en cours de finalisation à Linkoping.

L’armée de l’air suédoise recevra 60 Gripen E, le premier client à l’exportation, le Brésil, à déployer une flotte de 36 personnes comprenant 28 exemplaires monoplaces et huit avions de type F à deux places.

Photo :premier vol du Gripen E  39-10 @ Saab

 

 

 

 

 

06/06/2019

Les premiers Rafale sont arrivés au Qatar !

XVMfcba0d4e-887e-11e9-bc1d-9b7a6df1c27b.jpg

Son Altesse l'Emir Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, le commandant en chef des forces armées, a assisté mercredi à une cérémonie de réception pour accueillir les premiers avions de chasse  Dassault Rafale de l'armée de l'air Qatari. Des officiers, des sous-officiers et des membres de l'escadron Al Adiyat ont assisté à la réception. Son Altesse l'Amir a assisté à un spectacle aérien en direct de l'avion Rafale présenté par les pilotes de l'armée de l'air qatarie à son arrivée à la base aérienne de Dukhan mercredi après-midi.

Rappel :

C’est en mai 2015, que le contrat d’acquisition de 24 Rafale par l’État du Qatar pour équiper sa force aérienne a ét signé. Puis un second lot de 12 exemplaires a été commandé en décembre 2017, portant à 36 le nombre total de Rafale qui voleront sous les couleurs qatariennes. Le petit Emirat modernise sa flotte en prenant soin de diversifier ses fournisseurs. 

Premier lot :

La livraison d’hier comprenait cinq Rafales. La France a officiellement remis le premier avion au Qatar en février lors d'une cérémonie à Mérignac, dans le sud-ouest de la France, où les avions sont construits. Les avions sont restés en France depuis lors pour l’entraînement des pilotes.

Le Rafale destiné au Qatar : 

Les Rafale destinés au Qatar sont les premiers à être dotés d’un viseur de casque. Le Qatar a opté pour le système israélien Elbit Systems « Targo II ». Les pilotes équipés du « Targo II » seront en mesure de mieux localiser, suivre, identifier et engager les cibles aériennes et terrestres, car le système offre une prise de conscience de la situation et des options d'engagement facilitée par rapport aux systèmes HMD actuellement en service. La visière montée sur le casque affiche les informations de vol telles que l'altitude et la vitesse, ainsi que des cibles et fournit des données de suivi de soutien au pilote. Le système « Targo II » permet notamment la visualisation de nuit. Ce nouveau système permet une symbologie couleur ou monochrome projetée à l'intérieur de la visière du casque, donnant au système un champ de vision de 20 ° (FOV). Si la cible ou la menace est en dehors de la FOV, une ligne de localisation cible (TLL) dirige le pilote où et dans quelle mesure chercher à l'amener dans la FOV du casque.

Les Rafale du Qatar disposeront des missiles air-air MICA IR, MICA EM (ElectroMagnétique), du missile METEOR à terme, ainsi que des missiles de croisière air-sol SCALP-EG, de bombes air-sol GBU à guidage laser, et l’AASM. Pour compléter l’équipement, c’est la nacelle AN/AAQ-33 « Sniper » qui a été choisie pour être installée sur l’avion français. 

XVMf3645f10-2a0a-11e9-a5ea-1a5073519f6d.jpg

Photos : 1 Arrivée au Qatar des Rafale Rafale qatari en vol @ Dassault Aviation

 

06/04/2019

Le Mi-26T2V prêt pour son entrée en service !

p1745396_main.jpg

L’hélicoptère de transport militaire lourd Mi-26T2V a terminé avec succès ses essais en vol. L’appareil est maintenant prêt pour un transfert au ministère de la Défense russe [MoD] pour effectuer des tests officiels avant son entrée officielle en service.

Le Mi-26T2V a été conçu conformément aux exigences du ministère de la Défense, notamment la capacité de fonctionner dans des régions physiques et géographiques «complexes» et dans des conditions climatiques défavorables, jour et nuit, sur un terrain «sans relief» face aux tirs ennemis et aux contre-mesures.

Le MIL Mi-26T2 :

Le Mi-26T2 est destiné à la fois pour les clients militaires et civils, l’appareil reprend certains algorithmes de contrôle de vol déjà éprouvé sur le Mi-28N et dispose d'un nouveau cockpit dont l’avionique est modernisée avec le système NPK90-2V qui lui permet d’être volé en mode automatique.Cette nouvelle version dispose d'un cockpit avec écrans LCD de cinq pouces,  un pilote automatique numérique et un système Glonass de navigation assistée qui permet les opérations IFR. L’utilisation de lunettes de vision nocturnes est désormais possible.

Le Mi-26T2 est alimenté par deux turbines Ivtchenko-Progress D-136-2 dotées d’un FADEC, développant chacune 12’500 shp, avec une capacité de 250 shp supplémentaire en mode décollage avec charge lourde. Cette nouvelle version ne nécessite que deux membres d'équipage de vol, contre trois auparavant. Une caméra TSL-1600 rotative permet une surveillance en mode standard ou infrarouge de la cargaison transportée. L’hélicoptère  en version militaire a reçu le système de contre-mesures directes à l’infrarouge (DIRCM) de Vitebsk.

2479478848.jpg

Photos :1 Le MIL Mi-26T2V 2Cockpit @ Rostec