28/05/2018

Bombardier réorganise à la hausse sa gamme d’avions !

original.jpg

Genève, à quelques heures de l’ouverture officiel du Salon EBACE 2018. L’avionneur canadien Bombardier a annoncé aujourd’hui en grande première que son avion d’affaires emblématique de sa catégorie, qui dépasse ses engagements au cours des essais en vol, sera désormais connu sous le nom de Global 7500. En parallèle, l’avionneur lance ses nouveaux avions Global 5500 et Global 6500.

« Notre gamme d’avions « Global » entre dans une nouvelle ère, avec son avion phare, le  Global 7500, a déclaré David Coleal, président de Bombardier Avions d’affaires. « L’avion le plus grand et le plus long-courrier de tous les avions d’affaires sera complété par nos plus récents ajouts, les avions Global 5500 et Global 6500, renforçant le fait que notre gamme « Global » est, de loin, la meilleure gamme d’avions à grande cabine dans l’aviation d’affaires. »

L’avion Global 7500 est dans les délais pour une entrée en service dans la seconde moitié de 2018. Tous les cinq véhicules d’essai sont opérationnels dans le programme d’essais en vol, avec plus de 2’000 heures d’essais en vol réalisés, témoignant d’une maturité et d’une fiabilité significatives, ainsi que d’un vol en douceur.

Bombardier a récemment confirmé que l’avion Global 7500 affiche une autonomie inégalée de 7’700 milles marins, soit 300 milles marins de plus que prévu dans les engagements initiaux. L’avion Global 7500 est le seul avion d’affaires à pouvoir relier New-York à Hong Kong et Singapour à San Francisco sans escale. Aujourd’hui, Bombardier a l’honneur d’annoncer d’autres améliorations des performances, qui, comme l’accroissement de l’autonomie, seront offertes sans coûts additionnels aux clients. Grâce au design évolué de son aile, rigoureusement testé au cours du programme de validation en vol, l’avion Global 7500 a également dépassé les engagements de performance au décollage et à l’atterrissage, affichant une nouvelle distance de décollage publiée de 5’800 pieds (1 768 mètres) avec le plein de carburant dans des conditions d’exploitation standard. Cette distance de performance au décollage améliorée est près de 500 pieds plus courte que celle de l’avion concurrent le plus proche, et bien plus petit, et permet à l’avion Global 7500 d’accéder à des aéroports aux pistes plus courtes.

Les Global 5500 & 6500 :

IMG_1017.JPG

Par aileurs, Bombardier Avions d’affaires à dévoilé deux ajouts à sa flotte d’avions d’affaires : les avions Global 5500 et Global 6500, avec des autonomies de 5’700 et 6’600 milles marins, respectivement, qui les placent en tête de leur catégorie, des vitesses maximales de Mach 0,90 et la technologie de vol en douceur de Bombardier.

Les avions Global 5500 et Global 6500 se joignent à la meilleure gamme d’avions à large fuselage de l’industrie et s’appuient sur la réussite des avions Global 5000 et Global 6000.Ces nouveaux avions offrent respectivement 500 et 600 milles marins d’autonomie supplémentaire, combinée à un avantage de consommation de carburant pouvant aller jusqu’à 13 p. 100, ce qui contribue à des coûts d’exploitation très favorables par rapport à des avions concurrents plus petits à l’autonomie plus réduite. Portant les performances totales à de nouveaux sommets, ces avions affichent une augmentation de l’autonomie pouvant aller jusqu’à 1’300 milles marins lorsqu’ils sont exploités par temps chaud sur des aéroports en haute altitude, grâce à une poussée accrue et à une meilleure efficacité carburant. Comparativement à leurs plus proches concurrents, ces avions présentent également une agilité supérieure par leur capacité d’accéder à des aéroports inaccessibles à d’autres, comme celui de London-City. Les moteurs Pearl spécialement construits par Rolls-Royce et un nouveau profil d’aile rendent les avions Global 5500 et Global 6500 plus propres et plus efficaces.

Le Global 5500 peut relier São Paulo et Paris, ainsi que Moscou et Los Angeles, alors que le  l’avion Global 6500 peut relier Hong Kong ou Singapour et Londres, ainsi que Toluca et Madrid.

Photos : 1Global 7500 Global 6500 à EBACE18 @ Bombardier

03/05/2018

2017 une année pleine de succès pour Pilatus !

pilatus-pc-24-p02-switzerland-august-2017-45.jpg

L’avionneur suisse Pilatus Aircraft a réalisé un exercice 2017 en forte croissance. L'avionneur nidwaldien a dégagé un bénéfice d'exploitation en hausse de plus de moitié (+52%) sur un an à 135 millions de francs. Par ailleurs, l’avionneur a atteint l’ensemble de ses objectifs pour l’année écoulée.

Dans son ensemble, les finances se sont révélées supérieurs à l'année précédente. A 986 millions de francs suisses, les ventes ont chuté juste en deçà de la barre du milliard. Après déduction de 107 millions de francs suisses pour l'investissement dans la recherche et le développement, le résultat d'exploitation revient à un total de 135 millions de francs suisses. L'avenir semble bon: à 2,17 milliards de francs suisses, le volume de commandes actuel équivaut à plus de deux ans de chiffre d'affaires. 

Une année historique :

Pilatus a écrit l'histoire de l'aviation suisse en 2017: avec la certification de son jet privé PC-24 par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et la Federal Aviation Administration (FAA), le premier jet d'affaires suisse est maintenant prêt pour la livraison aux clients. L'accent est mis sur la production en série du biréacteur d'affaires et multirôles PC-24 et l'optimisation des processus. L'entreprise de Suisse se montre confiante pour la suite de l'exercice, grâce au niveau élevé desentrées de commandes et au lancement du PC-24. L'objectif principal est désormais d'introduire plus largement le PC-24 sur le marché.

jwd7797.JPG

Dans l'aviation générale Pilatus a vu une nouvelle expansion dans le service après-vente. Les clients des PC-12 et PC-24 bénéficient désormais d'un service 24 heures - où qu'ils se trouvent dans le monde entier. Dans l'ensemble, l'Aviation générale Business Unit a livré un total de 85 PC-12 NG. Cette réalisation est d'autant plus remarquable que de nombreux fabricants d'avions ont signalé dans le monde entier une baisse du chiffre d'affaires. 

Du côté des avions écoles, on notera les livraisons de PC-21 destinés à l’Armée de l’air française via la société Babcock Mission Critical Services France, ainsi que pour la Royal Jordanian Air Force et l’entrée en service des premiers PC-21 au sein de la Royal Australian Air Force.

Des investissements élevés dans les infrastructures :

2017 a été une année d'investissements élevés, en mettant l'accent sur l'élargissement de la série PC-24. À cette fin, tous les processus de production ont été optimisés. Les équipes de production ont été également emménagées dans la nouvelle salle de réunion. Pilatus a également commandé le nouveau centre de traitement de surface: conçu pour répondre aux dernières normes environnementales, c'est là près de deux millions de pièces individuelles qui seront fabriquées et peintes à l'avenir. 

Le nombre d'employés à temps plein a dépassé les 2’000 pour la première fois en 2017. Un total de 152 nouveaux emplois ont été créés au cours de l'année écoulée. Le Groupe Pilatus employait 2113 salariés à la fin 2017, dont 123 apprentis. 94 % de la population active est basée en Suisse, l'envoi d'un signal très clair et positif en ce qui concerne l'engagement de l'emplacement actuel. 

Pilatus PC-12 NG.jpg

Photos : 1le PC-24 2PC-21 avec les cocardes françaises3le PC-12NG @ Pilatus Aircraft

18/04/2018

La REGA a reçu son premier Challenger 650 !

AB5_5699.jpg

La Garde aérienne suisse de sauvetage « Rega » a reçu le premier des trois nouveaux avions-ambulance de type Bombardier Challenger 650. Le nouvel avion de la Rega a été développé sur la base de la flotte précédente et apporte diverses améliorations pour les patients et les équipages. Lors de sa conférence de presse annuelle du jour, la Rega est revenue sur l’an dernier : avec 15'958 missions en 2017, la Rega a été sollicitée plus que jamais auparavant, tant en Suisse qu’à l’étranger. Cela représente une mission toutes les 33 minutes

L'avion-ambulance immatriculé HB-JWA est le premier des trois nouveaux avions-ambulance qui compléteront la flotte de la Rega d'ici à la fin 2018. Pour Ernst Kohler, CEO de la Rega, la nouvelle flotte représente un investissement pour le futur : "Le nouvel avion est l'un des avions-ambulance civils les plus modernes au monde ; nous nous assurons ainsi de pouvoir porter une assistance professionnelle et fiable aux patientes et patients dans le monde entier pour les prochaines années." La Rega parvient à clôturer ce projet dans les délais fixés et dans le budget prévu de 130 millions de francs au total pour les trois aéronefs. 

Challenger 650 : l'histoire à succès se poursuit

Le Challenger 650 est le successeur des trois avions-ambulance précédents de la Rega, les Challenger CL-604. Ces derniers ont œuvré pour des interventions en faveur de la population suisse depuis 16 ans - plus longtemps que n'importe quel autre avion dans l'histoire de la Rega. L'équipement intérieur et médical des avions-ambulance est fabriqué sur mesure : au cours des quatre dernières années, une équipe de pilotes, de professionnels de la santé et d'ingénieurs de la Rega s'est associée à des spécialistes externes pour développer la nouvelle cabine. Les modifications se basent non seulement sur l'expérience menée avec les CL-604 mais aussi sur l'expérience acquise par la Rega pendant près de 60 années d'activités dans le rapatriement de personnes malades ou blessées. 

TH8_0904.jpg

Les patients bénéficient d'amélioration en cabine et dans le cockpit

Les patients bénéficieront non seulement de places plus larges et multifonctionnelles et d'une diminution du bruit en cabine, mais aussi de la technologie de pilotage la plus moderne dans le cockpit. Grâce aux nouveaux outils de navigation et de communication, les pilotes peuvent désormais emprunter des routes aériennes de plus haute altitude, par exemple au-dessus de l'Atlantique. En raison d'une résistance de l'air plus faible aux altitudes élevées, le nouvel avion-ambulance brûle moins de kérosène, ce qui a pour conséquence de diminuer les arrêts pour s'approvisionner en carburant. Urs Nagel, chef pilote avion-ambulance de la Rega : "Avant tout, en ce qui concerne les vols long-courriers, nous pourrons rapatrier nos patients plus rapidement et plus économiquement". Par ailleurs, un nouveau radar météorologique augmente la sécurité durant le transport, d'une part, et, d'autre part, une caméra infrarouge permet l'approche d'un nombre supplémentaire d'aéroports en cas de mauvaise visibilité. C'est un avantage majeur pour les pilotes de la Rega, lesquels naviguent chaque année sur plus de 400 aérodromes différents à travers le monde. 

La Rega organise chaque année le rapatriement de plus de 1'200 patients

Les équipages de la Rega rapatrient des patients malades ou blessés de l'étranger à bord des trois avions-ambulance ou sur des vols de ligne. Les équipages médicaux à bord des avions-ambulance comprennent toujours au moins un-e médecin de vol et un-e spécialiste en soins intensifs. L'année dernière, la Rega a rapatrié 1'249 patients dont 901 dans l'un de ses trois avions-ambulance. La centrale d'intervention a organisé un transport sur vol de ligne pour 348 patients, accompagnés au besoin d'un-e médecin ou d'un-e infirmier-ière spécialiste en soins intensifs. 

Nouvelle flotte - nouvelle parure

La Rega renouvelle également une partie de sa flotte hélicoptère : d'ici le milieu de l'année 2019, six nouveaux hélicoptères de sauvetage de type Airbus Helicopters H145 remplaceront les EC 145 qui équipent ses bases de plaine. En 2021, trois hélicoptères de sauvetage toute météo de type AW 169-FIPS complèteront ce renouvellement. La Rega profite de la modernisation de sa flotte et saisit l'opportunité de rafraîchir son logo, resté inchangé depuis plus de 20 ans. Le nouvel avion-ambulance Challenger 650, immatriculé HB-JWA est le premier aéronef de la Rega à porter cette nouvelle signature.

 

TH8_0838.jpg

Photos :Le nouveau Challenger 650 de la REGA @ REGA

17/04/2018

Premier vol pour le BBJ MAX !

1-1.jpeg

Boeing a célébré le vol inaugural du premier Boeing Business Jet (BBJ) MAX-8, qui étend la gamme en matière de performances et de confort cabine d'affaires.

Le premier BBJ MAX-8, est équipé d'un réservoir de carburant auxiliaire, ce qui permet au nouveau propriétaire de voler jusqu'à 6.640 miles nautiques (12’297 km) dans une configuration standard.

« Le BBJ MAX sera en mesure de relier des villes lointaines comme un avion commercial gros porteur ».

Les clients du monde entier ont placé des commandes pour près de 20 avions BBJ MAX, y compris les trois modèles: le BBJ MAX-7, BBJ MAX-8 et BBJ MAX-9. La première livraison est prévue pour la fin de cette année. En plus de sa gamme leader sur le marché et de l'espace intérieur, le BBJ MAX dispose également d'un système qui fournit une altitude cabine inférieure, un escaliers escamotables intégrés et d'autres équipements modernes.

2586804971.jpg

Le Boeing Business Jet MAX est  basé sur la nouvelle famille d'avion B737 MAX, il est conçu avec des moteurs plus économes en carburant, amélioration de l'aérodynamique et des systèmes avancés. La nouvelle technologie permet à tous les trois modèles de la famille de voler plus loin avec des coûts d'exploitation inférieurs à ses prédécesseurs.

Boeing Business Jets :

La gamme Boeing Business Jets (BBJ) est constituée d'avions de ligne aménagés spécialement pour un usage privé créée en 1996. Ces aménagements proposent en outre des chambres à coucher, des salles de bains avec douches, des salles à manger ou de réunion et un vaste salon. Boeing ne proposait initialement que des B737 aménagés. Face au succès rencontré, la flotte BBJ s'est étendue avec les B777, B787 et B747-400.

1.jpeg

 Photos : 1 & 3le BBJ MAX-8 2Intérieur @ Boeing

16/04/2018

Autonomie reccord pour le Global 7000 !

Da2l9LjX0AEGltN-1.jpg-large.jpeg

Les véhicules d’essais en vol Global 7000 ont effectué plusieurs vols long-courriers vers des destinations comme Sydney, Dubaï et Hawaï. Ce rigoureux programme d’essais en vol a démontré l’autonomie incroyable de l’avion et l’aptitude de l’avionneur Bombardier à dépasser ses engagements.

La nouvelle distance franchissable de 7’700 milles marins sera une caractéristique de base de du Global 7000 pour tous les clients existants et futurs. Cette performance améliorée est fournie sans coût supplémentaire.

Avec une autonomie opérationnelle maximale de 7’700 milles marins, l’avion Global 7000 peut voler plus loin que tout autre avion d’affaires. L’avion a été largement annoncé comme étant capable d’assurer certaines des plus longues liaisons du monde, comme New York‑Shanghai ou Singapour‑Seattle. Aujourd’hui, Bombardier confirme qu’avec son autonomie étendue, le biréacteur Global 7000 est le seul avion d’affaires qui peut relier New York à Hong Kong et Singapour à San Francisco.

Le Global 7000 :

Le biréacteur Global 7000 établit une nouvelle norme de catégorie de biréacteurs d’affaires à large fuselage grâce à sa spacieuse cabine à quatre zones. Les passagers voyageant à bord de l’avion Global 7000 jouiront de 20% de plus d’espace habitable que dans la cabine déjà impressionnante du meneur de l’industrie, le biréacteur Global 6000. Ce biréacteur offrira une longueur de cabine passagers étonnante, 18,17 m (59 pi 7 po) et avec, en plus, un régime de croisière rapide supérieur de M 0,90, cet appareil portera la gamme Global vers de nouveaux sommets à son entrée en service, en 2016. Avec 10 passagers à bord, cet avion peut s’enorgueillir d’une autonomie incroyable de 7’700 NM (14’260 km).

cq5dam.web.750.750.jpeg

Photos :le Global 7000 @ Bombardier