30/12/2017

Le biokérosène diminue les traînées !

media_699_356472_w1200_fit_wm.jpg

Les biocarburants pour l’aviation offrent plus qu'une alternative aux hydrocarbures, ils réduisent également les émissions de particules des moteurs à réaction de 70%. Cette constatation a été faite par une équipe de chercheur dirigé par la NASA.

En collaboration avec le Centre aérospatial allemand (DLR) et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), la NASA a analysé les données sur les effets des carburants de remplacement sur plusieurs phénomènes, y compris la formation de traînées. Le fameux « Contrails » et les nuages ​​de type cirrus qu'ils aident à créer, sont considérés comme un facteur influençant l'environnement. L'un des principaux moteurs de la formation de traînées de condensation est les émissions de suie.

Les essais ont été effectués à l’aide de trois avions derrière un banc d'essai de type DC-8 de la NASA, brûlant un mélange 50/50 de carburant aviation et une alternative faite à partir d'huile végétale de caméline. Les avions de collecte de données, un Dassault Falcon 20, un Canadair CT-133 et Dassault Falcon 20G de la NASA ont analysé les échantillonnant des particules de glace et surveillé la formation de traînées formées par le DC-8.

Parmi les résultats: les biocarburants émettent moins de suie, ce qui entraîne une réduction de 50 à 70% des émissions de particules. De plus, les particules rejetées par les réacteurs combinées à l’air compressé produisent 40% de traînée en moins qu’avec un kérosène fossile.

«C'était la première fois que nous quantifions la quantité de particules de suie émises par les moteurs à réaction tout en brûlant un mélange 50/50 de biocarburant en vol», a déclaré Rich Moore, scientifique adjoint du projet au sein de la NASA et auteur principal d'un rapport sur les essais publiés dans la revue Nature.

 

contrails.png

Photo : Traînées produite à l’arrière d’un B747@ JPC Van Heijst

14/08/2014

Du tabac pour faire voler les avions ?

landing-at-sunset.jpg

 

Les recherches en matière de bio-carburant continuent de susciter l’intérêt et surtout les idées. Voici que la société SkyNRG développe la production d’une plante hybride issue du tabac appelée Solaris que les agriculteurs pourraient cultiver à la place du tabac traditionnel. 

 

Boeing, South African Airways (SAA) et SkyNRG annoncent leur collaboration pour produire un biocarburant durable à partir de cette nouvelle variété de tabac. Des essais de culture avec cette plante sans nicotine sont actuellement menés en Afrique du Sud. La production de biocarburant à partir de petites et grandes parcelles devrait intervenir dans les prochaines années. Dans un premier temps, l’huile obtenue à partir des graines sera transformée en carburant pour l’aviation. L’émergence de technologies nouvelles devrait permettre, selon Boeing, d’accroître la production de biocarburant durable en Afrique du Sud, en utilisant les autres parties de la plante.

 

Si l’on peut relever l’intérêt de cette nouvelle idée, il ne faudra par contre pas, que la production en cas de succès de ce nouveau bio-carburant, ne nuise à la production de nourriture pour l’homme et les animaux, sans parler de l’utilisation éventuellement abusive d’eau !