03/10/2016

Bahreïn veut plus de F-16 !

2522910791.jpg

Le royaume du Bahreïn veut acquérir plus de Lockheed-Martin F-16 pour un montant estimé à près de 2,8 milliards de dollars. Ces appareils devront venir remplacer la vieille flotte de 16 Northrop F-5 E/F « Tiger II » encore en service.

Modernisation de la Force aérienne :

La Royal Air Force de Bahreïn est entrée dans une importante phase de modernisation concernant sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 en service depuis 1990. La première étape de la modernisation de la Force aérienne, concerne la mise à jour de la flotte de 20 F-16C/D actuellement en service. La modernisation comprend l’ajout d’un radar SABR de Northrop-Grumman de type AESA. L’Emirat va doter ses F-16 de missile AIM-120D «AMRAAM», de l‘AIM-9X «Sidewinder» ainsi que du pod de désignation laser «SNIPER» afin de pouvoir tirer des bombes à guidage de précision. L’avionique est également modernisée avec l’ajout d’une liaison16 (Link16). Les quatre premiers chasseurs modernisés vont d'être remis en service à la fin de cette année.

La seconde phase :

Le second objectif de la modernisation vise le remplacement des 16 Northrop F-5E/F «Tiger II» en service par un appareil de combat multirôle. Trois appareils étaient en compétition, l’Airbus DS Eurofighter «Typhoon II», le Dassault Rafale et Lockheed-Martin avec le F-16E/F «Viper». C’est ce dernier qui a été retenu, principalement dans un but d’homogénéité de la flotte et en raison de son prix très avantageux.

Une vente pas encore totalement acquise :

Pourtant, cette vente qui concerne 19 Lockheed-Martin F-16 « Viper » n’est pour l’instant pas complétement acquise pour l’avionneur américain. En effet, l'administration Obama semble vouloir joindre une condition à celle-ci, concernant l’amélioration des droits de l'homme au sein de l'allié du Golfe.

Pour le porte-parole de Lockheed-Martin, cette demande est inacceptable, car en cas de blocage l’Emirat n’hésitera pas à aller se fournir ailleurs en avions de combat et ceci sans autre cas de moralité. De plus. Cette vente est particulièrement importante pour le maintien de la ligne de production du F-16.

 

1298085988.jpg

Photos : 1 F-16 Viper @ Lockheed-Martin 2 F-16 du Bahreïn @ RAFB

 

09/03/2016

Prudence pour la vente d’avions de combat au Moyen-Orient !

tdfrkl4tj4fso1mn9018.jpg

 

Washington, le département d’Etat se montre beaucoup plus prudent pour l’exportation d’avions de combat aux Moyen-Orient. La Maison Blanche a en effet émis des réserves sur divers programmes d’équipement et a fait la demande des garanties supplémentaires avant de donner le feu vert.

Les Etats-Unis se sont montrés plus méfiant qu’à l’accoutumée à vendre des avions et des hélicoptères de combat dans une région où les tensions ne cessent d’augmenter et ou le risque que certaines de ces armes puissent un jour se retourner contre le vendeur. Ces précautions ont même failli faire perdre certains marchés par manque de réactivité.

D’un autre côté, les avionneurs américains font le forcing, pour décrocher des contrats dans la région. Actuellement, il s’agit pour eux d’aboutir à la vente de 28 F/A-18 E/F « Super Hornet » au Koweït, d’une vingtaine de F-16 à Bahreïn et d’un nombre de 72 F-15 au Qatar.

Ces commandes ayant un double impacte, d’une part offrir la prolongation des chaînes de montage des trois appareils et de l’autre maintenir la présence américaine militaire au sein de ces trois pays.

Une situation qui se débloque :

Il semble, par ailleurs, que ces dernières semaines, les USA se montrent à nouveau disposer à accepter ces ventes et ceci avec en toile de fond la réponse à la modernisation des forces armées iraniennes via la Russie et la Chine.

F-15 pour le Qatar :

En effet, le Qatar a formellement demandé, il y a deux ans, une autorisation au gouvernement des Etats-Unis, pour l’achat de 72 avions de combat F-15 E « « Strike Eagle ». Le dossier semble donc avancé favorablement puisque le pays reste un proche allié des États-Unis dans la région, et que cette vente viendrait damné le pion aux avionneurs européens.

Du côté de Bahreïn :

3178248015.jpg

Le pays est actuellement en pleine phase de modernisation de sa flotte de F-16 et prévoit, depuis 2013 l’achat d’un nouvel avion de combat. Là encore, Lockheed-Martin compte placer son F-16 « Viper » avec l’autorisation de Washington.

Super Hornet au Koweït :

724756944.jpg

Le pays vient de finaliser politiquement l’achat de 28 Airbus DS Eurofighter et se trouve dans l’attente des autorités américaines pour la commande de 28 Boeing F/A-18 « Super Hornet ».

Photos : 1 F-15 E « Strike Eagle » @ Boeing 2 F-16 Viper @ Lockheed-Martin 3 Super Hornet @ Boeing

 

 

26/01/2016

Bahreïn modernise sa force aérienne !

Bahrain-F16.jpg

Bahreïn prévoit un grand programme de modernisation de ses Lockheed-Martin F-16 et d'acquérir un lot supplémentaire dans la nouvelle configuration de type « Viper ». Cette décision est directement liée à la demande opérationnelle accrue en raison de l’implication de l’Emirat, au sein de la campagne contre l'État islamique au Moyen-Orient. La Force aérienne royale de Bahreïn (RBAF) prévoit un plan de modernisation en trois phases.

Modernisation des F-16 :

La première étape du plan de modernisation concerne la mise é jour de la flotte de F-16. Au total se sont 20 F-16C/D qui sont concernés par la modernisation suivante, l’ajout d’un radar AESA SABR de Northrop-Grumman. L’Emirat va doter ses F-16 de missile AIM-120D «AMRAAM», de l‘AIM-9X «Sidewinder» ainsi que de la nacelle de désignation laser «SNIPER», afin de mettre en oeuvre des bombes à guidage de précision. L’avionique sera également modernisée et l’ajout d’une liaison16 (Link16).

 

Lot supplémentaire :

f-16in-1.jpg

La seconde étape de modernisation comprend l’achat d’un lot de 17 à 18 F-16 au standard « Viper ». Le modèle «Viper» est en fait une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil est cette-fois doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

A noter, qu’en cas de confirmation de cette commande, l’avionneur américain pourra maintenir sa chaine de production au-delà de 2017.

 

Un nouvel avion de combat :

4146155140.jpg

La troisième est dernière phase de modernisation concerne le remplacement de l’actuel flotte composée de 12 Northrop F-5 E/F « Tiger II » par un nouvel avion de combat. Si, rien n’a encore été confirmé à ce jour, on parle en coulisse de 15 à 20 Airbus Eurofighter T3, mais la prudence s’impose pour l’instant, en ce qui concerne le choix.

 

Photos : 1 F-16 de la RBAF @ RBAF 2 F-16 « Viper »@ Lockheed-Martin 3 Eurofighter T3 @ Airbus DS