17/12/2019

Boeing va suspendre la production du 737 MAX !

http---com.ft.imagepublish.upp-prod-eu.s3.amazonaws.com-4635062c-f729-11e9-bbe1-4db3476c5ff0.jpeg

On s’y attendait, l’avionneur américain n’a pas eu d’autre choix que d’annoncer la suspension temporaire de la production de la ligne des B737 MAX pour janvier. Boeing indique que les employés de production continueront le travail sur le « 737 » ou seront temporairement affectés à d'autres équipes.

Boeing produisait 52 B737 par mois, mais il a fallu réduire le taux à 42 appareils par mois en avril dernier. Boeing dispose désormais d'environ 400 B737 Max en stockage. De fait, Boeing prévoit, une fois l’autorisation obtenue de revoler, de donner la priorité à la livraison des avions stockés et de reprendre la production plus tard. La durée pendant laquelle l'entreprise arrêtera la production reste inconnue, tout comme la durée de l'échouement. 

« Nous avons précédemment déclaré que nous évaluerions continuellement nos plans de production si la mise à la terre Max se poursuivait plus longtemps que prévu", a déclaré Boeing dans un communiqué de presse ». Boeing qualifie cette décision de «moins perturbatrice pour le maintien à long terme du système de production et de la santé de la chaîne d'approvisionnement».

«Cette décision est motivée par un certain nombre de facteurs, notamment l'extension de la certification jusqu'en 2020, l'incertitude sur le calendrier et les conditions de remise en service et les approbations de formation mondiale et l'importance de veiller à ce que nous puissions hiérarchiser la livraison des produits stockés. », explique Boeing.

Pour l’instant, on ne connait pas les répercutions de l’arrêt de la production sur les différents équipementiers. Un arrêt de la production, aussi bref soit-il, pourrait se répercuter sur la chaîne d'approvisionnement de Boeing, qui comprend de grands fournisseurs comme le constructeur de moteurs CFM International et le constructeur de fuselage Spirit AeroSystems, ainsi qu'un nombre incalculable de petits fournisseurs de pièces.

La situation sur les mises à jour :

Boeing annonce avoir achevé les mises à jour du système de commande de vol du B737 Max, en particulier du système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre, qui a été à l'origine de deux accidents.

La Federal Aviation Administration (FAA) n'a donné aucun délai pour autoriser l'avion à voler, bien qu'elle ait déclaré que plusieurs éléments, certains importants, restent incomplets.

Commentaire :

Si cet arrêt de production est en soi une solution temporaire viable, il est par contre impératif que le B737MAX puisse reprendre les airs dans des conditions de sécurités indéniables l’année prochaine. Par contre, si de nouveaux retards devaient être pris en compte, l’avenir du « MAX » en serait gravement compromis avec pour conséquence une situation très dangereuse pour Boeing. Des dégâts collatéraux apparaîtraient également en ce qui concerne le renouvellement de la flotte mondiale. En effet, Airbus ne pourrait seul, combler les besoins de modernisations des flottes des monocouloirs de 120 à 180 places.

Photo : Stockage de B737MAX @ Bloomberg

 

25/11/2019

En termes de commandes l’A320 dépasse le B737 !

79872-boeing-737-max-a320neo-official-website.png

La nouvelle est importante, l’avionneur européen Airbus vient d’obtenir plus de commande fermes avec son A320 que Boeing avec le B737. On peut dès lors parler de performance historique dans le marché aéronautique le plus disputé, celui des monocouloirs.

Fin octobre, alors que l’avionneur américain faisait état de 15’136 commandes fermes pour son B737, son concurrent européen affiche un total de 15’193 commandes fermes, depuis les lancements respectifs de ces deux programmes. Et encore, ces chiffres ne prennent pas en compte les nouvelles commandes engrangées durant le salon aéronautique Dubaï Airshow. Un succès indéniable pour Airbus, alors que son appareil est sorti vingt ans après celui de son concurrent. L’A320neo représente aujourd’hui 7’058 commandes fermes à fin octobre, soit presque la moitié du carnet de commandes de la famille A320, de son côté, le  B737 MAX cumule 4’912 commandes, soit un tiers de l’ensemble des commandes pour le B737.

La crise du MAX :

Airbus a notamment profité de la crise que traverse le programme « MAX » de Boeing. Mais il faut également se rappeler que l’avionneur européen avait pris l’ascendant, lors du choix décisif sur la remotorisation de sa famille « 320 » alors que l’avionneur américain hésitait sur le choix de lancer une nouvelle version de son « 737 »ou partir sur un aéronef entièrement nouveau.

Photo : A320neo VS B737MAX

01/10/2019

B737 MAX, avancée positive, mais pas de retour immédiat !

B737MAX_Boeing_CR-1024x576.jpg

Boeing ne pourra pas faire revoler on B737 MAX dans les semaines avenir et probablement pas avant la fin de l’année. Par ailleurs, la FAA confirme les autres régulateurs, notamment les Européens et les Canadiens, ne suivraient pas immédiatement un éventuel feu vert au retour des vols. De fait, cela implique qu’un prochain retour dans le ciel du B737 MAX se fera par étape, selon les pays. Un tel retour devrait donc s’échelonner durant l’année 2020, si tout va bien.

Une avancée positive :

La FAA continue à suivre le processus minutieux et non un calendrier imposé, pour remettre en service l'appareil», a déclaré Steve Dickson, le nouveau patron de l'agence fédérale de l'aviation civile (FAA). Des essais ont eu lieu en simulateurs et semblent positifs. En effet, des pilotes américains qui ont testé le nouveau logiciel du B737 MAX de contrôle de vol ont donné des avis positifs et certains transporteurs commencent à finaliser des plans par étape en direction d’un retour en service du « MAX ». La question est de savoir, si Boeing pourra obtenir l'approbation de la FAA par la fin de l’année.

Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing, confirme de son côté que l’avionneur communique régulièrement aux régulateurs mondiaux les avancées sur le nouveau logiciel et les résultats des essais.  Ces derniers mois, l’Agence de l'aviation civile européenne (AESA) avait jugé non satisfaisante la solution de Boeing en ce qui concerne la défaillance éventuelle des sondes d'incidence («Angle of attack»- AOA) transmettant les informations au MCAS. Transport Canada exige de son côté une formation des pilotes sur simulateur avant toute autorisation de vol.

Une chose est aujourd’hui certaine, le travail compartimenté des différentes agences de régulation devrait permettre un retour sécuritaire du B737 MAX et éviter une nouvelle « complaisance » comme ce fût le cas lors de l’entrée en service.

Photo : B737MAX@ Boeing

02/08/2019

B737MAX de nouvelles améliorations, mais seront-elles suffisantes ?

b-737-max-les-modifications-de-boeing-retoquees-par-la-faa__26110_.jpg

L’avionneur américain Boeing envisage de modifier l'architecture du système de contrôle de vol du B737 MAX pour remédier à une faille découverte après un test en juin dernier. Cette décision fait suite à la découverte d’un second problème en juin lors d’un test sur simulateur de la Federal Aviation Administration (FAA).

Pour les ingénieurs de Boeing, il s’agit maintenant de modifier l’architecture de contrôle en y ajoutant une double sécurité qui consiste à utiliser et à recevoir les données des deux ordinateurs de contrôle de vol plutôt qu’un seul. Cela s'ajoute aux modifications annoncées précédemment pour prendre en compte les données des deux capteurs d'angle d'attaque dans le système anti-décrochage MCAS.

Rappel :

La FAA a déclaré en juin qu’elle avait identifié un nouveau risque qu’il faudrait régler avant que l’appareil ne soit plus au sol. En effet, dans un scénario où une défaillance spécifique dans un microprocesseur provoquait un mouvement intempestif de la queue horizontale de l'avion, les pilotes ont mis trop de temps à identifier une perte de contrôle connue due à un déroulement du trim intempestif a déclaré un responsable de Boeing.

Boeing espère toujours terminer la refonte du logiciel d'ici la fin du mois de septembre et le soumettre à l'approbation de la FAA. Le mois dernier, le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg, a déclaré aux analystes qu'il était confiant que le B737 MAX serait de nouveau opérationnel dès le mois d'octobre, après un vol de certification dans "le mois de septembre".

Et le Design de l’avion ? 

Certes, apporter une modification du logiciel du MCAS ainsi que l’utilisation de deux ordinateurs à l’avenir pour obtenir des données croisées sont en soi une manière de répondre aux problèmes du B737 MAX. Cependant, il reste une question ouverte : ne faudrait-il pas également revoir le Design de l’avion ? En effet, ces modifications électroniques doivent venir compenser une instabilité créée volontairement sur le « MAX ». Souvenez-vous, lors de la conception du modèle « MAX » l’avionneur  Boeing se devait de résoudre deux problèmes fondamentaux pour rendre l’avion intéressant : réduire sa consommation de kérosène et le rendre moins bruyant également.  Pour assurer une véritable avancée, il a fallu aux ingénieurs de Boeing de revoir la motorisation. Pour ce faire il a été décidé d’installer un moteur beaucoup plus gros et plus économe en carburant. Mais le nouveau moteur devait avoir une garde suffisante avec le sol, hors sans changer le positionnement de celui-ci, la taille de la soufflante se trouvait trop proche du sol. Pour corriger le tir, le moteur a été  déplacé vers l’avant et plus haut. Il a fallu également avancer le train avant du train d'atterrissage de 8 pouces. Ces deux modifications permirent à Boeing d’améliorer de 14% la consommation de carburant du nouvel avion de ligne. Mais en créant de fait une instabilité !

Alors, ne devrait-on pas aussi en profiter pour plancher également sur une amélioration structurelle de l’avion en plus des patchs électroniques ? La question est ouverte, car rien ne dit que l’avion pourra effectivement revoler en octobre prochain.

Photo : Chaine de montage B737MAX @ Boeing

19/07/2019

L’immobilisation du B737MAX coûte cher à Boeing !

boeing,b737max,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l’avistion

Boeing a annoncé prendre en compte l'impact sur ses résultats de la mise à terre du B737MAX en publiant ses résultats du deuxième trimestre 2019 le 24 juillet prochain.

L’interdiction de vol du B737MAX commence à peser lourd pour l’avionneur américain. Boeing devrait ainsi enregistrer une charge après impôts de 4,9 milliards de dollars1 (8,74 $ par action) liée à une estimation des concessions potentielles et aux autres éléments à prendre en compte par les clients pour les perturbations liées à la mise à la terre du B737 MAX et aux retards de livraison correspondants. Cette charge entraînera une réduction de 5,6 milliards de dollars des revenus et du bénéfice avant impôts au cours du trimestre.

La totalité du montant estimé sera comptabilisée à titre de charge au deuxième trimestre, mais la société s’attend à ce que des concessions éventuelles ou d’autres considérations soient fournies sur plusieurs années et revêtent diverses formes de valeur économique.

De plus, les coûts estimés par Boeing pour produire l'avion dans la quantité comptable ont augmenté de 1,7 milliard de dollars au deuxième trimestre, principalement en raison de coûts plus élevés associés à une réduction plus longue que prévu du taux de production. L'augmentation des coûts du programme B737MAX réduira la marge du programme « 737 » au deuxième trimestre et au cours des prochains trimestres.

Boeing continue de travailler avec les autorités de l'aviation civile pour assurer la remise en service du B737 MAX en toute sécurité. Ces autorités détermineront le moment de la remise en service. Aux fins des résultats financiers du deuxième trimestre, la société a supposé que l'approbation réglementaire de la remise en service de B737 MAX aux États-Unis et dans d'autres juridictions commençait au début du quatrième trimestre de 2019. Cette hypothèse reflète la meilleure estimation « possible » de la société à l’heure actuelle, mais le moment de la remise en service pourrait différer de cette estimation. Les résultats financiers du deuxième trimestre supposeront en outre une augmentation progressive du taux de production du B737, passant de 42 par mois à 57 par mois en 2020, et que les avions produits lors de l’échouement et inclus dans les stocks seront livrés sur plusieurs trimestres après la remise en service. Toute modification de ces hypothèses pourrait avoir un impact financier supplémentaire.

Photo : B737MAX@Boeing