09/12/2020

Le transporteur Gol remet en vol le B737 MAX !

 

84A7DBBE-4798-443D-8CA3-2EBF5286606C.jpeg

La compagnie aérienne « low cost » brésilienne Gol reprendra progressivement les vols avec Boeing B737 Max à partir du 9 décembre, en devenant ainsi la première compagnie aérienne au monde à remettre en état de vol, l’avion. En parallèle, la compagnie a dévoilé les montants des indemnités perçues par Boeing en compensation du grounding. Le premier vol ayant eu lieu tôt ce matin Sao Paulo à Porto Alegre, sans encombre. 

Selon le calendrier de remise en vol de la compagnie, sept B737 MAX 8 seront autorisés à reprendre leurs vols avec une réintégration au sein de l’horaire de vol du transporteur. Selon le porte-parole de la compagnie, l’avion assurera des liaisons intérieures à partir du hub de Gol de Sao Paolo. Afin de reprendre les airs, la compagnie a débuté  une formation pour 140 pilotes avec Boeing aux États-Unis, à l'aide d'un simulateur B737 Max doté des dernières améliorations. Avant de débuter cette remise à niveau, la compagne a effectué une série rigoureuse de vols techniques, qui ont dépassé les exigences fixées par les agences de régulation de l'aviation. La compagnie se base sur un programme d’évaluation propre et indépendant, qu’elle a ensuite comparé avec les résultats des régulateurs. C’est sur cette base que la décision de remettre en vol le « MAX » a été prise.

Compensations :

On ne connaissait pas l’étendue de compensation faite par Boeing en direction des transporteurs suite au grounding. Ce matin la compagnie GOL a déclaré qu'elle recevrait jusqu'à 412 millions de dollars de Boeing Co en compensation de l'échouement du B737 MAX, sous forme d'un mélange de liquidités et de crédits.

Photo : B737 MAX GOL @Mateen Kontoravdis

01/07/2020

Début des vols en vue d’une nouvelle certification pour le B737MAX !

PSX_20200628_104324.jpg

La Federal Aviation Administration (FAA) a entamé lundi des vols en vue de la nouvelle certification du Boeing B737MAX. Il s’agit d’une étape clé en direction de la remise en service des avions après deux accidents mortels, il y a plus d'un an. 

Rappel :

Le B737 Max, le best-seller de l’avionneur Boeing, est immobilisé dans le monde depuis mars 2019 après deux crashs, un en Indonésie et un autre en Éthiopie dans un délai de cinq mois. Boeing a depuis changé un système le système de contrôle de vol qui était impliqué dans les deux accidents et a apporté d'autres modifications. Un examen supplémentaire de l'avion a contribué à des retards répétés dans le processus de mise en place de la nouvelle certification.

Pas d’empressement :

De son côté la FAA suit un processus délibéré et prendra le temps nécessaire pour examiner en profondeur le travail de Boeing, selon un communiqué.  « Nous ne lèverons pas l'ordre d'interdiction de vol, qu'après avoir constaté que l'appareil répond aux normes de certification.»

Le premier vol a décollé à 10heures lundi, heure du Pacifique, de Seattle, tandis que d'autres vols sont prévus sur environ trois jours. "es tests sont effectués par des pilotes d'essai et des ingénieurs de la FAA et de Boeing.

L'évaluation des avions par les régulateurs se poursuivra pendant plusieurs semaines et Boeing prévoit qu'ils seront de nouveau en service commercial d'ici la fin de l'automne. D'autres étapes comprennent une évaluation internationale des exigences minimales de formation des pilotes.

Il est important de noter que cette étape ne signifie pas que la FAA a terminé son évaluation de la conformité ou tout autre travail associé au retour en service. La FAA n'a pas pris de décision concernant la remise en service. Il reste un certain nombre d'étapes après la fin des vols de certification.

Boeing a de son côté repris à la fin du mois dernier la production des avions après une pause plus tôt cette année.

Bien qu'il ait toujours un carnet de commandes solide, Boeing a enregistré des dizaines d'annulations de clients. La pandémie de Covid-19 devrait également entraîner une demande de voyages inférieure à la normale pendant des années, ce qui pourrait encore peser sur la demande de nouveaux avions.

NYSB415-1211_2019_025753-scaled.jpg

Photos : B737MAX en tests pour la nouvelle certification @ Boeing

17/12/2019

Boeing va suspendre la production du 737 MAX !

http---com.ft.imagepublish.upp-prod-eu.s3.amazonaws.com-4635062c-f729-11e9-bbe1-4db3476c5ff0.jpeg

On s’y attendait, l’avionneur américain n’a pas eu d’autre choix que d’annoncer la suspension temporaire de la production de la ligne des B737 MAX pour janvier. Boeing indique que les employés de production continueront le travail sur le « 737 » ou seront temporairement affectés à d'autres équipes.

Boeing produisait 52 B737 par mois, mais il a fallu réduire le taux à 42 appareils par mois en avril dernier. Boeing dispose désormais d'environ 400 B737 Max en stockage. De fait, Boeing prévoit, une fois l’autorisation obtenue de revoler, de donner la priorité à la livraison des avions stockés et de reprendre la production plus tard. La durée pendant laquelle l'entreprise arrêtera la production reste inconnue, tout comme la durée de l'échouement. 

« Nous avons précédemment déclaré que nous évaluerions continuellement nos plans de production si la mise à la terre Max se poursuivait plus longtemps que prévu", a déclaré Boeing dans un communiqué de presse ». Boeing qualifie cette décision de «moins perturbatrice pour le maintien à long terme du système de production et de la santé de la chaîne d'approvisionnement».

«Cette décision est motivée par un certain nombre de facteurs, notamment l'extension de la certification jusqu'en 2020, l'incertitude sur le calendrier et les conditions de remise en service et les approbations de formation mondiale et l'importance de veiller à ce que nous puissions hiérarchiser la livraison des produits stockés. », explique Boeing.

Pour l’instant, on ne connait pas les répercutions de l’arrêt de la production sur les différents équipementiers. Un arrêt de la production, aussi bref soit-il, pourrait se répercuter sur la chaîne d'approvisionnement de Boeing, qui comprend de grands fournisseurs comme le constructeur de moteurs CFM International et le constructeur de fuselage Spirit AeroSystems, ainsi qu'un nombre incalculable de petits fournisseurs de pièces.

La situation sur les mises à jour :

Boeing annonce avoir achevé les mises à jour du système de commande de vol du B737 Max, en particulier du système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre, qui a été à l'origine de deux accidents.

La Federal Aviation Administration (FAA) n'a donné aucun délai pour autoriser l'avion à voler, bien qu'elle ait déclaré que plusieurs éléments, certains importants, restent incomplets.

Commentaire :

Si cet arrêt de production est en soi une solution temporaire viable, il est par contre impératif que le B737MAX puisse reprendre les airs dans des conditions de sécurités indéniables l’année prochaine. Par contre, si de nouveaux retards devaient être pris en compte, l’avenir du « MAX » en serait gravement compromis avec pour conséquence une situation très dangereuse pour Boeing. Des dégâts collatéraux apparaîtraient également en ce qui concerne le renouvellement de la flotte mondiale. En effet, Airbus ne pourrait seul, combler les besoins de modernisations des flottes des monocouloirs de 120 à 180 places.

Photo : Stockage de B737MAX @ Bloomberg

 

25/11/2019

En termes de commandes l’A320 dépasse le B737 !

79872-boeing-737-max-a320neo-official-website.png

La nouvelle est importante, l’avionneur européen Airbus vient d’obtenir plus de commande fermes avec son A320 que Boeing avec le B737. On peut dès lors parler de performance historique dans le marché aéronautique le plus disputé, celui des monocouloirs.

Fin octobre, alors que l’avionneur américain faisait état de 15’136 commandes fermes pour son B737, son concurrent européen affiche un total de 15’193 commandes fermes, depuis les lancements respectifs de ces deux programmes. Et encore, ces chiffres ne prennent pas en compte les nouvelles commandes engrangées durant le salon aéronautique Dubaï Airshow. Un succès indéniable pour Airbus, alors que son appareil est sorti vingt ans après celui de son concurrent. L’A320neo représente aujourd’hui 7’058 commandes fermes à fin octobre, soit presque la moitié du carnet de commandes de la famille A320, de son côté, le  B737 MAX cumule 4’912 commandes, soit un tiers de l’ensemble des commandes pour le B737.

La crise du MAX :

Airbus a notamment profité de la crise que traverse le programme « MAX » de Boeing. Mais il faut également se rappeler que l’avionneur européen avait pris l’ascendant, lors du choix décisif sur la remotorisation de sa famille « 320 » alors que l’avionneur américain hésitait sur le choix de lancer une nouvelle version de son « 737 »ou partir sur un aéronef entièrement nouveau.

Photo : A320neo VS B737MAX

01/10/2019

B737 MAX, avancée positive, mais pas de retour immédiat !

B737MAX_Boeing_CR-1024x576.jpg

Boeing ne pourra pas faire revoler on B737 MAX dans les semaines avenir et probablement pas avant la fin de l’année. Par ailleurs, la FAA confirme les autres régulateurs, notamment les Européens et les Canadiens, ne suivraient pas immédiatement un éventuel feu vert au retour des vols. De fait, cela implique qu’un prochain retour dans le ciel du B737 MAX se fera par étape, selon les pays. Un tel retour devrait donc s’échelonner durant l’année 2020, si tout va bien.

Une avancée positive :

La FAA continue à suivre le processus minutieux et non un calendrier imposé, pour remettre en service l'appareil», a déclaré Steve Dickson, le nouveau patron de l'agence fédérale de l'aviation civile (FAA). Des essais ont eu lieu en simulateurs et semblent positifs. En effet, des pilotes américains qui ont testé le nouveau logiciel du B737 MAX de contrôle de vol ont donné des avis positifs et certains transporteurs commencent à finaliser des plans par étape en direction d’un retour en service du « MAX ». La question est de savoir, si Boeing pourra obtenir l'approbation de la FAA par la fin de l’année.

Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing, confirme de son côté que l’avionneur communique régulièrement aux régulateurs mondiaux les avancées sur le nouveau logiciel et les résultats des essais.  Ces derniers mois, l’Agence de l'aviation civile européenne (AESA) avait jugé non satisfaisante la solution de Boeing en ce qui concerne la défaillance éventuelle des sondes d'incidence («Angle of attack»- AOA) transmettant les informations au MCAS. Transport Canada exige de son côté une formation des pilotes sur simulateur avant toute autorisation de vol.

Une chose est aujourd’hui certaine, le travail compartimenté des différentes agences de régulation devrait permettre un retour sécuritaire du B737 MAX et éviter une nouvelle « complaisance » comme ce fût le cas lors de l’entrée en service.

Photo : B737MAX@ Boeing