27/06/2019

Le B737 MAX pas encore prêt pour reprendre les airs !

0C9356D2-B269-4CF1-9262-38847A60A42D.jpeg

L'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) a indiqué ce mercredi avoir décelé une nouvelle faille "potentielle", sans la préciser, sur le B737 MAX. Le régulateur demande à Boeing de réparer cette faille, qui est de nature à retarder l'essai en vol du B737 MAX modifié. En effet, un vol test est nécessaire pour obtenir une nouvelle certification de l’avion.

Les faits, lors des tests sur simulateur la semaine dernière, des pilotes de la FAA ont eu du mal à reprendre le contrôle de l'avion après avoir activé le système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans l'accident de Lion Air en Indonésie en 2018 et celui d'Ethiopian Airlines en mars en Ethiopie. Lors de l’essai en simulateur, les pilotes ont découvert que le traitement des données par un ordinateur de vol de l’avion  pouvait faire plonger l'avion. Bien que ce problème n’ait pas trait au système d’augmentation des caractéristiques de manœuvre, il pourrait produire un plongeon impromptu.

Selon le porte-parole de l’avionneur américain Boeing, Gordon Johndroe, a déclaré que la société souscrivait aux conclusions de la FAA et abordait le problème, ainsi qu’une refonte plus large des logiciels en cours depuis huit mois. "Le fait de remédier à cette situation réduira la charge de travail du pilote" en facilitant la réaction à un mouvement de stabilisateur non commandé, a déclaré Johndroe.

Rappel : 

Le moteur sur le stabilisateur ajuste les mouvements ascendants et descendants soit le « trim » selon la commande du pilote, mais également via le système MCAS. L’examen des causes des défaillances de compensation a été au cœur des examens de la sécurité de l’avion, car c’était au cœur des accidents.

IATA confirme ses exigences :

L’Association du transport aérien international (IATA) a exhorté les autorités de réglementation de la sécurité de l’aviation nationale à continuer de s’aligner sur les exigences techniques de validation et les délais pour la remise en service en toute sécurité du B737 MAX. L'annonce a été faite à l'issue du deuxième sommet pour le Boeing B737 MAX organisé par l'IATA.

«Les tragédies du Boeing 737 MAX pèsent lourdement sur un secteur qui fait de la sécurité sa priorité absolue. Nous faisons confiance à la Federal Aviation Administration, dans son rôle d’organisme de certification, pour assurer la remise en service de l’aéronef en toute sécurité. Et nous respectons le devoir des régulateurs du monde entier de prendre des décisions indépendantes sur les recommandations de la FAA », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

«Parallèlement, l’aviation est un système intégré à l’échelle mondiale qui repose sur des normes mondiales, y compris la reconnaissance mutuelle, la confiance et la réciprocité entre les organismes de réglementation de la sécurité. Cette structure harmonisée fonctionne avec succès depuis des décennies pour faire du transport aérien la forme de voyage longue distance la plus sûre que le monde ait connue. L’aviation ne peut fonctionner efficacement sans cet effort coordonné et le rétablissement de la confiance du public l’exige », a déclaré de Juniac.

L’IATA a réitéré la nécessité d’aligner les exigences en matière de formation supplémentaire des équipages de conduite du Boeing B737 MAX.

 

Photo :  @ Boeing

 

 

17/05/2019

Boeing a finalisé le correctif logiciel pour le B737 MAX !

E5C8056B-64EB-4D1D-A367-6032E1E29030.jpeg

Boeing a annoncé la résolution du logiciel correctif destiné au B737 MAX. Selon l’avionneur, la  réparation logicielle a été testée pendant plus de 360 heures au cours de 207 vols d'essai, ainsi que des tests sur simulateur. Le correctif logiciel doit encore être approuvé par la US Federal Aviation Administration (FAA) avant de pouvoir être installé sur les avions. 

En parallèle, Boeing est actuellement entré dans une phase ou l’avionneur transmet des informations supplémentaires pour répondre aux demandes de la Federal Aviation Administration (FAA), qui incluent des détails sur la manière dont les pilotes interagissent avec les commandes et les affichages de l'avion dans différents scénarios de vol. Une fois les demandes traitées, Boeing travaillera avec la FAA pour planifier des vols d'essais en vue de la certification du logiciel corrigé.

A suivre...

Photo : B737MAX @Boeing

24/04/2019

Boeing à l’offensive après les chiffres du premier trimestre !

B737-max-1024x768.png

Chicago, l’avionneur américain était attendu de pied ferme pour sa présentation des chiffres du premier trimestre de l’année. Les problèmes du B737MAX étaient au premier plan.

Petitrésumé des points forts :

  • Boeing s’engage auprès des autorités de réglementation et de ses clients du monde entier pour assurer la remise en service en toute sécurité du B737MAX.
  • Le Groupe annonce un chiffre d’affaires de 22,9 milliards de dollars reflétant 149 livraisons d’avions commerciaux et une hausse du volume d’activité dans la défense et les services.
  • Le bénéfice par action selon les normes comptables GAAP ressort à 3,75 dollars et le bénéfice par action non-GAAP à 3,16 dollars.
  • Le cash-flow opérationnel a atteint 2,8 milliards de dollars ; le Groupe a versé 1,2 milliard de dollars en dividendes.
  • Le carnet de commandes total s’élève à 487 milliards de dollars et compte plus de 5 600 avions commerciaux.
  • La trésorerie disponible et les titres négociables, pour un montant de 7,7 milliards de dollars, assurent une importante liquidité.
  • Les prévisions publiées antérieurement pour l’exercice 2019 ne tiennent pas compte des répercussions liées au B737 MA ; de nouvelles prévisions seront publiées à une date ultérieure.

Au premier trimestre 2019, Boeing a réalisé un chiffre d’affaires de 22,9 milliards de dollars, et annonce un bénéfice par action selon les normes comptables GAAP de 3,75 dollars et un bénéfice par action non-GAAP de 3,16 dollars, reflétant la baisse des livraisons de Boeing 737 partiellement compensée par une augmentation du volume d’activité dans la défense et les services. Boeing a généré un cash-flow opérationnel de 2,8 milliards de dollars et versé 1,2 milliard de dollars en dividendes.

Les prévisions financières annoncées précédemment pour l’exercice 2019 ne tiennent pas compte de la situation du B737 MAX et de ses répercussions. En raison des incertitudes qui entourent le calendrier et les conditions de remise en service de la flotte de B737 MAX, de nouvelles prévisions seront publiées à une date ultérieure. Boeing progresse régulièrement vers la certification finale de la mise à jour du logiciel utilisé sur les avions B737 MAX ; plus de 135 vols d’essai et de production de cette mise à jour ont été effectués. Le Groupe continue de travailler en étroite collaboration avec les autorités de réglementation internationales et les compagnies clientes en vue de tester le logiciel de façon exhaustive et de mettre au point un ensemble complet de moyens d’instruction et de formation.

« À tous les niveaux du Groupe, nous sommes concentrés sur la sécurité et la remise en service du 737 MAX dans le but de regagner et mériter la confiance de nos clients, des autorités de réglementation et des voyageurs du monde entier », a déclaré Dennis Muilenburg, Président-directeur général de Boeing. « Alors que nous travaillons d’arrache-pied pour traverser cette période difficile pour nos clients, nos partenaires et notre entreprise, notre attention reste pleinement concentrée sur l’excellence en matière de qualité et de performances, ainsi que sur la gestion d’une entreprise en croissance saine et durable qui repose sur des fondamentaux solides à long terme. »

Les performances opérationnelles du premier trimestre ont été marquées par des résultats clés dans le domaine de la défense, de solides performances et commandes sur le marché des avions gros-porteurs commerciaux, une croissance soutenue dans le secteur des services, ainsi que l’approbation des actionnaires d’Embraer concernant le projet de partenariat stratégique. (Communiqué officiel de Boeing).

Effet de l’interdiction des vols :

La suspension des vols de B737MAX à obligé Boeing à réduire son taux de production 42 avions par mois. En parallèle,  Boeing a enregistré une charge de 1 milliard de dollars. Cela a contribué à la perte de profit des avions commerciaux, pour atteindre 1,17 milliard de dollars au cours du trimestre se terminant en mars.

Prise de conscience :

Boeing se rend compte que suite aux accidents du B737MAX, l’avion ne peut pas regagner la confiance des passagers et des compagnies aériennes, sans avoir d'abord regagné la confiance des pilotes. Afin de regagner cette confiance, l’avionneur américain a lancé un programme de tests à grande échelle qui a pris en compte 90% des 50 transporteurs qui ont acheté le B7373MAX dans une série de tests en simulateur pour tester le correctif logiciel du système anti-décrochage défectueux (MCAS). Selon l’avionneur, les réactions ont été excellentes jusqu'à présent. Toujours selon Boeing,  cette étape est cruciale pour se diriger en direction d’une reconstruction de la confiance une fois que la Federal Aviation Administration  (FAA) et ses homologues de la réglementation dans le monde entier permettront à l'avion de revenir dans les airs. 

La réaction qui a séduit la bourse :  

Par ailleurs, l’avionneur a assuré que les difficultés du B737MAX n’affectent pas le développement des autres programmes du groupe. Le programme B777X poursuit son avancée normalement.

De plus, Boeing confirme les avancées sur le programme d’un nouvel avion, le NMA (New Model Aircraft) qui doit venir remplacer à terme les B757 et B767 en ce qui concerne le milieu du marché. Le lancement officiel sera effectué une fois que les discussions avec les clients potentiels seront terminées.

 

Photo : Assemblage de B737MAX@ Boeing

 

09/04/2019

B737MAX, Boeing souffle le chaud et le froid !

image.jpg

Boeing a livré 149 appareils lors des trois premiers mois de l'année, dont 89 de la gamme B737, contre 184 avions sur la même période en 2018, dont 132 de la gamme B737. La chute est encore plus spectaculaire par rapport au trimestre précédent, quand Boeing avait livré 238 appareils au total dont 173 appareils B737.

L’avionneur se doit de combler le problème de logiciel du MCAS. Tant que la mise à jour du logiciel n’est pas validée, les livraisons sont ralenti. Ce qui implique une accumulation d'avions qui sortent des chaînes d'assemblage mais qui ne peuvent plus être livrés, Boeing a déjà été forcé de sabrer de 20% la production de l'appareil: le constructeur prévoit de n'en produire plus que 42 par mois, contre 52 auparavant.

CALC maintien sa commande :

Le groupe chinois Aircraft Leasing Group Holdings Ltd (CALC) a annoncé mardi ne pas avoir suspendu sa commande de 100 avions Boeing B737 MAX, réfutant ainsi un précédent rapport du journal South China Morning Post (SCMP).  

Si certains transporterus pourraient toucher des indemnisations, d’autres semblent se diriger vers une négociation à la baisse du prix des avions en options. Une solution bénéfique tant pour les compagnies que pour Boeing, qui ne devrait   perdre trop de clients.

Photo :B737-7 MAX G Boeing

03/04/2019

B737MAX, Boeing doit revoir sa copie !

76CD305E-1A41-4E94-953A-0FDB1FFDA317.jpeg

 

Les améliorations initiales proposées par l’avionneur Boeing concernant le système MCAS ne sont pas suffisantes a déclaré la FAA. Celle-ci n’a pas donné son accord en vue de l’approbation du correctif. Il faudra donc attendre la version finale pour que la FAA autorise à nouveau les vols.

Cette décision doit permettre à l’avionneur d’identifier tous les problèmes et d’y remédier de manière définitive. Mais avant toute autorisation de vol, la FAA effectuera des tests approfondis.

Enquête sur la FAA :

La FAA est dans le collimateur des politiques aux USA. Un comité sénatorial a lancé une enquête relative à des allégations selon lesquelles une formation insuffisante des inspecteurs de la sécurité de la Federal Aviation Administration avait amené l'agence à évaluer de manière inappropriée le nouveau logiciel destiné du Boeing B737 Max lors des essais en vol en vue de la certification de celui-ci.

Le président du comité a déclaré dans une lettre à l'administrateur intérimaire de la FAA, Daniel Elwell, que des éléments de preuve suggéraient que la FAA aurait peut-être eu connaissance de ces lacunes dans la formation dès août 2018.

Il semble aujourd’hui avéré que de nombreux employés de la FAA, y compris ceux impliqués dans le groupe d'évaluation des avions B737 Max, n'avaient pas reçu la formation adéquate. Le comité cherche à déterminer si une formation insuffisante des inspecteurs a entraîné une "mauvaise évaluation" par la FAA du système de renforcement des caractéristiques de manœuvre du B737 Max.