16/07/2019

Raytheon fournira le nouveau radar du B-52 !

178509044.jpg

L’US Air Force (USAF) va améliorer le radar de sa flotte de bombardiers Boeing B-52 « Stratofortress » avec l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA (Active Scanning Scanner Array). C’est la société Raytheon qui a été préférée a Northrop-Grumman.

Rappel :

Au début de cette année je vous annonçais que les deux équipementiers étaient en course pour fournir le futur radar du « bon vieux » B-52.

Boeing a annoncé avoir choisi Raytheon pour la conception, le développement, la production et la maintenance des radars, qui s’appuieront sur la famille de radars APG-79 / APG-82 de la société utilisée par la flotte F-15E de l’US Air Force. La production initiale à faible débit devrait débuter en 2024 et le radar devrait être utilisé sur la flotte de bombardiers au-delà de 2050.

Le nouveau radar doit permettre d’améliorer la fiabilité de la navigation du B-52 pour les missions de frappe nucléaire et conventionnelle. Le radar AESA est plus fiable que les radars actuels à balayage mécanique des bombardiers, car il ne comporte aucune pièce mobile et utilise un meilleur logiciel d’exploitation. Les radars AESA des B-52 disposeront également de meilleures zones de cartographie et de détection, ainsi que d’une augmentation du nombre de cibles pouvant être simultanément engagées. Des distances de détection plus grandes pourraient aider l’équipage du bombardier à lancer des missiles de croisière, tels que le missile air-sol interarmées, à distance de sécurité.

Les éléments permettront notamment :

Un ciblage précis de précision autonome dans tous les environnements,

BIG SAR grande carte haute résolution,

Haute qualité, génération de coordonnées,

Plus grande détection de cible et plage de suivi,

Recherche plus rapide et acquisition de cible,

Détection de cible plus petite,

Suivi multi-cibles,

Protection électronique robuste (A / A et A / G),

ID de combat amélioré,

Opérations en mode entrelacé pour une meilleure connaissance de la situation,

Modes maritimes,

3-5 fois plus de fiabilité et disponibilité,

Pour pouvoir rester en service actif, les B-52 n’ont cessé de subir de nombreuses modifications, cellule, avionique, équipements électronique et de survie. La dernière modernisation en date concerne la mise en réseau du système avec l’adjonction du système CONECT, installé sur les B-52, qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protéger contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique.

Ces nombreuses modifications et modernisation doivent permettre à USAF et Boeing de garder le B-52 en service jusqu’en 2050.

Photo :B-52 @ USAF

29/06/2019

USA-Iran, des F-22 déployés au Qatar !

f36861f26f9e43bba1087767a6a678f1_18.jpg

Près d’une douzaine de chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-22 « Raptor » de US Air Force ont été déployés dans l’État du Golfe Persique, au Qatar. Cette action doit venir contrer la menace iranienne dans la région.

Le commandement central des l’US Air Force a déclaré vendredi que les F-22 « Raptor » étaient arrivés à la base aérienne d'Al-Udeid pour "défendre les forces et les intérêts américains". Il a publié sur son site Web des photos de plusieurs F-22.

Les F-22, qui portent des missiles air-air et peuvent également effectuer des missions d’attaque au sol, ont déjà été déployés à la base aérienne de Dhafra, dans les Émirats arabes unis, où ils ont été utilisés l’année dernière pour appuyer les États-Unis et des forces partenaires en Syrie.

Par ailleurs quatre bombardiers stratégiques Boeing B-52  « Stratofortress » ont été déployés à al-Udei depuis le 5 mai dernier, ainsi que le groupe de frappe du porte-avions Abraham Lincoln est également positionné dans la région. « La Maison Blanche lancé le message au régime iranien que toute attaque contre les intérêts des États-Unis ou ceux de nos alliés veut faire face à une force implacable. »

À la demande du général Frank McKenzie, commandant du Commandement central, et d’autres systèmes de défense aérienne et antimissile Patriot ont également été envoyés dans la région du Golfe au cours des dernières semaines. Près d’une douzaine de chasseurs furtifs F-22 de la Force aérienne ont été déployé dans l’État du Golfe Persique, au Qatar. Menaces iraniennes contre les forces américaines dans la région.

CRUCALD5EFGJ5K6BJ34ED23KCY.jpg

Rappel :

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 «Eagle» bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus, les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22  dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance  du F-22 sont particulièrement élevés.

Le Raptor dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 «Sidewinder»chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM-120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes GBU39. Le F-22 dispose également de 4 pylônes sous les ailes, utilisables, lorsque la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyés dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est d’environ Mach 2,2. L’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multifonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute

308437078.jpg

Photos :F-22 au Qatar @ USAF

15/06/2019

Essais en vol d’un missile hypersonique depuis un B-52 !

203415_1F.jpg

Toujours le vaillant, le bon vieux Boeing B-52 « Stratofortress » a testé en vol un missile hypersonique de type AGM-183A ARRW, le 12 juin dernier. L’avion avait décollé des installations de la base à la base aérienne d’Edwards en Californie. Ce vol doit permettre e recueillir des données sur la gestion de l’environnement. (Modification de l’article suite à un correctif du communiqué initial).

Le test contenait des données sur les impacts de traînée et de vibration sur l’arme elle-même et sur l’avion porteur. Cet essai permet aux Etats-Unis d’avancer un peu plus dans le développement des armes hypersoniques. Selon le porte-parole de l’USAF l’AGM-183A ARRW devrait atteindre sa capacité opérationnelle dès l’année 2022.

Unknown-1.jpeg

Rappel :

L'US Air Force a octroyé un contrat de 780 millions de dollars à Lockheed Missile and Fire Control en 2017 pour développer l’ARRW, soit un Système hypersonique appelé boost glide, le véhicule utilise une fusée pour accélérer sa charge utile à des vitesses élevées, avant que la charge utile ne se sépare de la fusée et glisse sans puissance vers sa destination à des vitesses hypersoniques allant jusqu'à Mach 20.

L’AGM-183A ARRW :

L'arme de réaction rapide lancée par air AGM-183A (AARW) est une arme de frappe hypersonique mise au point par l'US Air Force (USAF). Lancée à haute altitude haute altitude l'ogive va venir à Mach 20 frapper une cible au sol. Le missile AGM-183A pourrait être déployé par des bombardiers tels que B-1, B-2 et B-52, ainsi que par le futur B-21.

Unknown.jpeg

Photos :Essai de l’ARRW depuis le B-52 @ USAF

15/09/2017

Rolls-Royce propose de remotoriser le B-52 !

14230029094_aaf604d406_k.jpg

Le motoriste anglais Rolls-Royce propose de remotoriser la flotte de bombardier américain B-52 « Stratofortress » avec son BR725. Cette proposition fait suite à une réflexion lancée par l’USAF en ce sens.

Cette annonce vient contrer les plans du motoriste Pratt & Whitney qui a présenté une version améliorée de son moteur original le TF33 pour soutenir le B-52 jusqu’en 2050. Pour Rolls-Royce, un nouveau moteur permettrait de diminuer les besoins en ravitaillement en vol et évite les risques d'obsolescence que les moteurs plus anciens pourraient poser à terme.

Le BR725 de Rolls-Royce combine des fonctionnalités éprouvées des familles BR 700 et Trent et offre ainsi une puissance propre et efficace pour toute une nouvelle classe d’avions. Le BR725 est puissant, avec une poussée maximale de 16,100lb, est plus de 4 dB cumulatif plus silencieux. Il a une consommation de carburant spécifique de 34 % de mieux que les TF33 actuels.La technologie de pointe de ce moteur a considérablement augmenté les intervalles de maintenance, et permet d’éliminer les inspections à mi-parcours.

Un B-52 à quatre moteurs ?

Un tel changement obligerait de changer la configuration de huit moteurs à quatre pour le B-52. Hors, l'USAF a annulé ses plans pour reconfigurer les B-52 avec quatre moteurs, ce qui aurait nécessité des modifications coûteuses aux ailes. Par ailleurs, l’USAF ne dispose pas d’un budget pour un tel changement. Pour le motoriste anglais, il est important de pouvoir se positionner sur le sujet, car la question reviendra sur la table très prochainement.

 

Photo : B-52 @ USAF

21/04/2016

Les USA ont besoins de 175 à 200 bombardiers stratégiques !

DSC_1393.jpg

Selon l’US Air Force Global Strike Command (AFGSC), soit l’unité de commandement des missions nucléaires des Etats-Unis, les besoins en ce qui concerne la dotation en bombardiers stratégiques seraient de 175 à 200 appareils.

Actuellement, l’AFGSC prépare la publication d’une analyse de ses besoins en ce qui concerne la future flotte combinée de bombardiers stratégiques et conventionnels. Le groupe de travail, a par ailleurs, confirmé cette semaine que le nombre définitif de bombardier sera basé autour d'une exigence opérationnelle "minimum" portant sur 100 Northrop-Grumman B-21, soit le nouveau bombardier stratégique de l’US Air Force.

La situation aujourd’hui :

L’US Air Force compte actuellement, un total de 159 bombardiers dans son inventaire qui comprend les flottes de B-1B, B-52H et B-2A.

Le B-21, future épine dorsale :

B-21 banner.jpg

L’entrée en service du futur Northrop-Grumman B-21 se fera progressivement à partir de 2025, si tout va bien. Il remplacera en priorité les Boeing B-52H « Stratofortress » et les Rockwell B-1B et finalement l’actuel Northrop B-2.Mais, avant d’en arriver là, le B-21 volera avec un mélange des aéronefs actuellement en service.

Rappel :

Le programme du B-21 LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif, capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012. Le projet LRS-B est considéré, comme prioritaire, pour la stratégie militaire américaine future dans le Pacifique Occidental et le Moyen-Orient. Le budget estimé pour le développement et la production du B-21 s'élève à 33,1 milliards de dollars pour la période 2015-2024. Le coût unitaire estimé est 606 millions.

La problématique des coûts :

A travers cette étude, l’US Air Force Global Strike Command prépare lentement, mais sûrement la dure réalité, que celle des coûts du futur programme de bombardier B-21. En effet, le budget actuel de l’Air Force permettra tout juste de construire 100 B-21. Hors, pour espérer pouvoir disposer de 175 à 200 nouveaux bombardiers et remplacer complètement les trois aéronefs en service, l’Air Force aura besoin de près de 80 milliards de dollars, uniquement pour ce projet. Les initiant de ce groupe de travail compte donc sur le temps pour obtenir les fonds nécessaires à l’objectif. En effet, il faudra du temps pour fabriquer B-21 en plus d'organiser et de former le personnel navigant et la maintenance. L’objectif principal est de s’assurer pour l’instant que les exigences du commandement central des États-Unis en vue de la modernisation de la flotte de bombardement seront possibles.

1220095.jpg

Photos : 1 Rockwell B-1B 2 B-21 @ Northrop-Grumman 3 B-52H @ USAF