14/05/2017

La Chine déploie ses AWACS en mer de Chine méridionale !

3234.jpg

La Chine a déployé sa dernière génération d’avion aéroporté d'alerte précoce et de contrôle sur une base aérienne aux confins de la mer de Chine méridionale.

Une photo satellite montre deux avions Aircraft Corporation Shaanxi (SAC) KJ-500 AEW&C au sol sur la base aérienne de Jialaishi, dans la partie nord de l'île chinoise de Hainan. C'est la première fois que le KJ-500 a été déployé à Hainan, la Chine ayant déjà déployé en rotation des détachements d'avions spéciaux dans l'île. Ces détachements proviennent de deux régiments d'avions spécialisés de la marine de l'Armée de libération populaire chinoise.

Le Kongjing 500, KJ-500 : 

Le KJ-500 est basé sur le Aircraft Corporation Shaanxi (SAC) Y-8 de transports doté de quatre turbopropulseurs.  Le Y-8 a été utilisé par la PLAAF et la PLANAF dans une grande variété de rôles et certains ont été fournis aux exploitants civils. Il a été exporté à l'armée de l'air de la République du Myanmar (ex-Birmanie), au Soudan ainsi qu’au Sri-Lanka. Directement dérivé de l’Antonov 12 russe, le Y-8 est capable de transporter des troupes, d’effectuer du largage de fournitures, parachutages et peut fonctionner comme une ambulance aérienne. Il peut également être utilisé à des fins commerciales comme un avion cargo. Il est capable de transporter 20 tonnes de fret, environ 96 soldats, ou environ 82 parachutistes dans le compartiment de cargaison, qui est de 13,5 mètres de long, 3 mètres de large et 2,4 mètres de haut. 

L'avion de transport Y-8 a été mis en production d'essai au sein de  Xi'an Aircraft Factory en juin 1972. En décembre 1974, le premier Y-8 chinois effectue son vol inaugural.

 Le KJ-500 est un système d'alerte etc decontrôle composé de trois radars à ouverture électronique disposés dans un réseau triangulaire qui permet une couverture de 360 degrés. Ces radars ont été développés par l'Institut de Nanjing de recherche et de technologie électronique (NRIET ou Institut 14 ). Il semble que les progrès chinois en matière d’électronique permettent au KJ-500 d’avoir les mêmes propriétés que les actuels KJ-2000 plus gros montés sur Ilyushin Il-76. Selon la télévision chinoise, le système KJ-500 pourrait suivre de 60 à 100 cibles simultanément à 470 km.

456.jpg

 

Photos : le KJ-500 @ Weimang

27/02/2017

Un troisième Saab GlobalEye pour les EAU !

402869836.jpg

Les Émirats arabes unis (EAU) ont commandé un troisième exemplaire du Saab « GlobalEye » d’alerte précoce et de contrôle aéroporté (AEW&C). Le contrat est estimé à près de 238 millions de dollars. Cette commande vient compléter la première qui avait été passée en juin 2016.

Le Saab GlobalEye :

Le système GlobalEye est basé sur une cellule de Bombardier Global jet 6000 est doté d’une électronique suédoise de chez Saab. Le système AEW&C GlobalEye dispose de la nouvelle version du radar « Erieye », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieur à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Selex-ES 7500E en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral. Le GlobalEye est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

 

2854457948.jpg

Photos : Le GlobalEye @ Saab

 

17/12/2016

Premier AWACS avec un cockpit modernisé !

3259.jpg

Boeing a livré à l'OTAN le premier de 14 avions AWACS E-3 « Sentry » doté d’une nouvelle avionique. L’avion n°N-1 a été remis le 16 novembre dernier.

Le deuxième avion est actuellement soumis à des essais avant livraison et le troisième E-3A vient d'être intronisé dans le processus de modernisation. Tous les aéronefs devraient être terminés d'ici 2018 dans le cadre d’un plan de mise à jour de 257 millions de dollars.

Les travaux de modernisation comprennent l'intégration d'un nouveau banc d'essai numérique pour la surveillance de la navigation et la communication et la gestion du trafic aérien, ainsi que des améliorations de l'avionique.

Le poste de pilotage modernisé présente cinq écrans couleurs offrant à l’équipage une interface conviviale et personalisable en ce qui concerne la navigation et les données radar. Rockwell Collins fourni le système de gestion de vol, y compris les écrans EFIS, ainsi que les ordinateurs de gestion de vol. Parmi les autres fournisseurs, on trouve Thales et Raytheon. Les E-3 « Sentry » ainsi modernisés devraient permettre à l’OTAN de réduire les coûts opérationnels en permettant une réduction de la taille de l’équipage et en réduisant les coûts de maintenance.

 

ELDES-Cockpit-Interior-out-the-window.jpg

 

Photos : 1 B707 AWACS E-3 « Sentry »@ USAF 2 Le nouveau cockpit @ Boeing

 

 

14/03/2015

Une nouvelle avionique pour l’AWACS!

JDP_7859.jpg

 

 

Seattle, Boeing  a fait voler le premier E-3 « Sentry » AWACS doté d’une nouvelle avionique. Le nouveau système remplacera les systèmes analogiques datant de l'époque des années 1970.

 

Premier vol : 

 

Durant ce premier vol de deux heures les testeurs ont évalués les nouveaux écrans couleurs qui équipent l’avion. A l’issus du vol, il a été démontré que les systèmes offrent de meilleures résultats que prévu. Le programme va donc pouvoir entrer maintenant dans la phase de qualification d'essais en vol. Le poste de pilotage modernisé présentera cinq écrans offrant à l’équipage une interface conviviale et personalisable en ce qui concerne la navigation et les données radar. Rockwell Collins fourni le système de gestion de vol, y compris les écrans EFIS, ainsi que les ordinateurs de gestion de vol.  Parmi les autres fournisseurs, on trouve Thales et Raytheon.

 

Boeing prévoit de moderniser ainsi, un premier lot de 14 AWACS de l’OTAN. Selon le calendrier de l’avionneur américain, le premier aéronef sera livré pour janvier 2016. Les E-3 « Sentry » ainsi modernisés devraient permettre à l’OTAN de 

réduire les coûts opérationnels en permettant une réduction de la taille de l’équipage et en réduisant les coûts de maintenance.

766073058.jpg

 

Photo: 1 Le premier E-3 doté de la nouvelle avionique 2 image de synthèse du nouveau tableau de bord  @ Boeing


17/08/2014

L’Arabie Saoudite veut moderniser ses AWACS!

e3aRSAF.jpg

 

L’Arabie Saoudite  prévoit de moderniser ses avions d'alerte et de contrôle aéroporté (AWACS). L'Agence de sécurité de coopération américain à la Défense (DSCA) a notifié au Congrès son approbation pour la vente de matériels en ce sens  pour un montant de 2 milliards de dollars.

 

La modernisation concerne 5 aéronefs de type Boeing E-3A «Sentry» de la Royal Saudi Air Force. L'Arabie saoudite prévoit de moderniser ses AWACS au standard blocs 40/45. Ceux-ci disposeront d’un nouveau système de missions informatiques, d’un nouveau système d’identification ami-ennemi (IFF).  De plus, les appareils recevront de nouveaux appareils de communications.

 

 

 L’E-3A  «Sentry» : 

 

Le E-3A, la version initiale, fut testée à partir d'octobre 1975 par l'USAF. 34 exemplaires furent commandés par l'USAF, dont 24 en tant qu'E-3A, 9 en tant qu'E-3C, le dernier à la disposition de Boeing. Il entra en service en mars 1977, au sein du 552 Airborne Warning and Control Wing, basé à Tinker AFB, Oklahoma. Il fut dérivé en sous-variante KE-3A, qui sert au ravitaillement en vol et de transport. Il est destiné à l'Arabie Saoudite, qui en a commandé 8 exemplaires. Il est dépourvu de radar de veille aérienne. L'antenne du radar, installée dans un radôme non pressurisé de 30 feet (9,14 m), tourne à 6 tours-minutes en fonctionnement. L'APY-1 dispose de 7 modes : PDNES (Pulse Doppler Non-Elevating Scan), le mode de base sur 2 dimensions, PDES (Pulse Doppler Elevating Scan), qui fonctionne en 3 dimensions mais sur une portée réduite, BTH (Beyond The Horizon), qui sans utiliser l'effet Doppler, permet de répérer les avions à très haute altitude ou à la limite de la portée maximale, "Maritime" pour les navires, des combinaisons PDES+BTH et PDNES+MARITIME, et enfin un mode passif. L'appareil peut détecter des avions dans un rayon de 200 miles, sur 360°. Les opérateurs, au nombre de 13, disposent de 9 consoles de contrôle et d'un système de traitement des données radar IBM 4PICC-1. Il géra aussi la fonction dite C2, pour commandement-et-contrôle, et maintenant la fonction C3 (command, control and communications). Il dispose, outre d’une antenne radar IFF AN/APX-103 et d'une antenne TADIL0C (Data-link fighter-control). 

 

L'Arabie Saoudite a acheté 5 E-3A en 1983 avec ses KE-3A, qui servent au sein du 18e squadron.

 

 

Photo : E-3A «Sentry» Royal Saudi Air Force@ RSAF