20/02/2016

Un nouveau radar pour le B-52 !

tpnpcvtdwxckunromusq.jpg

Décidemment la flotte de B-52H de l’US Air Force a encore de beaux jours devant-elle. L'US Air Force veut dépenser plus de 500 millions de dollars en remplaçant le radar de l’avion. La production des B-52 s’est arrêtée en 1962, mais la retraite ne sonnera pas de si tôt.

Le projet de modernisation du radar du B-52 (RMP) a été dévoilé cette semaine et fait partie d’un plan de mise à jour sur cinq ans. Il s’agit donc, de remplacer l’actuel radar Northrop-Grumman AN/ APQ-166 à antenne à balayage mécanique, par un nouveau système de type AESA. Pour l’instant le choix du nouveau radar n’est pas connu, mais le futur censeur devrait avoir un champ de vision de 120 degrés avec des capacités maritimes, une grande fiabilité et doté d’une architectures de systèmes ouverts modernes avec liaison de données. Il faut se rappeler que l’US Air Force a déjà remplacé, en 2014, le radar Northrop APQ-164 qui équipait les bombardiers Rockwell B-1B.

Selon l’US Air Force, cette nouvelle dépense se justifie, par le fait, que la flotte de B-52 restera encore une quinzaine d’année en service au minimum. De plus, le radar actuel se fait vieux et commence à accumuler de nombreuses pannes et demande une maintenance de plus en plus lourde et chère. Une fois approuvée par le Congrès, se sont 76 bombardiers stratégiques de type B-52H qui recevront de nouveaux radars.

 

Les récentes modernisations du B-52 :

Pour pouvoir rester en service actif, les B-52 n’ont cessé de subir de nombreuses modifications, cellule, avionique, équipements électronique et de survie. La dernière modernisation en date concerne la mise en réseau du système avec l’adjonction du système CONECT, installé sur les B-52, qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protéger contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique. Actuellement, la flotte de B-52H a commencé a recevoir un plateau rotatif IWBU 1760  (Internal Weapons Bay Upgrade) sur lequel est chargé différents types de missiles. Ce système devrait équiper l’ensemble de la flotte des 76 B-52H d’ici octobre 2017. Le système tourne sur lui-même, afin de placer à tour de rôle les missiles en position de largage.

 

ob_9b2387_b52-s.jpg

Photos : 1 B-52H en ravitaillement 2 En vol @USAF

15/01/2016

50 Sukhoi Su-35 supplémentaires pour la Russie !

userimage.php.jpeg

Moscou, la Force aérospatiale russe (VKS) a ordonné une commande portant sur un lot de 50 avions de combat Sukhoi 35 « Flanker-E ». Avec le contrat pour l’Indonésie et celui de la Chine, l’avionneur russe dispose de 134 commandes pour cet appareil d’ici 2020. A ce jour, 72 Su-35 ont été livré à la Force aérospatiale russe.

 

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes, jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale. La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

 

1518069.jpg

Photos : 1 Su-35 Pavel Osipovitch/Sukhoi 2 Su-35 Sergy