23/11/2018

Le J-20 prêt pour le ravitaillement en vol !

141fc99a-e6f1-11e8-bfde-9434090d4df7_1280x720_040248.JPG

L'avion de chasse furtif le plus avancé de Chine, le Chengdu J-20, est maintenant prêt pour des opérations de ravitaillement en vol qui lui pernettront d’obtenir un rayon d’action allongé et une capacité de pénétration à longue distance. Le J-20 est équipé d'une sonde de réception de carburant sur le côté droit du cockpit. Une première image non floutée est apparue à la télévision chinoisse CCTV.

Selon les dernières informations disponibles la sonde de ravitaillement rétractable permet de préserver la capacité furtive de l'avion.  Par ailleurs, lors d’une récente présentation au Salon aéroautique de Zuhai, le J-20 a dévoilé ses missiles en soute pour la première fois.

Il semble donc que le Chengd J-20 est bien une arme agressive et que l'endurance était un facteur très important pour lui permettre de remplir son rôle. De son côté, le concepteur du J-20, Yang Wei à déclaré que le monde n'avait pas vu le meilleur de l'avion de combat de cinquième génération pour l'instant. 
"Premièrement, le J-20 a une capacité furtive exceptionnelle, deuxièmement, il a une capacité exceptionnelle de frappe à longue portée, troisièmement, il a une capacité exceptionnelle en matière de guerre de l'information", a déclaré Yang à CCTV. 

J-20 refueling nozzle device 1.jpg


Le Chengdu J-20 « Weilong » :

Le mystérieux avion furtif chinois Chengdu J-20 »Weilong », ou puissant dragon, est l'un des avions de combat les plus perfectionnés selon les dires de l’avionneur chinois. L’avion est censé pouvoir répondre au F-22 américain.

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

Pour l’instant, on ne connaît pas encore le modèle exact du moteur WS-10 qui équipe le J-20. Certains avancent en Chine, qu’il pourrait s’agit du WS-10-T2. Il semble par contre que la version du WS-10 est une dérivée du WS-10B qui incorpore les améliorations portées du WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de la soufflante et du compresseur. On estime la poussée à 14 tonnes avec postcombustion.

L’avion dispose d’une baie ventrale pour l’armement d’une longueur estimée à 4,5 mètres pour 3 mètres de largeur, l’avion semble pouvoir emporter quatre missiles air-air de moyenne portée PL-15 des missiles air-air à courte portée PL21. Par contre, les missiles air-air de courte portée sont localisés aux niveau des petites soutes latérales de chaque côté du fuselage à proximité des entrées d’air pouvant chacune recevoir un missile air-air PL-10.

Le J-20 mesure 20,3 mètres de long et a une envergure de 12,9 mètres. Il est fabriqués à partir d’alliages avancés, avec un poids à vide d’environ 19 000 kg pour une masse maximum de 32 000 kg. L’avion affiche un plafond de 20 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 2 (2 470 km / heure),

Les coûts de recherche et développement du J-20 ont été estimés à plus de 30 milliards de yuans (4,4 milliards de dollars), avec un coût par avion de 100 à 110 millions de dollars.

Photos : 1J-20 avec ses missiles 2La perche de ravitaillement @ CCTV

 

01/11/2018

Salon aéronautique de Zuhai, le J-20 en vedette !

The-Chengdu-J-20-was-shown-off-by-China-at-the-Zhuhai-air-show.-Image-courtesy-of-Wikipedia.-e1478107293833.jpg

Dans quelques jours,se tiendra le Salon aéronautiqueChina 2018 à Zhuhai du 6 au 11 novembre. L’occasion de découvrir plusieurs nouveautés chinoises et notamment d’en apprendre un peu plus sur le Chengdu J-20 « Weilong » qui sera présent.

Quatre J-20 de l'armée de l'air de l'Armée de libération du peuple (ALP) ont survolé l'aéroport de Zhuhai Jinwan vers 8 h 30 mardi. Deux formations de J-20, composées chacune de deux avions de combat, ont effectué un passage à basse altitude sur l'aéroport, après quoi l'une d'entre elles a effectué une performance en vol acrobatique en solo. Les avions de combat sont rapidement partis. Mais selon Song Zhongping, expert militaire et commentateur de télévision chinoise, l’avion devrait être présenté lors du salon. Ce premier passage marquait une phase de répétition avant l’ouverture du Salon.

Le J-20 pourrait présenter des performances de vol pour démontrer à quel point l'armée de l'air de la PLA l'a maîtrisée au cours des deux dernières années. Le J-20 affichera davantage de manœuvrabilité au combat qui devrait étonner les spectateurs lors du spectacle aérien.

Le Chengdu J-20 « Weilong » :

2867af978f024cce87504590dfc65817.jpg

Le mystérieux avion furtif chinois Chengdu J-20 »Weilong », ou puissant dragon, est l'un des avions de combat les plus perfectionnés selon les dires de l’avionneur chinois. L’avion est censé pouvoir répondre au F-22 américain.

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

Pour l’instant, on ne connaît pas encore le modèle exact du moteur WS-10 qui équipe le J-20. Certains avancent en Chine, qu’il pourrait s’agit du WS-10-T2. Il semble par contre que la version du WS-10 est une dérivée du WS-10B qui incorpore les améliorations portées du WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de la soufflante et du compresseur. On estime la poussée à 14 tonnes avec postcombustion.

L’avion dispose d’une baie ventrale pour l’armement d’une longueur estimée à 4,5 mètres pour 3 mètres de largeur, l’avion semble pouvoir emporter quatre missiles air-air de moyenne portée PL-15 des missiles air-air à courte portée PL21. Par contre, les missiles air-air de courte portée sont localisés aux niveau des petites soutes latérales de chaque côté du fuselage à proximité des entrées d’air pouvant chacune recevoir un missile air-air PL-10.

 

Quelques données :

Le J-20 mesure 20,3 mètres de long et a une envergure de 12,9 mètres. Il est fabriqués à partir d’alliages avancés, avec un poids à vide d’environ 19 000 kg pour une masse maximum de 32 000 kg. L’avion affiche un plafond de 20 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 2 (2 470 km / heure),

Les coûts de recherche et développement du J-20 ont été estimés à plus de 30 milliards de yuans (4,4 milliards de dollars), avec un coût par avion de 100 à 110 millions de dollars.

 

IMG_4202_SfM9Lsa.JPG

Photos :Le J-20 @ CCTV

 

17/06/2018

Lockheed-Martin fête les 75 ans de Skunk Works !

WEBT-SR-71-night.jpg.pc-adaptive.1920.medium.jpeg

L’avionneur américain fête les 75 ans de son bureau d’étude des Advanced Development Programs (ADP) plus connu sous le nom de « Skunk Works ». Ce bureau d’étude est à l’origine de nombreux programmes spéciaux qui ont révolutionné le monde de l’aéronautique.

Aucune mission n'est impossible :

Lockheed-Martin Skunk Works, c’est la volonté de développer rapidement des solutions nouvelles afin de garantir un avantage absolu. Ce qui distingue le Skunk Works, c'est son approche unique créée par le fondateur Kelly Johnson. Cette approche est encore attestée aujourd'hui par les petites équipes autonomes, les processus rationalisés et la culture qui valorise les leçons apprises lorsque vous êtes assez audacieux pour tenter quelque chose qui n'a pas été fait auparavant.

Pour les ingénieurs de Skunk Works, il est important de résoudre des problèmes difficiles, avec une attitude «positive»  et qui a donné lieu à de nombreuses premières dans le domaine de l'aérospatiale et à d'innombrables innovations technologiques. Le bureau d’étude à été fondé en 1943 lorsque le visionnaire Clarence "Kelly" Johnson a obtenu le feu vert pour créer un département d'ingénierie expérimental afin de commencer à travailler sur le chasseur à réaction secret XP-80 « Shooting Star ». Johnson et son équipe ont conçu et construit le XP-80 en seulement 143 jours, soit sept de moins que ce qui était requis. C'est ce projet qui a marqué la naissance de ce qui allait devenir le « Skunk Works » avec Kelly Johnson à sa tête.

8412864740_abae43eb50_c.jpg

Ce qui a permis à Johnson de faire fonctionner le Skunk Works de manière si efficace et efficiente était son approche organisationnelle non conventionnelle. Il a enfreint les règles, défiant le système bureaucratique qui a étouffé l'innovation et entravé le progrès.

C'est cette approche unique qui a permis de créer des avions uniques comme leLockheed P-80 Shooting Star, le F-104 Starfighter , l’avion espion U-2et l’incroyable SR-71 « Balckbird » et le drone supersonique D-21, sans oublier le F-117.

En dehors de ses murs très opaques, personne ne sait combien de projets ont été développés par bureau secret de Lockheed et combien de flops ils ont eu. Par contre, la renommée de « Skunk Works » est reconnue à travers le monde entier, car celui-ci a repoussé de nombreuses barrières et est à l’origine de nombreuses innovations.

f117a.jpg

 

Photos : 1 le SR-71 2 L’U-2 F-117 @ Lockheed

 

 

 

30/10/2017

Chine, de nouvelles informations sur le J-20 et FC-31 !

 Chinese FC-31J-31Shen Fei (Falcon Eagle) Stealth 5th Fighter Aircraft demonstration its capabilities at China International Aviation & Aerospace Exhibition 2014 (Airshow China 2014).  (4).jpg

 

De nouvelles informations sur le développement des chasseurs à réaction Chinois ont émergé cette semaine. Ces informations concernent en particulier le développement des programmes furtifs J-20 et FC-31. Pour un grand nombre d’observateurs occidentaux, l’accent est actuellement mis sur les développements indigènes dans le but de pouvoir un jour ne plus dépendre de programmes étrangers comme c’est encore le cas aujourd’hui.

Chengdu Aircraft Corporation a annoncé que son J-20 dispose désormais d’un APU et du moteur chinois WS-15 fiable produit localement. Les modèles précédents du J-20 étaient équipés du moteur Saturn Lyulka AL-31F de fabrication russe. Le moteur chinois ne peut toujours pas égaler les performances du Pratt & Whitney F119 qui équipe le Lockheed-Martin F-22 " Raptor ", mais il est équipé du mode « Supercruise ». Selon l’avionneur chinois, une centaine de J-20 seront en service d'ici 2020.

2565819072.jpg

Le Chengdu J-20, soit un appareil de la cinquième génération de combat furtif, devra répondre à trois rôles bien précis. Ayant des capacités furtives semblables à celles du F-22 et F-35, l’avion semble offrir des capacités dans un certain nombre de rôles, de l’interception à l'attaque de précision à long rayon d’action. L’avion dispose de deux baies latérales pour les petits missiles air-air et une grande baie sous le fuselage pour accueillir des missiles de plus grandes tailles et des armes d'attaques de surface à guidage de précision.

De son côté, le Shenyang FC-31 a fait l'objet d'une refonte majeure pour corriger un certain nombre d'insuffisances constatées dans les prototypes d'origines. La structure a été retravaillée de sorte qu'elle est maintenant plus lourde de trois tonnes et plus longue de 20 à 30 pouces. Le moteur RD-33 de fabrication russe de l'avion a été remplacé par le moteur chinois WS-19 censé être «sans fumée», et dispose également du mode « Supercruise ». Des travaux ont été entrepris pour réduire sa signature radar. Le radar aurait également été mis à niveau avec de nouveaux modes, notamment la capacité de réaliser des tâches de ciblage dépendant ou de gestion du champ de bataille.

Le Shenyang J-31 est un chasseur de taile moyenne utilisant des moteurs russes RD-93 et à terme des moteurs chinois WS-13. L’avion reprend les entrées d’air du F-35 sans séparateur de couche du moins en apparence. On notera que les tuyères sont classiques à la différence du F-22. Conçu par l'Institut 601 de Shenyang et fabriqué par l'usine 112, toujours à Shenyang. Selon les premières communications de la China Aviation Industry dédiée à cet avion, indiquent qu'il a une faible signature radar et une forte capacité en matière de contre-mesures électroniques. Il a une capacité multirôle. Les systèmes de bords permettent la fusion des données. De plus, l’avion capacité en logistique intégrée et un haut ratio qualité/prix. Il peut décoller sur 400 mètres et atterrir sur 600 mètres. La durée de vie est estimée entre 6 et 8’000 heures de vol ou 30 ans de service.

3615463237.jpg

Photos : 1 FC-31 @ Weimeng 2 J-20 @ Chine nouvelle 3 FC-31 @ CCVT

 

 

 

18/04/2017

L’Iran fait rouler son drôle d’avion furtif !

F-313-new-tests-2.jpg

L’Iran a présenté une vidéo montrant son avion furtif Qaher-313 (Conquérant) entrain d’effectuer des essais de roulage au sol à faible vitesse. Présenté pour la première fois en février 2013 l’avion avait déclenché non seulement une déception de la part des spécialistes, mais avait également reçu une volée de moquerie sur les réseaux sociaux.

Rappel :

Présenté à l’époque comme "l'un des avions les plus avancés du monde", le Qaher-313 n’était en fait qu’une maquette dont le cockpit trop petit donnait l’impression que le pilote était un géant. Mieux, les trains d’atterrissages étaient faits de tubulures fragiles totalement dépourvu d’hydraulique. Pire, un tel concpet a été jugé totalement défectueux et bien incapable de s’envoler.

Un Qaher-313 qui roule :


L’avion présenté cette fois est un peu différent, de la maquette repésentée naguère. L’avion est doté de deux moteurs et dispose cette fois d’un train d'atterrissage renforcé. Le cockpit est de taille suffisante pour accueillir le pilote, quoique disproportionné par rapport à la cellule. Cependant, plusieurs des failles de conception précédemment révélées subsistent et posent de nombreuse interrogations. On notera que les entrées d'air sont trop petites et mal positionnées, ce qui réduirait vraisemblablement le flux d'air vers les moteurs. Le cordon d'aile est trop épais pour des performances élevées. Des moteurs qui semblent n'avoir pas de buses d'échappement, et une conception globale qui semble loin d'être furtive dans presque tous les aspects.

Mais le plus intéressant vient de la vidéo, en effet, les gouvernes ne sont pas synchronisées avec la roue du nez. Détails important qui semble confirmer qu’il s’agisse d’un véritable avion de combat mais bien d’un jouet de propagande.

 

qaher313-20170418.jpg

Photos : le Qaher-313