03/07/2019

Le Guatémala prépare l’achat de l’IA-63 « Pampa » !

3453051124.jpg

Il se pourrait que dans les heures qui suivent les ministres de la Défense argentin et guatémaltèque signeront l’achat de deux avions formateurs à réaction IA-63 « Pampa » de série III. Si cela se confirme, il s’agira de la première exportation de l’IA-63 « Pampa ». Le Ministère argentin de la défense a également annoncé des pourparlers en cours avec la Bolivie, le Costa Rica, le Mexique et le Paraguay.
Selon l’avionneur  argentin FADEA (Fábrica Argentine de Aviones) le montant de la transaction serait de 28 millions de dollars us. L’accord comprendraitune option pour trois autres aéronefs, une formation pour les pilotes, les techniciens et le matériel d’appui connexe. Le personnel guatémaltèque devrait commencer à s'entraîner à la fin juillet ou au début d'août. Des sources argentines indiquent que le Guatemala est très intéressé à exercer cette option lorsque le budget de la défense sera disponible.

Trois avions en concurrence :

L’IA-63 Serie III était en concurrence avec le L-39NG d'Aero Vodochody pour ce contrat et le Leonardo M-345 HET. Les raisons du choix ne sont pas encore clairement identiifées, le prix, le niveau de développement des appareils et la préférence politique et régionale ont pu jouer un rôle important.

L’IA-63 Pampa III :

La Fábrica Argentine de Aviones (FADEA) a réussi le premier vol de la nouvelle version de son avion école en septembre 2015. La nouvelle version du Pampa est alimentée par un moteur plus puissant que les versions précèdentes, soit l’Honeywell TFE731-40-2N de 16,5 kN de poussée. La FADEA a travaillé avec l’équipementier israélien Elbit Systems Ltd pour la mise au point de la nouvelle avionique qui comprend quatre écrans (deux pour chaque pilote) multifonctions 12,5 x 17,5 cm,  le navigateur/instructeur, dispose également d'une centrale inertielle d’Honeywell associée à un GPS et d'un altimètre radio et affichage cartographique numérique.  L’avion dispose également d’un nouvel ordinateur de mission. Cette troisième génération du Pampa propose deux types de sièges éjectables, soit : le Zvezda K36-L d’origine russe, ou l’AEROFINA Mk 10AR roumain, qui est en fait un dérivé du Martin-Baker MK10L anglais,  les restants de la guerre des Malouines étant encore bien présent, la FADEA contourne ainsi le problème.Cette nouvelle version pourra également être utilisée en version d’attaque au sol légère et peut emporter une charge utile maximale de 1’500 kg, soit une nette amélioration, par rapport aux 1160 kg des deux anciennes versions de l’IA- 63.

La Fábrica Argentine de Aviones (FADEA) estime pouvoir vendre entre 100 et 200 Pampa III en Argentine, mais également à l’exportation.

457854683.jpg

Photos : 1 l’IA-63 Pampa III 2 Cockpit @ FADEA

09/05/2019

Une année commerciale réussie pour Pilatus !

7928D275-2404-499D-9475-5C2BB1496695.jpeg

L'exercice 2018 a été particulièrement réussi pour l’avionneur suisse Pilatus, mais complexe également. À environ 1,1 milliard de francs suisses, le chiffre d'affaires a été ramené à un milliard. Au total, les 128 avions livrés comprenaient le premier PC-24, une étape importante dans l’histoire de la société. Au total, 18 PC-24 ont été livrés à des clients au cours de la dernière année. 

La situation financière en 2018 était meilleure que l'année précédente. Avec 1’092 millions de francs suisses, le chiffre d'affaires a dépassé la barre du milliard pour la première fois depuis 2015. Le résultat d'exploitation s'élève à 157 millions de francs suisses. Et l’avenir est prometteur: après avoir enregistré des commandes d’un milliard de francs, le volume actuel des commandes s’élève à 2,1 milliards de francs, soit un peu moins de deux années de chiffre d’affaires. Au total, 128 avions ont été livrés à des clients soit : 18 PC-24, 80 PC-12 NG, 27 PC-21 et trois PC-6.

Livraison du premier PC-24 : 

La livraison du premier jet PC-24 au premier client en février 2018 a marqué une étape importante dans la phase de développement, qui s'étend sur onze ans. Le tout nouveau jet Super Versatile a fait l’objet de nombreux travaux en 2018: outre la mise à niveau rapide des opérations de production de la série PC-24, l’unité de service client et l’ensemble du réseau de service passaient également en mode «direct». Pilatus a continué d'améliorer parallèlement le PC-24 en poursuivant divers programmes de tests post-certification visant à fournir toutes les capacités de l'avion promises aux clients dès le départ. La prochaine étape est imminente: la réouverture du carnet de commandes du PC-24. 

Les activités de service à la clientèle se développent :

Si le secteur militaire revêt une importance capitale pour Pilatus, le manque de nouveaux contrats de flotte d’avions formateurs en 2018 n’est pas une source de préoccupation: il se concentre sur les travaux en amont nécessaires et a renforcé ses efforts de vente dans ce domaine. La croissance constante du service après-vente est encourageante.

La division Aviation générale a également assisté à une expansion continue de ses activités de service à la clientèle. Le volume de PC-24 en fonctionnement augmente chaque semaine, générant une croissance similaire du nombre de clients nécessitant une assistance. Le réseau de centres Pilatus agréés a été renforcé pour offrir aux clients du monde entier le niveau de service auquel ils sont en droit de s'attendre dans la ligue des avions d’affaires.

Préparer le succès à l'avenir :

À la fin de 2018, le groupe Pilatus employait 2’283 personnes, dont 127 apprentis. Plus de 150 nouveaux emplois ont été créés. 93% des collaborateurs travaillent en Suisse. Au siège de Stans, les travaux de construction du nouveau hall d'assemblage de la structure avancent: ce nouveau centre de compétence pour les opérations de construction d'aéronefs sera mis en service au printemps 2019 - un signe clair de son engagement envers le site en Suisse.

Le nouveau centre de complétion géré par la filiale américaine Pilatus Business Aircraft Ltd à Broomfield, au Colorado, a ouvert ses portes à l'automne. À Adélaïde, les travaux préparatoires à la construction d’un nouveau bâtiment appartenant à la filiale Pilatus Australia Pty Ltd. se sont poursuivis.Photos : 1 PC-24 2 PC-21 @ Pilatus

pilatus aircraft,pc-24,pc-21,pc-12,aviation suisse,nbaa,ebace,bizjet,avions écoles,jets d’affaires,romandie aviation

 

23/04/2019

Reprise des vols pour l’HJT « Sitara » !

trye.jpg

L’avionneur indien HAL a repris les essais en de avion avion école intermédiaire HJT-36 « Sitara » à partir de son centre de production à Bengaluru. « Ce premier vol a été parfait et son succès est une étape importante vers le programme IJT», déclare HAL.

Les essais en vol de l’HJT-36, conçus et développés par HAL pour l'entraînement de phase II des pilotes de l'IAF, ont été suspendus après que l'avion eut rencontré des problèmes lors d'essais en 2016.»  HAL a poursuivi ses efforts de R&D et entrepris la modification de l’appareil HJT LSP4 sur la base d’études approfondies en soufflerie.

L’HJT a une longue histoire troublée depuis sa création en 1999. Avant cela, en 2014, HAL avait fait appel à une aide extérieure pour réduire le poids de l'avion. A l’époque, le ministère indien de la Défense avait ouvertement critiqué le programme. En février 2014, il a lancé une demande d'informations concernant un nouvel entraîneur à jet intermédiaire. Des problèmes sont également apparus à l’époque en ce qui concerne des problèmes de maintenance du moteur russe

NPO Saturn AL-55I. Plus tard, des prototypes ont été victimes d'accidents en 2007 et 2008, dont l'un lors de l'édition 2007 du salon Aero India à Bengaluru.

Le  HAL HJT-36 Sitara :

Le HAL HJT-36 « Sitara » (Etoile) est un jet école intermédiaire destiné aux Forces aériennes indiennes. Le HJT-36 doit normalement venir remplacera le HAL HJT-36 « Kiran ». Doté d’ailes basses en flèche, un cockpit en tandem et de petites prises d’air pour le moteur de part et d’autre de son fuselage. Il est entré en production en série limitée en 2010, mais selon les représentants de l’armée de l’air indienne, il restait «inapte» au service en raison de problèmes technologiques.

Le HJT-36 utilise des alliages légers et des composites. Il comporte un train d'atterrissage de type tricycle à rétraction hydraulique.  L'avion dispose d’un siège élejectable Zvezda K-26LT. Les commandes de vol sont conventionnelles et manuelles.L’avionique est numérique fournie par Genenral Electric Systems. L'affichage tête haute et le répéteur sont produits par Elbit Systems.  L'avion dispose de cinq points durs externes pour l'entraînement aux armes. 

 

234.jpg

Photos : HAL HJT-36 « Sitara » @ HAL

 

 

06/12/2018

Les T-6C de la RAF au complet !

37494943052_2ba833e811_b.jpg

Une étape clé dans le programme britannique de formation au pilotage militaire (MFTS) a été franchie le 3 décembre dernier, avec l’arrivée du dernier des 38 Beechraft T-6C acquis par l’entreprise commune Elbit Systems UK / KBR, Affinity Flying Training Services. Le Beechcraft T-6C turbopropulseurs remplace les Embraer Tucano T1 de la Royal Air sur la base de Anglesey, au nord du Pays de Galles.

Géré pour le ministère de la Défense du Royaume-Uni par Ascent Flight Training, joint-venture Babcock / Lockheed Martin, le cadre  du MFTS inter-services inclut également une flotte de 27 appareils de formation à réaction avancés BAE Systems Hawk T2.

Rappel :

Le ministère britannique de la défense avait signé en 2016 un contrat pour moderniser l’école de pilotage de la RAF.

Le Beechraft T-6C « Texan II » :

Une première étape de remplacement partiel de la flotte actuelle composée d’Embraer EMB-312 « Tucano » se fera avec 10 avions écoles de type Beechraft T-6C « Texan II ». Le Beechcraft T-6C « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T-6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6C dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6C est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la voltige, ainsi que l’introduction aux armes.

Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifié de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

T-6C-Texan.jpg

Photos :  T-6C de la RAF @ John Quin

28/09/2018

Boeing/Saab remportent le méga contrat des jets écoles de l’USAF !

139424652.jpg

St-Louis, Boeing et son partenaire suédois Saab ont remporté le « méga » contrat en vue du remplacement des avions écoles de l’US Air Force. L'annonce d'aujourd'hui est l'aboutissement d'années de mise au point sans faille par l'équipe Boeing et Saab », a déclaré Leanne Caret, président et chef de la direction, Boeing Defense, Space & Security. « Il est le résultat direct de notre investissement conjoint dans le développement d'un système axé sur les besoins spécifiques de l'US Air Force. TX Nous nous attendons à un programme de franchise pour une grande partie de ce siècle. » 

«Cette sélection permet à nos deux sociétés de tenir un engagement que nous avions pris ensemble il y a près de cinq ans«, déclare Håkan Buskhe, Président et CEO de Saab. «C'est un accomplissement majeur pour notre partenariat avec Boeing et notre équipe conjointe, et j'ai hâte de livrer le premier avion d'entraînement à l'U.S. Air Force.»

Le programme TX :

Le programme TX prévoit en effet, de remplacer la flotte vieille de 45 ans, soit près de 350 appareils écoles Northrop T-38 « Talon ». Boeing sera le maître d'œuvre et Saab AB le partenaire principal pour couvrir des domaines tels que la conception, le développement, la production, le soutien, les ventes et le marketing.

L’avion de Boeing & Saab était en compétition avec le M-346 (T-100) d’Alenia Aermacchi/Raytheon, le T-50 de KAI associé à Lockheed-Martin.

967293534.jpg

Coup double de Boeing :

Avec ce nouveau contrat, l’avionneur américain signe un coup double avec ses partenaires européens. Il y a trois jours, Boeing en collaboration avec la division hélicoptère de Leonardo (AgustaWestland) avait remporté le contrat de remplacement des derniers UH-1N « Huey » avec le MH139 (AW139) pour un total de 84 aéronefs. Cette fois, associé avec l’avionneur suédois Saab, Boeing va produire près de 350 appareils pour un montant estimé à près de 9,2 milliards de dollars. Boeing va pouvoir commencer à placer des commandes auprès de ses fournisseurs, y compris le suédois Saab et soutiendra près de 17.000 emplois dans 34 états. 

boeing,saab. programme tx,us af,avions écoles,nouveaux jets écoles,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation

Comment expliquer ce choix ?

Il faudra attendre un peu pour connaître exactement les éléments de ce choix. Le KAI T-50 est un bon avion, mais qui n'a pas véritablement percé le marché au contraire du M346, qui est le jet le plus vendu de la nouvelle génération. Pourtant, ces deux avions souffrent du même problème, ils sont été adapté pour répondre aux besoins de l'USAF, tandis que le TX de Boeing/Saab a été conçu dès le début, pour coller parfaitement au cahier des charges de cette dernière. C'est là que réside une grande part de ce succès.

3229396489.jpg

Le TX de Boeing/Saab :

Le TX de Boeing / Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le TX dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le Boeing TX est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab TX est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles. 

 

765146841.jpg

Photos :Le TX de Boeing/Saab @ Boeing