30/06/2020

L’Irlande envisage l’achat d’avions de combat !

image.jpg

 

C’est une révolution qui pourrait bien avoir lieu dans le ciel irlandais ! A ce jour, l’Irlande est sous protectorat anglais. Un accord prévoit en effet, que la Royal Air Force (RAF) assure la protection aérienne et la police du ciel pour le pays.  

Les raisons du changement :

Deux raisons motivent ce changement. D’une part la sortie de la zone UE (Brexit) de l’Angleterre complique politiquement les relations entre les deux pays. L’Irlande en profite pour s’affranchir du poids du Royaume-Unis.

De l’autre, le ciel irlandais est de plus en plus soumis aux violations de l’aviation russe. Les bombardiers russes et autres avions de combat à l’étoile rouge augmentent d’années en années les vols dans la région pour rejoindre notamment le golfe de Gascogne. L'analyse récente des menaces commandée par e gouvernement n'est pas non plus très optimiste pour les années avenir.

De l’avis du général Ralph James, un ancien responsable de l’Irish Air Corps, « l’Irlande est probablement l’État le plus vulnérable d’Europe » et « se dire neutre n’est pas suffisant car la neutralité impose un fardeau dans la mesure où l’on doit interdire notre espace aérien aux parties qui s’opposent ».

Avions de combat multirôles : 

Le gouvernement irlandais envisage donc d'acheter des avions à réaction militaires qui auraient la capacité d'intercepter des avions à haute altitude et de surveiller entièrement le ciel irlandais.

Un nouveau document de stratégie d'investissement des Forces de défense sur cinq ans a indiqué que « les futurs projets à un stade de planification préalable » incluent le potentiel des « intercepteurs de combat aérien multirôles ».

En parallèle, le pays devrait s’équiper d’un réseau de radars au sol performant afin de détecter toute intrusion de trafic dans l’espace aérien irlandais. Un porte-parole des Forces de défense a déclaré: «une telle capacité est en cours d'examen et est basée sur une évaluation des menaces, mais aucun budget n'a été alloué pour le moment. Un tel avion serait capable de contrôler tous les aéronefs aéroportés dans l'espace aérien souverain irlandais, en particulier ceux qui se déplacent rapidement. » 

Une évaluation prochaine :

Une évaluation en vue de la commande d’appareils de combat tiendrait compte des demandes qui pourraient être faites à l'égard de ces intercepteurs et des capacités militaires qu'il devrait être en mesure de fournir, ainsi que des spécifications techniques et des capacités requises. Pour l’Irlande, il est déjà clair que l’avion sera européen. Le paquet devrait prendre en compte la capacité de formation et de maintenance avec un pays voisin. Se dirige-t-on en direction d’un partenariat anglo-irlandais sur l’Eurofighter ? 

Photo : Un Eurofighter britannique intercepte un bombardier Tu-95 au-dessus de l’Irlande @ RAF

 

05/06/2020

Syrie, des MiG-29 modernisés et neufs !

https---api.thedrive.com-wp-content-uploads-2020-05-mig-29-syria-top.jpg?quality=85.jpeg

La Russie a confirmé la livraison d'avions de combat MiG-29 en Syrie. L'ambassade de Russie à Damas a déclaré sur le 3 juin qu'un "deuxième lot" d'avions de combat MiG-29 avancés avait été remis à l'armée syrienne "dans le cadre de la coopération en matière de défense" et effectuait déjà des missions aériennes. Ce lot comprendrait des MiG-29 modernisés ainsi que des appareils neufs.

L'agence de presse syrienne SANA a annoncé le 30 mai qu'une cérémonie de remise des "avions de combat MiG-29 avancés et modernisés" avait eu lieu à la base aérienne russe Hmeimim dans l'ouest de la province de Lattaquié et que les avions effectueraient des missions au-dessus de la Syrie à partir du 1er juin. Pour confirmer cela, de nouvelles images ont commencé à circuler selon lesquelles des MiG-29 rarement vus en Syrie ont reçu une mise à niveau majeure des systèmes de combat.

De quoi parle-t-on ?

Les MiG-29S de l’armée syrienne modernisés au standard « SM » comprennent une mise à jour électronique  et de l’avionique. Mais, la grande nouveauté concerne la mise à niveau des contre-mesures électroniques appelé avec le système «Talisman ADS». Le système introduit les capacités défensives des MiG-29 syriens dans le 21e siècle en matière de contre-mesures électroniques en ce qui concerne la lutte contre les missiles d'interception aériens hostiles lancés par air (AAM) et lancés en surface (SAM) qui utilisent soit le radar ou un capteur infrarouge. Le système «Talisman ADS» produit par la Biélorussie a été installés par les russes sur les MiG-29S syriens (photo).

s4gf.png

Les avantages du système « Talisman ADS » :

Génération de brouillage automatique (sans intervention du pilote / opérateur) contre toutes les RES d'éclairage hostile.

Aucune restriction sur le nombre de RES embarqués et au sol simultanément bloqués.

Exclusion totale de l'auto-rayonnement de la porteuse ADS.

L'emploi de l'ADS n'impose aucune restriction aux tactiques de combat aérien de l'avion sous protection.

En formation rapprochée, le porte-ADS couvre en toute sécurité un avion voisin ami sans EPE.

Compatibilité électromagnétique totale avec l'équipement électronique radio de l'avion sous protection.

En outre, le système « Talisman ADS » dispose d'une suite de liaison de données intégrée au package défensif pour aider à réduire considérablement les risques qu'un incident de tir ami se produise dans un engagement au-delà de la portée visuelle (BVR) à l'aide de missiles guidés par radar et également pour aider à confirmer aéronef inconnu comme hostile, neutre (civil) ou ami dès que le radar le détecte permettant un temps de réponse maximum pour un pilote.

Étant donné que les MiG-29 syriens sont connus pour posséder des missiles à guidage radar actif  R-77 de fabrication russe, ce qui leur confère une capacité offensive moderne, le « Talisman ADS » en tant que package défensif moderne complète l'ensemble.

images.jpeg

En parallèle à la modernisation des appareils, la Russie livre également des MiG-29SM neufs. Le nombre n’est pas précisé.

Le MiG-29SM :

Le MiG-29SM est une version multirôle doté d’une avionique améliorée permettant l’emport d'armes de haute précision capables de détruire les cibles aériennes et terrestres. 

Le MiG-29SM est doté du radar N-019E (N-019ME) couplé à un ordinateur MVK-04. L’avionique comprend un nouveau système d'affichage de données avec un écran couleur multifonction MFD-54 et d'un système de contrôle de gestion d'armes supplémentaire. L’avion est doté d’un récepteur GPS. Un nouveau système de contre-mesures électroniques équipe également l’avion. Le MiG-29SM a reçu canal multiplex d'échange de données est ajouté avec un bus de la norme MIL STD 1553B.

L’avion emporte les missiles R-27ER1, R-27ET1 (T1) avec des têtes de guidage par radar et IR et des missiles RVV-AE avec des têtes de radar actives. Le système de gestion des armes amélioré garantit l'application d'armes de haute précision de la classe "A-S": les missiles Kh-29T (TE), Kh-31A, Kh-31P et les bombes guidées KAB-500Kr et KAB-500-OD. Lors de l'utilisation du pod de désignation cible ou de l'éclairage externe cible, il est possible d'appliquer les missiles Kh-29L, Kh-25ML ainsi que les bombes laser guidées.

Photos : 1 MiG-29SM en Syrie 2 Mig-29 syrien modernisé avec le Talisman ADS @SANA

 

 

 

01/07/2019

La Chine désire plus de Su-35 « Flanker-E » !

1717497_main.jpg

La Chine pourrait acheter davantage d'avions de combat Sukhoi Su-35, selon des analystes militaires chinois. Cette décision serait liée à une offre russe d’un lot supplémentaire.Un nouveau lot serait à même de venir combler rapidement les besoins de la PLAAF dont un grand nombre d’aéronefs sont aujourd’hui obsolètes de fabrication chinoises.

Selon diverses sources chinoises, un tel achat permettrait notamment d’améliorer le soutien logistique de la flotte déjà en service, car il y aurait davantage de pièces de rechange et de personnel dédié à l’avion. De plus, il y aurait également un intérêt économiques et politiques en raison des relations étroites entre la Chine et la Russie, et un achat par la Chine aiderait à dynamiser l'industrie aéronautique russe.

Rappel :

La Chine avait précédemment acheté à la Russie 24 avions de combat Sukhoi Su-35  « Flanker-E » pour environ 2,5 milliards de dollars. Tous ont  été livrés à la Chine.


Le Sukhoi Su-35 chinois : 

La version chinoise du Su-35 conserver les symboles cyrilliques d'origine sur les écrans LCD du poste de pilotage du Su-35S au lieu d'utiliser des hiéroglyphes en anglais ou en chinois  et ceci, afin de préserver l'intégrité du champ d'informations du pilote. De plus, les appareils sont modifiés pour permettre un mélange de munitions russes et chinoises. 

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale. L’avion est doté de la suite de guerre électronique L-265 Khibiny-M de la société KRET basée à Moscou.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures. L’avion dispose d’une vitesse maximale de Mach 2,25 à 11’000 m (36 089 pi), un taux de montée de 16’800 m/min au niveau de la mer, une charge utile de combat de 8’000 kg et un rayon d’action maximum avec un carburant interne de 1’529 km (niveau de la mer).

3749579833.jpg

Photos :Su-35 chinois @ PLAAF

01/04/2017

Le premier MiG-29M2 égyptien !

C8ROkCtWsAAzcXd.jpg

En février 2016, l’Egypte a passé commande pour total de 50 avions de combat de type MiG-29M/M2 pour un montant estimé à 2,5 milliards de dollars. Ces appareils doivent venir remplacer progressivement les bons vieux MiG-21.

Premières photos :

L‘avionneur RAC MiG a récemment publié quelques photos de la ligne de production des « Fulcrum » destinés à l’Egypte, ainsi que du premier biplace n°811 lors de ses essais en vol.

cyoijxyw8aazq_f.jpg

Le MiG-29M/M2 :

Le MiG-29M (le M2 est la version biplace) dispose d’une capacité multirôle et peut emporter des charges militaires augmentées par rapport aux versions antérieures de l’avion. Le cockpit dispose d’écrans multifonctions (EFIS). L’avion dispose du radar Phazotron NIIR N010 « Zhuk » avec capacité de suivi de terrain et mode cartographique numérique, il peut suivre 10 cibles et en engager quatre simultanément à 80km de distance. L’avion est motorisé avec deux Klimov RD-33K de 8 800 kgp avec postcombustion.

Les MiG-29M/M2 de la Force aérienne égyptienne (EAF) seront équipés de systèmes de recherche et de suivi infrarouge IRST de type OLS-UE initialement offert avec le MiG-35 et d’une suites de ciblage dotée de la puce PPK pour les frappes aériennes au guidage de précision. Une suite de contre-mesures électroniques (ECM) pour brouiller des missiles air-air guidés par radar sera également incluse dans le paquet.

Commentaire :

Le nouveau gouvernement cherche à moderniser son armée tout en préservant des liens tant en Occident qu’avec la Russie. Avec une flotte composée de F-16, de Rafales et bientôt du MiG-29M/M2 l'EAF tout en préservant ses possiblilités de pouvoir à l’avenir se fournir chez plusieurs fournisseurs, lui garrantissant un approvissionnement moderne à large spectre.

 

cyoijyixaay1uqp.jpg

Photos : 1 MiG-29M2 de l’EAF 2&3 ligne de fabrication @ RAC MiG

20/11/2016

Les Forces aériennes font leur travail !

 

police du ciel,forces aériennes suisse,hornet,avion russe,interception avion russe,blog défense,ara 24,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

La polémique enfle depuis hier en ce qui concerne l’interception d’un avion du gouvernement russe vendredi par nos F/A-18 « Hornet ». Pourtant, il n’y a rien d’extraordinaire, cette procédure s’inscrit dans le cadre normal de la police du ciel.

Réactions disproportionnées des Russes :

Les autorités russes se montrent très surprise ce contrôle aérien. Ceux-ci ont demandé des explications à la Suisse et parlent d’incident impliquant un avion du gouvernement russe dans l'espace aérien suisse, selon les dires de l'ambassade de Russie à Berne.

Procédure normale :

Le contrôle aérien qui s’est effectué ce vendredi par nos Forces aériennes est légal et fait partie des missions de celle-ci. L'interception en vol d'un aéronef par un avion de chasse obéit à des règles très précises, codifiées internationalement et connues de tous les pilotes de ligne ou d'avions légers.

En effet, dans le cade de la police aérienne et des procédures internationales, il est prévu qu’un Etat puisse effectuer des contrôles des aéronefs d’Etat étranger. Il s’agit de vérifier que le type, l’immatriculation de l’avion correspondent au plan de vol déposé.

En 2015, près de 300 avions ont été ainsi contrôlés. On démontre par ailleurs pour la même année 44 violations de notre espace aérien.

 

Principe de la Police du ciel :

1481398967.png

 

*Aide pour les avions en situation de détresse, défaillance technique ou problème de navigation Pour vérifier par exemple si le train d'atterrissage d'un appareil est sorti normalement ou remettre sur la bonne route un pilote égaré. Il faut alors les accompagner sur un aérodrome adapté. Pour vérifier par exemple si le train d'atterrissage d'un appareil est sorti normalement ou remettre sur la bonne route un pilote égaré. Dans le cas d'une panne radio, le pilote de l'intercepteur dispose de moyens permettant de savoir si cette panne est volontaire ou non. Sur instructions du centre de commandement dont il est "l'oeil et le bras", l'intercepteur pourra effectuer dans un premier temps une "reconnaissance à distance" de l'avion. Son commandant de bord, "bien sûr, est informé qu'il fait l'objet d'une interception".

En cas de besoin, l'intercepteur s'approche de beaucoup plus près pour procéder aux vérifications nécessaires, établissant un contact radio et visuel avec l'appareil intercepté.

*Identification ou intervention lors de la violation des règles du trafic aérien : entrée non-autorisée dans notre espace aérien, pas de contact radio, avions ne correspondant pas au type décrit dans le plan de vol.

*Identification ou intervention lors de la violation de l’espace aérien lors d’évènements comme le WEF, l’EURO, OSCE ainsi que lors de tensions internationales.

Toutes ces instructions, codifiées dans les règlements internationaux, sont connues de tous les pilotes, dans le monde entier. Si l'avion intercepté se conforme aux ordres, il reste surveillé jusqu'à son atterrissage. S'il n'obéit pas, la situation devient plus délicate.

Fonctionnement :

Deux appareils sont affectés à des «Hot Missions» et à des «Live Missions». Dans le premier cas, il s’agit d’intercepter des aéronefs qui violent gravement les règles du trafic ou la souveraineté sur l’espace aérien de la Suisse. Par «Live Missions», en revanche, on entend le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent pour le survol du territoire suisse une « diplomatic clearance ».

La première étape a démarrer en janvier 2016 : les avions seront prêts à être engagés du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h, pendant 50 semaines. Cette présence sera étendue à 365 jours en 2017. A partir de 2019, les avions seront prêts à intervenir de 6 h à 22 h. A la fin 2020, ils seront disponibles 24 h sur 24 pendant toute l’année.

images.png

 

 

Ce que l’on ne vous a pas dit :

Une certaine presse s’est largement moquée des fameuses « heures de bureaux » en 2014, lors du détournement du Boeing d’Ethiopian Airlines sur Genève. Si, effectivement nos pilotes ne pouvaient pas à cette époque décoller, nos Forces aériennes ont pourtant effectués leur travail. Car se sont elles qui ont coordonné avec les radars, l’interception de l’avion par les Eurofighter italiens, puis par les Mirage 2000 français et ceci jusqu'à l'atterrissage à Genève. Eh oui, tout le monde ne dormait pas au sein de l'armée, comme on a tenté de vous le faire croire !

 

20121961.jpg