24/02/2013

Gripen E : Les appuis politiques !

5775.hp_DSC9775.jpg-800x0.jpg

Les ambiguïtés sur l’achat de l’avion de combat Gripen E tombent les une après les autres, Les falsifications et les tentatives de dés-informations concernant l’avion suédois sont aujourd’hui caducs. Les commissions révèlent (enfin) la vérité sur le sujet.

Commissions favorables : 

Suite à l’approbation favorable de la commission des finances sur l’achat de l’avion de combat Gripen E, la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats a donné son aval à l'achat de 22 Gripen par 9 voix contre 4. L'objet devrait donc franchir facilement le cap du Conseil des Etats le 5 mars prochain. «La capacité des Gripen n'est pas contestée de notre côté», avait expliqué le président de la commission Hans Hess (PLR/OW). En outre, il s'est dit convaincu que les risques financiers liés à l'acquisition peuvent être écartés.

 

La droite monte au front :

 

DSC_2880.jpg


Les libéraux-radicaux ont indiqué dans un communiqué qu'ils soutiendraient la création du fonds spécial et l'achat du Gripen E. Les quatre conditions qu'ils avaient fixées dans le cadre de la polémique autour du processus d'évaluation sont désormais remplies dans les contrats provisoires, écrivent-ils.

Le groupe parlementaire UDC, réuni vendredi et samedi à Wattwil (SG) en présence du ministre de la défense Ueli Maurer est du même avis. A la quasi unanimité, 40 voix contre une et 2 abstentions, il a décidé de soutenir l'achat du jet de combat suédois au nom de la souveraineté et de la neutralité du pays.

Le PDC s'était déjà dit satisfait des explications fournies par Ueli Maurer et du message du gouvernement sur le Gripen. 

Rappel sur le sujet de l’avion Gripen E : 

 

Solid_base_continuous_upgrades_illustration_750.jpg


  • Le coût d’acquisition du Gripen est de 40% inférieur à celui de ses concurrents.
  • Les frais d’exploitation du Gripen représentent un quart de ceux de ses concurrents.
  • Grâce à sa haute fiabilité et à des temps de réparation réduits, le Gripen assure davantage d’heures de vol aux forces aériennes.
  • Le gouvernement suédois garantit le développement constant de l’avion de combat dans le futur.
  • L’impact du Gripen sur l’environnement est sensiblement plus faible que celui de ses concurrents.
  • Saab crée des emplois et des activités à long terme en Suisse et garantit à l’industrie helvétique des volumes d’affaires supérieurs à 100% du prix d’acquisition.
  • La Suède propose à la Suisse une large coopération en matière d’armement et des opportunités d’entraînement incomparables en Suède.

Au lieu de construire un avion et de devoir ensuite effectuer une mise à jour de mi-durée majeure et très coûteuse, Saab apporte des améliorations critiques mais de moindre importance tous les deux à trois ans. Cette philosophie de développement implique de nombreux avantages. 

Chaque étape de mise à jour de cette échelle de développement est appelée un « Materiel System », ou MS. Chaque MS concerne aussi bien l'avion que les systèmes de support opérationnels et de maintenance. L'illustration ci-dessus présente toutes les étapes du MS14 au MS22. L'étape du MS14 a été nommée le Gripen A/B, tout comme le MS15 et le MS16. Mais par la suite, lors de l'introduction du MS17, le nom de l'avion a changé pour devenir le Gripen C/D. Voilà comment cela fonctionne. Après une série d'étapes  MS, la somme des mises à jour devient tellement importante que le nom de l'avion change pour refléter cette évolution. Partant de cette logique, on peut observer que le prochain changement de nom interviendra lors de l'introduction du MS21.


 

613430_pic_970x641.jpg


Lien sur le programme Gripen E : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/tag/gripen+biocarburant

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-...

 

Photos : 1 Gripen F de démonstration en vol avec un F/A-18D à Axalp @ Swiss Air Force 2 Au roulage à Emmen 3 Nacelle ATFLIR III sur le Gripen C @ Pascal Kümmerling


11/07/2012

Le Gripen F vole avec son radar AESA !

 

 

Gripen with ES 05 Raven pic3.jpg


 

Le démonstrateur Gripen NG est depuis quelques temps, doté de la version définitive du radar ES-05 «Raven» de type AESA (Active Electronically Scanned Area). L’avion a été présenté à la presse, lors du Salon aéronautique de Farnborough. Cette présentation était réalisée avec le fournisseur de l’antenne à balayage électronique SELEX Galileo.

Le Gripen E/F, de part son démonstrateur atteint maintenant la phase finale de tests,  avec l’adaptation de son radar AESA définitif et se terminera avec le montage du capteur IRST (SKYWARD-G). Ce radar AESA vient de débuter, par ailleurs, la phase de tests en vol pour sa qualification. La version du radar ES-05 «Raven » installé dans le nez du Gripen F, est issues des modèles antérieurs, qui ont servit de banc d’essais depuis 2008. Cette version du radar AESA a subit au préalable une batterie de tests, servant à son homologation depuis les installations de Finmeccanica d'Edimbourg en Ecosse en vue de son installation sur l’avion développeur.

Le radar AESA en version définitive sera présenté un peu plus tard, dans l’année, en vol aux équipes de pilotes d’essais suisses d’Armasuisse et des Forces Aériennes (nous aurons l’occasion d’y revenir le moment venu).

 

radar%202936%2072%20400.jpg
radar%202991%2072%20400.jpg

 

L’ES-05 « Raven » :

Le radar à antenne à balayage électronique qui doit équiper les versions « Echos & Fox » du Gripen est développé par Saab et SELEX Galileo. Le corps du système reprend les éléments du radar PS-05 Ericsson auquel on y a ajouté l’antenne active de SELEX Galileo ainsi que des éléments du Vixen 1000E. Celle-ci, est par ailleurs montée sur un plateau cyclique (swashplate) repositionnable qui permet de fournir une plage de détection de  ± 100 º.

Selex-Galileo-Raven-ES-05-AESA-2.jpg

 

 

La série de capteurs comprend des capteurs actifs et passifs intégrés pour permettre une commande centrale et la fusion de capteurs. Ces éléments permettront d’améliorer de façon significative la capacité multirôle et la performance des capteurs face aux menaces futures et à des scénarios plus complexes.

Le RAVEN ES-05 bénéficie de la technologie extrêmement fiable du module émetteur/récepteur de l’AESA, ce qui améliore considérablement la disponibilité du système et permet de réduire le coût de cycle de vie. Les radars AESA de SELEX Galileo présentent des performances exceptionnelles et une fiabilité accrue supérieures aux radars à balayage mécanique traditionnels. Ils offrent également tous les avantages des antennes AESA multifonctions et garantissent des économies de coûts à long terme.

Le radar Raven ES-05 a été conçu dès le départ comme un système modulaire unique et efficace à même de répondre aux exigences mondiales en matière de détection radar de conduite de tir et de suivi de cibles. Il s’appuie sur des unités modulaires courantes qui permettent d’offrir une architecture de système évolutive capable de répondre aux besoins de conduite de tir et aux exigences opérationnelles des radars d’interception tout en restant résistant aux contre-mesures radar.

L’antenne AESA est couplée à des unités remplaçables en ligne (LRU) d’un récepteur-excitateur multichaîne entièrement numérique et d’un processeur. Ces dernières fournissent une suite complète de modes dont les modes air-air et air-sol, des fonctions de brouillage et de support pouvant être facilement adaptées ou étendues au logiciel afin de satisfaire les besoins futurs.

Le radar exploite les techniques de confirmation d’alertes de l’AESA pour confirmer les cibles lors de la première détection. Ces techniques, associées aux formes d’onde optimisées d’AESA, permettent d’augmenter les champs d’initialisation de la trajectoire, tout en conservant simultanément une capacité d’appréhension totale de la situation. La capacité de balayage instantanée de l’AESA fournit également une suite complète de modes simultanés air et sol, afin de conférer au pilote une appréhension totale et fidèle de la situation.

Au cœur de la conception du radar AESA se trouve la capacité de gérer la panne individuelle d’un seul composant. Les pannes de composants dans l’antenne entraînent une dégradation progressive de la performance et non une panne complète du système, fournissant ainsi une disponibilité opérationnelle plus élevée que les systèmes de radar traditionnels. Des économies de coût sur la durée de vie du système sont réalisées grâce à la haute fiabilité, l’amélioration de la disponibilité et la réduction des exigences relatives à la maintenance.

 

Les avantages de l’antenne AESA :

Un radar ainsi équipé offre une extrême flexibilité. Les modules (TRM) peuvent être divisés en "sous-radars" ayant chacun une tâche différente (air-air, air-sol, brouillage ).

Ce type d’antenne permet un accroissement de la portée. La puissance émise et leur portée sont augmentées de 20 à 70 %.

Discrétion et résistance au brouillage (travail simultané sur des fréquences différentes).

Fiabilité (pas de mécanique, redondance des antennes).

Nombreuses applications potentielles (arme à énergie dirigée, transmission de haut débit ).

Ce type de radar permet un champs d’application à de nouvelles tactiques, comme par exemple, de maintenir la liaison de données de missiles et de s’en détourner, tandis,  que le scénario se poursuit le radar acquiert d'autres cibles et/ou effectue d’autres tâches.

getasset.jpg

 

 

Photos : 1 Radar AESA ES-05 avec son antenne montée sur le Gripen F 2 & 3 Présentation à la presse au Salon de Farnborough 4 Version test avec l’IRST (SKYWARD-G) @ Saab/Selex Galileo