26/06/2016

X-57 l’avion électrique de la NASA !

leaptech_demonstrator_concept1-1024x720.jpg

 

Lors du forum annuel de l’aviation et de l’aéronautique qui se déroulait à Washington à la mi-juin, la NASA a présenté son projet d’avion électrique X-57. L’objectif étant de démontrer les possibilités de la propulsion électrique.

Le X-57 :

L’avion de démonstration X-57 de la NASA est issu du programme « New Aviation Horizons ». Ce programme doit permettre à la NASA révolutionner la recherche aéronautique en matière d’écologie.

Le X-57 sera basé sur une cellule Tecnam P2006 remotorisé avec 14 moteurs électriques. Les 12 petits moteurs fixés à l'aile serviront au décollage et à l'atterrissage, les deux gros aux extrémités à maintenir une vitesse de croisière de 175 mph, soit 280 km/h. L'avion, qui pourra dans un premier temps accueillir un seul pilote, aura un rayon d’action de 100 miles (160 km) et un temps de vol maximum d'environ une heure.

Selon la NASA, l’avion offrira également une réduction des frais de maintenance de l’ordre de 40%.

08479444-photo-avion-electrique-nasa-x-57-maxwell.jpg

 

Photos : le X-57 @ NASA

11/07/2015

L’E-Fan d’Airbus a traversé la Manche !

F-WATT_EADS_Innovation_Works-ACS_E-Fan_mock-up_PAS_2013_01.jpg

 

 

C’est petit exploit qui va marque l’aéronautique pour longtemps, le petit avion entièrement électrique E-Fan enduit par l’avionneur européen Airbus a réussi ce vendredi à traversé la Manche. Un exploit qui n’est pas sans nous rappeler celui de de Louis Blériot en juillet 1909. 

 

Le petit avion électrique E-Fan a donc réussi a traverser la Manche en 37 minutes après avoir décoller de l’aérodrome de Lydd en Angleterre, l’avion piloté par Didier Esteyne s’est posé sur l’aérodrome de Marck près de Calais.

 

Un vol important : 

 

Pour l’avionneur européen, ce vol doit permettre d’apprendre et de tirer une expérience importante sur la motorisation électrique. Si, il n’est pas encore question de doter les gros porteurs d’une telle technologie pour l’instant, elle le sera peut-être en 2050, avance-t-on prudemment chez Airbus. Silencieux et non polluant, l’E-Fan est certainement à l’aube d’une aviation plus respectueuse de l’environnement. De plus, il s'agit d'un projet ayant un véritable venir à court terme, ce qui le différencie de ses concurrents.

 

Un avion concret : 

 

l’E-Fan offre une multitude de possibilités à très  court terme, et vise les aéroclubs et les écoles de pilotage et ceci dès 2017. Dans un premier temps, l’E-Fan sera sensiblement plus cher qu’un avion moteur thermique, soit au pris de 200’000 euros contre 150’000 pour un avion classique. Mais ce prix devrait rapidement baisser au vue des possibilité et du coût à l’heure de vol, en effet, le plein d’électricité ne coûtera que 2 euros.

 

E-fan-Bleriot-XI-comparison.2015-07-06-14-05-33.jpg

 

 

Airbus E-Fan: 

 

Monoplace de 9,5 m d’envergure pour 6,7 m de long, il ne pesait que 500 kg à vide à l’origine et utilise désormais des batteries lithium-ion, pesant 167 kg, venues remplacer les modèles lithium-polymère (et qui pesaient 137 kg). Elles sont logées dans les ailes, côté emplanture. Deux moteurs électriques, développant 60 kW au total, entraînent deux hélices carénées. Au sol, un troisième moteur électrique (6 kW) entraîne, lui, la roue unique du train d’atterrissage, située sous le fuselage. L’avion a une vitesse de croisière d’environ 150 km/h.

 

L’actuel modèle de l’E-Fan 1 qui a réussi ce vol devrait donné naissance à deux modèles pour la production, l’E-Fan 2.0 avec deux sièges côte à côte et l’E-Fan l'E-Fan 4.0 à quatre sièges, avec une autonomie programmée de plus de trois heures.

 

Meeting_Ferté_Alais-0008.JPG

 

 

Photos : 1 E-Fan au Bourget 2 La motorisation @ Airbus 

 

04/12/2014

Un B787 vole au diesel vert !

K66249-02_sm.jpg

 

Seattle, le constructeur aéronautique américain Boeing a fait voler pour la première fois un avion de type B797 « Dreamliner » au "diesel vert", un biocarburant déjà utilisé dans le transport terrestre.

 

Ce premier vol test a été effectué mardi par un appareil de type  B787 de démonstration, l'ecoDemonstrator n° ZA004. L'avion a volé avec un mélange de carburant contenant 15% de diesel vert et 85% de kérosène.

 

Le diesel vert est produit à base d'huiles végétales, d'huiles de cuisson usagées et de déchets de graisses animales. Il est déjà utilisé dans les transports terrestres,  mais est différent du "biodiesel" (éthanol) fabriqué à partir du maïs ou du soja.

 

L'avionneur estime qu'avec une capacité de production de 3 milliards de litres aux États-Unis, en Europe et en Asie, le diesel vert pourrait "rapidement" satisfaire jusqu'à 1% de la demande mondiale en carburant aéronautique. En outre, plaide Boeing, son coût d'environ 0,8 dollar par litre (incitations du gouvernement américain comprises), se rapproche du prix du kérosène.

 

Boeing, qui travaille actuellement sur différents types de biocarburants, estime que le diesel vert offre "une formidable opportunité pour le transport aérien d'accéder à des biocarburants durables et compétitifs".

 

Pour convaincre les sceptiques, Julie Felgar, la directrice de la stratégie environnementale, indique que le groupe mettra à disposition "les données enregistrées sur plusieurs vols de l'+ecoDemonstrator+ afin d'encourager la validation de ce biocarburant".

 

Photo : B787 ecoDemonstrator@ Boeing