11/06/2020

Premier avion électrique certifié en Europe !

Pipistrel-Velis-Electro-scaled.jpg

L'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne (EASA) a annoncé la certification du premier électrique, un Pipistrel Velis Electro. Il s’agit de la première certification de type mondiale d'un avion entièrement électrique et une étape importante dans la quête d'une aviation écologiquement durable.

Le Velis Electro est un avion biplace destiné principalement à la formation des pilotes. La société Pipistrel, basé en Slovénie, est l'un des principaux concepteurs et fabricants de petits aéronefs, spécialisé dans les aéronefs haute performance à haut rendement énergétique et abordables. Le Velis Electro rejoint une gamme de produits d'avions similaires, mais à propulsion conventionnelle.

La certification, achevée en moins de trois ans, n'a été possible que dans ce délai en raison de la coopération étroite entre Pipistrel et l'AESA, dans le but commun de garantir que l'avion répondait aux normes de sécurité élevées requises pour la certification. Le projet a également apporté d'importants enseignements qui soutiendront les futures certifications de moteurs et d'avions à propulsion électrique.

L'avion est propulsé par le premier moteur électrique certifié, le E-811-268MVLC, certifié par l'AESA pour Pipistrel le 18 mai 2020. 

pipistrel,velis electro,avion électrique,avion école électrique,aviation et écologie,aviation et climat,les nouvelles de l'aviation,easa,foca suisse,avion de tourisme,avion école

Le projet de certification s'est développé en deux volets, tout d'abord les activités de certification typiques liées à l'avion et en parallèle un programme coordonné d'essais en vol utilisant une flotte d'Alpha-Electros (non certifiés) sous le permis de l'AESA pour voler.

Avoir la capacité d'exploiter un avion similaire signifiait que l'équipe de l'AESA, qui comprenait des membres des Autorités Nationales de l'Aviation (France DGAC FR et Suisse FOCA), avait accès aux données opérationnelles nécessaires à l'activité de certification, tout en mettant en évidence les besoins opérationnels pour permettre à l'électricité aviation.

Au cours de ces projets, l'AESA a acquis une expérience de première main en vol électrique, en apprenant davantage sur les batteries et leurs systèmes de gestion, ainsi que sur les unités de puissance des moteurs électriques. Ces informations ont été utilisées pour développer la condition spéciale E & HPS afin de permettre davantage le vol électrique.

Le Pipistrel Velis Electro :

Le Velis Electro est propulsé par un moteur électrique Pipistrel E-811 de 76 ch (58 kW) développé avec les sociétés d'ingénierie slovènes Emrax et Emsiso, entraînant une hélice composite à trois pales à pas fixe de Pipistrel.

La masse maximale au décollage est de 600 kg (offrant une charge utile de 170 kg, une vitesse de croisière 170 km/h et une autonomie pouvant atteindre 50 minutes.

Le Pipistrel Velis Electro peut être exploité commercialement et est entièrement approuvé pour la formation des pilotes. L’entreprise prévoit de livrer plus de 30 exemplaires cette année à des clients dans sept pays.

electro.png

 Photos : 1 Velis Electro 2 le moteur électrique @ Pipistrel

 

 

10/06/2011

L’impressionnant Cessna Corvalis TTX !

 

sin_TTX_ext5_1280x1024.jpg

 

Si vous êtes (comme moi) un habitué de la gamme des avions Cessna doté d’une hélice, le Corvalis a de quoi vous surprendre de part son « look », mais aussi au niveau de ses performances inégalées pour un appareil de tourisme !  Petit détour auprès d’un appareil remarquable, qui dépoussière considérablement l’image traditionnelle de gamme des avions d’aéroclub de Monsieur Cessna ! Il faut vous dire que si, comme moi, vous avez fait vos premières gammes sur les célèbres C-152 & C-172, ce nouvel opus à de quoi étonner !

 

sin_TTX_ext6_1280x1024.jpg

 

L’origine du Corvalis TTX :

 

Le Corvalis tient son nom d’une petite ville de l’Oregon, à  l’origine il est sorti des planches à dessins  de Colombia Aircraft, petite société ayant fait faillite (hé, oui on se doutait que l’idée d’une aile basse ne venait peut-être pas totalement de Cessna) sous l’appellation de Columbia 400. A ses débuts d’ailleurs, Cessna le dénommait Corvalis 400. Le Corvalis TT (Twin Turbocharged) est arrivé sur le marché des avions de tourisme en 2004 après certaines  améliorations prodiguées par Cessna, l’avion est entièrement en matériaux composites qui lui confère une durabilité inégalée. Pour exemple, un Corvalis TTX a subi 171.000 cycles d’essai-fatigue soit l’équivalent de 120 années de vie et la cellule de celui-ci n’a quasiment pas vieillit. Doté d’un moteur Teledyne Continental turbocompressé TSiO-550-C (2600 tr / min.) couplé à une hélice McCauley qui lui permet d’atteindre une vitesse maximale de 235 nœuds avec un taux de montée de 1,400 pieds par minutes pour une distance franchissable de 1.250 miles nautiques. Ce qui en fait l’appareil le plus rapide de sa gamme.

 

sin_TTX_int4_1280x1024.jpg

Un design exceptionnel :

Performances et beauté, le Corvalis allie donc d’excellentes performances et ne laisse pas indifférent de part ses lignes aérodynamiques, une cabine luxueuse dotée d’une avionique dernière génération. Là aussi, plus rien à voir avec l’intérieur « basic » d’un C-172 le Corvalis offre une gamme de siège en cuir avec divers coloris, le pilote dispose d’un petit manche latéral et d’une avionique Garmin G2000 avec deux écrans EFIS de 36cm à haute définition, doublé d’une grille infra-rouge. Un pilote automatique  GFC-700 et un système d’évitement du trafic GTS-800, ainsi qu’un transpondeur GTX-33ES complète le tout ! 

La petite bombe du ciel :

Oui, le Corvalis offre un design et des performances exceptionnelles, pour les amateurs de Cessna (comme moi) on retrouvera des qualités de finesse de pilotage assez proche de ses grands frères à ailes hautes, mais avec un véritable confort en vol voyage. Dans le poste de pilotage, on retrouvera les trois manettes (gaz,  pas variable, mélange) typiques du constructeur encastrés dans le tableau de bord. L’avionique Garmin  G2000 introduit un nouveau niveau de sophistication grâce à l’interface tactile GTC 570 (console centrale horizontale), les menus sont moins profonds et plus intuitifs et la saisie des données simplifiée, la rendant plus rapide et plus facile à gérer les vastes capacités du système. Il est par ailleurs possible de configurer avant le vol les deux écrans, selon sa préférences et ensuite de les adapter en vol, en fonction des besoins.

Supérieur donc à la concurrence, le Cessna Corvalis TTX n’en reste pas moins un appareil plutôt cher  à l’achat soit  $644.500.--  est destiné  à des pilotes confirmés, mais voilà l’excellence et le côté racé ont un prix ! !

 

sin_TTX_ext4_1280x1024.jpg

 

Photos : Cessna Corvalis TTX @ Cessna