01/04/2021

L’US Navy commande des P-8A supplémentaires !

3361191716.jpg

L’US Navy a attribué à Boeing un nouveau contrat de production pour 11 avions de patrouille maritime de type P-8A « Poseidon ». Le coûts est estimé à environ avions 1,6 milliards de dollars. Le contrat porte le nombre total de P-8A de l'US Navy sous contrat à 128 exemplaires. A  noter que cette commande se partage comme suit: 9 appareils pour l'US Navy et deux iront rejoindre la RAAF australienne. 

« Le P-8A continue d’être un atout inestimable et ces aéronefs supplémentaires permettront d’élargir les capacités de patrouille maritime et de reconnaissance de la flotte », a déclaré le capitaine Eric Gardner, directeur de programme pour le Bureau du programme de patrouille et de reconnaissance maritime de la marine américaine.

Le P-8A est un avion de guerre anti-sous-marin et anti-surface à longue portée utilisé par la marine américaine. Il est vital pour la collecte de renseignements, la reconnaissance de surveillance et la recherche et le sauvetage. Déployé dans le monde entier, avec 103 avions en service et plus de 300 ‘000 heures de vol, les performances et la fiabilité du P-8 donnent confiance aux clients évoluant dans un monde incertain.

Le Boeing P-8A « Poseidon » : 

2481362512.jpg

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A " Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il est possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones. Le P-8 a été commandé par la Marine américaine, l’Inde, l’Australie, l’Angleterre et la Norvège.

463672077.jpg

Photos : 1 P-8A USN 2 Intérieur @ USN

14/05/2020

L’US Navy a reçu son 100ème P-8A « Poseidon » !

NSF20-05014-MAL-3600-hi-res.jpg

L’US Navy a reçu son 100ème avion de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » aujourd'hui. Par ailleurs on apprend que la flotte mondiale de P-8, qui comprend également la marine indienne et les forces aériennes australiennes et britanniques, approches les 300’000 heures de vol. Au total, l’US Navy a commandé 117 « Poseidon » pour remplacer ses vénérables Lockheed P-3 « Orion ».

 « Nous sommes honorés par la foi et la confiance de la Marine dans nos employés et le système du P-8 », a déclaré Stu Voboril, vice-président et gestionnaire du programme chez Boeing.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé des liaisons de données 11 & 16 et de systèmes internet qui doivent agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance. Ceux-ci devant assurer une surveillance de surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage. 

Boeing a dû effectuer plus de 50 modifications pour adapter la cellule de base du B737NG pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

862623913.jpg

Photos : P-8A « Poseidon » de l’US Navy @ Boeing

 

06/04/2020

Capacité opérationnelle initiale pour les P-8A anglais ! 

68517_1798.jpg

La RAF a officiellement déclaré la capacité opérationnelle initiale (IOC) pour son nouvel avion de patrouille maritime MRA Mk1 « Poseidon » (P-8A).  La flotte britannique de « Poséidon » comprend actuellement deux avions et en attent sept autres .

Le premier MRA MK1 « Poseidon » anglais va pouvoir débuter les patrouille en mer chasser les sous-marins potentiellement hostiles. Il utilise les toutes dernières technologies de pointe pour détecter, identifier et surveiller les contacts hostiles au-dessus et en dessous des vagues. Il peut transporter jusqu'à 129 bouées acoustiques pour rechercher des sous-marins ennemis et peut être armé de torpilles Mk54 si nécessaire pour attaquer des sous-marins ennemis.

Les « Poseidon » de la RAF sont exploités par le 54e Escadron et le 120e Escadron, qui volent actuellement depuis l'aérodrome de Kinloss à Moray, en Écosse. Puis, la flotte déménagera dans son domicile permanent sur la base de la RAF de Lossiemouth plus tard cette année une fois les travaux de rénovation des pistes et des infrastructures de l'aérodrome terminés, y compris la nouvelle installation stratégique qui est livrée par le Defence Equipment and Support. 

P8_Low_Level_flying_Trg-22.jpg

La RAF comble enfin une capacité perdue :

Le transfert du P-8A MK1. marque un retour tardif de la capacité britannique en matière de patrouilleurs maritimes. En effet, avec la mise à la retraite des anciens avions de patrouille maritime Nimrod MR2 et avec le refus en 2010 de lancer la nouvelle versions MRA4 du Nimrod, l’Angleterre était sans avions de patrouille maritime.

En novembre 2015, le Royaume-Uni a annoncé qu'il rétablirait la capacité de patrouille maritime à voilure fixe grâce à l'achat de neuf P-8A par le biais du mécanisme américain de vente militaire à l'étranger (FMS). La demande officielle du FMS britannique a été approuvée par le département d’État des États-Unis. Une notification a été envoyée au Congrès par la DSCA (Agence de coopération pour la sécurité et la défense) du Pentagone le 24 mars 2016. Lors du salon aéronautique de Farnborough le 11 juillet 2016, le ministère de la Défense britannique a avancé l'achat, plaçant une commande pour les neuf P-8A à un coût de plus de 3 milliards de livres sterling.

 Le P-8A «Poseidon» :

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé des liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, il doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autre aéronefs et bâtiments de surface.

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

RAFs-first-Poseidon-MRA-Mk1-touched-down-in-UK-_001-1.jpeg

Photos : 1 MRA Mk1. Poseidon de la RAF 2 Cockpit 3 En vol avec un Eurofighter @ RAF

15/07/2019

Premier vol pour le P-8A destiné à la RAF !

IMG_3382.JPG

Le premier Boeing P-8A « Poseidon » destiné à la RAF a effectué son vol inaugural. L’Angleterre disposera d’un total de neuf avions de patrouille maritime. Le vol du Poseidon MRA Mk1 (P-8A) s’est déroulé avec succès aux mains des pilotes d’essai de Boeing.

Après ce premier vol d'essai, l'avion passera d'avions commerciaux de Boeing à Boeing Defence, Space and Security pour y être équipé des systèmes militaires spécifiques. L’avion doit être livré à la Royal Air Force, initialement à la base aéronavale de Jacksonville, en Floride, le 2 octobre prochain.

Les premiers équipages anglais ont débuté leur formation en janvier dernier sur la base aéronavale de Jacksonville en Floride. Le corps initial de 38 membres, issus de la RAF Lossiemouth, est composé d’équipages et d’ingénieurs et sera formé sur l’escadron d’entraînement de la marine américaine, le Patrol Squadron 30 (VP-30). Le personnel de la RAF sera formé aux États-Unis au cours des trois prochaines années, avant la transition de la RAF, afin de former tout son personnel  sur le P-8A « Poséidon » au Royaume-Uni à Lossiemouth. Le temps de formation est d’environ 6 mois.
perfectionnés, à la pointe de la technologie, anti-sous-marins et anti-surface. Le premier Boeing MRA Mk «  Poseidon » entrera en service dans la RAF en octobre 2019, initialement à la Naval Air Station de Jacksonville, et arrivera en Écosse au printemps 2020.

 Le P-8A «Poseidon» :

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autre aéronefs. 

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

IMG_3381.JPG

Photos :envol du premier Poseidon MRE Mk1 de la RAF @ Boeing

 

17/07/2018

Un A320 d’applications militaires se confirme !

3158839322.jpg

Farnborough, Airbus Defence & Space confirme l’information donnée en février dernier (avia news 19.2) qu’il est en train d'élaborer des plans pour adapter l'A320 à un large éventail d'applications militaires, avec le besoin de remplacer les anciennes flottes d'avions de patrouille maritime en Europe.

La compagnie utilise le spectacle aérien de Farnborough pour décrire le potentiel de son produit modulaire multi-missions baptisé A320M3 dans des rôles qui pourraient également couvrir l'alerte précoce aéroportée, le renseignement, la surveillance et la reconnaissance et la collecte de renseignements électromagnétiques.

L'une des applications majeures pourrait venir d'une exigence franco-allemande de remplacer les plates-formes existantes Dassault ATL-2 Atlantique et Lockheed Martin P-3 Orion. Les partenaires plus tôt cette année ont confirmé leur intention de poursuivre un futur système de guerre aéroporté maritime, pour entrer en usage à partir de 2035 environ.

Des études de conception financées à l'interne sont en cours et l'entreprise s'attend à recevoir bientôt son premier soutien financier des gouvernements français et allemand pour faire progresser l'activité.

Si l’on se base sur les actuels avions Atlantique 2 (ATL2), ceux-ci vont rester en service jsuqu’en 2030 au plus tard. Par ailleurs, plusieurs marines utilisent encore les bons vieux P-3 « Orion » modernisés. Mais ceux-ci vont également devoir être remplacer d’ici 10 à 12 ans. Hors, si rien n’est fait en Europe, c’est Boeing et son P-8 qui risque de remporter la mise.

En repartant de « zéro » avec l’A320neo /A320M3 en mode « MPA » Airbus pourrait bien cette fois venir contrer son concurrent américain. En effet, la France et l’Allemagne ont un calendrier similaire pour le remplacement de leur flotte d’avion de lutte anti-sous-marine et anti-surface. Les deux pays pourraient donc devenir les premiers clients de cette nouvelle version.

Le futur A320neo MPA reprendrait certaines caractéristiques développées à l’époque pour l’A319 MPA. L’installation d’un terminal d'information embarqué (OIT) transfèrera les informations de situation et des capteurs aux membres d'équipage. Il améliorera également la coordination de l'équipage et l'évaluation de la mission.

L'A320neo MPA devrait recevoir un système d'armes anti-sous-marins et anti-surface. L'avion pourra transporter une variété d'armes à l'intérieur et sur les ailes-pylônes. La soute à bombes interne pourra abriter huit postes d'armes pour des torpilles, des charges de profondeur, des mines et d'autres armes ASW. Avec quatre points sous les ailes pouvant contenir des missiles pour attaquer des cibles navales ou terrestres.

Le futur système de mission ouverte de intègrera un ensemble de capteurs multi-missions. Les capteurs couplés à des systèmes de communication modernes permettent à l'aéronef d'effectuer des opérations dans un environnement d'opérations réseau centré (NCO). La suite complète de capteurs ASW suit et identifiera des cibles sous et sur l’eau. Les systèmes de mission comprendront un radar de surveillance, un interrogateur IFF, une tourelle IR / EO, un système acoustique et un détecteur d'anomalies magnétiques (MAD). L'A3320neo MPA disposera d'un système tactique entièrement intégré (FITS),

Photo :A320 MPA @ Airbus