27/12/2018

Nouvelle étape pour la Police du ciel !

 

4024564136.jpg

 

Au 1er janvier 2019, la disponibilité du service de police aérienne franchit une nouvelle étape en élargissant ces horaires de 6h à 22h, 365 jours par année, week-ends et jours fériés compris. La disponibilité permanente du service de police aérienne sera atteinte à la fin de l’année 2020. À partir de cette date, deux avions armés seront disponibles 24 h sur 24 et 365 jours par an. Cette nouvelle étape, fixée au 1er janvier 2019, permettra de couvrir plus que 90% du trafic aérien qui passe au-dessus de la Suisse. 

Le projet de service de police aérienne 24 (PA24) remonte à une motion présentée par l’ancien Conseiller aux Etats Hans Hess (PRD/OW) en 2009. Celui-ci avait, à l’époque, demandé d’étendre la disponibilité dans le service de police aérienne au-delà des heures de travail normales. Le projet PA24 permettra de garantir la disponibilité permanente de deux avions de combat armés prêts à décoller dans un délai de 15 minutes au maximum.

La première étape a été réalisée début 2016 : pendant 50 semaines, deux avions armés se sont tenus prêts à intervenir en semaine, de 8 h à 18 h. Depuis janvier 2017, la disponibilité a été étendue à 365 jours par année, donc aussi pendant les week-ends et les jours fériés. À partir de 2019, les jets seront prêts à intervenir entre 6 h et 22 h. Ce sont les heures pendant lesquelles 90% du trafic aérien passe au-dessus de la Suisse. Fin 2020, l'Armée suisse assurera une couverture 24 h sur 24, 365 jours par année.

Les deux avions sont affectés principalement à des « Hot Missions » et à des « Live Missions ». Dans le premier cas, il s’agit d’engagements déclenchés par la présence d’aéronefs qui violent la souveraineté de l’espace aérien de la Suisse ou qui commettent de graves infractions aux règles du trafic aérien. Les « Live Missions », quant à elles, sont des contrôles ponctuels d’avions officiels appartenant à des Etats étrangers qui, pour survoler la Suisse, ont besoin d’une autorisation de vol diplomatique (Diplomatic Clearance).

Le site principal choisi pour le projet PA24 est la Base aérienne de Payerne. Pendant la durée de la fermeture de la piste, les avions décolleront depuis Emmen ou Meiringen. Avec PA24, il faudra s’attendre, à l’avenir, à des mouvements d’avions de combat, même à des vitesses supersoniques en cas de nécessité, en dehors des périodes de vols militaires habituelles. Il s’agit là de mesures nécessaires à la garantie de la sécurité du trafic aérien et à la protection de la souveraineté de l’espace aérien suisse 24 h sur 24.

Comme les pilotes PA24 disposent de relativement peu de possibilités d'entraînement en vol de nuit – comparé aux standards internationaux – il est nécessaire d'augmenter leur entrainement pour être prêt à toute heure pour les missions de police aérienne. C'est pour cette raison qu'à partir de 2019, l'équipage en alerte pourra effectuer des vols d'entraînement les lundis (intégrés aux entraînements des vols de nuits hebdomadaires en hiver) et en plus les mercredis soirs. (sources DDPS)

 

26/12/2018

L’USAF commande le F-15X « Advanced Eagle » !

image.jpeg

Washington, le Pentagone confirme une demande d’acquisition d’un premier lot de 12 avions de combat  Boeing F-15X « Advanced Eagle » pour un montant de 1,2 milliards de dollars. La nouvelle fait grand bruit aux USA. En effet, l’avion est susceptible de venir remplacer les F-15C/D « Eagle » actuels. Une éventuelle relance de la fabrication du F-22 semble s’éloigner un peu plus et surtout, ce choix marque une correction de stratégie de l’USAF vis-à-vis des avions de 5ème génération que représentent le F-22 et F-35.

Boeing a réussi son pari :

Je vous en parlais cet été dans un article sur le Salon de Farnborough,  Boeing avait lancé discrètement une version améliorée de F-15 à l'US Air Force en utilisant la même stratégie commerciale qui a convaincu l'administration Trump d'acheter plus d'avions de combat « Super Hornet » pour la Marine. Avec cette préparation à l’achat d’un premier lot, l’avionneur a gagné la première partie de son pari en vue de reconquérir l’USAF et la Marine.

Boeing applique ici la même stratégie que celle utilisée avec le « Super Hornet » pour au final présenté l’Advanced Super Hornet. L’idée étant de répondre rapidement à la demande du client avec un avion connu qui intègre les nouvelles technologies et dont les coûts d’acquisition et d’heures de vol s’avèrent inférieurs à ceux du F-22 et F-35. Pour exemple, F-15X aura un prix d’achat proche de l’Advanced Hornet soit aux environs de 80 millions de dollars la machine, soit une facture bien moins onéreuse que le F-35 en tous points. On notera également pour les deux nouveaux « opus » de Boeing, que ceux-ci, pourront venir concurrencer bon nombre de concurrents européens en matière de prix.

L’avionneur américain avance un prix à l’heure de vol de l’ordre de 27’000 dollars, soit un chiffre bien inférieur au coût d’exploitation horaire du F-15C/D qui est d’environ 42’000 dollars. En comparaison, un F-16 de l’USAF coûte environ 21'000 dollars à l’heure de vol.


Le projet F-15X  :

Sous la désignation de projet F-15X, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing va doter le F-15X du d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif, avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

boeing,usaf,f-15x,advanced eagle,pentagon,blog défense,nouvel avion de comabt,les nouvelles de l'aviation,aviation romande,aviation francophone

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15X « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’arme comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar  HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration.  Dernier élément, le F-15X pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

Une correction de doctrine:

Avec plus d’armes, une capacité d’emport modulable, des coûts restreints et une intégration rapide au sein d’une Force aérienne, le concept de Boeing sur le duo F15/F18 semble avoir fait mouche auprès des décideurs du Pentagone. Nous assistons à une sensible modification de la doctrine lancée il y a 25 ans avec le F-22 et plus récemment le F-35 sans pour autant renier ces deux appareils, il semble bien qu’une prise de conscience a été faite en matière de capacité et de coûts. Permettre à l’aviation de disposer d’avions en nombre suffisant sans pour autant crever les budgets, mais avec en plus une meilleure flexibilité d’emploi. Tel est semble-t-il le nouvel objectif commun de l’USAF et de l’USAF. A méditer sous nos latitudes européennes…

 

229709195.jpg

Photo : Prototype du F-15X & cockpit grand écran @ Boeing