31/10/2020

Des King Stallion supplémentaires pour l’USMC !

1.jpg

Sikorsky (groupe Lockheed Martin) construira six hélicoptères CH-53K « King Stallion » dans le cadre d'un nouveau contrat pour la marine américaine. Le nouvel hélicoptère soutiendra le Corps des Marines des États-Unis (USMC) dans sa mission consistant à effectuer le transport d'assaut expéditionnaire de véhicules blindés, de matériel et de personnel pour soutenir les opérations réparties dans les profondeurs des terres à partir d'un centre d'opérations en mer.

Les six hélicoptères font partie du programme d'enregistrement de 200 nouveaux hélicoptères pour le Corps des Marines des États-Unis, et leur ajout fait un total de 24 CH-53K maintenant sous contrat.

Aux termes de ce dernier contrat, connu sous le nom de lot 4 de production initiale à faible taux (LRIP), Sikorsky commencera les livraisons des six appareils en janvier 2024.

Le CH-53K "King Stallion" :

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2021, le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27’000 lb sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple surmonté d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivrent environ 7'500ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et devient la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K peut par exemple emporter en interne une Jeep « Humvee ».

1747974566.jpg

Photos : 1 Le CH53k est une grue volante 2 le CH-53K @ Sikorsky

 

27/08/2020

La Thaïlande choisi l’AT-6 « Wolverine » !

EbcvImqWAAkU-bO.jpeg

La Royal Thaï Air Force (RTAF) a choisi le Beechcraft AT-6E Wolverine et le T-6C Texan II comme avion et entraîneur d'attaque léger de nouvelle génération pour venir remplacer ses actuels Pilatus PC-9. L’avion était en concurrence avec le Pilatus PC-21, le Turkish Aerospace Industries (TAI) Hürkus B et Korea Aerospace Industries (KAI) KT-1 Wongbee. Le contrat est estimé à près de 164,3 millions de dollars.

L’AT-6 a fait la course en tête avec le PC-21. L’avion suisse a finalement perdu car ce dernier ne peut emporter d’armement et opérer en tant qu’avion de lutte antiguérillas. L'AT-6E « Wolverine » partage 85% de points communs avec le Beechcraft T-6C Texan II, et faciliterait la transition des pilotes, ainsi que les économies de coûts de pièces de rechange entre les deux plates-formes.

Deux versions pour la Thaïlande :

Selon les premières informations disponibles, la RTAF désire deux versions de l’AT-6 : soit 12 T6C (T-6) formateurs et 12 AT-6 E d’attaque au sol légers. L’avionneur Beechcraft précise que la Thaïlande désire apporter quelques modifications à son futur AT-6 E avec l'intégration du missile air-air Diehl Defence BGT Iris-T, des « armes intelligentes », l'installation d'une liaison de données Link-T et un programme de compensation pour faire fabriquer l'avion dans le pays. La dénomination en Thaïlande serait T-6C TH et AT-6 TH.

Le programme T-6 TH comprend le fabricant de cellules et d'avionique chez Textron Aviation et Lockheed Martin, le fabricant et intégrateur de systèmes thaïlandais serait Thai Aviation Industry, et RV Connex, avec la société allemande de munitions Diehl Defence BGT.

Le T-6 et l’AT-6 E  « Wolverine » :

Le Beechcraft T-6C « Texan II» est la version la plus moderne disponible de la gamme T6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec  panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6B dispose d’une avionique avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6 est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la voltige.

Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifiés de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts.

L'AT-6E partage un haut degré de similitude avec le T-6A/C « Texan II » largement utilisé par l'USAF. Doté de la turbine P&W PT6A-68D, l'AT-6E offre une augmentation significative de la puissance (1600 shp contre les 1100 shp du T-6A), des améliorations structurelles et des capacités défensives, de capteurs, de communications et d'armes.  Le temps de transition du T-6 à l'AT-6E est court, ce qui facilite très rapidement les aviateurs prêts à la mission. L'AT-6 a prouvé sa capacité à utiliser le réseau Airborne Extensible Relay Over-the-Horizon connu sous le nom d'AEROnet au cours de l'expérience d'attaque légère. Ce système radio air-air et air-sol assure l'interopérabilité, permettant aux militaires de partager des communications vidéo, vocales et de chat et leur donnant le commandement et le contrôle. Rien de tout cela n’est particulièrement surprenant compte tenu de l’expertise de Textron en matière d’intégration de systèmes ISR sur des plates-formes telles que le MC-12, le Scorpion et d’autres. L'AT-6E fournit une vidéo en continu et les données ISR aux opérateurs au sol (militaires ou civils), offrant une connaissance de la situation élevée avec un support aérien immédiat.

Photo : AtT6 E Wolverine @ Beechraft