15/10/2017

Le Kawasaki C-2 en tournée internationale !

1905774.jpg

Le ministère de la Défense japonais (MoD) intensifie ses efforts pour promouvoir son avion de transport tactique C-2 de Kawasaki Heavy Industries (KHI) auprès des clients internationaux.

Le ministère de la Défense a déclaré dans un communiqué que, pour la première fois, le C-2 a entamé une tournée internationale vers des pays étrangers afin de le montrer à des clients au Moyen-Orient et en Nouvelle-Zélande.

La Force d'autodéfense du Japon emènera dans quelques semaines le C-2 aux Emirats Arabes Unis pour participer au Salon aéronautique de Dubaï à la mi-novembre, et que plus tard ce mois-ci, il présentera l'appareil au Royal New Zealand Force aérienne (RNZAF).

Le ministre de la Défense, Itsunori Onodera, a déclaré que les capacités du C-2 avaient attiré l'attention sur les marchés internationaux et que la décision d'afficher l'avion au Moyen-Orient et en Nouvelle-Zélande était une occasion de démontrer les technologies de défense japonaises.

Le KHI C-2 est officiellement entré en service dans la Force d'autodéfense japonaise (JASDF) en mars 2016. Le JASDF exploite actuellement quatre C-2, mais devrait commander environ 60 appareils au total pour remplacer les anciens Kawasaki C-1 et Lockheed Martin C-130H.

Le Kawasaki C-2 :

Le Kawasaki C-2 est un avion de transport bi-moteur à longue portée, qui peut transporter des charges utiles lourdes telles que des hélicotpères Mitsubishi H-600, des blindés lourds et des batterries de missiles Patriot. Selon l’avionneur japonais, le C-2 peut transport des charges jusqu'à 120 tonnes. L’avion peut aisément voler des routes aériennes internationales. Le C-2 est alimenté par une paire de moteurs de turboréacteur General-Electric CF6-80C2K. Il dispose d'un système automatisé de chargement et déchargement pour réduire les charges de travail. Les pilotes dispsoent d’une avionique dotée d’un système tactique de gestion de vol, d'un système de navigation de haute précision et de système de d’autoprotection.

4235301.jpg

Photos : C-2 @Katsunori Kimura

 

 

01/06/2016

Le second MRJ rejoint les essais en vol !

MRJ_FTA-2-700x485.jpg

Mitsubishi Aircraft a réussi le premier vol du second prototype de son jet régional MRJ n°FTA-2. L’avion va pouvoir ainsi participer aux tests destinés à la campagne de certification.

Au total, l’avionneur japonais a prévu cinq appareils d’essai pour la campagne de certification. Ceux-ci devront 2.500 heures de vol. Cet été, Mitsubishi va transférer son centre d’essai et ses avions vers les Etats-Unis, dans l’Etat de Washington pour la suite des tests. La livraison du premier MRJ est prévue la mi-2018.

Le MRJ :

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range). Le MRJ sera le « Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

yourfile.jpg

Photos : Le deuxième MRJ FTA-2 @ Mitsubishi Heavy Industrie

22/04/2016

Le Mitsubishi X-2 a effectué son vol inaugural !

external.jpeg

Le Mitsubishi X-2 a effectué son vol inaugural au départ de l’aéroport de Nagoya au Japon. Le Japon devient ainsi, le quatrième pays à tester en vol son propre avion de combat furtif.

L’avion a décollé ce matin de l'aéroport de Nagoya au centre du Japon à 08h50, pour ensuite venir se poser à 09H13 sur l’aérodrome militaire de Gifu. Durant ce court vol, le pilote d’essais a effectué les opérations de base de vérification des systèmes de l’avion. Après le vol, le pilote d'essai a déclaré que l'avion était "extrêmement stable" et que celui-ci, réagissait à l’identique aux vols de simulation.

L'avion, désigné auparavant ATD-X, est conçu pour permettre au Japon d’explorer les technologies de combat avancées, telles que la furtivité, la poussée vectorielle, les systèmes de capteurs avancés et la liaison des données.

Le gouvernement japonais prendra sa décision en vue du remplacement des avions de combat actuels à la fin du mois de mars 2019. C’est à ce moment qu’il sera décidé, si le Japon développe un nouvel avion de combat basé sur le prototype du X-2.

En cas de décision positive, le futur appareil dérivé du X-2 disposera de moteurs plus puissants que ceux testés aujourd’hui. De plus, la capacité d’emport d’armement devra être augmentée. Le Mitsubishi X-2 est long de 14 mètres est doté d’une motorisation développée par IHI Corp. l’avion dispose d’une masse maximale au décollage de 13.000 kg, un plafond de pratique de 65.000 pieds, un niveau maximum de Mach 2,25 (1,82 en mode Supercruise) et un rayon d’action de 761 km et 2900km avec réservoirs largables. Selon l’avionneur japonais, le développement du X-2 a coûté près de 366 millions de dollars à ce jour.

 

yourfile.jpg

Photos : Le premier vol du X-2 @Mitsubishi Heavy Industries

 

 

29/01/2016

L’ATD-X japonais prépare son vol inaugural !

p1649322.jpg

Tokyo, la division aéronautique de Mitsubishi prépare activement le premier vol du démonstrateur du futur avion de combat japonais ATD-X. Le premier devrait, selon toute vraisemblance avoir lieu en février prochain.

12 mois de retard :

Initialement, le calendrier prévu pour le démonstrateur de l’avion de combat japonais, furtif de cinquième génération ATD-X «Shinshin» prévoyait un vol inaugural en mars 2015. Mais, des problèmes de logiciel avait obligé l’avionneur à devoir reporter ce premier vol à une date ultérieur.

Le Mitsubishi ATD-X «Shinshin» : 

Le Mitsubishi ATD-X «Shinshin» est un prototype expérimental d’avion de combat de cinquième génération entièrement conçu au Japon. Il est développé par le ministère japonais de la défense.  Le principal entrepreneur du projet et Mitsubishi Heavy Industries (MHI). L’ ATD-X est un acronyme signifiant « Advanced Technology Demonstrator - X ». Shinshin signifie « le dieu de l'esprit ».

Ce programme a été lancé en 2009, suite au refus du gouvernement américain de vendre à l’exportation le Boeing F-22 «Raptor» en 2006.

L’ATD-X sera utilisé en tant que démonstrateur technologique et prototype de recherches pour déterminer la viabilité des technologies aéronautiques militaires avancées du Japon. L'appareil bénéficie de la poussée vectorielle tridimensionnelle: la poussée sera dirigée par trois palettes situées sur chaque tuyère, ce système a déjà été employé sur l'avion expérimental Rockwell X-31. Autre particularité, les commandes de vols électriques emploieront la fibre optique en lieu et place des câbles traditionnels, ce qui permettra un débit de données plus élevé et une immunité aux perturbations électromagnétiques. L'appareil embarquera un radar à antenne électronique (AESA). Une caractéristique encore en développement, baptisée littéralement « fonction d'auto-réparation des contrôles de vol » permettra à l'appareil de détecter automatiquement les dommages et les dégâts causés aux gouvernes de directions et d'ajuster l'utilisation des gouvernes restantes en conséquence, afin de garantir un vol stable et contrôlé.

Les spécifications de performance provisoires de l'ATD-X font états d’une masse maximale au décollage de 13.000 kg, un plafond de pratique de 65.000 pieds,un niveau maximum de Mach 2,25 (1,82 en mode supercruise) et un rayon d’action de 761 km et 2900km avec réservoirs largables.

 

ATD-X-TRDI.jpg

 

Photos : Le Mitsubishi ATD-X @ Mitsubishi

 

16/05/2007

Mitsubishi F-2 Vipère

1607438126.JPGDans le sillage du programme national de chasseur-bombardier Mitsubishi F-1, et préoccupé d’assurer l’avenir de son industrie aéronautique militaire, le Japon s’est engagé au début des années 80 dans l’étude d’un chasseur de supériorité de la class Mach 2 : le FS-X. En 1987, sous la pression politique américaine  pour réduire le déficit commercial avec le japon, le programme s’est radicalement transformé pour donner vie au F-2.

 

Conception

Ce chasseur, qui n’est autre qu’un F-16 de Lockheed Martin, incorpore cependant bon nombre de modifications étudiées préalablement par l’Institut de Recherche et de développement aéronautique Japonais. Cela afin d’en faire un avion plus lourd et doté d’une autonomie plus longue.

Réalisé en coopération par Mitsubishi à 60% et Lockheed Martin 40%, le F-2 possède une masse à l’aire plus importante et de ce fait la masse maximale au décollage est portée à 22t.

Destiné à être un avion polyvalent, le F-2 emporte un canon Vulcan de 20mmm, des missiles air-air Mitsubishi AAm-3 ainsi que des AIM-7F Sparrow. La panoplie est complétée par des ASM-1 & II antinavire d’origine Japonais.

 

Avionique

Les commandes électriques numériques sont coproduites par Japan Aviation Electronics et l’américain  Bendix-King, le radar multimode à balayage électronique actif est entièrement réalisé par Mitsubishi tout comme le viseur tête haute, les écrans multifonction et la centrale gyrolaser. Les contre-mesures, elles aussi sont d’origine nipponne.

 

Début des essais

Les deux premiers prototypes, le monoplaces YF-2a et le biplace YF-2B ont volé successivement les 7 octobre 1995 et 2 avril 1996. Le premier F-2 de présérie a été remis à la JASDF (Force aérienne d’autodéfense japonaise) le 22 mars 1996. Le 3ème squadron   Hikotai de Misawa fut le premier  à  recevoir le F-2 fut le F-2. Au total se sont 130 F-2 qui (83 monoplaces et 47 biplaces) qui ont remplacer les anciens Mitsubishi F-1. La production s’est arrêtée en 2005. Au passage il faut noter que les éléments les plus modernes, dont le radar, ont servit à moderniser les F-15J actuellement en service au japon.

 

Commentaires

Régulièrement critiqué par le parlement japonais pour son coût exorbitant, car quatre fois plus élever que la version d’origine du F-16 avec certes des performances supérieur à la version de base du F-16 A/B mais équivalentes aux version F-16C/D block 50 et surtout block 60. Seul le radar à antenne active le premier du genre à entrer en service à l’époque constituait une réelle nouveauté. A l’avenir il n’est plus question de développer seul au japon un avions de combat  mais d’acheter 100 % étranger et de négocier une participation au développement en tant que partenaire afin de diminuer les coûts, sans quoi le soleil qui rayonne encore sur l’industrie  aéronautique nipponne risque à terme de ne plus se lever.

Mitsubishi F-2B et F-2A :

409990654.JPG