07/07/2020

La France opte pour le E-2D « Advanced » !

3118011646.jpg

La France confirme sa volonté d’améliorer sa capacité de détection aéroportée aéronavale. Le pays va commander 3 appareils de type Northrop-Grumman E-2D « Advanced Hawkeye ». Le Hawkeye E-2D est une version améliorée du E-2C Hawkeye, dont la France possède trois exemplaires. Il est notamment possible de le ravitailler en vol, ce qui n'était pas le cas de son prédécesseur.

Le projet de vente des E-2D en France couvre également 10 moteurs Rolls-Royce T56, des équipements de radar et de navigation ainsi que la logistique et le soutien des équipements. Le projet est estimé à environ 2 milliards de dollars.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain. Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et offre un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données.

Pays utilisateurs pour le E-2D : USA, Japon.

northrop grumman,e-2d advanced hawkeye,aéronavale française,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation militaire,aviation francophone

Photos : Le E-2D Advanced Hawkeye @ Northrop-Grumman

 

 

06/07/2020

F-15 additionnels pour le Qatar !

23.jpeg

Jusqu’ici la commande du Qatar pour des Boeing F-15QA portait sur 36 appareils. Hors, les États-Unis confirment l'élargissement de l'achat de F-15QA avec 12 appareils additionnels. L’annonce a été faite suite à une confirmation de l'élargissement de l'approvisionnement avec le Département de la Défense (DOD).

Le Qatar serait donc dans l’attente de 48 F-15QA. Ce dernier offre non seulement des capacités de changement de jeu, mais est également construit en utilisant des procédés de fabrication de pointe qui rendent le jet plus efficace pour la fabrication. Sur le terrain, les F-15 coûte la moitié du coût par heure de vol des avions de combat similaire et délivre une charge utile beaucoup plus importante à des distances beaucoup plus grandes.

Les F-15 du Qatar sont la version la plus avancée de la famille « Eagle ». Basé sur le F-15SA fourni à l’Arabie saoudite, le F-15QA (Qatari Advanced) dispose d’un capteur infrarouge de recherche et de suivi, d’une suite de guerre électronique numérique et du radar AESA APG-82 (V) 3 de Raytheon. Contrairement aux anciens F-15, les nouvelles versions SA et QA ont des systèmes de contrôle de vol « fly-by-wire ». Le système de navigation à basse altitude et de ciblage infrarouge de nuit LANTIRN : Low Altitude Navigation and Targeting Infrared for Night), monté à l'extérieur sous les entrées d'air des moteurs, permet à l'avion de voler à basse altitude, la nuit et dans toutes les conditions météorologiques et d'attaquer des cibles au sol avec une variété d'armes guidées et non guidées.

boeing,f-15qa,advanced eagle,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

De plus, les avions du Qatar auront un nouveau design d'aile qui conservera le profil aérodynamique, mais une nouvelle structure interne pour une durée de vie plus longue. L'augmentation de la fiabilité, la durabilité et la maintenabilité permettent aux opérateurs de défense à moindre coût restent avant des menaces actuelles et en constante évolution. 

Les nouveaux affichages de poste de pilotage incluent un affichage tête basse de BAE Systems. Le plus remarquable est l’adoption d’un écran tactile large, similaire à celui du F-35 Lightning II. 

Les nouveaux lanceurs permettront aux avions du Qatar d’avoir 16 missiles AIM-120 AMRAAM et quatre frontaux AIM-9X dans des missions de défense aérienne, avec une gamme de magasins guidés avec précision.

aqjbfhne4m351.jpg

Photos : F-15QA aux essais @ Boeing

 

 



04/07/2020

La fin annoncée du B747 « Jumbo Jet » !

boeing,b747,jumbo jet,les grands avions de l'histoire,les nouvelles de l'aviation,transport passagers,aviation francophone

Chronique d’une mort annoncée, après le début du démantèlement progressif des A380, voici que l’emblématique « 747 » ne devrait pas survivre non plus. Les temps sont durs pour les gros « paque bots » quadrimoteurs des airs qui ne font plus recettes.

Selon l’avionneur américain, celui-ci devrait définitivement stopper la production du B747 « Jumbo Jet » après avoir terminé l’assemblage du dernier des 15 appareils actuellement en commande. Selon le calendrier de l’avionneur cet appareil sera remis à son client d’ici deux ans. Ces B747 de dernière génération sont de type B747-8F « Freighter » est destinés à United Parcel Service (UPS) et Volga-Dnepr.

Pan_American_World_Airways_-_Pan_Am_Boeing_747-121(A-SF)_N747PA_%22Clipper_Juan_T._Trippe%22_(21493349240).jpg

Pas de disparition immédiate :

Pour autant, le Boeing B747 restera dans le ciel pendant des décennies, car il est devenu très populaire au sein des compagnies aériennes de fret. Trois transporteurs, Air China, Korean Air et Lufthansa exploitent tous les derniers modèles de passagers B747-8F. Il faudra également compter avec le nouveau B747i « Air Force One » qui transportera les présidents américains.

 

La Reine du ciel :

Le B747 incarne la réussite, il a été l’avion de qui a fait rêver de nombreuses générations. Devenir Commandant de bord d’un « 747 » était le summum de la réussite pour de nombreux pilotes. La « Reine des cieux » de Boeing a fait ses débuts en 1970, un pari qui a payé et transformé les voyages, mais a failli mettre l'entreprise en faillite. Le Boeing « 747 » a accumulé 1’571 commandes au cours des décennies, deuxième parmi les avions gros-porteurs seulement après le B777 de Boeing.

Après avoir introduit le B707 en octobre 1958, Pan Am voulait un jet 2½ fois sa taille, pour réduire de 30% le coût de son siège afin de démocratiser le transport aérien.  En 1965, Joe Sutter quitte le développement du B737 pour concevoir le B747, le premier avion de ligne à deux couloirs. En avril 1966, Pan Am commande 25 B747-100. Le 30 septembre 1968, le premier B747 est déployé à l'usine Everett. Le premier vol a eu lieu le 9 février 1969. L’avion obtient sa certification en décembre de la même année. Il entre en service avec Pan Am le 22 janvier 1970, ce fut le premier avion surnommé un "Jumbo Jet".

SetWidth1200-K14142.jpg

Le B747, produit d'un processus de conception collaboratif complexe et exigeant, est devenu une icône de l'ère moderne, à la grande surprise de Boeing. Avec un calendrier foudroyant qui a vu l’achèvement du processus de production en seulement 28 mois. Demandez à n'importe qui de nommer le premier type d'avion qui vous vient à l'esprit et la réponse sera probablement le Boeing B747 « jumbo jet ». De 1970 à l'introduction en 2007 de l'A380 d'Airbus, il était le plus grand transporteur de passagers de tous les temps et l'image remarquable de sa tête volumineuse fait désormais partie de notre conscience culturelle. Il peut être surprenant que cette forme unique ne soit pas un choix de conception, mais plutôt le sous-produit d'un processus de développement extrêmement compliqué qui impliquait des efforts exténuants, des formalités administratives interminables, un débat véhément et peu d'attention aux valeurs visuelles.

SetWidth1200-K64768-01.jpg

Photos : 1 B747-400 KLM 2 B747-100 Pan Am 3 intérieur de l’époque en 1ère  4 Chaine de production @ Boeing

01/07/2020

Début des vols en vue d’une nouvelle certification pour le B737MAX !

PSX_20200628_104324.jpg

La Federal Aviation Administration (FAA) a entamé lundi des vols en vue de la nouvelle certification du Boeing B737MAX. Il s’agit d’une étape clé en direction de la remise en service des avions après deux accidents mortels, il y a plus d'un an. 

Rappel :

Le B737 Max, le best-seller de l’avionneur Boeing, est immobilisé dans le monde depuis mars 2019 après deux crashs, un en Indonésie et un autre en Éthiopie dans un délai de cinq mois. Boeing a depuis changé un système le système de contrôle de vol qui était impliqué dans les deux accidents et a apporté d'autres modifications. Un examen supplémentaire de l'avion a contribué à des retards répétés dans le processus de mise en place de la nouvelle certification.

Pas d’empressement :

De son côté la FAA suit un processus délibéré et prendra le temps nécessaire pour examiner en profondeur le travail de Boeing, selon un communiqué.  « Nous ne lèverons pas l'ordre d'interdiction de vol, qu'après avoir constaté que l'appareil répond aux normes de certification.»

Le premier vol a décollé à 10heures lundi, heure du Pacifique, de Seattle, tandis que d'autres vols sont prévus sur environ trois jours. "es tests sont effectués par des pilotes d'essai et des ingénieurs de la FAA et de Boeing.

L'évaluation des avions par les régulateurs se poursuivra pendant plusieurs semaines et Boeing prévoit qu'ils seront de nouveau en service commercial d'ici la fin de l'automne. D'autres étapes comprennent une évaluation internationale des exigences minimales de formation des pilotes.

Il est important de noter que cette étape ne signifie pas que la FAA a terminé son évaluation de la conformité ou tout autre travail associé au retour en service. La FAA n'a pas pris de décision concernant la remise en service. Il reste un certain nombre d'étapes après la fin des vols de certification.

Boeing a de son côté repris à la fin du mois dernier la production des avions après une pause plus tôt cette année.

Bien qu'il ait toujours un carnet de commandes solide, Boeing a enregistré des dizaines d'annulations de clients. La pandémie de Covid-19 devrait également entraîner une demande de voyages inférieure à la normale pendant des années, ce qui pourrait encore peser sur la demande de nouveaux avions.

NYSB415-1211_2019_025753-scaled.jpg

Photos : B737MAX en tests pour la nouvelle certification @ Boeing

30/06/2020

L’Irlande envisage l’achat d’avions de combat !

image.jpg

 

C’est une révolution qui pourrait bien avoir lieu dans le ciel irlandais ! A ce jour, l’Irlande est sous protectorat anglais. Un accord prévoit en effet, que la Royal Air Force (RAF) assure la protection aérienne et la police du ciel pour le pays.  

Les raisons du changement :

Deux raisons motivent ce changement. D’une part la sortie de la zone UE (Brexit) de l’Angleterre complique politiquement les relations entre les deux pays. L’Irlande en profite pour s’affranchir du poids du Royaume-Unis.

De l’autre, le ciel irlandais est de plus en plus soumis aux violations de l’aviation russe. Les bombardiers russes et autres avions de combat à l’étoile rouge augmentent d’années en années les vols dans la région pour rejoindre notamment le golfe de Gascogne. L'analyse récente des menaces commandée par e gouvernement n'est pas non plus très optimiste pour les années avenir.

De l’avis du général Ralph James, un ancien responsable de l’Irish Air Corps, « l’Irlande est probablement l’État le plus vulnérable d’Europe » et « se dire neutre n’est pas suffisant car la neutralité impose un fardeau dans la mesure où l’on doit interdire notre espace aérien aux parties qui s’opposent ».

Avions de combat multirôles : 

Le gouvernement irlandais envisage donc d'acheter des avions à réaction militaires qui auraient la capacité d'intercepter des avions à haute altitude et de surveiller entièrement le ciel irlandais.

Un nouveau document de stratégie d'investissement des Forces de défense sur cinq ans a indiqué que « les futurs projets à un stade de planification préalable » incluent le potentiel des « intercepteurs de combat aérien multirôles ».

En parallèle, le pays devrait s’équiper d’un réseau de radars au sol performant afin de détecter toute intrusion de trafic dans l’espace aérien irlandais. Un porte-parole des Forces de défense a déclaré: «une telle capacité est en cours d'examen et est basée sur une évaluation des menaces, mais aucun budget n'a été alloué pour le moment. Un tel avion serait capable de contrôler tous les aéronefs aéroportés dans l'espace aérien souverain irlandais, en particulier ceux qui se déplacent rapidement. » 

Une évaluation prochaine :

Une évaluation en vue de la commande d’appareils de combat tiendrait compte des demandes qui pourraient être faites à l'égard de ces intercepteurs et des capacités militaires qu'il devrait être en mesure de fournir, ainsi que des spécifications techniques et des capacités requises. Pour l’Irlande, il est déjà clair que l’avion sera européen. Le paquet devrait prendre en compte la capacité de formation et de maintenance avec un pays voisin. Se dirige-t-on en direction d’un partenariat anglo-irlandais sur l’Eurofighter ? 

Photo : Un Eurofighter britannique intercepte un bombardier Tu-95 au-dessus de l’Irlande @ RAF