13/11/2020

Rolls-Royce prépare une nouvelle génération de moteurs plus écoresponsable !

1_RJ-R_TEM_260219Ultrafan_02JPG.jpg

Offrir des motorisations plus propres pour les avions de demain est devenu la ligne directrice des motoristes. Faire des moteurs économiques a toujours été la norme dans l’avion, mais cela ne suffit plus, il faut impérativement les rendre plus propres.

L’industrie de l’aviation veut faire « encore mieux » :

En ce qui concerne l'aviation, il faut savoir que les émissions de CO2 par passager ont diminué de 80% au cours des 70 dernières années pour ne plus représenter, avant la crise Covid-19, que 2 à 3% des émissions globales. Moins que le secteur digital, dont les tenants du streaming vidéo ne sont jamais montrés du doigt. Et pourtant l'aviation subit des attaques sans commune mesure avec son impact réel sur le climat. Elle est devenue l'otage d'une idéologie qui prône la décroissance comme seule solution aux enjeux environnementaux et qui déroule un « avion-bashing », un dénigrement, qui frôle le fanatisme, comme pour se donner bonne conscience et oublier qu'on pollue plus ailleurs. Pour ces raisons, l’industrie aéronautique veut faire encore mieux et montrer qu’elle est le « leader » de la transition écologique vis-à-vis d’autres secteurs.

Les motoristes au travail :

La motorisation électrique par exemple est en marche avec plusieurs projets en cours. Mais d’ici là et pour faire voler de gros avions, les turboréacteurs ont encore de l’avenir. Ceux-ci doivent encore évoluer, les motoristes sont engagés dans de nombreux défis à court terme.

unnamed-2.jpg

Une nouvelle famille pour Rolls-Royce :

Le motoriste anglais Rolls-Royce travaille sur un nouveau type de démonstrateur qui doit déboucher l’avènement d’une nouvelle famille de turboréacteurs.  Le démonstrateur de Rolls-Royce ALECSys (Advanced Low Emissions Combustion System), doté d'une technologie intégrée aux programmes de moteurs Advance3 et UltraFan, est testé au sol sur son site aérospatial civil de Derby.

Dans le cadre de sa stratégie de développement durable, Rolls-Royce travaille à réduire les émissions produites par ses futurs moteurs. La réduction des émissions des turbines à gaz fait partie de la stratégie plus large de développement durable de Rolls-Royce, qui implique également un soutien à l'utilisation accrue de carburants d'aviation durables (SAF) et une recherche intensive sur les architectures et technologies de propulsion de rupture. Le système de combustion à mélange pauvre améliore le prémélange du carburant et de l'air avant l'allumage - offrant une combustion plus complète du carburant, entraînant une réduction des émissions de NOX et de particules fines.

Selon Rolls-Royce, cela permettra une combustion plus complète du carburant, entraînant une réduction des émissions. Le développement du système est soutenu par l'UE via Clean Sky et au Royaume-Uni par l'Aerospace Technology Institute et Innovate UK. La première série de tests a débuté en 2018 et cette dernière phase se concentrera sur la validation des performances d'émissions, du logiciel du système de contrôle moteur et des performances fonctionnelles.

Une technologie bientôt disponible :

La technologie ALECSys figurera dans la conception du moteur UltraFan® que Rolls-Royce rendra disponible à partir de 2025. L'UltraFan est une conception évolutive adaptée aux avions à fuselage large et à fuselage étroit. Il est conçu pour offrir une amélioration du rendement énergétique de 25% par rapport à la première génération de moteurs Rolls-Royce Trent.

ultrafan_wp.jpg

Photos : Technologie de démonstration ALECSys avec l’UltraFan @ Rolls-Royce

07/10/2020

Heart Aerospace a dévoilé son avion régional électrique !

Heart-Bild-till-Hangaren-2-1536x869.jpg

La startup suédoise Heart Aerospace vient de présenter son projet d’avion régional électrique. La société a dévoilé les premières images de synthèse de son futur avion baptisé ES-19.

Programme ELISE :

Ce développement fait partie d’un programme soutenu par le gouvernement suédois dans le cadre du programme de recherche ELISE. Le nom Elise est un acronyme pour « Elektrisk Lufttransport i Sverige ». Le projet est financé par l'agence d'innovation suédoise Vinnova.

Il s'agit d'une collaboration entre l'Université de technologie Chalmers, le KTH - Institut royal de technologie, l'Université de Linköping, l'Université de technologie de Luleå, l'Université d'Uppsala, l'Administration de l'aviation civile et l'institut de recherche RISE Viktoria avec l'industrie aérospatiale et d'autres acteurs.

À l'avenir, les vols électriques pourront accueillir des transports court-courriers et contribuer à atteindre les objectifs mondiaux de durabilité de l'Agenda 2030 en réduisant les émissions et le bruit, en développant des industries durables et innovantes et en améliorant l'interaction urbaine-rurale.

La Suède a une forte industrie aérospatiale et une infrastructure de transport qui repose sur les voyages aériens. Le projet associe l'industrie aérospatiale et les entreprises technologiques aux autorités, aux services de santé, à la police, aux pompiers, aux urbanistes, aux sociétés d'énergie et aux entreprises de transport pour évaluer comment la technologie des avions électriques peut au mieux servir la Suède.

L'idée est qu'à l'avenir, les vols électriques pourront être utilisés sur des distances plus courtes et contribuer à réduire les émissions de dioxyde de carbone et également à réduire le bruit.

L’ES-19 :

C’est dans cette optique, qu’Heart Aerospace travaille sur son avion régional électrique de 19 places Baptisé ES-19, ce quadri-moteur électrique est doté d’une voilure haute et d’un empennage en T. Selon le constructeur, l’ES-19 aura un rayon d’action de 400 km et une vitesse de croisière de 330 km/h et serait capable d’opérer sur des pistes aussi courtes que 750 m.

Le premier vol d’essai d’un prototype grandeur nature est planifié pour 2024. Son système de propulsion électrique alimenté par des batteries vient de débuter ses premiers essais au sol.

Pour Heart Aerospace l'électrification change l'équation du transport aérien régional. Les avions électriques sont abordables à acheter, à exploiter et à entretenir. Des moteurs électriques simples et fiables réduisent les coûts de maintenance de 90% par rapport aux turbopropulseurs et la surveillance électronique intelligente réduit les besoins d'inspection. Plus important encore, les coûts de carburant diminuent de 50 à 75%.

Première lettre d’intention :

Si l’ES-19 ne vole pas encore, le projet suscite de l’intérêt, la compagnie Sounds Air a signé une lettre d'intention avec l'avionneur suédois Heart Aerospace pour acheter un avion électrique ES-19, qui devrait être disponible en 2026. La compagnie aérienne doit commencer un service entre Wanaka et Christchurch le mois prochain avec un avion classique.

Rhyan Wardman, président de Sounds Air, a déclaré que la Nouvelle-Zélande était l'endroit idéal pour les avions électriques. « Le type d’avion électrique que nous examinons est un peu plus grand que la flotte que nous avons actuellement, et l’autonomie de 400 km est idéale pour les routes que nous empruntons.» M. Wardman a déclaré que les faibles coûts de fonctionnement faisaient de l'avion une option économique et écologique.

soundsairsupplied.png

Photos : 1 l’ES-19 2 Aux couleurs de Sounds Air @ Heart Aerospace

21/09/2020

Airbus dévoile ses concepts d’avion zéro émission !

 

airbus,zero émissions,éco-aviation,aviation et écologie,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

 

L’avionneur européen travaille sur trois concepts d’avions à hydrogène et vise le « zéro émission » de CO2 d’ici 2035. Pour le président exécutif d’Airbus, Guillaume Faury, le développement d'un avion décarboné à hydrogène constitue un "axe stratégique prioritaire".

Trois concepts :

airbus,zero émissions,éco-aviation,aviation et écologie,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Pour atteindre cet ambitieux objectif, Airbus a dévoilé trois concepts dont la maturation des technologies prendra cinq ans. Il faudra également ajouter deux ans supplémentaires, afin que les fournisseurs et autres équipementiers puissent être en mesure de fournir les éléments.  

Tous ces concepts utilisent l’hydrogène comme source d’énergie principale, une option qui, selon Airbus, s’avère exceptionnellement prometteuse comme carburant aéronautique propre et qui pourrait permettre à l’industrie aérospatiale et à de nombreux autres secteurs d’atteindre leurs objectifs de neutralité climatique. Tous désignés sous le nom de code « ZEROe », les trois concepts pour le premier avion commercial zéro émission climatiquement neutre sont les suivants : 

unnamed-1.jpg

Un concept de turboréacteur : (120-200 passagers) capable d’effectuer des vols intercontinentaux de plus de 3500 km et alimenté par une turbine à gaz modifiée fonctionnant à l’hydrogène, au lieu du kérosène, par combustion. L’hydrogène liquide sera stocké et distribué grâce à des réservoirs situés derrière la cloison étanche arrière.

Un concept de turbopropulseur : (capable d’embarquer jusqu’à 100 passagers) utilisant un moteur turbopropulseur au lieu d’un turboréacteur, également alimenté par la combustion d’hydrogène dans des turbines à gaz modifiées, et capable de parcourir plus de 1800 km. Une option idéale pour les vols court-courriers.

Un concept d’aéronef à fuselage intégré : (jusqu’à 200 passagers), dont la voilure se fond dans le fuselage principal de l’appareil et qui présente un rayon d’action comparable à celui du concept de turboréacteur. Le fuselage exceptionnellement large offre de multiples possibilités pour le stockage et la distribution d’hydrogène, ainsi que pour l’aménagement de la cabine.

Pour faire face à ces défis, les aéroports auront besoin d’importantes infrastructures de transport et de ravitaillement en hydrogène pour répondre aux besoins des opérations quotidiennes. Le soutien des gouvernements sera déterminant dans la réalisation de ces objectifs ambitieux, grâce à un financement accru de la recherche et de la technologie, à la transformation digitale et aux mécanismes qui encouragent l’utilisation de carburants durables mais aussi le renouvellement des flottes d’avions, afin de permettre aux compagnies aériennes de retirer plus rapidement du service les appareils plus anciens, moins respectueux de l’environnement.

unnamed.jpg

Photos : 1 Les trois conceptsLe concept de turboréacteur 3 turbopropulseur 4 fuselage intégré @Airbus

14/09/2020

Etihad Airways combat le gaspillage alimentaire !

0-1.jpeg

Dans le cadre des efforts pour un meilleurs respect de l’environnement, le transporteur Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, s'est associée à la start-up de technologie alimentaire de Singapour Lumitics pour tester l'utilisation de la vision par ordinateur et de l'apprentissage automatique, afin de réduire le gaspillage alimentaire à bord de ses avions.

L’objectif :  

Le partenariat permettra à Etihad et Lumitics de suivre les repas en classe économique non consommés à bord des avions, les données collectées seront utilisées pour mettre en évidence les habitudes de consommation et de gaspillage alimentaires sur le réseau. L'analyse des résultats aidera à réduire le gaspillage alimentaire, à améliorer la planification des repas et à réduire les coûts d'exploitation. Le produit Insight Lite de Lumitics suivra les repas non consommés à partir d'un avion lorsqu'il atterrit dans un aéroport. En utilisant l'IA et la reconnaissance d'images, Insight Lite est capable de différencier et d'identifier les types et la quantité de repas non consommés en fonction de la conception des feuilles de repas, sans nécessiter d'intervention manuelle.

0-2.jpeg

Des vols moins polluants :

Cette démarche fait partie des nombreuses initiatives en vue de réduire les déchets et produits non réutilisable à bord des vols commerciaux. De nombreuses compagnies travaillent à réduire la masse de déchets générés par transport aérien. La réduction des déchets et du gaspillage alimentaires est devenu une priorité pour les compagnies aériennes. Les initiatives se multiplient, au Portugal la compagnie

Hi Fly veut atteindre l’objectif de vols entièrement exempts de plastique d’ici la fin de l’année. Ryanair de son côté, a récemment pris la décision d’éliminer les plastiques non recyclables de ses services d’ici 2024. Kantas veut réduire de 75 % les déchets qu’elle produit, d’ici la fin de l’année 2021. L’objectif de s’attaquer au gaspillage alimentaire fait partie de d’un long processus de remise en question du fonctionnement de notre société. Le retour des vols commerciaux se font avec des initiatives de sécurité spécifiques à cause du COVID, mais le passager découvrira également de nombreuses nouveautés liées cette fois à la préservation de notre environnement.

plateau-repas-dechets-plastique_shutterstock_446104528.png

 Photos : 1 B787 Etihad Airways 2 le système de Lumitics @ Etihad Airways 3 Plateau repas type @ Reuters 

 

Etihad Airways combat le gaspillage alimentaire !

0-1.jpeg

Dans le cadre des efforts pour un meilleurs respect de l’environnement, le transporteur Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, s'est associée à la start-up de technologie alimentaire de Singapour Lumitics pour tester l'utilisation de la vision par ordinateur et de l'apprentissage automatique, afin de réduire le gaspillage alimentaire à bord de ses avions.

L’objectif :  

Le partenariat permettra à Etihad et Lumitics de suivre les repas en classe économique non consommés à bord des avions, les données collectées seront utilisées pour mettre en évidence les habitudes de consommation et de gaspillage alimentaires sur le réseau. L'analyse des résultats aidera à réduire le gaspillage alimentaire, à améliorer la planification des repas et à réduire les coûts d'exploitation. Le produit Insight Lite de Lumitics suivra les repas non consommés à partir d'un avion lorsqu'il atterrit dans un aéroport. En utilisant l'IA et la reconnaissance d'images, Insight Lite est capable de différencier et d'identifier les types et la quantité de repas non consommés en fonction de la conception des feuilles de repas, sans nécessiter d'intervention manuelle.

0-2.jpeg

Des vols moins polluants :

Cette démarche fait partie des nombreuses initiatives en vue de réduire les déchets et produits non réutilisable à bord des vols commerciaux. De nombreuses compagnies travaillent à réduire la masse de déchets générés par transport aérien. La réduction des déchets et du gaspillage alimentaires est devenu une priorité pour les compagnies aériennes. Les initiatives se multiplient, au Portugal la compagnie

Hi Fly veut atteindre l’objectif de vols entièrement exempts de plastique d’ici la fin de l’année. Ryanair de son côté, a récemment pris la décision d’éliminer les plastiques non recyclables de ses services d’ici 2024. Kantas veut réduire de 75 % les déchets qu’elle produit, d’ici la fin de l’année 2021. L’objectif de s’attaquer au gaspillage alimentaire fait partie de d’un long processus de remise en question du fonctionnement de notre société. Le retour des vols commerciaux se font avec des initiatives de sécurité spécifiques à cause du COVID, mais le passager découvrira également de nombreuses nouveautés liées cette fois à la préservation de notre environnement.

plateau-repas-dechets-plastique_shutterstock_446104528.png

 Photos : 1 B787 Etihad Airways 2 le système de Lumitics @ Etihad Airways 3 Plateau repas type @ Reuters