20/05/2017

Le plus grand avion-amphibie prépare son premier vol !

3234.jpg

Zhuhaie en Chine, le plus grand hydravion au monde, l’AVIC (Aviation Industry Corporation of China) AG600 a effectué son premier test de taxi à grande vitesse sur les installations de l’avionneur. Ce roulage a validé la capacité de pilotage, de freinage de l'avion, et l’avion a pu tourner sur 180 degrés

Selon Avic, les freins et les moteurs de l'AG600 se sont bien comportés lors de l'essai, ouvrant la voie à d'autres évaluations au sol avant un premier vol prévu à la fin du mois de mai, suivi d'un décollage ultérieur en mer au cours du second semestre de 2017.

L'AVIC TA-600, est le plus grand avion-amphibie au monde avec un poids maximum au décollage de 53,5 t (53,500 kg; 118,000 lb) et une portée maximale de plus de 4’500 km L'avion dispose d’une envergure de 38,8 mètres. Il est doté de quatre moteurs turbopropulseurs chinois WJ-6 d’une puissance de 3805 Kw chacun.

Dans son rôle de lutte contre l'incendie, l'avion peut récupérer 26 400 livres (12 tonnes métriques) d'eau en 20 secondes, avant de le laisser tomber sur une zone de la taille d'un terrain de football. Pour les opérations de recherche et de sauvetage, il est conçu pour résister à des vagues allant jusqu'à 13 pieds (2 mètres). L'avion a une capacité de sièges pour 50 passagers.

L’avionneur chinois espère des ventes à l’exportation, en effet, la Nouvelle-Zélande et la Malaisie ont manifesté leur intérêt pour cet appareil. En Chine l’avion pourrait avoir une forte valeur stratégique dans la mer de Chine du Sud.

 

987.jpg

Photos 1 AG600 @ Zhou You 2 l’énorme amphibie @ Jack Li

 

11/05/2017

Chine : démonstration de force des Xian JF-7 !

54777.jpg

La Chine est devenue une puissance économique et militaire, le pays tient à le faire savoir. La montée en puissance militaire du pays ne fait aujourd’hui plus aucun doute, chars, missiles, radars second porte-avions et une aviation indigène sont devenus les témoins des nouvelles et incontournables capacités de la Chine.

Dans une vidéo destinée à plusieurs médias chinois et étrangers, le Chine a voulu démontrer ses compétences aériennes. Une manière de s’imposer et de faire reconnaître sa force. Simple propagande me direz-vous ? Non, car il s’agit pour les instances du pays de mettre en avant une réel capacité qui pèse déjà dans les dossiers important comme Taïwan et les îles revendiquées dans les eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale.


L’exercice volontairement rendu public montre des avions de combat Xian JH-7 mener des tirs contre des objectifs navals, avec des missiles et des bombes de divers calibres sur le secteur de l'île de Hainan, au sud du pays. L’objectif est évident, montrer que la Chine est capable d’opérer des opérations de combat aérien de grandes envergures.

68459.jpg

Le Xian JH-7 « Flying Leopard » :

Le Xian JH-7 « Flying Leopard » est un bombardier bimoteur. Entièrement conçu en Chine, il est le premier appareil indigène, non issus d’appareils russes. L’aaapreil a été développé dans les année 1980 pour venir remplacer les Harbin H-5 et Nanchang Q-5. L’avion a volé le 14 décembre 1988,pour la première fois. L'avion a été conçu comme un avion de combat multi-rôle et doit répondre à la fois aux exigences de l'aviation navale et la force aérienne.  L’avion est doté d’un moteur chinois, le WS-9 qui est en fait un dérivé dune licence du Rolls-Royce Spey MK202 RB.168. En 2002, les JH-7 ont été modernisés avec un poste de pilotage est équipé d'affichages multifonctions (MFD) et un radar doppler à impulsion permettant l'utilisation du laser et du guidage par télévision. Cette modernisation a permis l’adaptation d’armes de précision à guidage radar. De 2004 à 2009 environ 100 machines ont été livrées à la Marine et la Force aérienne chinoise. Au total, 240 machines ont été construites.

342.jpg

Photos : 1 JH-7 de face @ Aleksey Lisitsyn 2 En vol @ Ilya 3 en double Dmitriy Pichugin

 

14/03/2017

Chine, L’Y-20 « Kunpeng » en production !

456.jpg

L’Armée de libération de la Force aérienne du peuple (PLAAF) a pris possession de ses deux premiers avions de transport tactique Xian Y-20 « Kunpeng » en juin de l’année dernière pour des essais opérationnels. Ceux-ci se sont révélés pleinement satisfaisant.

Production et moteurs chinois :

Xian Aircraft Industrial Corporation en collaboration avec la PLAAF vient de déclarer le lancement de la production du de l’avion de transport. Au total se sont pas moins de 400 appareils qui viendront équiper l’armée chinoise. De plus, selon l’avionneur un nouveau calendrier de production prévoit l’installation de moteurs chinois d’ici 2019. Actuellement le Y-20 est doté de moteurs russes NPO Saturn Soloviev D-30KP2 de 10,5 tonnes de poussée. Selon les données disponibles, Xian compte équiper le Y-20 de moteurs chinois Shenyang-Liming WS-20 qui produiront 14 tonnes métriques de poussée et permettront ainsi à l'Y-20 d'atteindre sa charge utile maximale de 66 tonnes. Actuellement ces moteurs sont en phase de qualification sur un IL-76.

Xian Aircraft déclare pouvoir produire 20 Y-20 par an d’ici deux ans. Par ailleurs, l’avionneur travaille sur une nouvelle version civile de l’avion et un modèle plus lourd ayant une charge utile de 200 kg (440 lbs).

 

Le Xian Y-20 « Kunpeng » :

Le Xian Aircraft Industrial Corporation Y-20 « Kunpeng » est l’aboutissement d’un long programme, devant permettre à la Chine de se doter d’un appareil lourd de transport militaire stratégique. Les ingénieurs chinois n’ayant pas d’expérience pour un tel appareil, ils ont dû faire appel à des consultants russes et ukrainiens en ce qui concerne les domaines critiques de l’avion. D’une envergure de 50 mètres. L’avion utilise de nombreux matériaux composites. Pour abaisser les coûts de fabrication, plusieurs éléments ont été produits à l’aide d’imprimantes 3-D.

Exploité par un équipage de trois personnes, l’Y-20 est conçu pour transporter jusqu’à 60 tonnes de fret jusqu’à 4’400km (2'734 miles) à une vitesse de croisière de mach 0,75 et avec un plafond pratique de 13'000 mètres (42'700 pieds). Selon l’avionneur chinois, l’avion est capable de décoller sur 700 mètres. L’avionique comprend quatre grands écrans couleurs EFIS.

L’avion ne semble pas pour l’instant disposer de capacité de ravitaillement en vol. Il semble également que l’avionneur prépare une version dotée d’un radar d'alerte précoce (AEW), d’une version de guerre électronique et d’une variante destinée au ravitaillement en vol.

3234.jpg

 

Photos : 1 Y-20 Kunpeng @ Zu Wei 2 Y-20 en vol @ Zhangliming

20/01/2017

Chine, le drone Lijian aux essais en vol !

C2ijcl_WQAE9vjQ.jpg

Je vous en avais parlé brièvement en 2013, la Chine avait à l’époque dévoilé son « super drone furtif » le Lijian « Épée aiguë ». A l’époque ce drone effectuait des tests de roulage au sol. Le drone « Lijian » a débuté ses essais en vol en novembre 2013 et devrait bientôt être qualifié pour une large production. 

C2ijbcdXUAQEsYg.jpg

Conçu sous la direction de la société d'État China Aviation Industry (AVIC) par Hongdu Aviation Industry et Shenyang Aircraft, le drone Lijian est issus de la chaîne d’assemblage après plus de trois années d’études.

Le  drone « Lijian », selon les premières informations disponibles, semble avoir une envergure de 46 pieds (14 mètres), il est donc plus petit que le X-47B américain (62 pieds). Le drone 

est propulsé par un turboréacteur sans postcombustion WS-13 avec une entrée serpentine, une technologie qui permet de dissimuler le moteur des systèmes infrarouges ennemis.

C2ijeP5W8AEUmTt.jpg

Le drone aurait une autonomie de 130 km (80 miles) contre des cibles terrestres ou maritimes. Par contre, on notera que la tuyère du moteur du Lijian est exposée, tandis que celui du X-47B est cachée. Selon les dernières informations il pourrait emporter jusqu’à 2000 kg de munition dont les nouvelles bombes de petit diamètre CM-506 présentée au salon Airshow China.

Capable de frappes, le drone Lijian devrait également pouvoir être utiliser pour la reconnaissance et la guerre-électronique.Le Lijian pourrait entrer en service en 2019 et venir tenir tête au X-47B américain et devancer ainsi les efforts européens de lancer un drone furtif de combat, tel que le démonstrateur nEUROn.

 

china-sharp-sword-stealth-ucav-lijian__585504_.jpg

Photo : drone Lijian @ Chine nouvelle

 

 

 

 

08/01/2017

La Chine se prépare à l’arrivée du J-20 !

58185d0dc46188fe4b8b456f.jpg

L'année 2016 a vu de grands progrès pour l'armée chinoise, avec de nombreuses réalisations liées à l'armement et l'équipement et notamment le début de production initiale à taux faible (CRTR) du J-20 de combat furtif. L’avion conçu par l'Institut 611 et construit par Chengdu sur les installations de l'aérodrome Huang Tianba.

Le chasseur furtif J-20 a fait ses débuts le 1er novembre dernier à l'aéroport de Sanzao à Zuhai, au 11e Salon international de l'aviation et de l'aérospatiale en Chine. Le J-20 va remplir un vide au sein l'armée de l'air chinoise.

Il est prévu que le premier avion de production à faible taux rejoigne le centre d'essai et de formation de la force aérienne chinoise à Cangzhou en 2017. Il donc fort probable, que c’est sur cette base aérienne que les formations de pilotes débuteront en 2019, selon l’annonce officielle. Les autorités chinoises ont indiqué que les exigences portent entre 500 et 700 avions de ce type.

Le Chengdu J-20 :

Le Chengdu J-20, soit un appareil de la cinquième génération de combat furtif, devra répondre à trois rôles bien précis. Ayant des capacités furtives semblables à celles du F-22 et F-35, l’avion semble offrir des capacités dans un certain nombre de rôles, de l’interception à l'attaque de précision à long rayon d’action. L’avion dispose de deux baies latérales pour les petits missiles air-air et une grande baie sous le fuselage pour accueillir des missiles de plus grandes tailles et des armes d'attaques de surface à guidage de précision.

Le moteur destiné au J-20 est le WS-15 chinois, mais de nombreux problèmes de mise au point retardent encore la mise en service de celui-ci. Les prototypes actuels au nombre de quatre sont dotés du moteur russe AL-31FN série 3 offrant 30.800 livres (137 kN) de poussée. Il faut noter que ce type de motorisation ne permet pas le mode « Supercruise ».

On apprend que le J-20 va recevoir une série de capteurs de type électro-optique de ciblage (EOTS) et un grand radar à antenne active (AESA) désigné KLJ-5, qui a été développé par l'Institut 14 près de Nanjing. L’avionique est dotée de trois grands écrans couleurs, ainsi que d'autres petits écrans, ainsi qu’un affichage tête haute holographique grand angle. Une liaison de données de pointe a été développée, et une sonde de ravitaillement rétractable située sur le côté droit de la partie avant du fuselage est installée.

 

J-20_at_Airshow_China_2016.jpg

Photos : Le J-20 lors du Salon international de l'aviation et de l'aérospatiale en Chine @ Zhong Wei