20/03/2019

Aviation et climat, des actions concrètes !

C905A9A3-64BD-44EF-9845-C9927913BDE0.jpeg

Dans la série d’article que je vous propose depuis un certain temps, voici un nouvel exemple d’action concrètes qui ne sont pas le fruit de l’utopie, mais bien de réflexions réfléchies. Les biocarburants combinés à des avions moins gourmant sont « là » solution. 

Programme de décarbonisation 

La Suède a pour objectif ambitieux, celui de ne plus utiliser de combustibles fossiles d'ici 2045. Dans le cadre de cette initiative, une proposition de décarbonisation de l'aviation en Suède a été annoncée, le 4 mars dernier. La proposition suggère que la Suède introduise un mandat de réduction des gaz à effet de serre pour le carburant d'aviation vendu en Suède. Le niveau de réduction serait de 0,8% en 2021 et augmenterait progressivement pour atteindre 27% en 2030. Les niveaux de réduction seraient équivalents à 1% (11 000 tonnes) de carburant aviation durable en 2021 et à 5% (56 000 tonnes) en 2025 et 30% (340 000 tonnes) en 2030. Cela fera ainsi de la Suède un leader incontesté en matière de décarbonisation de l'aviation.

Volonté politique 

Les avions civils, mais également des avions militaires et jet privés sont tous concernés. Des vols à 100% verts d’un avion de combat Saab JAS-39D Gripen ont été effectué en Suède. Il s’agit du fruit d’une volonté politique associée à une détermination de l’avionneur suédois. En parallèle, cette stratégie vise à soutenir et à développer les conditions pour la technologie environnementale. La stratégie suédoise inclut le support pour l'innovation et la promotion des exportations. L'ambition du gouvernement est de créer les conditions pour le développement du secteur de la technologie suédoise en matière d’environnement et de contribuer ainsi à un meilleur environnement en Suède et dans le monde. Car, pour la Suède, il devient également possible de partager se savoir faire avec les futurs acquéreurs potentiels des avions de la famille Gripen. D’un point de vue stratégique il s’agit également de diminuer la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles notamment en cas de crise pétrolière.Le carburant testé CHCJ-5 est constitué d'huile de colza. Par ailleurs, ce biocarburant satisfait aux mêmes exigences de combustion que le carburant fossile.

La Norvège également

La Norvège a annoncé son mandat de mélange de biocarburants à 0,5% en 2020. Le marché disposera de suffisamment de capacité pour fournir les volumes prévus de biocarburant renouvelable à la Suède et à la Norvège. 

Objectifs de l’industrie aéronautique 

L’industrie aéronautique mondiale a fixé des objectifs ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport aérien, notamment une croissance neutre en carbone à partir de 2020 et au-delà, ainsi qu’une réduction de 50% des émissions nettes de carbone de l’aviation d’ici 2050. L’aviation a besoin de nombreuses solutions pour réduire ses émissions. À l'heure actuelle, le carburant d'aviation durable constitue la seule alternative viable aux carburants liquides fossiles pour alimenter les avions.

Pour l’ICAO, soit l’Organisation de l’aviation civile internationale il faut : soutenir la production de biocarburants élaborés à partir de résidus biologiques, afin de réduire concrètement les émissions de CO2 et de protéger l’environnement. 

De recommander au Conseil de l’OACI de charger le CAEP de revoir la question de l’adoption rapide des biocarburants pour l’aviation civile internationale en raison de leur efficacité environnementale, de l’analyse coûts-avantages, y compris les coûts de certification, et des défis en matière de sécurité des vols, tout en prenant en compte les enjeux de sécurité alimentaire et de sécurité de l’approvisionnement en eau, conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies. 

95917362-F1C9-4C6F-B4CE-27554EBDAEEF.png

Origine des biofuels pour l’aviation 

Le kérosène habituel est obtenu à partir du pétrole brut, les biocombustibles durables pour l’aviation sont obtenus à partir de sources comme les huiles naturelles non alimentaires et les déchets agricoles. La Federal Aviation Administration (FAA) a indiqué que ce carburant est acceptable pour une utilisation dans un aéronef. Un système de normes et de certifications mondiales sur le développement durable reconnaissant les producteurs de biomasse et de biocombustible qui adhèrent à des critères environnementaux et de responsabilité sociale stricts est déjà en vigueur.

Emprunte du cycle des biocarburants 

Les biocombustibles durables pour l’aviation ont un effet positif pour l’environnement en réduisant significativement le volume des émissions de CO2 produites au cours du « cycle de vie » de ce type de carburant par rapport au kérosène conventionnel. Le « cycle de vie » se réfère à toutes les émissions produites au cours de l’ensemble du processus, depuis l’extraction ou la collecte de la matière première jusqu’au raffinage, au transport et à l’utilisation du carburant 

Des actions réalistes :

Les nombreux vols réalisés avec du biocarburant, les certifications déjà obtenues ou en cours des moteurs d’avions et les efforts au quotidien de l’industrie de l’aviation sont autant d’actions réalistes et déjà actives. Nous sommes bien loin de certaines prises de positions idéalistes proposées à l’approche de élections fédérales qui n’ont qu’un but « électoraliste ». Mettre des avertissements sur les publicités de certains transporteurs aériens, alors que ceux-là mêmes, sont les acteurs actifs sur le développement d’une aviation toujours plus propre montre l’amateurisme de certain. 

Sources : Neste Corporation, ICAO, EASA, FAA

 

03/12/2012

Les Gripen E pourront voler au biocarburant !

Gripen%20Emmen.jpg


 

 

Les avions de combat n’ont pas jusqu’à présent, été développés avec des caractéristiques propres à la protection de l’environnement, mais avec l’avènement des essais en de biocarburant dans le civil, les militaires s’y intéressent aujourd’hui. En avril 2010, l’US Navy a fait voler un F/A-18F « Super Hornet » (expérience baptisée Green Hornet). Ce vol fut suivi par un A-10 de l’USAF.

 

Le succès du moteur GE F-414:

 

Le «Green Hornet» est doté d’une motorisation de type General-Electric F-414, qui parfaitement fonctionné avec du biocarburant. Préalablement, le motoriste General Electric a procédé à près, de 500 heures de tests sur les divers composants moteurs et une série de 20 heures d’essais avec les réacteurs du Super Hornet, le GE F414. Les essais ont par ailleurs, confirmé en plus du CO2, que combiné à d’autres efforts « vert » qui comprennent l’adjonction d’une tuyère à chevrons, où chaque lobe dentelé pénètre dans ou hors du flux primaire et génère un flux secondaire,  permet de  réduire le bruit du moteur. Les tests ont montré une réduction de 3 décibels. 

 

Cette technologie compose le moteur du Gripen E soit la version GE F-414G. En conséquence, le constructeur Saab en collaboration avec le Gouvernement Suédois et le Laboratoire Autorité Air Force Research aux États-Unis préparent l’adaptation de biocarburant sur l’avion suédois, dans le but de pouvoir permettre à ses utilisateurs d’opter  pour une utilisation plus respectueuse d’une flotte d’avions de combat.

 

En parallèle, cette  stratégie vise à soutenir et à développer les conditions pour la technologie environnementale. Dans l'ensemble, la stratégie suédoise comprend 400 millions, divisé par 100 millions d'euros par an sur la période 2011-2014. La stratégie inclut le support pour l'innovation et la promotion des exportations. L'ambition du gouvernement est de créer les conditions pour le développement du secteur de la technologie suédoise en matière d’environnement et contribuer ainsi à un meilleur environnement en Suède et dans le monde. Car, pour la Suède, il devient également possible de partager se savoir faire avec les futurs acquéreurs potentiels du Gripen E. 

 

Appliquées aux aéronefs militaires comme le Gripen E, cela peut accroître la capacité en réduisant la dépendance aux combustibles fossiles par des sources étrangères et de la volatilité liée aux conduites de carburant et de transport.

 

GRipen-Emmen-MEdientag.jpg

 

Biocarburant, quelles origines ?

 

Le Biocarburants utilisé ne doit pas être un substitut aux cultures de céréales, ni provenir de la culture de plantes ayant un besoin excessif en eau. Les études du Laboratoire Autorité Air Force Research se dirigent vers un biocarburants dont les origines sont : les huiles de friture usagées, le composte, les algues et la Cameline. 

 

L'Administration suédoise du matériel de défense (FMX) est chargée de négocier des contrats pour un programme en collaboration avec les USA visant à démontrer l’utilisation d’un biocarburant respectant ces critères très strictes, pour permettre une utilisation à terme sur le Gripen E. 

 

 

Le motoriste General-Electric dispose aujourd’hui d’un carburant « bio » qui répond aux exigences des moteurs militaires, le SB JP-8. La défense suédoise veut désormais coopérer avec l'armée américaine à propos de la prochaine étape qui prévoit la certification de ce carburant utilisé dans les moteurs d'avions militaires.

 

Il est prévu que le constructeur Saab puisse prochainement faire voler le Gripen NG avec ce carburant pour ensuite pouvoir le proposer à la Flygvapnet et à la Suisse.

 

Proposer le Gripen E en conformité avec du biocarburant, devient un argument complémentaire, pour d’éventuels clients en association avec la  faible consommation de carburant de la famille des monomoteurs Gripen associé au mode «SuperCruise» du F-414G.

 

Liens sur le dossier Gripen E, programme d’armement : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/tag/avia+news+gripen+e

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

 

 

dutch_gripen_by_petervanstigt-d5d3614.jpg

 

Photos : 1 Gripen NG à Emmen en Octobre 2 Tuyères du F414G EPE qui équipent le Gripen NG @ Armasuisse 3 vue d’artiste du Gripen E suisse @Peter Vanstigt

 

 

 

19/06/2010

Le Salon de l’aviation verte

 

 

dyn008_original_599_266_jpeg__ba8047e2d3d6667a7fd9356174156fb3.jpg

 

 

En ce moment se tient à l’aéroport de Paris-Le Bourget, le Salon de l’aviation verte ! Ce Salon a pour but de vous faire découvrir et de mettre en lien l’ensemble des acteurs de l’aviation pour promouvoir un avenir plus respectueux de l’environnement et développer de nouvelles solutions technologiques  pour le monde de l’aviation.

 

UN CONSTAT

  • 250 millions de tonnes de CO2 chaque année dans l’atmosphère (3% du total)
  • Une activité qui double tous les 15 ans
  • 26 000 avions de transport en 2009... 50 000 en 2020 ?
  • 300 millions de riverains plus particulièrement concernés

DES ACTEURS

Constructeurs, compagnies aériennes, gestionnaires d’aéroports, opérateurs du trafic aérien et bien d’autres s’attachent à diminuer l’impact environnemental des activités aéronautiques.

DES SOLUTIONS

  • Innovations technologiques (matériaux, motorisation, carburants...)
  • Améliorations opérationnelles (fluidité du trafic, gestion des aéroports...)

DES OBJECTIFS

Définis par le Conseil Consultatif pour la Recherche Aéronautique en Europe (ACARE) : 50 % de rejets de CO2 et de bruit en moins d’ici 2020.

Infos pratiques

2ème édition du Salon de l’Aviation Verte au Bourget

Musée de l’Air et de l’Espace
Aéroport de Paris – Le Bourget

Les 18, 19 et 20 juin 2010

Horaires

Espaces d’expositions : 10h - 18h
Démonstrations en vol : 12h - 15h

evolution-1.jpg