13/11/2019

Australie : le F-35 serait-il une erreur de casting ?

webraaf-f-35a-via-lm.jpg

La question a de quoi surprendre, mais vient d’être rendue publique par le très sérieux Lowy Institute* australien. La question fait suite à l’intervention deux hauts responsables de l’Armée de l’air australienne (RAAF) qui affirment que le nouvel avion interarmées, Lockheed-Martin F-35A, qui entre actuellement en service est inadéquat pour les futures opérations d'attaque.

Décision trop rapide ?

Cette affirmation faisant suite au fait que l'Australie avait commis de graves erreurs dans la structure de ses forces et la réflexion de ses besoins futurs. Si, l’on se remémore l’historique de l’achat du F-35 par l’Australie, on se rappellera que le pays a rapidement rejoint le programme F-35 en 2002. Il n'y a pas eu d'appel d'offres ni d'évaluation formelle. D’ailleurs à l’époque, il ne pourrait pas y en avoir, car l’avion existait sur catalogue avec un calendrier de livraison et un coût inconnus et ceci alors même qu’il était considéré comme l’achat d’équipement de défense le plus coûteux jamais engagé par l’Australie.

La décision d’opter pour le F-35 de manière rapide et soudaine  a surpris beaucoup de monde. Il faut savoir qu’à l’époque un Livre blanc sur la défense avait été publié par le gouvernement Howard en 2000. Celui-ci  prévoyait un processus décisionnel exhaustif qui examinerait diverses options en matière de structure de la force, notamment des avions de combat à rôle unique, des avions à rôles multiples, des missiles à longue portée et des avions sans pilote.

Le chef de l'armée de l'air de l'époque avait expliqué publiquement la raison de la précipitation inattendue d'acheter des F-35. Malheureusement, peu après la décision, le F-35 a commencé à souffrir de problèmes techniques, d’une croissance des coûts et de longs retards.

Surcoûts et  normes différentes :

Les deux premiers F-35A australiens ont été livrés à la fin de 2018, les neuf derniers étant prévus pour le milieu de 2023. Ces derniers devraient être la version du Lot 15 du Bloc 4, la norme entièrement développée largement envisagée dès 2002. Les autres, comprenant six normes différentes de construction provisoire, seront ensuite progressivement modernisées pour adopter cette configuration définitive.

Les appareils du  Lot 15 ont subi des modifications matérielles et logicielles importantes. Le système complet de maintenance et de support, les simulateurs et les centres de formation devront également être modernisés. Cela prendra du temps et de l'argent supplémentaire, mais il n'y a pas d'autre choix. S’ils ne sont pas modernisés, les anciens F-35, soit : la quasi-totalité de la toute nouvelle flotte de la RAAF deviendront difficiles à maintenir ou à mettre à jour avec les futurs logiciels et deviendront progressivement déficients sur le plan opérationnel.

L’arrivée des neuf appareils du lot 15 permettra à la RAAF de déclarer sa capacité opérationnelle finale et de commencer à boucler le projet d’acquisition. Mais cela veut dire qu’en 20 ans, le projet a glissé de 10 ans.

Ce retard a rendu nécessaire la mise en service d'un autre avion de combat, le « Super Hornet » de Boeing, afin de combler le vide. En finançant cela, le projet global de capacité de combat aérien présentait le plus grand dépassement de coûts de toutes les acquisitions de défense australienne de l'histoire, en termes absolus.

Le F-35 un faux pas stratégique ?

En 2017, l'US Air Force a examiné ses programmes de combat aérien et a déterminé que, tout bien considéré, le F-35 serait incapable de pénétrer dans un espace aérien défendu après 2030. La structure des forces de la RAAF serait donc déjà dépassée, incapable de stopper une puissance hostile dans la région indopacifique. Les officiers australiens appellent maintenant à une «réinitialisation», avec de nouvelles dépenses importantes et éventuellement à l’acquisition de bombardiers avancés, de missiles de croisière et d’avions sans pilote,  une liste exhaustive qui rappelle le Livre blanc du gouvernement Howard de 2000.

Il est intéressant de lire l’analyse du Lowy Institute qui précise que la décision d'acquisition du F-35 a été prise indépendamment de la structure globale de la force aérienne australienne. A l’époque, la RAAF s'est concentrée sur l'acquisition de F-35, plutôt que sur la création d'une capacité de défense des bases aériennes à partir desquelles ils pourraient opérer. Les capacités de la Chine en matière d’attaques de missiles à longue portée signifient désormais qu’en temps de crise, la RAAF pourrait être mal avisée de déployer des F-35 sur les bases aériennes de l’Asie du Sud-Est. Avec le temps, cette vulnérabilité pourrait également s’appliquer aux bases septentrionales de l’Australie.

Certains ont estimé que la décision concernant les F-35 était urgente en 2002. Cette perception parait moins évidente rétrospectivement. Un rapport sur les structures et la composition de la Force aérienne devrait apparemment être mis en place au début de 2020. Une nouvelle prise de décision précipitée aujourd'hui peut produire des résultats médiocres et de longs retards en aval. Une répétition de l'acquisition du F-35 devrait être évitée.

Pour explique ce qui ne va pas, la RAAF, tout comme l’US Navy expliquent que le radar du F-35 ne peut effectuer que des recherches à faisceau étroit, plutôt que des recherches à grande distance de navires en mer ou au sol, par exemple. La capacité de frappe en profondeur s’en rescent cruellement, De plus, l’avion ne peut effectuer de frappes longues distance, laissant ainsi l’avantage à l’adversaire.

Autre contrariété, le F-35 est conçu pour être avant tout un avion de frappe air-sol, cependant limité en terme d’emport de charge et de rayon d’action, mais capable de se défense. Le F-35 a été conçu pour être furtif, en réseau et doté de capteurs exceptionnels, mais avec des performances aérodynamiques qui le rende moins  bon qu’un F-16 ou F/A-18 « Hornet ». La réponse est que le F-35 ne peut pas rivaliser avec le F-22 en tant que chasseur de supériorité aérienne, il n'a jamais été conçu comme tel. Au sein de l’USAF, le F-22 apporte furtivité, conscience de la situation et performance au combat tandis que le F-15C dégage une énorme charge de missiles combinée à un radar incroyablement puissant, les deux systèmes se complète en multiplicateur de puissance. Hors, le F-35 n’apportent pas cette complémentarité en profondeur au sein de la RAAF ni de l’US Navy d’ailleurs. La faiblesse de la RAAF repose donc sur la mauvaise redondance du F-35 dans son organisation.

D’autres critiques montrent du doigt les problèmes rencontrés par l’utilisation récente du F-35 au sein de la RAAF. Et notamment les problèmes de fonctionnalité, de cybersécurité (des données de F-35 australiens ayant étés hackées l’année dernière**) et de souveraineté des données associés aux systèmes logistiques ALIS. Et pour terminer, la chaleur produite par les gaz d'échappement de la tuyère, lors de l’utilisation de la postcombustion provoque des «bulles d'eau» sur les matériaux absorbant les radars (RAM), les surfaces de la queue et des dérives horizontales. Ces dommages causés par la chaleur compromettent l'intégrité structurelle de l’arrière de l’avion. Les capteurs sensibles enfouis dans la peau des surfaces de la queue arrière peuvent également s’avérer susceptibles d’être endommagés. Depuis ce type d’incident, les pilotes de F-35 ne peuvent plus utiliser de postcombustion pendant plus de quatre-vingts secondes à Mach 1,3, et quarante secondes à Mach 1,4. Pour réinitialiser l'usage de la postcombustion, les pilotes doivent attendre ensuite trois minutes de vol pour laisser refroidir l’arrière de l’avion.

Réfléchir à l’avenir :

Avant d'entreprendre un examen «urgent» ou de se précipiter pour acheter un nouvel avion de combat, il est essentiel de se pencher sur la méthodologie utilisée, lors de la conception de la future force. L’Australie va se plonger dans une profonde réflexion en vue du recadrage de l’organisation et de l’acquisition de matériel pour l’avenir.

(Source: Lowy Institute; publié le 10 novembre 2019)

Notes :

*le Lowy Institute est un groupe de réflexion indépendant qui travaille sur les questions politiques, économiques et stratégiques internationales du point de vue de l'Australie.

**la valeur des données hackées n’est pas connue officiellement.

Photo : F-35A de la RAAF @ RAAF

 

19/04/2019

Hélicoptère Tigre, fin de crise en Australie !

tiger-800x444.jpg

Le feuilleton des hélicoptères « Tigre » australiens à trouvé une fin heureuse. Airbus a obtenu une prolongation du contrat de soutien à la vie de l’hélicoptère de reconnaissance armé (ARH) « Tigre » de l’armée australienne par le ministère de la Défense australien.

Rappel :

En 2015, l’Australie avait signifié son mécontentement à Airbus en ce qui concerne sa flotte d’hélicoptères Tigre ARH. Unrapport annuel de la défense de l'Australie a montré que les hélicoptères Tigre avaient volé 3’000 heures dans une période de 12 mois, soit bien en dessous des 6.000 heures recherchés. L'armée dénoncait notamment que la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère ont un coût plus élevé que prévu. L’australienne se plaingnait de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit avait été relevés. 

Menace de remplacement :  

N’obtenant pas satisfaction, Canberra avait en octobre dernier lancé une demande d'informations sur les "hélicoptères de reconnaissance" afin de soutenir les opérations spéciales. Le projet visant le remplacement de la flotte actuelle d’hélicoptères Airbus Tigre ARH de reconnaissance armée. Cette menace a eu les effets escomptés.

Réaction d’Airbus :

L’hélicoptériste a réagit à la menace en lançant un travail de profondeur dans le but d’améliorer les performances de la flotte australienne.

L'extension TLS couvrant le programme ARH jusqu'en 2025 comprend:

 

  • maintenance plus poussée des appareils et des composants;
  • maintenance opérationnelle des aéronefs affectés à la formation;
  • formation du personnel navigant et des techniciens, y compris la maintenance du matériel de formation;
  • services de conception, y compris incorporation de la conception OEM;
  • développement et test de systèmes et de logiciels;
  • Prise en charge complète des pièces, notamment MRO, achats, stockage et distribution;
  • publications techniques; politique de maintenance; et gestion de flotte.

 

2571168438.jpg

Photos :Tigre ARH australien @ RAAF

10/02/2017

Les premiers PC-21 en route pour l’Australie !

unnamed.jpg

Stans, l’avionneur suisse Pilatus est passe de livrer les deux premiers avions école de nouvelle génération de type PC-21 à l’Australie. Ce matin les deux appareils immatriculés HB-HWA et HB-HWB ont quitté les installations de l’avionneur pour rejoindre prochainement l’école de la RAAF.

 Rappel :

La Force de défense australienne avait lancé un appel d’offre pour remplacer ses actuels Pilatus PC-9M avec un nouveau système de formation dénommé "Air Project 5428" à partir duquel le PC-21 est sorti vainqueur après les négociations et l'évaluation approfondie. Ce paquet va harmoniser la formation avec le PC-21 assurant un système moderne de formation rentable pour la formation de base et avancé des pilotes de la RAAF.

Le contrat de services d'une valeur de 1,2 milliard de dollars verra Lockheed-Martin Australie livrer en partenariat avec l’avionneur suisse Pilatus 49 avions écoles de nouvelle génération PC-21. Le contrat comprend également sept simulateurs de vol, ainsi que l’ensemble des systèmes d’apprentissage au sol et pièces détachées. La Ministre de la défense Marise Payne a déclaré, que le nouveau système de formation assurerait aux pilotes les connaissances et les compétences nécessaires leurs permettant de passer directement sur des avions militaires de pointe, comme le Super Hornet et le futur F-35.

2109333082.jpg

L’Australie devient ainsi le 6ème client pour le système d’entrainement PC-21, les autres pays sont : la Suisse avec 8 appareils (2 en options), Singapour 19 aéronefs, les Emirats Arabes Unis 25 appareils, l’Arabie Saoudite 55 appareils en commandes et le Qatar avec 24 appareils en commandes. En décembre dernier l’Armée de l’Air française a sélectionné le PC-21 pour venir remplacer ses Alpha-Jet. Les 17 PC-21 seront loués auprès d’une société anglaise.

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

eb7fb919236bfde3c480710f2a8fa108-PC-21-Australia-First-Flight-Media-Release-4.jpg

Photos : PC-21 australiens @ Stephan Widmer

25/10/2016

F-35 : Mise en garde de l’Australie !

CbvAMMhUYAEpTgH.jpg

Canberra, les nombreux retards du programme F-35 commencent à agacer les parlementaires australiens ce qui pourrait avantager le « Super Hornet » de Boeing.

Un plan B :

La semaine dernière, une commission parlementaire a demandé au ministère de la Défense de préparer un plan de sauvegarde au cas ou de nouveaux retards viendraient à nouveaux alourdir le programme d’acquisition du F-35.

Certes, la proposition ne va pas jusqu’à demander un abandon du programme F-35, mais doit permettre de combler le vieillissement des « Hornet ». Le « Plan B » consisterait dans l’acquisition d’un nombre encore non défini de « Super Hornet ». La même commission précise également que si une telle décision devait être prise, le budget militaire du pays ne permettrait pas de supporter l’achat de type d’avions. En conséquence l’Australie pourrait reporter les futures livraisons de F-35 à une date encore indéterminée.

Cette réaction fait suite à une autre apparue au printemps dernier de par l’Air Power Australia (groupe à but non lucratif ayant pour idéal la recherche, l’analyse du développement de la Force aérienne) qui déclarait : Quand le produit ne fonctionne pas, vous recrutez autant de clients que vous pouvez, en assurez la promotion de ce dernier du mieux que vous le pourrez, amassez autant d'argent que possible tant que le marché ignore ses défaillances". Le responsable d'Air Power Australia a également qualifié le calculateur du F-35 de « laisse de chien numérique », en référence à la volonté américaine de ne pas partager les codes-source de ce dernier.

Rappel :

L’Australie a prévu d’acquérir 58 appareils (72 initialement) de type F-35A, qui seront livrés entre 2017 et 2021. La capacité opérationnelle initiale est prévue pour le service en 2021 et la pleine capacité opérationnelle des trois escadrons est prévue pour la fin 2023. Et dans un même temps, le pays a également renoncé à l’achat de la version F-35B STOVL dont 14 à 20 appareils devaient initialement venir équiper sa Marine.

 

Photos : 1 F-35A @ Lockheed-Martin

24/02/2014

L’Australie commandera des P-8A !

3948780167_a02b18b6f4_o.jpg


 

Canberra, ce vendredi, l’Australia a confirmé qu'elle fera l'acquisition de huit avions de patrouille maritime de type Boeing P-8A «Poseidon». L’objectif étant d’obtenir les premiers exemplaires en 2017 et rendre la flotte opérationnelle pour 2021. Le contrat d’acquisition devrait se monter à près de 4 milliards de dollars. L’Australie deviendra ainsi le troisième client, pour le Poseidon après l’US Navy et la Marine indienne.

 

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine des drones.

 

 

3380827390.jpg

Photos : 1 Boeing P-8A «Poseidon» de l’US Navy 2 Cockpit @ Boeing/US Navy