25/02/2018

Protection des GPS aéronautiques contre des cyberattaques !

 

aviation,cyberattaques,gps,armasuisse,aviation commerciale,infos aviation.

Berne, en collaboration avec une équipe internationale de chercheurs, le domaine de compétences Sciences et technologies (W+T) d’armasuisse développe un système d’un type nouveau pour protéger l’espace aérien global contre les cyberattaques visant le système de navigation par satellites GPS.

Ces années passées, les annonces de cyberattaques visant le système de navigation par satellite GPS (Global Positioning System) se sont multipliées. Ces attaques criminelles constituent une menace particulièrement importante pour l’aviation, puisque les avions, hélicoptères et drones utilisent les signaux du GPS pour la navigation. Ainsi, il y a par exemple eu des tentatives de faire dévier de leur cap des avions ou de prendre le contrôle de drones en émettant des signaux destinés à perturber ou à leurrer les systèmes. Fondamentalement, dans les applications civiles, tous les récepteurs de signaux GPS sont vulnérables et ne disposent d’aucune protection face à de telles manipulations.

Le domaine de compétences Sciences et technologies (W+T) d’armasuisse a développé une solution à cet effet en collaboration avec des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, de l’Université technique de Kaiserslautern, de l’Université Ruhr-Bochum et de la New York University Abu Dhabi. Un système d’un type nouveau, appelé Crowd-GPS-Sec, surveille en permanence l’espace aérien à l’aide de signaux numériques relatifs à la navigation aérienne émis par des avions et des drones. Les chercheurs ont pu démontrer à l’aide d’algorithmes d’un nouveau type comment de faux signaux GPS ont pu être détectées en quelques secondes. Il est même possible de localiser l’attaquant à quelques mètres près dans un délai de 15 minutes au maximum. Cette solution a ceci de particulier que les signaux d’un avion relatifs à la navigation aérienne peuvent être surveillés via l’Internet par un groupe de volontaires (Crowdsourcing). Le Crowdsourcing permet aujourd’hui déjà aux organisations concernées de profiter de cette solution sans devoir mettre en place leur propre infrastructure de surveillance, ni devoir modifier les récepteurs GPS des aéronefs.

535.jpg

Le système en est encore à l’état de prototype et sera présenté en mai 2018 à San Francisco (USA), au IEEE Symposium on Security and Privacy (S&P). Institué il y a 39 ans, le S&P Symposium est organisé par l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE). Ce symposium est considéré au niveau mondial comme la principale conférence consacrée à la cybersécurité. Des experts du monde scientifique, de l’industrie et des autorités s’y rencontrent chaque année pour échanger les résultats de la recherche. Ce travail soutient la Stratégie nationale de protection de la Suisse contre les cyberrisques (SNPC). Sources DDPS.

03/10/2017

Une première en Suisse: des modifications robotiques sur F/A-18 !

0.0.0.0_Sourcing Serivces.jpg

Un important jalon du deuxième projet de renforcement structurel du F/A-18 a été franchi avec la première modification préventive implémentée sur un Boeing F/A-18 « Hornet » J-5003. Ce premier prototype, réalisé avec un an d’avance sur le programme initial, consiste à améliorer deux positions critiques de la cellule grâce à un fraisage local effectué par un robot.

Une première en Suisse :

58 autres sous-projets sont en phase de développement dans le cadre du deuxième projet de renforcement structurel (SRP2) du F/A-18. La modification en question consiste à fraiser un cadre dans le but d’enlever la couche supérieure sujette à des microfissures et à optimiser la géométrie localement. L’idée est de prévenir la propagation de fissures à cet endroit afin d’éviter des inspections coûteuses et, le cas échéant, des réparations complexes.

L’utilisation d’un robot permet un fraisage de précision et une constante dans l’exécution, avantages importants qu’un travail manuel ne pourrait garantir. Il est intéressant de noter que, lors de la réalisation du prototype, une fissure a été découverte sur une des quatre positions travaillées. Ce cas de figure était prévu et le dommage a été éliminé en fraisant de manière plus profonde. Le robot étant préprogrammé pour cette opération, aucun retard dans l’exécution n’a été déploré. Cette fissure démontre la nécessité et l’urgence de ces modifications préventives. Une réalisation trop tardive des différents travaux ne permettrait en effet plus de prévenir les fissures.

image.171003-wissenswertes-robot.jpg

Coopération internationale:

Le groupe technologique RUAG est responsable du développement des modifications et des inspections. L’entreprise canadienne L3-MAS s’est vite imposée comme sous-traitant de RUAG pour les modifications robotiques car elle a acquis une grande expérience dans ce domaine lors de travaux pour l'Aviation royale canadienne (RCAF).

Le problème principal des modifications robotiques est leurs coûts de développement. Une diminution des charges de moitié a été réalisée grâce à l’excellente collaboration entre les forces aériennes finlandaises et armasuisse. Les dirigeants finlandais ont en effet été convaincus de l’utilité de ces modifications et ont accepté de contribuer financièrement à leur réalisation.

Les travaux de développement ont commencé durant l’été 2015 et se terminent avec le prototype J-5003. Le budget alloué pour ces travaux n’a pas été dépassé et ces derniers se clôturent plus d’un an avant la date prévue dans l’échéancier initial. On peut également noter que ceci n’aurait pas été possible sans le support de la RCAF qui a livré des données essentielles aux analyses de fatigue, lors d’échanges de gouvernement à gouvernement.

209 inspections et 54 modifications :

Le SRP2 consiste en 209 inspections et 54 modifications. Les inspections doivent garantir la sécurité en vol et les modifications ont pour but de prévenir des dommages. La disponibilité de la flotte à moyen et long terme s’en retrouve améliorée et les coûts d’exploitation diminués.

image.jpg

Texte : Michel Godinat, armasuisse

 

Photos : 1 Entretien de Hornet chez RUAG à Emmen 2 Robot effectuant la modification sur l’avion J-5003 3 Points critiques @ armasuisse

 

13/12/2012

Gripen F : Les pilotes suisses testent l’AESA !

ska8055small.jpg


 

 

 

Pour faire suite à la venue dans notre pays du Gripen NG de démonstration en octobre dernier, avec lequel les pilotes ont eu la présentation du nouveau radar, une équipe de spécialistes du DDPS a effectué avec succès de nouveaux vols de tests du démonstrateur Gripen F, à Linköping ( Suède ) du 10 au 13 décembre.

 

Comme cela est usuel lors d'acquisitions complexes, le déroulement du projet est suivi étroitement auprès de l'industrie par une équipe de projet interdisciplinaire. L'accompagnement des travaux a pour but la réduction des risques dans le cadre du développement du Gripen E. Comme cela c’était passé en mais dernier,  une équipe composée de pilotes et d'un ingénieur d'essais en vol a effectué en étroite collaboration avec l'avionneur Saab et le fabricant du radar Selex-Galileo ( Grande-Bretagne ) deux vols avec le démonstrateur Gripen F équipé du radar  ES-05 « Raven » AESA. Le radar AESA monté dans l'appareil est un modèle de tests mettant en oeuvre la technologie la plus moderne ( AESA / Active Electronically Scanned Array ).

ska7736small.jpg

Programme de tests et vols: 

Le programme de quatre jours, portant surtout sur l'intégration du radar de tests dans le démonstrateur Gripen F, a servi principalement à vérifier les points suivants :
- montage,
- refroidissement du radar,
- alimentation électrique et
- échange de données entre le radar et l'ordinateur de mission.
Le premier jour a été consacré principalement à la préparation des vols avec les différents partenaires. Les deux vols se sont déroulés le deuxième et le troisième jour, tandis que le quatrième et dernier jour a été consacré à l'analyse des résultats et à la fixation de la suite des activités.
Les données enregistrées dans l'appareil pendant les deux vols et transmises simultanément en temps réel par une liaison protégée vont maintenant être utilisées par Saab et Selex-Galileo, le fabricant du radar AESA, pour la poursuite du développement.


gripen e,gripen aesa radar,swiss gripen,gripen flight tests,gripen es-05 raven,gripen e avia news

 

ska7818small.jpg

Commentaires  :

Le but de ces vols était de vérifier l'intégration du nouveau radar AESA. Les résultats des tests ont été enregistrées et seront utilisées par Saab et fabricant du radar Selex Galileo pour les prochaines étapes de développement.

 

  «Nous sommes très satisfaits de la progression Gripen E. C'est le résultat d'essais en vol de cette semaine », explique Jürg Weber, directeur du programme Gripen à armasuisse. Il fait aussi l'éloge de la collaboration avec Saab et le gouvernement suédois, qu'il décrit comme étant très bonne.

 

Saab chef pilote d'essai Richard Ljungberg commandait les essais en vol et dit:

 

"Les essais en vol ont été exécutés conformément au plan et j'apprécie l'attitude professionnelle montré par l'équipe de test suisse. J'attends avec impatience les prochaines étapes dans le programme d'évaluation suisse. "

 

 

gripen e,gripen aesa radar,swiss gripen,gripen flight tests,gripen es-05 raven,gripen e avia news

 

Prochaines étapes : 


En 2013 / 2014, le prototype du nouveau radar AESA fera l'objet de tests supplémentaires par les partenaires industriels ( en laboratoire et en vol ). L'équipe de tests suisse continuera de suivre de très près le développement du programme.

Une nouvelle version du radar ES-05 «Raven» qui incorpore l’ensemble des connaissances acquises avec la version actuelle est en cours de préparation, celle-ci sera livrée en 2013 et correspondra à la version de série. Celui-ci continuera d’évoluer jusqu’à la livraison des premiers Gripen E en 2018. 

Réduire les risques :

En précédant ainsi par étape, Saab minimise les risques de panne et de retard de livraison. Le calendrier est parfaitement respecté en ce qui concerne les étapes clefs. 

 

IMG_0271.JPG


Signalons également que l’IRST Skyward-G a été livré par son constructeur SelexGalileo à Saab au début du mois de novembre, comme prévu initialement. L’intégration est prévue  pour des essais au début 2013.

Liens : sur le programme d’armement 2012 :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/avia+news+gripen+e...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/12/03/les-gripen...

 

Photos : 1 & 3 Gripen NG en tests radar 2 Pilotes suisses & suédois @  armasuisse Briefing des pilotes @ Saab 5 l’IRST Skyward-G @ SelexGalileo

05/12/2012

Entrée en service du Centaur !


armasuisse,drone,diamond da-42,centaur,drone hybride,drone centaur,avia news centaur


Le Diamond DA-42 «Centaur» est entre en service au sein d’Armasuisse sur l’aérodrome d’Emmen. J’avais annoncé en prime, la commande en première mondiale de cette appareil il y a un peu plus de six mois, le voici maintenant en service.

 

Pour donner suite à un mandat de l'Etat-major de l'armée, Armasuisse teste à l'aide d'une nouvelle plate-forme technologique des capteurs pouvant être utilisés dans de futurs systèmes de drones. Dans une première phase, les activités portent principalement sur des procédures « Sense and Avoid » destinées aux aéronefs sans pilote. 

La plate-forme technologique Centaur OPA ( Optionally-Piloted Aircraft ) est réalisée sur la base d'un avion bimoteurde type  Diamond Aircraft ( DA-42 ). Le DA-42 a été transformé en OPA par la société Aurora Flight Science, à Manassas ( USA ). A la fin novembre 2012, armasuisse a pu procéder à la réception de l'OPA sur l'aérodrome militaire d'Emmen.


 

470373619.png


 

L'OPA peut être engagé dans les trois modes d'exploitation suivants : avec pilote, hybride et sans pilote.

 

Dans le mode d'exploitation « hybride », l'avion est télépiloté par un équipage se trouvant dans une station de contrôle au sol, tandis qu'un pilote de sécurité embarqué peut reprendre les commandes de l'appareil si nécessaire.

 

Ce mode d'exploitation offre les meilleures conditions pour les essais, la validation et la certification de la nouvelle avionique dans le domaine « Sense and Avoid » ( détection et évitement automatiques d'autres aéronefs ). Les premiers tests « Sense and Avoid » sont prévus dans le courant du premier semestre de 2013.

 

La Suisse premier utilisateur de la plateforme Centaur : 

 

Armasuisse est devenu le premier exploitant de cette plateforme de nouvelle génération, 

avec une flexibilité sans précédent en matière d’opération, le « Centaur » est un nouveau type d'aéronef disposant de trois modes d’utilisation. Premièrement, il peut être piloté comme un avion normal, en conservant sa certification FAA et ses fonctionnalités de navigation dotées du système Garmin G-1000. En moins de quatre heures, il peut être converti en avion sans pilote, en utilisant un système de contrôle complètement distinct de drones installés là où le copilote est assis normalement. Enfin, il peut être piloté en mode hybride, fonctionnait comme un drone, mais avec un équipage à bord. L'équipage peut contrôler l'avion en utilisant une station de contrôle à bord et  faire fonctionner des charges utiles et réaliser des expériences, d'interagir avec les contrôleurs du trafic aérien, et servir comme un observateur de la sécurité.

 

Économique le Centaur est un avion bimoteurs qui offre à la fois une efficacité exceptionnelle et qui est extrêmement silencieux. Le Centaur brûle moins de 40 livres de carburant par heure, et peut rester dans les airs durant trois jours. Le bruit des moteurs a été spécialement atténué au point que  l'aéronef et pratiquement indétectable à des altitudes de plus de 3000 pieds depuis le sol.

 

En service depuis les installations de l’aérodrome d’Emmen, le Centaur servira à tester différents systèmes de navigation ainsi que les futurs systèmes de capteurs pouvant équiper les drones qui équiperont nos Forces aériennes.  


 

Diamond%20DA42-1.jpg


 

Photos : 1 Le Centaur suisse @ Armasuisse   2 le DA-42 en version Centaur  @ Aurora Flight

05/05/2012

Gripen F : Pilotes suisses très satisfaits !

 

foto.parsys.48988.2.photo.Photogallery.gif.png


 

C’est dans un ciel bleu que les pilotes suisses d’armasuisse ainsi que des Forces aériennes en compagnie d’une équipe d’ingénieurs se sont rendu chez Saab à Linköping, en Suède, dans le but d'effectuer des vols d'essai avec le Gripen E/F (Demonstrator).

Les négociations sont toujours dans les délais et les vols d'essai en Suède font partie des préparatifs en cours.

Le programme de trois jours entre le 2 et 4 Mai inclus des vols en simulateurs d'entraînement et quatre vols d'essai. Les vols d'essai ont principalement ciblé la défense aérienne et la surveillance de l'air avec des armes diverses, comme les missiles IRIS-T et AMRAAM-120C7 et le METEOR (systèmes d’armes sélectionnés par la Suisse sur le Gripen E/F).

foto.parsys.48988.4.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Les réactions des pilotes :

«Nous avons testé les performances de vol, nous avons simulé une mission de défense aérienne complète. Sur le vol, il y avait beaucoup de points de test. Nous avons été en mesure de terminer l’ensemble des vol avec succès! », dixit, le lieutenant-colonel Fabio Antognini  des Forces aériennes suisses.»

"Nous avons pu testé les performances de vol dans un scénario de surveillance de l'air. Nous avons simulé une alarme spéciale (Quick Reaction Alert) et une utilisation de puissance de à haute altitude et à une vitesse supersonique. Nous avons testé le moteur et l’ensemble de l’enveloppe de vol, et nous sommes très satisfaits des résultats », Bernhard Berset, chef pilote d'essai chez Armasuisse.

Le Gripen-E/F se déroule selon le plan. Dans la phase des prochains essais, permettra de qualifier les nouvelles technologies de pointes. En outre, le système radar particulièrement performant de type  AESA permet d’envisager l’entrée des Forces aériennes suisses avec sérénité dans un avenir en performances inégalées jusqu’ici .

L’ensemble des améliorations du Gripen E/F notamment en ce qui concerne la nouvelle motorisations du GE F414G et une augmentation des charges en armement couplées  avec  l'introduction de nouveaux capteurs (IRST) et de l'avionique de nouvelles  génération font du Gripen E/F un appareil ayant un rapport coût/efficacité sans pareil.


Très bonne collaboration suédo-suisse:

La coopération entre les deux équipes était vraiment fantastique. Nous avons effectué quatre vols d'essai avec le Gripen-E/F. Les différents scénari imaginés ont démontré l’excellence des systèmes. Nous étions en mesure de démontrer les capacités croissantes de cet avion ainsi que les performances, la maniabilité et la durabilité », explique Richard Ljungberg, chef pilote d'essai chez Saab.

foto.parsys.29394.3.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Photos : Gripen F @ Saab/Armasuisse