26/07/2016

Israël confirme vouloir son autonomie sur le F-35 !

Israel-F-35-Adir-Debut-Profile-1.jpg

Tel Aviv, une nouvelle fois Israël a confirmé vouloir se distancer du système de maintenance centralisé du F-35. Normalement, les F-35 israéliens devraient effectués les travaux de grande maintenance au sein du futur centre européen situé sur la base aérienne de Cameri en Italie.

A prendre ou à laisser :

Selon l’Etat major général de la force aérienne israélienne, il n’est pas question de sous-traiter la maintenance à l’extérieur du pays. L’ensemble des travaux seront effectués en Israël. Seul, certains sous-systèmes seront envoyés à l’étranger et dans certains cas seulement. La question n’est pas négociable et en cas de refus, le gouvernement annulera la commande de Lockheed-Martin F-35.

De bonnes raisons :

Si les israéliens se montrent intraitables sur ce dossier, c’est qu’ils ont de bonnes raisons. En cas de conflits par exemple, en Europe ou en Israël comment pourra-t-on envoyer de manière sécuritaire des appareils en Italie ? De plus, en cas de conflits graves en Europe, le centre de Cameri pourra-t-il survenir à la demande des utilisateurs du F-35 en temps et en heures ? Un officier de l’armée de l’air israélienne faisait la constatation suivante : qu’arriverait-il, si le centre de Cameri était bombardé ou victime d’une attaque terroriste sévère ? Pour Israël, ce centre unique en Europe représente un "talon d’Achille" sérieux pour les utilisateurs de F-35.

Le second problème de la maintenance concerne le système de maintenance ALIS (Autonomic Logistics information System) centralisé au Etats-Unis pour l’ensemble des utilisateurs n’offre pas les sécurités nécessaires en matière de cyberguerre. Il faut dire que, si un hacker arrive à pénétrer le système ALIS, qui communique depuis chaque avion directement au sol, il aura accès à l’ensemble de la gestion de la maintenance cellule, des systèmes de missions et des clés cryptographiques utilisées sur chaque F-35 en service. Inutile de préciser que, si l’ennemi accède à ces données, il pourra les modifier à son aise et clouer la flotte de F-35 au sol. De plus il aura également accès aux données des autres nations utilisatrices de l’avion.

Mais pour Israël, il existe également un autre problème avec ALIS, en cas de guerre électronique généralisée, il sera impossible pour les utilisateurs de l’avion d’avoir la garantie de pouvoir en permanence rester en contact avec le centre de maintenance aux Etats-Unis pour recevoir les correctifs de logiciels. De plus, la chaine d’approvisionnement en pièces détachées risques d’être sévèrement compromise clouant ainsi au sol les flottes de F-35. Israël est principalement lié à la vulnérabilité des systèmes externes qui relient le F-35 à la fois aux réseaux militaires américains et aux réseaux des partenaires de l’avion.

Assurer sa propre maintenance :

Pour les israéliens, le système centralisé de maintenance de Lockheed-Martin représente une dépendance vis-à-vis des Etats-Unis inacceptable d’une part et dangereuse de l’autre. Les industriels israéliens à travers la société Israël Aerospace Industry (IAI) se préparent à l’installation d’un service de maintenance complet. Israël prévoit de mettre en place sont propre pare-feu pour vous assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israéliens via un système externe tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS).

De plus, pour Israël il est inconcevable de rester dépendant en matière de pièces détachées. Pour ce faire le pays va constituer son propre stock pour garder son autonomie en cas de conflit.

Commentaires :

Les israéliens ont parfaitement mis à jour les faiblesses du système de maintenance du F-35, ainsi que la capacité des USA à garder la main sur chaque avion vendu à l’exportation. Il n’est pas question pour l’Etat Hébreu de voir un jour un changement de politique de la Maison Blanche venir bloquer la flotte israélienne à distance. Une situation qui commence d’ailleurs à inquiéter d’autres acquéreurs de l’avion.

 

IS-F-35_2_LaraSeligman-AWST.jpg

Photos : Le premier F-35A israéliens @ Lockheed-Martin

 

11/06/2016

Les M-346 israéliens au complet !

Ckh_NDBXEAAmDx1.jpg-large.jpeg

La force aérienne israélienne a accepté la livraison de son dernier avion école AleniaAermacchi M-346 "Lavi" de l’avionneur Leonardo-Finmeccanica. Au total, se sont 30 appareils qui sont maintenant opérationnels.

Le dernier exemplaire portant le numéro de queue 164 a été remis lors d'une cérémonie à Venegono, sur le site de production de l'avionneur. L'introduction du M-346 au sein de l’académie de vol de l'armée de l'air a permis e transformer le système de formation des pilotes, qui utilisaient jusqu’ici le Douglas TA-4 « Skyhawks ». Equipé d’un système de radar et d'armes simulées, le « Lavi » dispose également de systèmes israéliens plus "sensibles" aux besoins opérationnels de la nation.

Le M-346 :

L'Aermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile en flèche construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux réacteurs Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2'880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « zero-zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital « Fly-by-Wire » programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1’800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

Le M-346 a été commandé par les forces aériennes de l'Italie (18), Singapour (12), Israël (30) et en Pologne (8), les EAU (48) pour un total de 116 commandes.

 

3629444561.jpg

Photos : M-346 Lavi israélien @ IAF

20/03/2014

Le premier M-346 pour Israël !

yourfile-5.jpg


L’avionneur italien AleniaAErmacchi a organisé cet après-midi le «Roll-out» du premier exemplaire de l’avion école M-346 destiné à l’armée de l’air israélienne (Heyl Ha'Avir). Selon l’avionneur, ce premier appareil sera livré cet été. 

M-346 «Lavi» : 

En israël, le M-346 prendra la dénomination de «Lavi» (lion en hébreu) en mémoire du chasseur développé par Israel Aircraft Industries basé sur le F-16, mais doté de la géométrie du Saab J-37 Viggen suédois. Cet avion pourtant en avance sur son temps (qui intéressa la Suisse à l’époque) ne fut jamais produit sous la pression des Etats-Unis.

Israël a passé commande pour 30 M-346 «Lavi» en remplacement des actuels Douglas TA-4 2 «Skyhawk». Ces appareils viendront compléter la formation des pilotes qui débutent sur HawkerBeechraft T-6 Texan II.

Le M-346 :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2 880 kgp sont produits sous licence par Fiat- Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « zero-zero » Martin-BakerMk 16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

Pays utilisateurs :

Israël a été le quatrième pays à choisir le M-346 qui va débuter sa carrière au sein des Force aérienne italienne, puis de la Singapore Air Force et des EAU. Depuis, la Pologne a rejoint le cercle des utilisateurs du M-346.

 

yourfile-3.jpg


Photos: M-346 israël @ AleniaAermacchi/Luca Peruzzi