18/02/2020

Plus de Pilatus PC-21 pour l’armée de l’Air !

PC-21-armée-de-lair_Pilatus-600x375.png

Le Pilatus PC-21 a séduit l’armée de l’armée de l’Air française, arrivé en service en août 2018, l’avion école polyvalent de nouvelle génération ne cesse de recevoir les éloges de ses utilisateurs français. Avec la mise en service du PC-21 au sein de l’armée de l’Air dans le cadre du programme FOMEDEC, celui-ci a permis de fusionner les phases de formation du TB-30 Epsilon avec l’Alphajet.

Nouvelle phase en vue :

Le Pilatus PC-21 est conçu pour aller plus loin. Le général Philippe Lavigne, le chef d’état-major de l’armée de l’Air l’a bien compris. Ce dernier travaille sur la mise en place du projet « MENTOR ». Ce dernier doit permettre de supprimer définitivement la phase 4, c’est à dire la transition opérationnelle des jeunes pilotes qui se fait actuellement avec des Alphajet, à Cazaux, et la remplacer par une phase complémentaire à Cognac. Ce qui supposerait la mise en oeuvre de 8 PC-21 supplémentaires et l’acquisition d’un autre simulateur complet. Cette vision rejoint complètement ce qui se fait déjà en Suisse, depuis 2008, avec une transition direct sur avion de combat de type F/A-18 « Hornet ».

Demande de marché :

De son côté, la Direction générale de l’armement (DGA) a publié un avis de marché pour des prestations de mise à disposition et de soutien d’aéronefs PC 21, de leurs matériels d’environnement, travaux d’infrastructure et prestations associés, pour la formation des pilotes de chasse en phase de transition opérationnelle. « Dans le cadre de la refonte de la formation des pilotes de chasse de l’armée de l’Air, le présent marché contribuera à la phase de transition opérationnelle phase 4 de la formation, actuellement sur Alphajet. Le titulaire mettra à disposition au titre du présent marché : avions PC-21, leurs systèmes d’environnement [systèmes de préparation et de restitution de mission] et certains matériels spécifiques. Il mettra en oeuvre l’ensemble de ces moyens », précise l’avis de la DGA.

8 à 10 PC-21 supplémentaires :

Il n’est pas encore précisé combien de Pilatus PC-21 devront être acquis pour venir compléter la flotte actuelle de 17 appareils. Actuellement on parle uniquement en heures de vol, soit une activité annuelle de 5’000 heures de vol et que la flotte des appareils concernés devra être « dimensionnée en conséquence ». Le marché prévoit par ailleurs un volume maximal de 3’000 heures de vol supplémentaires. Pour l’instant, les estimations concerneraient 8 à 10 PC-21 additionnels.

Le Pilatus PC-21 sera donc configuré grâce à un système de simulation interne unique au monde en configuration Rafale. Ce système permet notamment de simuler le comportement d’un réacteur d’avion de combat et de simuler l’ensemble des armements de bord spécifique actuels et avenir du Rafale. Bien que plus lent, le PC-21 offre une grande maniabilité avec des accélération de l’ordre de -4G/+8G.

pc-21-cockpit.jpg

Rappel :

La France cherchait un remplaçant à son avion école Dassault Alphajet, une demande de pré-sollicitation initiale a été publiée en avril 2015 par la DGA. Elle a été suivie d'une demande de propositions (DP) en septembre de la même année. Sous le nom de FOMEDEC (Formation modernisée et entraînement différencié des équipages de chasse) le programme poursuit deux objectifs : Remplacer le système actuel (avions et moyens sol) de formation (phase basique) des équipages des avions de chasse (pilotes et navigateurs officiers systèmes d’armes) à Tours et Cognac. Et de permettre une activité aérienne sur avion de formation en complément d’une activité sur avion d’arme pour les pilotes du « second cercle » qui ont vocation à renforcer et à soutenir les unités opérationnelles quand elles sont engagées. Le programme porte sur l’acquisition d’une flotte d’avions, de moyens de simulation au sol et des infrastructures associées. Une prestation de soutien est également prévue. Il s’agit de former une cinquantaine de personnels navigants par an et d’entraîner une cinquantaine de pilotes de chasse expérimentés. Le volume horaire annuel prévu est de l’ordre de 11’000 à 13’500 heures de vol.

Le contrat signé a été signé le 30 décembre 2016 par l'armée de l'air française avec Babcock Mission Critical Services France (BMCSF) et Pilatus. Le contrat comprend la location des PC-21 par la société Babcock Mission Critical Services France ainsi que du matériel connexe de formation, l’avionneur suisse assurera la logistique.

Pilatus-PC-21-Armée-de-lAir-Reihe-Ko-900x602.jpg

Photos : 1 PC-21 aux couleurs de l’armée de l’Air 2 Cockpit @ Pilatus 3 PC-21 à Cognac@ armée de l’Air

 

09/06/2016

Exercice franco-suisse Epervier 2016 !

FA-18_et_Mirage_2000_FR_1_(Epervier09).jpg

Du 10 au 26 juin 2016, les Forces aériennes suisses participent avec une quarantaine de collaborateurs, dont 12 pilotes, à l’exercice bilatéral de défense aérienne «Epervier16 » qui se tient à Mont-de-Marsan (France).

La délégation suisse se compose d'environ 40 personnes et de quatre avions de chasse de type F/A-18. L'exercice offre l'opportunité de s'entraîner conjointement avec une nation étrangère, de tester les procédures des Forces aériennes suisses dans un environnement international, d'exercer l'interopérabilité de l'équipage, ainsi que d'augmenter l'expérience des collaborateurs au sol et en l'air.

En participant à cet exercice, le détachement suisse complète l'entraînement de défense aérienne, qu'il ne peut exécuter que partiellement en Suisse en raison des mesures prises par égard pour la population.

Un arrangement technique entre la Suisse et la France sert de base légale pour la participation helvétique à l'exercice «Epervier16».

Exercice « Epervier » :

L’Exercice « Epervier » n’est pas une première, il existe depuis plusieurs années entre nos deux pays. Dans le cadre des échanges bilatéraux, l’exercice “Epervier” se déroule chaque année à tour de rôle en Suisse et en France. Mais pour des raisons d’engagement sur des théâtres d’opération étrangers de l’Armée de l’air française, cet exercice avait été momentanément reporté ces dernières années.

Epervier, c’est l’occasion pour les deux Forces aériennes de s’entrainer conjointement au combat aérien longue portée BVR (Beyond Visual Range = hors de portée visuelle) et combat aérien rapproché (Dogfight) en enchaînant des missions simples 1 vs 1 puis, plus complexes 4 vs 4.

Il s’agit également de peaufiner les procédures d’engagement afin de parfaire la capacité commune d’engagement en matière de partenariat de défense aérienne.

Il faut rappeler que depuis plusieurs années le partenariat entre les deux pays à fortement augmenté dans le domaine de la sécurité en Europe et ce genre d’exercice, ainsi que l’entraînement au ravitaillement en vol des F/A-18 suisses sont devenus chose courante.

 

Photo : Mirage 2000-5 de l’EC 1.2 « Cigognes » et deux F/A-18 C Hornet lors en 2009 @ Swiss Air Force

13/06/2013

Pilotes de Cougar français en Suisse !

entrainement-franco-suisse-deux-super-puma-sur-la-base-de-payerne.jpg

C’est en toute discrétion qu’au début du mois, un groupe de pilotes français de l’escadron de transport et de calibration (ETEC 65) de Villacoublay s’est rendu sur les installations de la base aérienne de Payerne. Cette visite avait pour but de réaliser des entraînements conjoints avec les pilotes suisses sur  les hélicoptères Cougar/Super Puma.

Cet échange franco-suisse est une opportunité pour l’équipage de Cougar /Super Puma français déployé de s’aguerrir au vol en montagnes. «Nos collègues suisses évoluent sur le même hélicoptère que notre escadron, explique le capitaine F., pilote et chef du détachement. Nous avons eu la possibilité de croiser les équipages des deux nations et d’apprendre de nos techniques respectives». Peu habitué à évoluer dans ces conditions, les pilotes d’hélicoptères de l’ETEC ont profité de cet exercice pour réaliser des atterrissages jusqu’à 12 000 pieds.

L’ETEC 65 :

L'Escadron de transport et de calibration est une unité de l'Armée de l'air française  ayant notamment pour mission d'assurer le transport du président de la République et des autorités gouvernementales. Cette unité assure également le transport du personnel du Ministère de la Défense, de délégations étrangères et effectue des évacuations sanitaires de militaires ou de civils. L'escadron est implanté sur la Base aérienne 107 de Villacoublay.

La flotte de l'ETEC a fait l'objet d'un renouvellement important ces dernières années. Le principal changement est l'achat d'un Airbus A330, pour pallier la capacité et l'autonomie jugées insuffisantes des deux Airbus A319 J. Après l'acquisition déjà réalisée de deux Falcon 7X et d'un Falcon 2000, il reste encore trois avions à remplacer. Les deux Falcon 900 seront remplacés par deux Falcon 2000 supplémentaires, en 2013 et 2014].

Depuis 2006, les Super Puma de l'Escadron d'hélicoptères 3/67 Parisis réservés aux transports de hautes autorités ont intégré l'ETEC Alpha.

Photos : Cougar/Super Puma des Forces aériennes suisses durant l’exercice @ Armée de l’Air

10/06/2013

Le second A400M de série a volé !

MSN8FirstFlight%20hi_res.jpg

 

 

SEVILLE, le second A400M de séries, le MSN8 destiné à l’Armée de l’Air française vient d’effectuer  son premier vol. L’avion sera livré au troisième trimestre de cette année.

 

Le premier Airbus Military A400M de série no : MSN7 sera quant à lui livré à l’aviation française dans les prochaines semaines.

 

Airbus Military s'attend à terminer quatre A400M en 2013.

 

Photo : Le l’A400M MSN8 lors de son premier vol @ Airbus Military

17/05/2013

Les 60 ans de la Patrouille de France !

patrouille-de-france.jpg


 

Il faut attendre 1931 pour observer en France la première démonstration de voltige aérienne en patrouille. Stationnée sur le terrain d'Étampes-Mondésir, la Patrouille d'Étampes qui jouit d'un prestige croissant auprès de la communauté aéronautique, s'installe à Salon-de-Provence en 1937 et devient la Patrouille de l'École de l'Air. Volant sur des Morane Saulnier 230, La formation est évidemment dissoute lors de la Seconde Guerre mondiale.

Il faudra cependant attendre le 17 mai 1953, dans le cadre du meeting d’Alger à Maison-Blanche, que ce dernier va le premier employer le terme de « patrouille de France » pour qualifier les quatre F84G Thunderjet de la 3e Escadre de chasse de Reims, dirigée alors par le commandant Pierre Delachennal. La célèbre Patrouille de France était née !


 

DSC_0467.JPG


La Patrouille de France (PAF) est la patrouille acrobatique  officielle de l'Armée de l’air Française. Elle forme, avec l'Équipe de voltige de l'armée de l'air, les Équipes de présentation de l'armée de l'air, dont la mission est de représenter l'armée de l'air, et d'être les ambassadeurs de l'aéronautique française et de la France à l'étranger.

Stationnée sur la base aérienne 701 de Salon de Provence, elle est composée de 9 pilotes et de 35 mécaniciens, elle démontre au quotidien le savoir-faire du personnel de l'armée de l'air, et porte haut les couleurs de la France partout dans le monde.

Elle partage son emploi du temps entre la saison hivernale (entraînement), et la saison estivale (manifestations aériennes).

Elle ouvre traditionnellement le défilé du 14 juillet à Paris.

 

DSC_0801.JPG


 

Photos : 1 PAF en vol @ GIFAS  2 & 3 La PAF à Sion en 2011 @ Pascal Kümmerling