27/05/2020

Hornet suisses engagés au Wild Boar Challenge 2020 !

wbc_1_article_pleine_colonne.jpg

Si l’ensemble des exercices aériens internationaux ont été annulés à cause du COVID-19, les Forces aériennes européennes ont continué à s’entraîner malgré la Pandémie. Afin de vérifier la capacité d’engagement, l’Armée de l’Air française a planifié une mission d’engagement avec ses partenaires italiens et suisses.

Discrètement au début mai, les escadrons de chasse stationnés dans le Nord-Est de la France ont conduit une mission d’entraînement. Avec un total de 22 avions de chasse qui ont survolés les zones de combat aériennes, des rives du Rhin aux portes de Paris, de la pointe de Givet aux contreforts de Bourgogne.

Blue Force / Red Force :

Sous la bannière « Blue Force », 6 Mirage 2000D de la 3e escadre de chasse (Nancy), 2 Rafale de la 4e escadre de chasse (Saint-Dizier), 4 F/A-18 C/D « Hornet » suisses et 4 Eurofighter « Typhoon II » italiens, assistés d’un ravitailleur de l’Aeronautica Militare et d’un E-3F français a engagé  la « Red Force » composée de 2 Rafale de la 4e escadre de chasse, 2 Mirage 2000-5 de la 2e escadre de chasse (Luxeuil), 2 Alphajet de la 8e escadre de chasse (Cazaux), d’une section de défense sol-air Mamba (EDSA de Saint-Dizier) et du centre de détection et de contrôle de Cinq-Mars La Pile.  

Exercice de combat aérien :

Pendant deux heures, les forces de la coalition « Blue Force » enchaînent les manœuvres offensives d’Air Interdiction, en tentant d’atteindre leurs objectifs à l’aide de frappes dans la profondeur. Les adversaires leur offrent une opposition de haut niveau, en défendant leur territoire dans une logique d’engagement des armes. Les « Blue » finissent par prendre le dessus mais essuient malgré tout quelques pertes qu’il faudra analyser finement pour progresser. Systématique, le débriefing offrira son lot d’enseignements, notamment grâce à des outils de rediffusion numériques permettant de passer au peigne fin les différentes étapes de la mission à des fins d’instruction. 

Particulièrement intense, cette séquence d’entraînement entre dans le cadre des missions imposées de consolidation des aptitudes (MICA), régies par la BAAC. Ces vols, mettant en œuvre des moyens aériens diversifiés, visent à valider des modules du référentiel d’entraînement du « socle de base » des équipages de chasse. L’occasion d’optimiser la préparation au combat des forces et d’entretenir l’interopérabilité de l’ensemble des participants. Objectif atteint pour cette mission d’ampleur organisée par l’escadron de chasse 3/3 « Ardennes ». Le personnel du 3/3 aura relevé le défi, d’une part en permettant de tenir les échéances d’entraînement malgré le contexte actuel et, d’autre part, en montant un scenario au cours duquel contrôleurs aériens, équipages chasse et opérateurs de défense sol-air ont opéré dans un environnement complexe pour maintenir un haut niveau de performance. 

Cet exercice démontre une fois encore les besoins de sécurisation centre-europe en matière de défense aérienne. Notre pays est un acteur reconnu par nos voisins, donc indispensable !

wbc_4.jpg

Sources et photos  : Armée de l’air 

Photos : 1 Hornet suisses et Typhoon italiens ravitaillés 2 Mirage 2000 D du 3/3  @ Armée de l’Air

10/02/2020

Second KC-130J « Super Hercules » pour l’Armée de l’air !

kc-130j.jpg

La France a mis en service le deuxième de deux avions ravitailleurs-transporteurs multirôle Lockheed Martin KC-130J dans le cadre d'une opération d'achat de « Super Hercules ».

La version ravitailleur de l'avion de transport C-130J a été remise aux autorités françaises sur le site de production de Marietta en Géorgie le 4 février dernier. L'événement s'est produit quatre mois après l'arrivée du premier KC-130J à la base aérienne d'Orléans-Bricy en France à fin septembre 2019.

Avant de recevoir ses deux KC-130J, la France avait précédemment pris livraison de deux avions de transport Lockheed-Martin C-130J-30 « Super Hercules ». Les quatre appareils seront exploités par l’escadron 2/61 "Franche-Comté" 123 à Orléans-Bricy.

Acquisition accélérée :

L'achat des quatre « Super Hercules » a été accéléré en raison de l'engagement opérationnel élevé de la France en Afrique du Nord. L'arrivée du premier KC-130J a permis à l'Armée de l'air d'entreprendre immédiatement le ravitaillement en vol des hélicoptères Airbus Helicopter H225M « Caracal », étendant ainsi sa portée à travers la région sahélo-saharienne. C'était une capacité que la France n'avait pas auparavant.

Rappel : 

C’est en novembre 2015 que la France a opté pour l’achat de quatre exemplaires du C-130J « Super Hercules », soit deux au standard de transport tactique et deux avions KC-130J en mode ravitailleur en vol. La commande comprend en plus des quatre aéronefs, quatre turbopropulseurs Rolls-Royce AE2100D, en plus d'une gamme d'équipements de mission totalisant environ 355 millions de dollars. De plus, les futurs C-130J français seront dotés d’un système complet de contre-mesures, telles que les systèmes d’alerte missiles et d'alerte radar, un systèmes GPS de navigation, des radios UHF/VHF sécurisées.

Cette commande visait à pallier les insuffisances de capacités de l'A400M en matière de ravitaillement en hélicoptères, mais aussi de moyens de transport. 

Flotte franco-allemande :

Les « Super Hercules » français pourront intégrer le cas échéant la flotte franco-allemande qui sera basée sur la base aérienne 105 d’Evreux. Elle devrait inclure dix avions, quatre de l'armée de l'air et six en provenance de la Luftwaffe.

Le C-130J « Super Hercules » : 

Le C-130J « Super Hercules » est la version la plus avancée du célèbre C-130 cargo, il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courte. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales.

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

lockheed martin kc-130j,super hercules,armée de l'air,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

Photos : KC-130J « Super Hercules » de l’Armée de l’air@ Armée de l’air

 

 



10/12/2019

Capacité opérationnelle initiale pour le Rafale F3-R !

786986619.jpg

L’Armée de l’air française a déclaré avoir atteint la capacité opérationnelle initiale avec le nouveau standard « F3-R » du Rafale.  Cette annonce fait suite à plusieurs mois de formation des équipages et du personnel technique sur cette norme depuis son acceptation officielle en juillet dernier.

Tout en poursuivant la montée en puissance des unités opérationnelles, cette étape clé avant l'intégration début 2020 du missile METEOR de MBDA et du pod de désignation laser TALIOS de Thales permet à l’Armée de l’air d'utiliser le Rafale F3-R pour ses missions permanentes de dissuasion nucléaire, d'opérations étrangères et protection de l'espace aérien français, dite : Posture Permanente de Sûreté.

Il s'agit d'une étape majeure vers la mise en service du Rafale F3-R, qui intégrera les deux nouvelles charges utiles d'ici la fin du premier semestre 2020.

Cette norme n'est pourtant qu'une étape et confirme le potentiel de croissance du Rafale. Le développement de la norme F4 a été lancé fin 2018. Il continuera d'évoluer pour amener les avions de combat au Future Air Combat System (SCAF). Le futur standard F4 est prévu de 2023 à 2030, puis viendra le F5 de 2030 à 2040, selon le calendrier de Dassault aviation et de l’Armée de l’air.

Rappel :

Conformément à la programmation du ministère des armées, le standard « F3-R » du Rafale a été qualifié en 2018 par la direction générale de l’armement (DGA) et est entré en service opérationnel quelques mois plus tard. Au cours du premier semestre 2017, les équipes de la DGA, de Dassault Aviation, de MBDA, de Thales et les centres d’expérimentation de l’armée de l’air et de la marine ont déroulé comme prévu le calendrier des campagnes d’intégration des deux équipements majeurs du nouveau standard « F3-R ».  Il s’agit du missile « METEOR » et de la nacelle de désignation « TALIOS ».

En ce qui concerne le THALIOS :

La nouvelle nacelle développée par Thales PDL-NG (Pod de Désignation Laser de Nouvelle Génération) TALIOS doit venir remplacer l’actuelle nacelle « Damocles ». Le TALIOS doit permet de faire de la reconnaissance, de l'identification de cibles terrestres comme aériennes, et du ciblage laser au profit d'un armement guidé laser.

Les caractéristiques sont : 

  • Dernière génération de capteurs à haute résolution et de haute précision de stabilisation ligne de mire.
  • Une vision grand-angle fournissant des informations contextuelles critique et faire le pod un élément
  • Clé de l'environnement visuel du pilote tout au long de la mission.
  • L'architecture ouverte et un haut niveau d'intégration fonctionnelle.

Par ailleurs, les clients à l’exportation peuvent également opter pour la nacelle Lockheed Martin AN/AAQ « SNIPER » et le viseur de casque Elbit Systems « Targo II ».

Note : un standard F6 est également prévu, pas de date confirmée pour l’instant.

Photo : Rafale F3-R @ Dassault Aviation

17/12/2018

Trois A330 MRTT supplémentaires pour la France !

ob_d8de9f_36755831-1965933856784235-251157939875.jpg

La France a commandé trois autres avions de transport de ravitaillement multirôle A330 MRTT auprès d’Airbus Defence and Space (DS) portant le total de ses achats à 12. L’ajout des plates-formes A330 MRTT supplémentaires, annoncé par Airbus le 13 décembre, permet de satisfaire les besoins totaux de l’armée de l’air française en vue de remplacer la flotte actuelle composée de KC-135R, C-135FR et d’A340, A310 pour le transport de passagers.

L’A330 MRTT « Phénix » :

Nommé « Phénix » au sein de l’Armée de l’air, le premier A330 a été remis sur la base aérienne 125 d'Istres-Le Tubé en septembre dernier, les appareils suivants devant être livré d'ici la fin de 2023 dans les délais prescrits par la France. Le Phénix est équipé de moteurs Rolls-Royce Trent 700 et d’une combinaison du système de rampe de ravitaillement Airbus (ARBS) et de cosses de ravitaillement sous tuyau orientables. Les « Phénix » pourront également être reconfigurés pour transporter 271 passagers en tant qu’avion de transport. En version évacuation médicale (MEDEVAC) l'avion est équipé du module « Morphee » de soins intensifs, qui peut transporter 10 patients et 88 passagers.

L’A330 MRTT d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile.

p1735086_main.jpg

Photos :A330 MRTT « Phénix » @ AdL

 

21/06/2018

Au revoir Mirage 2000 N !

234.jpg

Il y a des articles qui sont plus difficles à écrire, principalement lorsque l’on traite d’un départ à la retaite, et c’est le cas pour le Mirage 2000 N. En effet,  après 30 ans de bons et loyaux services, l’avion de la force de frappe nucléaire française va faire ses adieux pour être remplacé par les rafales, plus polyvalents.

Ce jeudi 21 juin marque ainsi la la journée de commémoration du retrait de service de l’avion au sein de l’Armée de l’air. Pour ce faire un dernier rendez-vous a eu lieu ce jour
sur la base aérienne d’Istres où une cérémonie officielle a acté le retrait de service de l’avion. Mais Le véritable retrait de service ne sera quant à lui effectif que dans quelques semaines plus tard.

C’est à partir de 1988 que le Mirage 2000N a remplacé progressivement les Mirage IIIE et Mirage IV et le Jaguar dans le cadre des missions de dissuasion nucléaire. L’avion de chasse stationne d’abord à la base aérienne de Luxueil-Saint-Sauveur (Haute-Saône) jusqu’en 2010 puis sur celle d’Istres-Le Tubé (Bouches-du-Rhône).

Le Mirage 2000N est une version dérivée du du Mirage 2000 conçue pour la frappe nucléaire. Il a d'abord emporté le missile nucléaire ASMP puis emporte maintenant sa version améliorée l’ASMPA.  La défense de l'appareil est assurée par le brouilleur électronique Caméléon couplé à des des leurres électromagnétiques et infrarouges Spirale, ainsi que d'un détecteur d’alerte radar Serval.

Les versions :

Mirage 2000N K1 : version initiale, armée uniquement du missile ASMP  Mirage 2000N K2 : version capable également d'assaut conventionnel tout temps (44 avions), Mirage 2000N K2+ : version intermédiaire modifiée en vue de l'utilisation du missile ASMP retiré du service en 2011, Mirage 2000N K3 : version armée du missile ASMPA ; la seule en service à ce jour.

DfHDHESW4AAI7tb.jpg

Photos :Mirage 2000 N@ Armée de l’air