17/02/2021

Le Canada modernise ses CH-146 Griffon !

Bell-CH-146-Griffon--Serial-No--146469---408-Tactical-Helicopter-Squadron--CFB-Wainwright--Alberta--Ex-MAPLE-RESOLVE-May-2016.jpg

La Royal Canadian Air Force (RCAF) a lancé un programme de modernisation de sa flotte d’hélicoptères CH-146 « Griffon » (Bell 412). Le programme d’un montant de 640millions de dollars canadien vise une prolongation de vie jusqu’en 2031.

Rappel :

Commandé au début des année 1990 le CH-146 « Griffon » est issu de l’hélicoptère Bell-412 assemblés au Canada sur le site de Mirabel à Montréal. Au total, 85 appareils ont été acquis pour le transport tactique et utilisé pour remplir de nombreuses fonctions, notamment le transport tactique des troupes, les missions de surveillance, d’escorte et de reconnaissance, l’évacuation des blessés, les secours en cas de catastrophe, l’appui aérien des opérations spéciales et les opérations de recherche et sauvetage (SAR).

Modernisation des CH-146 « Griffon » :

Selon le cahier des charges de la RCAF, il est prévu de remplacer certains systèmes de l’avionique de l’appareil, les radios de communication et l’équipement cryptographique, les enregistreurs de vol et de conversations dans le poste de pilotage, les systèmes de navigation, les systèmes de contrôle automatique de vol et les tableaux de commande et d’affichage. De nouveaux écrans EFIS seront installés, une mise à niveau des moteurs et l’intégration d’un système de systèmes de détection et d’alerte missile (MAW) de nouvelle génération. Par ailleurs, le simulateur de vol et les dispositifs de formation seront également mis à niveau.

Bell 412 / CH-146 Griffon :

Le Bell 412 est un hélicoptère léger biturbine, muni d’un rotor principal quadripale et d’un rotor de queue bipale, d’un train d’atterrissage constitué de patins et pouvant transporter jusqu’à 14 passagers. Vers la fin des années 1970, Bell Helicopter décide de moderniser son Bell 212 et de le munir d’un rotor principal quadripale et de plus faible diamètre, afin d’augmenter ses performances. Deux Bell 212 sont modifiés et reçoivent le nouveau rotor, muni de quatre pales en matériaux composites. Le premier vol est effectué en août 1979 et la certification est obtenue en janvier 1981. Directement dérivé du Bell 212, il en garde la cellule robuste et les caractéristiques générales. Le poste de pilotage est équipé de deux sièges anti-crash. La cabine, d’un volume de 6,23 m3, permet de transporter jusqu’à 13 passagers. Les sièges facilement démontables permettent l’emport de fret ou de deux civières en cas de transport sanitaire. Il est toutefois possible, en cas d’urgence, de transporter jusqu’à six blessés sur civières. L’accès à la cabine est facilité par une porte de 2,34 m de large de chaque côté de l’appareil. De plus, ces portes sont largables en cas de nécessité. Un compartiment à bagage de 0,8 0m3, dans la poutre de queue, permet d’emporter jusqu’à 180 kg de matériel. Les turbines sont des Pratt & Whitney PT6T-3B-1 de 671 kW (912 cv) chacune. La capacité totale en carburant est de 1250 L, contenus dans sept réservoirs auto-étanches. Un réservoir de carburant auxiliaire de 620 L peut être emporté, portant la distance franchissable à 980 km.  Un pilote automatique trois axes diminue la charge de l’équipage, lui permettant de mieux se concentrer sur sa mission. Un radar météorologique et un altimètre radar permettent également de faciliter le vol.

Le CH-146 « Griffon » est un dérivé direct du Bell 412EP (Enhanced Performance), il dispose d’un système de vol automatique numérique et des turbines PT6T-3D «Twin Pac » avec un cockpit avec affichage numérique semblable à celui du Bell 429, comportant des écrans multifonctions tactiles.

23.jpg

Photos : CH-146 Griffon @ RCAF

16/10/2017

Canada, des Hornet d’occasions en attendant mieux ?

cf-18-canada150.jpg

Le feuilleton du remplacement de la flotte de Boeing CF-18 « Hornet » de la Royal Canadian Air Force (RCAF) est entré dans une nouvelle phase. On se souvient du choix de remplacement du gouvernement canadien avec une flotte intermédiaire de Boeing « Super Hornet ».

Guerre Boeing vs Bombardier :

Durant l’été, l’avionneur américain a porté plainte contre l’entreprise canadienne Bombardier devant le département du Commerce des Etats-Unis. A l’origine cette plainte est due à la commande par la compagnie Delta Air Lines de 75 avions Cséries auprès de l’avionneur canadien. Cette décision à visiblement vexé Boeing, Alors que celui-ci n’était même pas en concurrence. Mais il semble bien que le succès de la gamme Cséries rende les américains un peu nerveux. De fait, les USA pourraient taxer les avions canadiens de l’ordre de 220% estimant que ceux-ci bénéficient de subventions publiques.

Trudeau se tourne vers l’Australie :

Ne pouvant dès lors, plus opter pour l’instant pour des Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » neufs, le gouvernement Trudeau à esquisser un plan « B ». Pour éviter de retomber dans le piège du F-35, le Canada réfléchit au rachat de chasseurs australiens pour compléter la flotte de CF-18 d’ici à ce qu’on parvienne à une solution définitive. Ottawa a tenu à préciser que les avions australiens qu’il envisage d’acheter sont presque aussi vieux que les CF-18, mais ont beaucoup moins d’heures de vol.

Vers la fin d’août 2017, le Canada a entamé des discussions avec le gouvernement de l’Australie sur la possibilité d’acquérir les chasseurs F/A-18 et les pièces de rechange connexes que l’Australie prévoit de vendre.

Une mauvaise solution :

Cette solution de remplacement en attendant mieux n’est pourtant pas forcément une bonne idée. D’une part, il ne faut pas oublier qu’une possible revente des « Hornet » australiens ne pourra se faire qu’avec l’accord du Département d’Etat américain. De l’autre, il faut rappeler que l’US Navy va progressivement retirer ses « Hornet » à partir de 2023. De fait, Boeing ne livrera plus de mises à jour des logiciels à cette date. Un problème d’obsolescence va venir se poser rapidement pour ces avions en service. Les pays utilisateurs devront avoir trouvé un remplaçant d’ici 2030. Ce problème se pose déjà chez nous en Suisse et le Canada se retrouvera dans la même position inconfortable. Un tel choix ne fera que repousser l’inévitable : trouver un remplaçant aux Hornet !

hornet_stormy.jpg

Photos : 1 CF-18 canadien@ RCAF 2 F/A-18 B australiens @ RAAF

31/08/2016

Le Canada opte pour le drone « Blackjack » !

rq-21a-1.jpg

Le gouvernement du Canada a annoncé  son choix en matière de drone, le pays va acquérir le Boeing Insitu RQ-21A « Blackjack » pour un montant évalué à 14,2 millions de dollars américains.

Premier client à l’exportation :

Avec ce choix, le Canada devient également le premier client à l’exportation pour ce drone. Le système sera uniquement utilisé à des fins de surveillance et il fournira des capacités d’imagerie et de communication qui contribueront à offrir aux soldats un avantage opérationnel dans tous les types d’environnement. Les RQ-21A seront stationnés sur la base des Forces canadiennes de Gagetown et sera opéré par le 4e Régiment d’artillerie.

Le Boeing Insitu RQ21A « Blackjack » :

Le Boeing Insitu RQ-21A « Blackjack » est un petit drone capable d’assurer la surveillance d’une zone de plus de 100 kilomètres pendant plus de 12 heures. Le système d’une masse de 61 kg utilise le même système de lancement et de récupération que le « Scan Eagle ».

Une unité de « Blackjack » est composée de cinq véhicules aériens et de deux systèmes de contrôle au sol. Les véhicules aériens peuvent être lancés sur terre ou sur un navire par un rail et de la terre en utilisant un système «Skyhook» de récupération, où un fil vertical doit être accroché sur son aile. Le RQ-21a peut transporter un 18 kg de charge utile. Le « Blackjack » dispose d’une caméra électro-optique hyperspectrale et d’une caméra à haute résolution.

 

RQ-21A.jpg

Photos : Drone RQ-21A Blackjack @ Boeing Insitu

 

30/06/2013

Entrée en service des CH-47F canadiens !

FA2013-0005-17.jpg


 

Ottawa (Ontario), le premier hélicoptère CH-147F «Chinook» des Forces armées canadiennes a été livré. C’est le premier d’une flotte de 15 hélicoptères CH-147F «Chinook» qui sera livrée au cours de la prochaine année.

 

Le CH-147F «Chinook» est un hélicoptère de transport moyen à lourd avancé à missions multiples. Même si sa mission principale consiste à transporter de l’équipement et du personnel durant les opérations au pays et à l’étranger, il fournit également une capacité essentielle d’intervention en cas d’urgence nécessitant une aide humanitaire (p. ex., incendies, inondations, séismes). 

 

Les  «Chinook» canadiens ont été modifiés afin de satisfaire aux exigences opérationnelles nationales. Notamment, ils ont été munis de réservoirs de carburant à long rayon d’action, ce qui leur permet de parcourir une distance deux fois plus grande que les modèles précédents. Cette augmentation marquée du rayon d’action est particulièrement importante pour les missions dans les vastes régions du nord du Canada. 

 

Ils sont également équipés d’un système électrique à la fine pointe de la technologie, de systèmes d’alerte laser et radar perfectionnés, de trois mitrailleuses défensives et d’un système de contre-mesures de missiles actifs à laser pour neutraliser les missiles de défense aérienne. 

 

Cet équipement permettra d’utiliser plus efficacement les Chinooks canadiens dans de nombreux milieux présentant une menace, tout en augmentant la sécurité des équipages et les chances de succès des missions. Le 450e Escadron tactique d’hélicoptères, situé sur la Base des Forces canadiennes Petawawa (Ontario), accueillera cette nouvelle flotte.


 

IS2013-0003-08.jpg


 

 

Photos Armée Canadienne /Lt Darcy Lefevre

22:52 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, ch-47f chinook, armée canadienne |  Facebook | |