29/03/2018

Les SAM ne font pas peur aux F-15 saoudiens !

1786106673.jpg

Un chasseur multirôle F-15 de l'armée de l'air saoudienne (RSAF) a été "intercepté" par un missile sol-air (SAM) alors qu'il survolait le nord du Yémen le 21 mars dernier, mais a réussi à terminer sa mission, à déclaré le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

L'agence de presse saoudienne a indiqué que le missile avait été lancé à partir de l'aéroport de Sadah à 15h48 heure locale (12h45 GMT), mais que le F-15 était capable de "traiter la source de feu et de retourner à la base". Il a ajouté que l'incident était une preuve supplémentaire que l'Iran fournissait des armes au groupe rebelle yéménite Ansar Allah (les Houthis) parce qu'il ne faisait pas partie de l'inventaire de la défense aérienne d'avant-guerre du Yémen.

Depuis, un autre F-15 saoudiens a également neutralisé un tir sol-air en provenance des Houtis et a pu continuer sa mission et revenir en toute sécurité sur sa base. Dans les deux cas les appareils en questions sont des F-15SA, soit la dernière version entrée en service au sein de RSAF.

Le R-27T :

Unknown.jpeg

Le groupe Ansar Allah utilise le missile air-air R-27T tiré depuis un lanceur terrestre. Le R-27, aussi connu sous le nom de AA-10 Alamo en occident, il fait partie de la famille de missiles air-air à moyenne portée conçus pour équiper la dernière génération d'avions de combat de l'armée de l'air soviétique comme les MiG-23, MiG-29 et Su-27 déployés dans les années 1980. Leur but est d'engager une variété de cibles aériennes de jour comme de nuit dans toutes les conditions météorologiques et dans un environnements de brouillage électronique. Il dispose d'une architecture de conception modulaire pour accueillir une variété de têtes chercheuse et de systèmes de propulsion pour une portée étendue. Les variantes de missiles R-27 sont équipées d'une fusée à impact de proximité et d'une ogive de type tige de 39 kg. La famille des missiles R-27 a été assignée comme l’homologue soviétique de l'AIM-7 Sparrow américain, mais le R-27 jouit d'une plus grande portée et d'une plus grande souplesse. Le missile R-27 de base a atteint sa capacité opérationnelle initiale en 1982 avec l'armée de l'air soviétique. La norme de production R-27T, R-27T1, est un missile air-air à guidage infrarouge de moyenne portée conçu pour engager simultanément plusieurs cibles aériennes. Les cibles aéroportées du missile R-27T sont des avions très manœuvrables, des hélicoptères et des aéronefs à section radar réduite (RCS). En outre, la tête infrarouge fournit un mode furtif des modes d'engagement air-air avec absence d'émissions. Le R-27T1 est propulsé par un moteur à carburant solide à poussée fixe offrant une autonomie maximale de 65 kilomètres. Le R-27T a été fourni aux chasseurs Mig-29 et Su-27 au début des années 1980. 

Le F-15SA :

3081528438.jpg

Le F-15SA (Saudi Advanced) Eagle est la variante la plus moderne de la famille « F-15 ». Il emporte deux points d'emport supplémentaires (de 9 à 11). L'avionique est améliorée avec un cockpit «en verre» entièrement numérique, un viseur de casque couplé à un système de capacité de récupération de la désorientation. L’avion est doté d’un nouveau système de guerre électronique Warfare System d'alerte de missiles (DEWS/ CMWS) développé par BAE Systems Electronic.Un système de recherche et de poursuite infrarouge IRST est installé. L’avion a reçu le radar Raytheon APG-63 (V) 3 doté d’une antenne à balayage électronique actif (AESA) et des moteurs plus puissants General Electric F110-GE-129. Les F-15SA sont également doté du pod de reconnaissance et ciblage AN/AAQ-33 «Sniper» de Lockheed Martin. Simulateurs et armement complètent l’équipement.

Au total l’Arabie Saoudite va recevoir 84 nouveaux F-15SA et 68 appareils seront modernisés dans ce standard. Les F-15SA de RSAF seront exploités par la 55ème Unité de formation officielle (FTU) et le 6e Escadron (actuellement une unité de F-15S) sur la base aérienne King Khalid (KKAB) au sud-ouest de l'Arabie saoudite, par le 29e Escadron de la base aérienne du roi Faisal (KFAB) au nord-ouest du pays et par l'escadron 92 (actuellement une unité F-15S) et l'école d'armes de combat à la base aérienne du roi Abdulaziz (KAAB) sur la côte du Golfe près de Bahreïn.

Photos : 1 F-15SA @ RSAF 2 Missile R-27T 3 Cockpit du F-15SA @ RSAF

09/03/2018

L’Arabie Saoudite négocie l’achat de 48 Eurofighter !

1676126561.jpg

Le gouvernement britannique a signé aujourd’hui un mémorandum d'intention avec le Royaume d'Arabie saoudite visant à finaliser les discussions pour l'achat de 48 avions avions de combat Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » au standars T3. Si cette vente se confirme, le Royaume disposera d’un total de 119 avions « Typhoon II ». Dans le conflit qui oppose le pays au Yemen, un Eurofighter a été perdu dernièrement.

Rappel :

L'Arabie saoudite avait commandé un total de 72 avions Eurofighter « Typhoon II » T2 en 2007. Le contrat est estimé à près de 41 milliards de dollars, ce fut l'un des plus importants contrats de passation de marchés jamais signés.

Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » T3 :

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 disposent des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA,il permet d’utililiser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T fait également partie des options. En matière de radar, le T3 est doté du nouveau radar de type AESA à antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

DX2-Ht6XcAAZ8NS.jpg

Photos : Eurofighter T2 RSAF @RSAF

13/06/2017

Les Eurofighter Saoudiens au complet !

 

141756937.jpg

 

BAe Systems et le Consortium Airbus DS ont complété les livraisons d’Eurofighter « Typhoon II » en Arabie Saoudite, avec l’arrivée du 72ème et dernier avions. Les derniers « Typhoon II » monoplaces n° 8023 et 8024 (séries britanniques ZK622 et ZK623 respectivement) ont quittés les installations de BAe pour rejoindre la Royal Saoudi Air Force (RSAF).

L'Arabie saoudite a commandé un total de 72 avions Eurofighter « Typhoon II » T2 en 2007. Le contrat est estimé à près de 41 milliards de dollars, ce fut l'un des plus importants contrats de passation de marchés jamais signés.

 

L’Eurofighter « Typhoon II » est un avion de combat polyvalent extrêmement agile, doté de capacités en réseau et conçu pour les opérations multi-rôle dans des scénarios complexes de combat air-air et air-sol. Il est capable d’effectuer des missions de combat supersonique au-delà de la portée visuelle, combat rapproché subsonique, interdiction aérienne, destruction de défense antiaérienne et attaque maritime et littorale. L’Eurofighter est le couronnement de la coopération technologique britannique, allemande, italienne et espagnole en termes d’avionique, aérodynamique, matériaux, techniques de production et motorisation. En janvier 2013, plus de 350 aéronefs avaient déjà été livrés. La tranche T3A va débuter prochainement.

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 vont disposer des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 disposera du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA, le Koweït compte utiliser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Par ailleurs, la Force aérienne koweitienne a opté pour le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T. En matière de radar, les Thyphoon koweïtiens seront les premiers à l’exportation à recevoir le nouveau radar de type AESA antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

 

eurofighter-20140220.jpg

Photos : Eurofighter T2 de la RSAF @ Airbus DS

 

 

25/05/2017

Modernisation des E-3A saoudiens !

32345.jpg

Boeing travaille en ce moment à la modernisation des avions de contrôle et d’alerte lointaine E-3A AWACS de l’Arabie Saoudite. Cette mise à jour a été programmée en 2014 pour un montant de 2 milliards de dollars.

Parmi les améliorations, les ingénieurs de Boeing travaillent à la réduction du temps de réparation des systèmes. De l’autre, les capacités de détection du système radar sera augmentée, ainsi que le nombre des cibles pouvant être suivies. Les mises à niveau, comprennent l’amélioration des logiciels radars, l’amélioration du système (RSIP), réduction du temps de maintenance, l’adaptation d’un nouveau système d’identification ami-ennemi (IFF).  De plus, les appareils recevront de nouveaux appareils de communications.

La modernisation concerne 5 aéronefs de type Boeing E-3A «Sentry» de la Royal Saudi Air Force. L'Arabie saoudite prévoit de moderniser ses AWACS au standard blocs 40/45.

L’E-3A  «Sentry» : 

Le E-3A, la version initiale, fut testée à partir d'octobre 1975 par l'USAF. 34 exemplaires furent commandés par l'USAF, dont 24 en tant qu'E-3A, 9 en tant qu'E-3C, le dernier à la disposition de Boeing. Il entra en service en mars 1977, au sein du 552 Airborne Warning and Control Wing, basé à Tinker AFB, Oklahoma. Il fut dérivé en sous-variante KE-3A, qui sert au ravitaillement en vol et de transport. Il est destiné à l'Arabie Saoudite, qui en a commandé 8 exemplaires. Il est dépourvu de radar de veille aérienne. L'antenne du radar, installée dans un radôme non pressurisé de 30 feet (9,14 m), tourne à 6 tours-minutes en fonctionnement. L'APY-1 dispose de 7 modes : PDNES (Pulse Doppler Non-Elevating Scan), le mode de base sur 2 dimensions, PDES (Pulse Doppler Elevating Scan), qui fonctionne en 3 dimensions mais sur une portée réduite, BTH (Beyond The Horizon), qui sans utiliser l'effet Doppler, permet de répérer les avions à très haute altitude ou à la limite de la portée maximale, "Maritime" pour les navires, des combinaisons PDES+BTH et PDNES+MARITIME, et enfin un mode passif. L'appareil peut détecter des avions dans un rayon de 200 miles, sur 360°. Les opérateurs, au nombre de 13, disposent de 9 consoles de contrôle et d'un système de traitement des données radar IBM 4PICC-1. Il géra aussi la fonction dite C2, pour commandement-et-contrôle, et maintenant la fonction C3 (command, control and communications). Il dispose, outre d’une antenne radar IFF AN/APX-103 et d'une antenne TADIL0C (Data-link fighter-control). 

 L'Arabie Saoudite a acheté cinq E-3A en 1983, qui servent au sein du 18e squadron.

1830113037.jpg

 

Photos : E-3A saoudiens @ RSAF

22/05/2017

Trump obtient une méga commande des saoudiens !

323.jpg

Lors de son premier voyage international en tant que président américain, Donald Trump est arrivé à Riyad avec son costume de commercial. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci à réussi son entrée avec un paquet de commandes de prsvion citernes"d-lle maritime Boeing P-8A "icoptères lourd Boieng CH-47F premières que l'a ligne est épurée, moderne et offre unès de 110 milliards de dollars.

150 Black-Hawk :

Un premier contrat concerne un accord entre Lockheed-Sikorsky et Taqnia Aeronautics l’achat de 150 hélicoptère S-70i « Black-Hawk » qui seront assemblés dans le pays et produira 450 emplois en Arabie Saoudite, ainsi que le maintien d'un autre 450 emplois dans l'établissement de Sikorsky au Connecticut.

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

 Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications

48 « Chinook » :

342.png

Le second contrat porte sur un total de 48 hélicoptères lourd Boeing CH-47F « Chinook » assortit de turbines Honeywell T55-GA-714A de réserves.

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique numérique.

Les autres contrats possibles :

L’Arabie Saoudite négocie l’achat d’avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon », de 20 Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules » d’avions citernes KC-130J. les autres domaines concernes des navires de surface, le système sol-air THAAD.

 

Photos : 1 Sikorsky S-70i @ Romain N. 2 CH-47F @ Boeing