21/09/2009

Aéronautique : Entre fin de crise, reprise timide et prévisions

B767AlexanderMishin1.JPG

Si la crise à marqué le monde de l’aviation, les chiffres et les dernières prévisions montrent  une timide et inégale remontée du marché. En effet, d’importantes  disparités existent   aujourd’hui  entre les différents secteurs et marché de l’aviation.

Le volume mondial actuel :

Les derniers chiffres publiés par l’IATA confirment  les éléments suivants : le volume du fret transporté a diminué de 11,3% en juillet et le trafic passagers de 2,9% par rapport aux chiffres de l’année précédente. Cependant, ce déclin en rythme annuel est moins marqué qu'en juin, où le transport de fret avait reculé de 16,5% et le nombre de passagers de 7,2%. Mieux, si l’on prend le mois de juillet, les chiffres montrent même une légère hausse de 3% au niveau du fret et des passagers.

Pour l’année en cour, le volume de fret et en baisse de 19,3% et le nombre de passagers transportés de 6,8%. Ces chiffres ne tiennent en compte que le trafic international, et exclues ceux des vols intérieurs inhérent à chaque pays.

Reprise inégale :

Le transport de fret aérien est un bon indicateur économique dans la mesure où ce secteur est connu pour subir en premier les effets d'une crise économique mais également pour bénéficier de la reprise avant les autres secteurs.
En temps normal, les entreprises privilégient le transport aérien, préférant gagner du temps plutôt que de faire des économies directes au détriment du temps de transport. A l'inverse, en temps de récession, le transport aérien est délaissé au profit des voies maritimes

Cette amorce de reprise, est pourtant très disparate selon les différentes régions du monde. Le transport de passagers dans la région Asie Pacifique augmente légèrement mais reste fragile, tandis que le transport de fret observe un fort rebond, traduisant la reprise de plusieurs économies asiatiques.
Les compagnies aériennes européennes et d'Amérique du Nord n'observent pas la même progression dans le secteur du fret mais transportent en revanche davantage de passagers, conséquence probable d'une politique de baisse des prix des billets.

Les capacités pour le trafic passager ont été plus en harmonie avec la demande en juillet, le coefficient d'occupation étant de 80,3% en moyenne mais il y a toujours des excédents de capacités dans le fret.

Les effets sont malgré tout bien présent avec des réductions de lignes et de nombreuses suppression d’emplois.

DC10ArrowsFabricioJimenez.JPG

La Chine, bouée de sauvetage ?

Du côté des constructeurs, on temporise la situation en réduisant la cadence de production, et  même si on ne l’avoue pas, les récents retard de l’A380 et du B787 tombent plutôt bien !

Mais il faut se concentrer sur la reprise, et chez Airbus comme chez Boeing on prépare activement le positionnement sur marché chinois. Selon les dernières estimations, la Chine aura besoin de 3'770 nouveaux avions au cours des 20 prochaines années et sera le plus grand marché en dehors des Etats-Unis. On estime ce marché à 400 milliards de dollars !

Avec l’expansion du trafic passagers et du fret, la Chine va tripler ses besoins en avions et devrait compter une flotte de 4'610 aéronef d’ici 2028 ! Les mono couloirs représenteront 70% des nouveaux avions soit près de 2'640 appareils. Quant aux biréacteurs long courrier, tels les B777, B787, A350, ils représentent un marché de 800 avions. Sans oublier les avions très gros porteurs tels : A380 et le B747-800, mais qui vraisemblablement ne représenteront que 80 commandes.

Prévisions mondiales :

Si les prévisions du trafic passager souffrent  actuellement d’un ralentissement, l’effet cyclique devrait pourtant se maintenir au-delà de 2011  et ceci pendant les 20 prochaines années, pour s’élever de 4,7% par an, soit un doublement au cours des 15 prochaines années. Il faudra 24'100 avions neufs et remplacer 10'000 anciennes machines.

3935047475_4e8c899385_o[1].jpg

 

Photos : 1 B767 Aeroflot. @ Alexander Mishin. 2 DC10 Arrows Cargo. @ Fabricio Jimenez 3 B737 Copa Arlines. @ Fabricio Jimenez.