24/07/2017

La Colombie commande 36 Gripen E !

gripen-e_1603.jpg

Bogota, le ministre de la Défense de la Colombie, Carlos Villegas, a annoncé cet après-midi en conférence de presse que le pays avait choisi son nouvel avion de combat. Il s’agit du Saab JAS-39 MS21 Gripen E. Le pays prévoit d’acquérir 36 appareils pour un montant estimé à 4,5 milliards de dollars.

« En Colombie, nous sommes en effet un pays pacifique, mais nous serons sans défense si nous ne renouvelons pas notre défense aérienne. D'où l'importance de ce processus d’achat. Nous devons être prêts à faire face à toute menace, défendre notre patrimoine », a déclaré le ministre Villegas après l'annonce.

Une belle victoire pour les suédois :

Ce contrat porte désormais à deux le nombre de clients à l’exportation pour la nouvelle version de la famille « Gripen ». Un succès qui tombe après celui du Brésil. A noter, que l’avionneur suédois avait fait le pari de pouvoir trouver d’autres clients sur le continent américain grâce à son importante collaboration avec les entreprises brésiliennes Embraer et Akaer qui travaillent en collaboration avec Saab.

Cette victoire est d’autant plus importante que le Gripen E a réussi à se placer face à une concurrence acharnée avec l’Airbus DS Eurofighter T3 et le Lockheed-Martin F-16 « Viper ». Le consortium européen n’était plus véritablement en course depuis le début de l’année, les coûts à l’achat et à l’heure de vol étant jugé prohibitifs. L’avionneur américain a de son côté été très agressif en proposant le F-16 « Viper » Block70/75 avec notamment une offre de complément à l’avenir avec le F-35.

2A4.jpg

Le choix suédois :

Selon le ministre de la Défense de la Colombie, le choix du Gripen E a été pris sur plusieurs points : le Gripen E offre le meilleur rapport coût/efficacité et une maintenance réduite. L’avion est compatible avec l’avion ravitailleur KC-390. Les nouvelles technologies, dont le radar AESA, la fusion des données et la large panoplie d’équipement (nacelles, armement, viseurs de casque) ont joués en faveur de l’avion suédois.

Par ailleurs, l’offre de Saab en matière de compensations industrielles semble avoir également porter ses fruits. La Société aérospatiale Industria Colombiana (CIAC), pourra participer à la fabrication de plusieurs pièces et aura accès à un transfert de technologie. Pour la Colombie, ce futur transfert est essentiel au développement de l'industrie nationale.

Le ministre a insisté dès le départ que sur les conditions est le transfert de technologie, et que le pays peut recevoir le logiciel « ouvert » pour gérer de façon autonome l'incorporation de nouvelles armes et des améliorations au logiciel.

 Clients du Gripen E :

Suèdes : 60, Brésil : 36, Colombie : 36.

 

 A noter, que l'officialisation de ce contrat ne se fera pas avant quelques mois, le temps de régler les détails de celui-ci.

08E.jpg

Photos : 1 Gripen E de présérie 2 Cocpkit le WAD 3 Gripen NG de développement @ Saab

01/05/2017

Le Honduras va moderniser ses F-5 en attendant mieux !

32346.jpg

La Force aérienne du Honduras (Fuerza Aerea Hondureña - FAH) a mené une évaluation en vue de la mise à niveau de sa flotte d’avion de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II ». Un appel d’offre avait été lancé pour déterminé la société qui sera en charge de la modernisation. C’est l’entreprise israélienne Elbit Systems qui a remporté ce contrat.

Accord des USA :

Pour modernisé sa flotte de 10 F-5 encore en service, le Honduras avait initialement besoin de l’accord des Etats-Unis, ce qui n’était pas gagné d’avance. Mais les rapports politiques et personnelles étroits que Donald Trump a avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu semble aujourd’hui aller dans un sens positif pour la réalisation du contrat.

Les détails de la modernisation des F-5 honduriens n’est pas complétement connue. Dans un premier temps, elle concernera la réparation des cellules afin de permettre à l’avion de tenir son rôle au minimum jusqu’en 2020-2022. Il semble que les sièges éjectables devront être remplacés ainsi que certaines pièces importantes comme des parties des empennages horizontaux et des ailes, du trains d’atterrissages. Une révision complète des moteurs devra être effectuée. Question modernisation, il semble que celle-ci se limite à un nouvel ordinateur de mission et au remplacement de certains instruments et de l’adaptation du missile israéliens Rafael Python IV.

En attendant mieux :

Le Honduras espère malgré tout pourvoir trouver d’ici 2020 un remplaçant à sa flotte de F-5 et de Cessna A-37 « Dragonfly ». Différent aéronefs semble intéressés le pays, notamment le Aerospace Industries (IAI) Kfir block 60, le JF-17 sino-pakistanais et le MiG-29M2 russe. Malgré des finances limitées le pays a débuté une modernisation de son armée avec dernièrement la mise en service de radars de surveillance militaires lui permettant d’être autonome en terme de détection.

Photo : F-5 E hondurien @ Nelson Mejia

 

 

16/11/2012

L’énorme potentiel de l’Amérique latine !

92091_1348864522.jpg


 

Selon une étude rendue d’Airbus, les compagnies aériennes latino-américaine auront besoins de 2’120 nouveaux avions entre aujourd'hui et 2031. De son côté, Boeing estime un besoin pour près de 2’500 aéronefs. 

 

 

Deux visions très proches :

 

Le trafic aéronautique civil de l’Amérique latine est en pleine expansion, au point que les prévision du constructeur européen mettent avant un besoin de 21’120 nouveaux appareils dont 1’660 monocouloirs, 420 bicouloirs et 40 très gros porteurs. Ces besoins en nouveaux aéronefs se montent à près de 242 milliards de dollars. 

 

Boeing se montre encore plus positif avec 2’500 aéronefs  pour un montant évaluer  à près de 250 milliards de dollars.


 

57582_1327026225.jpg


 

Un vaste marché :

En effet, les perspectives s’avèrent attrayantes pour les deux constructeurs sur le marché  sud-américain et ceci bien  que d’autres fabricants vont tenter de s’implanter durablement sur ce marché particulièrement porteur. On pense à Embraer déjà très présent mais aussi à Bombardier et Sukhoi.

Avec une croissance supérieure à la moyenne mondiale, les indicateurs montrent que la la classe moyenne va doubler entre 2012 et 2031.  En outre, l'Amérique latine est devenue la deuxième région la plus urbanisée dans le monde après l'Amérique du Nord, et en 2031, 10 des 92 mégapoles de plus de 10.000 passagers par jour en long-courriers seront dans la région.

Le trafic aérien de l'Amérique latine passera de 5,3% par an au cours des 20 prochaines années, bien au-dessus de la moyenne mondiale de 4,7%. Profitant de cela, les compagnies aériennes de la région devrait croître leur propre trafic de près de 6% par an, la plus forte croissance au deuxième rang mondial, dépassé seulement par les compagnies aériennes basées au Moyen-Orient. 

 

Augmentation des commandes : 

 

Ces derniers jours les commandes en provenances de compagnies latinos-américaines se sont accélérées, et ce n’est là qu’un début ! Entre la compagnie InterJet qui vient de commander 40 Airbus A320 et sa concurrente Aeromexico qui à opté pour 60 B737 «MAX», l’augmentation du nombre de B787 «Dreamliner» de la part d’Avianca et la très certaine commande D’ATR72-600 d’Aeromar, compagnie mexicaine sans parler des récentes commandes de la compagnie LAN Airlines et de la mise en ligne du B787. Ces quelques exemples montrent la très bonne santé de ce secteur et les efforts entrepris pour moderniser les flottes aériennes.

 

Il n’y a pas si longtemps, l’aviation de l’Amérique latines était encore considérée comme une secteur peu attractif dont l’âge moyen des aéronefs dépassaient 15 ans. Cette vision est entrain de changer radicalement pour devenir le second troisième segment porteur après la Chine et le Moyen-Orient.


 

33414_1322888514.jpg


 

Photos : 1 Embraer 190 TACA 2 A318 Mexicana 3 B737-700 NG Colombia Aires @ Fabricio Jimenez