18/06/2020

Berlin, Feu vert pour le radar AESA des Eurofighter !

airbus ds,eurofighter,radar aesa,captor-e,selex-es,blog défense,aviation militaire,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,luftwaffe

On l’attendait, c’est fait ! Le Bundestag allemand a officiellement validé l’intégration du nouveau radar AESA (Active Electronic Scanning Array) pour l'ensemble de la flotte d’avions de combat  Airbus DS Eurofighter allemand. Il s’agit d’un signal positif pour l'Allemagne en tant que base technologique et pour le succès de l'Europe en matière de coopération dans le secteur de la défense.

Hensoldt responsable du projet :

airbus ds,eurofighter,radar aesa,captor-e,selex-es,blog défense,aviation militaire,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,luftwaffe

La société Hensoldt sera responsable de l'installation du radar AESA CAPTOR-E MK1 sur les Eurofighters de nouvelle construction pour l'armée de l'air allemande (90 selon les prévisions), ainsi que de sa modernisation de l'ensemble de la flotte, dans le cadre d'une mise à niveau dont Airbus sera le maître d'œuvre.

"Avec cette décision, l'Allemagne joue pour la première fois un rôle de pionnier dans le domaine des technologies clés pour l'Eurofighter", a déclaré Thomas Müller, PDG de Hensoldt. "Cela créera des emplois de haute technologie en Allemagne et donnera à la Bundeswehr l'équipement dont elle a besoin pour répondre aux nouvelles menaces. En outre, c'est un signal pour l'Europe que l'Allemagne investit dans une technologie qui est d'une importance cruciale pour la coopération européenne en matière de défense"

Le feuilleton du radar AESA :

Le statut du radar AESA de l’'Eurofighter a été longtemps dans le trouble, par manque de décision politique. Le problème étant lié au fait que le radar AESA CAPTOR-E ne sera pas commandé par les quatre pays partenaires. Le nouveau radar va venir équiper les Eurofighter à l’exportation comme le Qatar, mais n’était pas la priorité de pays membre du consortium Eurofighter. Hors, les choses ont bougé, l’Allemagne et l’Espagne ont ces derniers mois réaffirmés la volonté commune d’aller de l’avant avec le nouveau radar.

L’Angleterre se concentre sur le F-35 tout en préparant sa version du CAPTOR. qui pourrait être rejoint par l’Italie. Ces deux pays ne peuvent pour l’instant investir totalement dans le nouveau radar. Ce désaccord a provoqué une incertitude sur le développement de l’avion et une augmentation des coûts qui l’ont rendu moins attractif à l’exportation.

CAPTOR-E :

airbus ds,eurofighter,radar aesa,captor-e,selex-es,blog défense,aviation militaire,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,luftwaffe

Le radar à balayage électronique CAPTOR-E est le futur capteur principal de l'Eurofighter « Typhoon II » et dispose d'une gamme complète de modes air-air et air-surface. Le nez imposant de l'Eurofighter permet l'installation de la matrice optimisée et repositionnable du CAPTOR-E dont le champ de vision est environ 50% plus large que les systèmes traditionnels à plaques fixes. Ce large champ de vision offre des avantages significatifs dans les engagements air-air et air-surface et, compte tenu de la grande puissance et de l'ouverture disponibles, offre au pilote une couverture angulaire nettement améliorée par rapport aux systèmes à plaques fixes.

Le CAPTOR-E fournit les fonctionnalités clés suivantes :

  • Radar de surveillance etde guidage  multimode air / air et air / sol avec repositionneur WFoR
  • Portée air-air accrue - Détection et suivi plus rapides des cibles
  • Amélioration des performances de suivi
  • Entrelacé « simultané » Air / Air & Air / Ground
  • Guidage étendu des missiles - Disponibilité opérationnelle accrue
  • Coûts de cycle de vie réduits - Potentiel de croissance pour de futures améliorations

Pour autant, les tergiversations des pays engagés au sein de l'Eurofighter débouchent maintenant sur trois versions du radar CAPTOR-E : 

  • Le CAPTOR-E Mk0 soit la version de base de Leonardo destinée au Qatar et au Koweit. 
  • Le CAPTOR-E MK1 dont l'interface est développée par Hebsoldt pour l'Allemagne et l'Espagne. 
  • Le CAPTOR-E en développement par la filliale de Leonardo en Angleterre pour la RAF.

Si nombre d'éléments sont communs, les différences pourraient compliquer le choix des clients potentiels. 

 

Photos : 1 Eurofighter Allemands@ Luftwaffe 2 Radar AESA CAPTOR-E sur un Eurofighter @ Airbus DS

 

 

28/05/2020

L’A400M certifié vol automatique à basse altitude et largage latéral !

airbus ds,a400m. a400m atals,transport tactique,largage parachutistes,blog défense,les noouvelles de l'aviation,aviation francophone

L’A400M progresse avec sa certification pour le vol automatique à basse altitude et le largage de parachutistes par les portes latérales.

Vol tactique à basse altitude :

Une campagne d'essais a eu lieu dans les Pyrénées et le centre de la France courant avril, en vue de la certification des vols jusqu'à 500 pieds, ainsi que des transitions du vol à basse altitude vers d'autres opérations.  La certification couvre les opérations dans des conditions météorologiques de vol à vue, où l'équipage a une visibilité. Une deuxième phase dans des conditions météorologiques de vol aux instruments, sans visibilité, devrait être certifiée au deuxième trimestre 2021.

Cette nouvelle certification doit permettre le vol à basse altitude automatique. Ce mode améliore le masquage du terrain et la capacité de survie de l'A400M, ce qui rend l'avion moins détectable dans les zones hostiles et moins vulnérable aux menaces lors de vols de croisières.  

Largage latéral :

L’autre compétence de l’A400M concerne le largage de parachutistes via les portes latérales.  Dans ce mode d’action, une sangle d’ouverture automatique, reliée à la soute de l’avion, permet de déployer le parachute sous l’effet de la gravité, une fois que le parachutiste a quitté l’avion.

Dans le domaine de l’aérolargage, l’A400M offre des capacités nettement supérieures aux avions de transport tactique de génération plus ancienne. Les prochains incréments permettront d’augmenter l’altitude de largage, le nombre de parachutistes et devraient autoriser, dès l’année prochaine, le largage simultané par les deux portes latérales.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

a400m_oa_5_article_pleine_colonne.jpg

Photos : 1 A400M en vol tactique 2 Largage par les portes latérales @ Airbus DS

 

 

17/04/2020

Premier ravitaillement en vol entièrement automatique !

Airbus achieves world’s first fully automatic refuelling contacts.jpg

Airbus a réalisé la toute première opération de ravitaillement en vol entièrement automatique (A3R). La campagne d'essais en vol, menée plus tôt dans l'année au-dessus de l'océan Atlantique, a impliqué un avion d'essai de ravitailleur Airbus A330MRTT équipé de la solution Airbus A3R, avec un chasseur F-16 de l'armée de l'air portugaise agissant comme récepteur.

Cette étape importante fait partie de la phase d'industrialisation des systèmes A3R avant sa mise en œuvre dans le développement futur des A330 MRTT.

La campagne a atteint un total de 45 heures d'essais en vol et 120 contacts secs avec le système A3R, couvrant toute l'enveloppe de ravitaillement en vol, alors que les F-16 et MRTT consolident la maturité et les capacités du développement à ce stade. La phase de certification débutera en 2021.

L’A3R :  

Le système A3R ne nécessite aucun équipement supplémentaire sur l'avion récepteur et est destiné à réduire la charge de travail des opérateurs de ravitaillement en vol (ARO), à améliorer la sécurité et à optimiser le taux de transfert de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles, contribuant à maximiser la supériorité aérienne. L'objectif du système A3R est de développer des technologies qui atteindront des capacités entièrement autonomes.

Une fois que le système est activé par l'ARO, l'A3R fait voler la flèche automatiquement et maintient l'alignement entre la pointe de la flèche et le réceptacle du récepteur avec une précision de quelques centimètres; le bon alignement et la stabilité du récepteur sont vérifiés en temps réel pour maintenir une distance de sécurité entre la flèche et le récepteur et également pour déterminer le moment optimal pour étendre la poutre télescopique pour réaliser la connexion avec le récepteur. À ce stade, le transfert de carburant est amorcé pour remplir l'avion récepteur et une fois terminé et la déconnexion commandée, la flèche est éloignée du récepteur en rétractant le faisceau télescopique et en éloignant la flèche pour garder une distance de séparation sûre. Au cours de ce processus, l'ARO surveille simplement l'opération.

Le système avancé A3R guide la flèche pour se connecter de manière autonome avec le réservoir de ravitaillement de l'avion récepteur. Lorsque le système A3R est activé, un système de commande de vol entièrement automatisé vole et maintient la flèche alignée avec le réceptacle de l'avion récepteur. Lors de l'approche initiale du récepteur, le contrôle de la flèche est effectué par l'opérateur de ravitaillement en vol (ARO) de l'avion-citerne. De nouvelles techniques passives telles que le traitement d'image sont ensuite utilisées pour déterminer la position du réservoir de ravitaillement du récepteur. La poutre télescopique à l'intérieur de la flèche peut être commandée manuellement par l'ARO ou en utilisant un mode de maintien de distance relative ou un mode automatique complet pour effectuer le contact. Le nouveau processus devrait réduire la charge de travail des opérateurs de rampes de ravitaillement, améliorer la sécurité et optimiser le taux de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles.

L’Airbus A330MRTT : 

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

MRTT-001.jpg

Photos : 1 Système de contrôle A3R 2 A330MRTT ravitaillant un F-16 @ Airbus DS

14/04/2020

Premier A400M pour le Luxembourg !

AIRBUS-SPS-ENCENDIDO-MOTORES-A400-MSN104-LUXEMBURGO-07-02-2020-007.jpeg

Le premier avion de transport tactique lourd Airbus A400M destiné aux Forces armées luxembourgeoises, a effectué son premier vol, marquant une étape clé vers sa livraison. L'avion, connu sous le nom de MSN104, a décollé de Séville (Espagne), où se trouve la chaîne d'assemblage final, à 16h08 heure locale (CET) et a atterri sur le site 5 heures plus tard le 13 avril.

L’A400M sera exploité par les forces armées belges et luxembourgeoises au sein d'une unité binationale basée en Belgique sur la base militaire belge de Melsbroek, près de Bruxelles. Le MSN104 devrait être livré au deuxième trimestre 2020. Le premier des huit Airbus A400M sera livré en mai prochain. L'avion a été commandé par le Luxembourg alors que les sept autres, qui devraient être prêts en 2022, ont été commandés par le gouvernement belge.

L’enveloppe budgétaire pour l’acquisition de cet appareil est de 168,5 millions d’euros. Le Luxembourg fournira trois équipages, soit six pilotes (officiers) et six soutiers (sous-officiers). À noter qu’au coût d’acquisition il faut ajouter des frais d’exploitation de 420 millions d’euros, étalés sur 35 ans.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant hormis celui des avions, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

Luxembourg Armed Forces A400M makes its maiden flight.jpg

Photos : A400M Luxembourgeois @ Airbus DS

 

03/02/2020

Le C295 va offrir la capacité de ravitaillement en vol !

C295-7349.jpg

Airbus Defence and Space a développé un kit de ravitaillement air-air (AAR) amovible pour son bimoteur de transport tactique C295. L’avion utilise un tuyau déployable de 30 mètres de long avec un « panier » à la fin permettant le transfert du carburant vers le récepteur avion équipé d'une sonde. Un système de vision à distance permet aux membres d'équipage à bord du C295 de surveiller les opérations de ravitaillement en carburant depuis la cabine de chargement.

Essais positifs :

Des vols récents pour tester le kit ont impliqué un C295 appartenant à Airbus qui a ravitaillé un C295 de l'armée de l'air espagnole, ainsi que des tests de proximité avec le C295 et un avion de combat de type EF-18 de l'armée de l'air espagnole ont été réalisés.  Airbus a confirmé les récents essais ont permis de délivrer un total, de 1,5 tonne de carburant lors de cinq contacts humides.

Le système de ravitaillement amovible du C295 pèse 1’500 kg. Il se compose d'un maximum de trois réservoirs de carburant supplémentaires, d'une console d'opérateur et du tambour-flexible

La capacité de ravitaillement en vol du C295 permettra de prolonger le vol en mission, soit un avantage certain pour les clients utilisant des C295. Ces clients comprennent les forces armées des opérateurs C295 actuels et futurs chargés des missions de recherche et de sauvetage civiles et militaires.

De plus, cette nouvelle solution permettra de former les pilotes de chasse aux compétences nécessaires au ravitaillement en vol à un coût réduit.

Cette nouvelle capacité du C295 complète admirablement l'offre très large du C295 qui n'est pas seulement un avion de transport tactique, mais bien une plateforme multirôle. 

Photo : Essais de ravitaillement avec le Kit du C295 @ Airbus DS