16/07/2013

Taïwan modernise le Ching Kuo !

idf1024-07.jpg


 

 

TAÏPEI, le constructeur taïwanais Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) est en passe d'achever la première phase d'un programme de mise à niveau du chasseur indigène F-CK-1 «Ching Kuo». L’objectif est la mise à niveau opérationnel des 71 chasseurs «Ching Kuo» de la Force aérienne taïwanaise (RoCAF) d’ici 2016.

 

Middle Life Update :

 

Le programme de modernisation à mie-vie des avions de combat F-CK-1 «Ching Kuo» vise une amélioration de l'avionique de l'avion, avec l'ajout d'écrans couleurs dans le cockpit. La mise à jour du radar à balayage mécanique de type GD-53 «Golden Dragon» (en fait un AN/APG-67 construit sous licence) en lui donnant une meilleure capacité à faire face à des contre-mesures électroniques, ainsi q’une meilleure capacité de détection sur plus de 80 miles nautiques. De plus, des améliorations en ce qui concerne l’avionique vont permettre de diminuer la charge du pilote grâce à l’arrivée de commandes de vol numérique de 32 bits. 

L’avion recevra également deux ensembles de réservoir de carburant (FT) sur la dorsale pour étendre la distance de combat.


 

800px-F-CK-1_cockpit.jpg


 

L’avion aura une structure renforcée pour accueillir en plus des réservoirs, des pylônes d’armements supplémentaires pour les missiles air-air «Tien Chien II» et «Sky Sword II». L’intégration de missiles «Sky Sword II» et de bombes «Wan Chien» guidés par GPS fera du F-CK-1C un véritable chasseur polyvalent.

 

Le Ching Kuo : 

 

Le F-CK-1 emprunte une grande partie sa cellule au F-16 ainsi qu'à d'autres chasseurs américains comme les entrées d’air du Hornet. Pour réduire les coûts de développement de l'IDF, AIDC a réutilisé des études aérodynamiques faites aux États-Unis et en intégrant des systèmes et une avionique provenant d'avions existants. En effet, les commandes de vols électriques proviennent du F-16, les atterrisseurs du F-5. La structure de l'appareil est principalement composée d'aluminium tandis que les parties mobile (gouvernes,aérofreins) utilisent des composites. Le train d'atterrissage se rétracte hydrauliquement et chaque jambe est dotée d'une seule roue et d'un amortisseur oléo-pneumatique. L'avion dispose de deux circuits hydrauliques indépendants pressurisés à 214 bars actionnant, les gouvernes, les dispositifs hypersustentateurs et le train d'atterrissage ; il dispose aussi d'un circuit pneumatique pressurisé à 20,7 bars servant à déployer le train d'atterrissage en cas d'urgence. Le pilote est assis sur un Siège éjectable Martin-Baker Mk.12 zéro-zéro incliné à 30°. Au niveau avionique, il dispose d'un système de navigation inertielle Honeywell H423, d'écrans multi-fonctions et d'un afficheur tête haute.

L'appareil est propulsé par deux turboréacteurs à double-flux dotés de postcombustion TFE 1040-70 développant 26,8 kN de poussée. Ils sont alimentés par trois réservoirs internes pouvant contenir 2 517 l de carburant et aussi par deux réservoirs largables de 568 l sous les ailes et un de 1 041 l sous le fuselage.

Il est équipé d'un radar multimode à impulsion Kam-Lung GD 53 «Golden Dragon» tiré de l’AN/APG-67 de l’américain Lockheed-Martin. 


 

1365302.jpg


Photos : 1 Prototype modernisé du Ching Kuo @ AIDC 2 Cockpit 3 Ching Kuo en vol @ Denis Chang

 

22:38 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aids ching kuo, f-ck-1 ching kuo, rocaf |  Facebook | |