20/01/2022

E-3D d’occasions pour le Chili !

AEW.1.jpeg

Londres a trouvé un repreneur pour une partie de ses vieux avions d’alerte et de contrôle aéroportés Boeing E-3D « Sentry ». Au sein de la RAF, l’avion vient d’être remplacé les Boeing AEW&C E-7A « Wedgetail ».

En effet, c’est l’armée de l'air chilienne (FACh) qui a acheté3 Boeing E-3D « Sentry » Mk 1 (AEW1) à la Royal Air Force (RAF) pour un montant non divulgué.

Un des appareils sera utilisé pour les pièces de rechange alors que les deux autres remplaceront l'unique Boeing 707-385C, IAI « Phalcon » de la FACh qui a été modifié en Israël pour les missions AEW, en Israël et Cóndor au Chili.

La RAF a retiré le dernier de ses E-3D en 2021, lorsque la FACh a entamé des négociations pour en acheter trois. Des équipages et des techniciens ont été envoyés au Royaume-Uni à fin 2021 pour débuter une  formation sur le fonctionnement de l’avion. Le transfert des 3 E-3D devrait s’effectuer cette année.  

La variante « E-3D » MK1 en service au sein de la RAF comprenait des moteurs CFM56 et quelques modifications typiquement anglaises, par exemple l'ajout d'une sonde de ravitaillement à côté du réceptacle AAR de la flèche existante, des pods ESM de bout d'aile, une capacité de surveillance maritime améliorée offrant un « traitement par balayage maritime » ainsi que des radios JTIDS et Havequick 2. L’avion avait été baptisé AEW.1 « Sentry » au sein de la RAF.  

Retrait de l’IAI Phalcon au Chili  

14152675343_b112da1776_b.jpg

Avec l’arrivée prochaine des E-3D d’occasions, le Chili prépare le retrait de son unique IAI « Phalcon » entré en service en 1994. Basé sur une cellule de Boeing B707, le « Phalcon » offre une capacité suffisante pour l'équipement et l'équipage. Une configuration typique comprend jusqu'à 11 consoles opérateur. Doté d’un radar avec des antennes réseau conformes en phase pour une couverture simultanée et une mise au point instantanée sur des cibles sélectionnées. Le radar avancé PHALCON peut fournir une couverture jusqu'à 360 degrés. Le système permettait également

l'écoute des transmissions aéroportées, terrestres et embarquées. Le CSM/COMINT du PHALCON reçoit en UHF, VHF et HF, recherchant rapidement les signaux de communications aéroportés, embarqués ou terrestres d'intérêt. Des réseaux radio sélectionnés peuvent être surveillés pour l'activité du signal. Une capacité DF localise des cibles. Les signaux détectés peuvent être affectés instantanément à des récepteurs de surveillance. Le système faisait largement appel aux ordinateurs pour réduire la charge des opérateurs.

Photos : 1 E-3D MK1 @ Philippo Martinix 2 IAI Phalcon @ FaCH

20/10/2021

USAF, l'E-7A Wedgetail pour remplacer les vieux AWACS ?

wedgetail-AEW-C-aircraft.jpg

Depuis plusieurs mois, l’US Air Force prépare le remplacement de sa flotte d’avion d’alerte lointaine composée du Boeing E-3 Sentry Airborne Warning and Control System (AWACS). Actuellement L'USAF exploite 31 exemplaires de l'E-3, dont l’âge moyen est d'environ 42 ans.

Rappel :

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet avec l’EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il faudra attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

Le système d'avertissement et de contrôle aéroporté Boeing E-3G (AWACS) a défini un nouveau mode de guerre pour l'armée américaine lorsque le modèle original a été introduit en 1978. En centralisant la détection et le commandement et le contrôle aéroporté sur une plate-forme unique. Avec l’AWACS il est devenu possible d’improviser de nouvelles tactiques offensives et défensives en temps réel. Avec le temps, l’importance de l’E-3G en a fait une cible extrêmement précieuse pour un éventail d’armes émergentes, à longue portée appelées « tueurs AWACS ». 

Aujourd’hui plusieurs modèles de systèmes radarisés aéroportés sont disponible sur le marché, notamment monté sur des jets d’affaires.

Le Boeing E-7 « Wedgetail » en favori  

En conséquence, les responsables de l'US Air Force et de l'OTAN ont débutés une réflexion en vue du remplacement de leurs flottes d’avions E-3 respectives en utilisant une approche de systèmes distribués.  Toutes les options envisagées à ce stade ne sont pas encore pleinement développées. Il est important de se rappeler que la flotte E-3 remplit deux fonctions différentes : l’alerte avancée aéroportée (AEW) et le commandement et contrôle. 

La première fonction exige l'intégration d'un grand radar capable de détecter à de grandes distances. En plus de la puissance, le radar doit être incroyablement précis et discriminer les petites cibles à déplacement rapide, y compris les missiles de croisière, par rapport à l'encombrement de l'arrière-plan. Étant donné la vulnérabilité future d'une grande plateforme rayonnante dans l'atmosphère aux menaces potentielles, une option pourrait être de remplacer, ou au moins d'augmenter considérablement, la couverture AEW grâce à l'utilisation d'une constellation proliférée de petits satellites en orbite terrestre basse.

L’arrivée progressive d’avions de combat dotés de la capacité de guerre en réseau permet également de combler ce vide, du moins en partie. Une flotte d’avion engagés en réseau offre une très bonne couverture, mais encore faut-il que la dotation soit suffisante et engagée en nombre sur un territoire définis.  

Ces dernières semaines les yeux se sont clairement tournés en direction du Boeing E-7A « Wedgetail », car l’USAF a formulé  un avis d'action contractuelle, intitulé "E-3 Replacement Aircraft Studies & Analyses", le 19 octobre dernier, dans lequel elle a annoncé qu'elle confierait à Boeing la responsabilité d'effectuer les études, les analyses et les activités nécessaires pour déterminer une configuration de base et répondre aux normes de configuration de l'USAF du E-7A.  

Moins d’AWACS

L’US Air Force doit encore déterminer avec exactitude le nombre de ses futurs avions d’alerte lointaine, car l’arrivée du F-35 permet de combler en grande partie ce besoin mais pas entièrement. En effet, avec 4 F-35, il est possible d’obtenir une couverture à 360 degrés avec la combinaison des radar et autre capteurs et caméras internes ( 6 par avion ) avec le réseau MADL pour partager et fusionner automatiquement ces données entre eux. Au sein de l’US Air Force on réfléchit donc à une intégration du futur avion AEW&C en collaboration avec les F-35. Par exemple, dans une zone dangereuse ou un AEW&C pourrait être une cible de premier choix, l'aspect d'alerte avancée en vol pourrait être entièrement pris en charge par des avions comme le F-35 et le F-22.  Cela pourrait signifier que le futur AEW&C serait relégué à des zones secondaires ou envoyé en appuis derrière le binôme F-35 et F-22. Dans ces conditions, les besoins futurs pourraient être divisés par deux. L’US Air Force doit également déterminer les besoins en temps de paix en utilisant le futur AEW&C pour une surveillance moins agressive qu’avec ses nouveaux avions de combat.

Selon le général Charles Brown Cmdt de l’USAF, la flotte de F-35 est devenue la seconde de part son importance derrière les F-16, les réflexions doivent prendre en compte ce nouvel élément pour articuler la future combinaison de l’Air Force.

f35a-20160803.jpg

Photos : 1 E-7 « Wedgetail » australiens @ RAAF  2 F-35 en vol @ USAF

 

21/11/2019

GlobalEye & A330MRTT additionnels pour les EAU !

Saab-GlobalEye-560x334.jpg

Salon aéronautique de Dubaï, les Émirats Arabes Unis (EAU) ont annoncé l’intention de doubler la flotte de transporteurs ravitailleurs Airbus A330 MRTT et d'ajouter deux avions d’alerte précoce Saab « GlobalEye ».

Plus de GlobalEye :

La première intention, concerne un avenant au contrat, d’une valeur d’environ 1,018 milliard de dollars, pour une paire supplémentaire de « GlobalEyes », qui viendrait s’ajouter à la commande actuelle de trois.

Basé sur une cellule de jet d’affaires Global 6000, le «GlobalEye» offre les plus récentes technologies, cet impressionnant biréacteur peut relier Paris à Tokyo sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage (en mode jet privé). Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers. De son côté la Société de Défense et de la sécurité Saab a installé sa nouvelle version du système de radar Saab « Erieye ER » intégrant la technologie GaN (nitrure de gallium), le système « Swing Role Surveillance System » (SRSS) capable de détection simultanée et le suivi des cibles multiples dans les airs, sur terre et en mer.

1776753206.jpg

Le système AEW&C « GlobalEye » dispose donc de la nouvelle version du radar « Erieye ER », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieure à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Leonardo 7500E AESA en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral et d’une tourelle électro-optique. Le « GlobalEye » est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

Flotte d’A330 MRTT doublée :

3403473213.jpg

La seconde annonce concerne l’acquisition de trois autres Airbus A330 MRTT pour s’ajouter aux trois appareils déjà en service au sein de la Force aérienne des Emirats Arabes Unis. La flotte actuelle a beaucoup travaillé ces dernières années pour appuyer les déploiements opérationnels et de formation à l’étranger.

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

Photos : 1 &2 GlobalEye EAU @ Saab 3 A330MRTT EAU @ Airbus DS

16/11/2019

Le GlobalEye fait ses débuts au Dubaï Airshow ! 

dp_globaleye_pic.jpg

L’Armée de l’air des EAU va présenter en grande première son avion de de surveillance avancée (AEW&C) Saab GlobalEye au salon aéronautique de Dubaï. Le Salon se tiendra du 17 au 21 novembre. Il s’agit de la première présentation publique pour le nouvel appareil.

Rappel :

Une commande initiale de deux GlobalEyes a été annoncée au salon aéronautique de Dubaï en 2015 et un troisième avion a été ajouté en février 2017. Bombardier a fourni une première cellule de Global 6000 à Saab qui a effectué les modifications, le premier GlobalEye a volé le 14 mars 2018. Le deuxième avion a pris son envol le 3 janvier, tandis que le troisième a rejoint la flotte d'essai le 30 août.

Le GlobalEye présente de nombreuses modifications aérodynamiques et structurelles par rapport au jet d’affaires de base, nécessitant une campagne d’essais intensive. Après les premiers essais sur le site suédois de Saab à Linköping, les essais ont été transférés à Grenade en Andalousie, en Espagne, où le climat a permis de respecter le calendrier ambitieux. Les tests de manipulation aérodynamique et d'expansion de l'enveloppe sont maintenant terminés.

Entre-temps, des essais de vérification du système de mission ont été effectués sur les deuxième et troisième aéronefs, qui ont été complétés conformément aux spécifications du système. La plupart des tests en vol visent à vérifier les performances du système qui ont été minutieusement testées sur divers appareils au sol. Cela inclut non seulement les performances des capteurs, mais également celles des communications, des systèmes de planification et de l'architecture centrale de gestion de mission. Comme ils sont dans la configuration spécifiée par le client, il est probable que les deuxième et troisième aéronefs seront les premiers à être livrés.

Dans le cadre du processus de mise en service, le personnel des EAU a commencé à recevoir une formation sur le GlobalEye et à ses systèmes en Suède. Certains éléments du vaste équipement de soutien au sol ont déjà été livrés. L’armée de l’air des Émirats arabes unis exploite depuis deux ans deux Saab 340 AEW & C, dont l’un des précurseurs du radar Erieye ER de GlobalEye.

Le GlobalEye AEW&C :

Basé sur une cellule de jet d’affaires Global 6000, le « GlobalEye » offre les plus récentes technologies, cet impressionnant biréacteur peut relier Paris à Tokyo sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage (en mode jet privé). Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers. De son côté la Société de Défense et de la sécurité Saab a installé sa nouvelle version du système de radar Saab « Erieye ER » intégrant la technologie GaN (nitrure de gallium), le système « Swing Role Surveillance System » (SRSS) capable de détection simultanée et le suivi des cibles multiples dans les airs, sur terre et en mer.

Le système AEW&C « GlobalEye » dispose donc de la nouvelle version du radar « Erieye ER », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieure à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Leonardo 7500E AESA en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral et d’une tourelle électro-optique. Le « GlobalEye » est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

270874267.12.jpg

Photos : 1 Le Global Eye à son arrivée à Dubaï 2 Au décollage lors des essais @ Saab

18/08/2019

Modernisation des Embraer E-99M !

EMB-E99_04.jpg

Le prototype du premier avion d’alerte lointaine modernisé Embraer E-99M a effectué son vol inaugural vendredi. L’avion a décollé des installations de l’avionneur brésilien à Gavião Peixoto.

Le projet de modernisation des avion d’alerte lointiane Embtaer E-99M de la Force aérienne du Brésil (FAB) prévoit la modernisation des systèmes de l'avion et les autres sous-systèmes connexes seront mis à jour, ce qui étendra les capacités de l'avion, qui est actuellement utilisé dans les opérations de contrôle et de défense de l'espace aérien brésilien. Cette modernisation va contribuer à une utilisation plus efficace et d’allonger le cycle de vie et la capacité opérationnelle de l’avion. La protée du radar est augmentée, le traitement des informations sera plus rapide et permettra d'identifier les cibles plus tôt et mieux. Le nombre d’opérateurs et de radios embarqués augmentera, ce qui, avec la mise en place du nouveau système de commandement et de contrôle, permettra d’accomplir plus efficacement la mission.

Le premier avion devrait être prêt et présenté à la Force aérienne au cours du premier semestre de 2020. Au total, cinq aéronefs suivront le même processus, ce qui favorisera le développement et l’intégration complète des systèmes d’ici 2022. 

L’Embraer E-99M :

Basé sur une cellule d’avion de ligne Embraer 145, l’E-99M est capable de détecter des cibles aériennes et de transmettre des informations de détection aux centres de contrôle au sol. En outre, il effectue des missions de contrôle de vol et d'alarme, avec la participation d'avions de combat. En service au sein de la FAB depuis 2002 dans le cadre des acquisitions destinées à composer le système de surveillance Amazon (SIVAM). Son radar lui permet de mener à bien des missions d’alerte rapide, y compris le contrôle des avions de chasse lors des vols de défense aérienne, la coordination des opérations de recherche et de sauvetage et la surveillance des frontières. Il emploie un radar a ouverture synthétique, Saab Microwave Systemss couplé àdes systèmes mixtes électro-optiques et FLIR ainsi que d'un scanner multi-spectral. Le système possède une capacité de traitement de signaux intelligents et des capacités C3I.

embrasser,e-99m,avion d'alerte lointaine,aew&c,fab,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

 

Photos :E-99M de la FAB @ FAB