08/08/2016

Terrorisme et incertitude économique freinent le trafic passagers !

324.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le trafic mondial de passagers pour le mois de juin, qui indiquent que la demande (mesurée en kilomètres- passagers payants - RPK) a augmenté de 5,2 % par rapport à la même période l’an dernier. Ce chiffre est légèrement en hausse, comparativement à l’augmentation de 4,8 % enregistrée en mai (taux révisé). Toutefois, en termes désaisonnalisés, la tendance à la hausse du trafic s’est atténuée depuis janvier. La capacité en juin (en sièges-kilomètres disponibles - ASK) a augmenté de 5,6 %, et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 0,3 point de pourcentage pour s’établir à 80,7 %.

« La demande dans l’industrie du voyage continue d’augmenter, mais à un rythme plus lent. Le contexte économique fragile et incertain, les bouleversements politiques et une vague d’attaques terroristes sont autant de facteurs qui contribuent à l’affaiblissement de l’environnement de la demande», a déclaré M.TonyTyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Photo : B747 @ James Carroll

13/08/2013

Un radar pour diminuer les risques aviaires !

 

 

large_avion-et-oiseaux-[1024x768]_124133.jpg

 

Les oiseaux ont inspiré l’homme dans sa quête du vol, mais ceux-ci peuvent malheureusement provoquer de graves avaries lorsqu’ il y a collision. Les impacts d’oiseaux représentent 40% des incidents aériens chaque année.

 

Chaque aéroport dispose d’une équipe chargée d’éloigner les oiseaux, en effet, les dégâts causés par des collisions entre des avions et des oiseaux coûtent des centaines de millions de francs aux compagnies aériennes et aux armées de l’air. Les statistiques de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) indiquent une moyenne de 8'458 impacts par année. On sait par expérience qu'en fait, ce chiffre est au moins quatre fois supérieur, soit près de 34'000 collisions par année, c'est-à-dire 93 impacts par jour.

L'aviation commerciale n'a pas eu à déplorer d'accidents très graves ces dernières années (le crash de l'Hudson aurait pu être autrement catasthrophique). Cependant, il convient de rester attentif à ce phénomène et de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour garantir la sécurité des avions et de leurs passagers. Toute espèce d'animaux, même de petite taille, peut être à l'origine de dommages importants sur un avion. Toutefois, il s'avère difficile de nuancer clairement si une espèce donnée constitue un danger potentiel pour l'aviation, dans son sens le plus large.

 

 

aéroports,risques aviaires,sécurité aérienne

 

 

Une nouvelle solution :

 

L’objectif étant d’éloigner les oiseaux pour permettre les atterrissages et décollages en toute sécurité, divers moyens sont utilisés aujourd’hui (pétards, images et cris de prédateurs par exemple). La société XSight qui a développé un système de détection d’oiseaux, le BirdWize, soit un logiciel pour la réduction des impacts d'oiseaux par un suivi plus efficace des menaces au niveau du sol. Le système est construit autour d'un radar à ondes millimétriques et radar de pointe avec un traitement d'image pour détecter les dangers au sol. BirdWize inclut également une bande de données complètes qui documente tous les oiseaux.

Le but étant d’alerter de manière plus rapide les équipes au sol des aéroports et permettre une intervention préventive plus efficace. Car protéger les avions, préserve aussi les oiseaux !

 

Photos : 1 le risque aviaire peut avoir de graves conséquences. 2 Dégats sur le bord d'attaque d'une aile.