29/10/2021

Vol inaugural pour le Shenyang J-35 !

shenyang j-35,fc-31,aéronavle chinoise,les nouvelles de l'aviation

Qui doutait encore de la réactivité des avionneurs chinois ? Après le J-20 biplace dévoilé il y à peine 2 jours, voici que l’avionneur Shenyang réalise le premier vol du J-35, soit la version navalisée du FC-J-31. Ce vol est doublement important, car il offre un nouvel aéronef de 5 ème génération à la Chine et plus précisément pour l’aéronavale qui va lui permettre de rattraper, ou dans une certaine mesure d’égaler la marine américaine dans ce domaine.

La première apparition publique du J-35 a eu lieu à l'exposition Air Show China 2014, l'émergence du J-35 n'est pas seulement une étape majeure dans la marche de l'industrie chinoise pour créer une aéronavale moderne, mais c'est un saut de deux générations au-delà du choix initial en vue de la construction de nouveaux porte-avions, mais du remplacement de l’actuel J-15 issus du Sukhoi 27. Dérivé direct du FC-J-31, le J-35 est doté d'une aile reconfigurée et d'un fuselage allongé qui a été optimisé par une section qui réduit la signature radar (RCS). Les ailes sont repliables et l’avion dispose d’un double engrenage avec barre de lancement, un cockpit redessiné. De plus un IRST et une échelle intégrée complète les modifications.

Mais la transformation d’un avion classique pour l’amener à être exploitable sur porte-avions n’est pas chose simple. L’avionneur chinois à dû investir des ressources importantes dans le J-35, qui pèse 22 000 livres et qui emporte ses armes dans une baie d'armes interne pour maintenir la signature furtive de l'avion. Vu de l’extérieur, le J-35 ressemble énormément au F-35 américain, ces similitudes ne sont pas étrangères aux opération d’espionnage chinois. Pour autant, le F-35 de Lockheed Martin est une machine qui pousse en direction de la nouvelle génération dans tous les domaines. Il n’est de loin pas certain, que le J-35 puisse l’égaler sur toutes les capacités, mais l’avion chinois devrait être malgré tout un grand pas en avant dans les efforts chinois pour créer une force porteuse moderne.

Le Shenyang FC-J-31 / FC-J-35

Le Shenyang J-31/35 est un chasseur de taille moyenne utilisant des moteurs russes RD-93 et à terme des moteurs chinois WS-13. L’avion reprend les entrées d’air du F-35 sans séparateur de couche du moins en apparence. On notera que les tuyères sont classiques à la différence du F-22. 

Conçu par l'Institut 601 de Shenyang et fabriqué par l'usine 112, toujours à Shenyang. Selon les premières communications de la China Aviation Industry dédiée à cet avion indique qu'il a une faible signature radar et une forte capacité en matière de contre-mesures électroniques. Il y une capacité multirôle. Les systèmes de bords permettent la fusion des données. De plus l’avion capacité en logistique intégrée et un haut ratio qualité/prix. Il peut décoller sur 400 mètres et atterrir sur 600 mètres. Sa durée de vie est estimée entre 6 et 8’000 heures de vol ou 30 ans de service.

shenyang j-35,fc-31,aéronavle chinoise,les nouvelles de l'aviation


 Photos : Chenyang FC-J-35 @ CCTV

08/07/2018

La Chine veut développer un nouveau chasseur embarqué !

FOREIGN201512281041000329665802382.jpg

Pékin veut développer un nouveau chasseur embarqué pour remplacer ses actuels Shenyang  J-15 « Flying Shark », qui sont en proie à des problèmes de sécurité et mécaniques.

Selon un rapport du South China Morning Post, citant le lieutenant-général de l'armée de l'air chinoise Zhang Honghe, un "nouveau chasseur embarqué pour porte-avions destiné à remplacer le J-15" est en cours de développement.

Le rapport poursuit en ajoutant que le type les actuel J-15, soit une copie chinoise du Sukhoi Su-33, a été impliqué dans quatre accidents et souffre d'une série de problèmes mécaniques. La flotte entière a été immobilisée quatre mois.

Il y a eu des spéculations persistantes sur le fait que l'AVIC FC-31 en développement deviendrait un avion embarqué, mais le statut de l'avion n'est pas clair. L’avionneur AVIC a suggéré qu'un acheteur étranger est nécessaire pour faire avancer le développement du l’avion.

La Chine dispose d’un porte-avions Liaoning, développé à partir d'un ancien bâtiment soviétique de classe Kuznetsov, le Varyag. Le pays a récemment lancé un navire jumeau construit localement, désigné Type 001A. Les deux sont des transporteurs à décollage court  de type « STOBAR », ce qui limite les types d'avions qu'ils peuvent transporter et leurs charges utiles.

En juin, une image est apparue sur les médias sociaux chinois, provenant apparemment d'une réunion de hauts responsables de la construction navale, d'un nouveau design de porte-avions avec trois catapultes. Le futur navire serait de type CATOBAR semblable à ceux exploités par la marine américaine.

Shenyang J-15 «Flying Shark» :

Le Shenyang J-15 «Flying Shark» est un avion de chasse embarqué sur porte-avions, dérivé du Sukhoi 33. Bien que pendant un certain temps les rumeurs faisaient état d’un appareil semi-furtif, celui-ci est en fait une copie chinoise, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de SU-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.
La Chine a activement cherché à acheter des SU-33 en provenance de Russie, à de nombreuses reprises, l’offre a été faite en mars 2009, mais les négociations se sont effondrées en 2006, après qu'il fut découvert que la Chine avait développé une version modifiée du Su-27SK désigné Shenyang J-11B, en violation des accords de propriété intellectuelle.

FOREIGN201512281041000313669887211.jpg

Photos :Le J-15 en service à bord du Liaoning@ CCTV