21/04/2018

La gamme CSéries remporte le prix du développement durable !

DZ9ROusXcAIbWFE.jpg

Bombardier a remporté un prestigieux prix aux Mercuriades dans la catégorie « Stratégie de développement durable » pour son approche d’écoconception appliquée aux avionsde la gamme  « Cseries ». Le prix a été décerné jeudi 19 avril lors du Gala Les Mercuriades devant près de 1’200 leaders d'entreprise montréalais.

Les Mercuriades est l'un des concours d'affaires les plus prestigieux du Québec. Ce concours reconnait l'innovation, l'ambition, l'entrepreneuriat et la performance des PME et des grandes entreprises. Les entreprises participantes peuvent soumettre leur candidature dans 17 catégories. Toutes les candidatures sont évaluées par un jury indépendant.

La candidature de Bombardier portait sur notre approche d’écoconception appliquée aux avions CSeries. Bombardier est le premier et le seul avionneur à avoir appliqué une approche environnementale de cycle de vie sur un avion complet.

La gamme Cséries :

Conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places, la gamme d’avions CSeriesentièrement nouvelle combine des matériaux évolués, une technologie de pointe et des méthodes éprouvées pour répondre aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. Propulsée par des moteurs PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, la gamme d’avions Cseriesoffre un avantage de 15% sur le plan des décaissements d’exploitation avec une réduction de 20% de la consommation de carburant. Avec la version optionnelle à capacité de sièges supplémentaire, la productivité de l’avion CS300 s’améliore encore, offrant aux sociétés aériennes un avantage supplémentaire moyen de 4%  sur le plan des décaissements d'exploitation par siège. La conception entièrement nouvelle des avions CSeries permet de réduire grandement leurs niveaux de bruit et d’émissions, tout en offrant une souplesse opérationnelle supérieure, des performances exceptionnelles sur piste et une autonomie de 2 950 milles marins (5 463 km). Les avions CSeries,qui seront jusqu’à 5 443 kg (12 000 lb) plus légers que d’autres avions de la même catégorie pour ce qui est du nombre de places, procureront aux passagers le meilleur environnement cabine de leur catégorie, digne d’un gros-porteur, dans un avion monocouloir.

Photo :Le séries CS100 de Swiss avant livraison @ Bombardier

 

05/03/2018

Un milliard de passagers à bord de vols utilisant des biocarburants !

2057853280.jpg

L’objectif est clair : il faut favoriser les biocarburants au sein du transport aérien en visant le milliard de passagers en vol d’ici 2025. L’Association du transport aérien international (IATA) a établi un objectif voulant que d’ici 2025, un milliard de passagers voyagent sur des vols propulsés par un mélange de carburéacteur et de carburant d’aviation durable. Cette aspiration a été exprimée à l’occasion du dixième anniversaire du premier vol propulsé par un mélange de carburant d’aviation durable (SAF) et de carburéacteur conventionnel.

Le 24 février 2008, un Boeing B747 de Virgin Atlantic a effectué un vol de Londres à Amsterdam avec du carburant d’aviation durable alimentant un de ses moteurs. Ce vol a démontré la viabilité des biocarburants « drop-in », qui peuvent être mélangés au carburéacteur traditionnel en utilisant les infrastructures aéroportuaires existantes. Les émissions de carbone d’un vol propulsé entièrement par du carburant durable pourraient être réduites de 80 %.

L’élan vers des carburants d’aviation durables est maintenant irrépressible. À partir d’un seul vol en 2008, nous avons atteint le seuil des 100’000 vols en 2017, et nous devrions porter ce nombre à un million en 2020. Mais ce n’est qu’une goutte dans l’océan, en regard de ce que nous voulons réaliser. Nous voulons que d’ici 2025, un milliard de passagers aient voyagé sur des vols propulsés par des mélanges de SAF. Cela ne sera pas facile. Il faudra que les gouvernements mettent en place des mesures pour encourager la production de ces carburants et faire en sorte qu’elle soit aussi avantageuse que la production des biocarburants pour automobiles », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

L’incitation à augmenter le chargement de SAF découle de l’engagement de l’industrie envers l’atteinte d’une croissance neutre en carbone d’ici 2020 et la réduction de moitié des émissions de carbone d’ici 2050, par rapport au niveau de 2005. Plusieurs compagnies aériennes, dont Cathay Pacific, FedEx Express, JetBlue, Lufthansa, Qantas et United, ont fait d’importants investissements en faisant l’achat à terme de 1,5 milliard de gallons de SAF. Les aéroports d’Oslo, Stockholm, Brisbane et Los Angeles mélangent déjà des SAF au carburant ordinaire. Compte tenu de cette trajectoire ascendante, on prévoit que d’ici 2025, un demi-milliard de passagers auront emprunté des vols propulsés par un mélange SAF. Mais si les gouvernements mettent en place des politiques efficientes et aident l’industrie des carburants durables à accroître sa production, il est possible qu’un milliard de passagers fassent l’expérience d’un vol SAF d’ici 2025. Les étapes à franchir pour y arriver sont les suivantes :

Faire en sorte que les SAF puissent concurrencer les biocarburants pour automobiles en mettant en place des mesures incitatives équivalentes ou majorées.

Accorder des garanties de prêt et des subventions aux usines de production.

Soutenir les usines de démonstration et les activités de recherche et de développement au sein de la chaîne d’approvisionnement.

Mettre en place des politiques harmonisées sur le transport et l’énergie, coordonnées avec les ministères responsables de l’agriculture et de la défense.

Reconnaissant que certaines sources de biocarburants pour le transport terrestre ont été critiquées pour leurs incidences environnementales, M. de Juniac a fortement insisté sur la détermination de l’industrie à utiliser uniquement des sources véritablement durables pour ses combustibles alternatifs.

« L’industrie aérienne est transparente, unie et catégorique : jamais nous n’utiliserons un carburant durable qui compromet l’équilibre écologique de la planète ou épuise ses ressources naturelles », promet-il.(source IATA)

Photo : L’un des nombreux exemples de vol au biofuel, ici un A320 Air France@ Air France

 

07/01/2018

easyJet disposera d’une flotte plus moderne et plus écologique !

5986.jpg

La compagnie « low cost » easyJet, continue de moderniser sa flotte d’avions et prendra part dans des initiatives technologiques au cours des 12 prochains mois.

A ce jour le transporteur dispose d’une flotte composée de moitié avec des avions de la famille Airbus A320. Suite à un programme de modernisation des A319 de 150 places vers de plus gros avions, qui comptent jusqu'à 186 sièges, ainsi qu'un certain nombre d'avions précédemment exploités par Air Berlin. Au printemps de cette année, la flotte entière de la compagnie aérienne dépassera 300 avions.

La compagnie aérienne prendra livraison de son premier A321neo en juillet. D'autres livraisons en 2018 porteront le nombre d'avions de type « neo » dans la flotte à 28 d'ici la fin de l'année, ce qui permettra de réduire de 15% les émissions de CO2 et de réduire le bruit de 50% par rapport aux avions qu'ils remplacent.

Partenariat avec Wright Electric :

La compagnie easyJet continuera également de collaborer avec le pionnier des avions électriques et la start-up américaine Wright Electric pour le développement d'un avion commercial entièrement électrique et prévoit de lancer le premier vol d'un avion hybride neuf places dans les 12 prochains mois.

Une nouvelle vidéo produite par Wright Electric montre les progrès de ce projet pionnier, démontrant la technologie de l'hélice contrarotative qui est l'une des innovations conduisant le développement de l'aviation électrique par Wright Electric ainsi que le système de propulsion électrique distribuée. Mais Wright Electric travaille également sur les concepts d’ailes à grand allongement pour un vol économe en énergie.

methode-times-prod-web-bin-abe493ca-a39d-11e7-8955-1ad2a9a7928d.png

A propos d'easyJet

easyJet est la première compagnie aérienne européenne offrant une combinaison unique au sein d’un réseau de routes reliant les principaux aéroports d'Europe, avec des tarifs avantageux. easyJet transporte 80 millions de passagers par an, dont environ 20% voyagent pour affaires. easyJet propose plus de 270 avions sur plus de 870 itinéraires vers plus de 130 aéroports dans 31 pays. Plus de 300 millions d'Européens vivent à moins d'une heure de route d'un aéroport easyJet.

 

electric-plane3-e1506515168279.jpg

Photos : 1 A319 easyJet @ Max Guenat 2 Concept Wright Electric @ WE

 

04/12/2017

China Airlines rejoint le programme de biocarburant !

A350-XWB-China-Airlines-first-flight-with-Sustainable-Fuel-2.jpg

China Airlines de Taïwan est devenue la deuxième compagnie aérienne à se joindre à un programme visant à utiliser un mélange de biocarburants traditionnels et durables pour alimenter ses avions Aribus. L'avion impliqué est le dixième A350-900 de China Airlines, qui a quitté aujourd'hui le centre de livraison du constructeur à Toulouse pour sa nouvelle maison à Taipei avec un mélange de 10% de carburéacteur durable dans ses réservoirs.

L'option carburant durable pour les vols de livraison a été développée par Airbus en association avec Air Total, la filiale aviation de l'opérateur énergétique mondial. Afin de stocker ce produit respectueux de l'environnement, Air Total a installé la toute première station de biocarburants adjacente au centre de livraison d'Airbus à Toulouse. Au total, 21 appareils ont été livrés par Airbus depuis l'inauguration de l'usine en mai 2016.

En plus de Toulouse, Airbus travaille actuellement à l'introduction de l'option d'utilisation de biocarburants pour les vols de livraison à partir de ses installations de Hambourg en Allemagne et de Mobile aux États-Unis. Les premières livraisons de ces sites devraient débuter en 2018. L'option sera également disponible par la suite à partir des installations de l'entreprise à Tianjin, en Chine.

Photo : A350-900 China Airlines @ Airbus/A.Doumenjou

28/09/2017

Airbus débute les essais de l’A340 BLADE !

Airbus_A340-laminar-flow-BLADE-demonstrator-first-flight-1-copie.jpg

L’avionneur européen Airbus a débuté les essais en vol de son A340 BLADE “Breakthrough Laminar Aircraft Demonstrator in Europe” ou «Demonstrateur d'avion laminaire révolutionnaire en Europe» dont le but est de viser une réduction de 50% du frottement des ailes et permettre une réduction des émissions de CO2 jusqu'à 5 % plus faibles.

L’A340 BLADE :

Ce programme d’essai basé sur une cellule d’A340 comprend les modifications suivantes : l’avion est équipé à l’extérieur de deux extensions d’ailes, représentatives d’ailes laminaires transsoniques. À l’intérieur de la cabine, a été installé un poste spécialisé très complexe pour mesurer les essais en vol (Flight Test Instrumentation ou FTI). Ces modifications du « banc d’essai volant » A340-300 ont été réalisées à Tarbes. Le chantier a nécessité 16 mois de travail et le soutien de nombreux partenaires européens d’Airbus, les principaux étant Saab Aircraft et GKN Aerospace.

Sur les ailes, des centaines de capteurs ont été installés pour mesurer l'ondulation de la surface pour aider les ingénieurs d'Airbus à déterminer leur influence sur la stabilité. C'est la première fois qu’ Airbus a utilisé une telle méthode d'essai sur un avion. D'autres premières sont l'utilisation de caméras infrarouges à l'intérieur de la puce pour mesurer la température des ailes et un générateur acoustique qui mesure l'influence de l'acoustique sur la laminarité. En outre, il existe également un système de réflectométrie innovant, qui mesure la déformation globale en temps réel pendant le vol.

L’objectif majeur du projet Blade est d’être capable de mesurer les tolérances et les imperfections qui peuvent être présentes, et de toujours maintenir la laminarité. Durant la campagne, Airbus prévoit de simuler tous les types d’imperfections de manière contrôlée, de sorte que les tolérances pour la fabrication d’une voilure laminaire puissent être complètement connues. L’A340 Blade va effectuer environ 150 heures de vol au cours des prochains mois.

A340-laminar-flow-BLADE-demonstrator-first-flight-057.jpg

 

Photos : A340 Blade @ Airbus