18/03/2019

Premier vol réussi pour un bio-kérosène révolutionnaire !

595EC852-5021-40D6-B3CA-F3CD5191266C.jpegI

Je vous propose une série spéciale sur le biokérosène et les actions menées au sein du secteur de l'industrie de l'aviation. Ce dossier a pour but de vous démontrer que contrairement à la croyance populaire et de certains médias, l'aviation n'est pas le pollueur que l'on veut bien accuser, même si il reste encore du pain sur la planche. Les essais de bio-kérosène pour l’aviation ne sont pas nouveaux. Il y a quelques  semaines, nous avons vécu une première mondiale avec un premier vol exécuté à l’aide d’un nouveau type de biocarburant à base de salicorne. Cette réalisation réussie a été organisée en partenariat avec l’avionneur américain Boeing et le transporteur des Emirats Arabe Unis Etihad Airways ainsi que le motoriste General Electric. L’avion, un Boeing B787-9 « Dreamliner » doté de moteurs GEnx-1B, s’est envolé pour un vol commercial d’Abu Dhabi à Amsterdam. 

Un nouveau biocarburant :

On doit cette réalisation à une association à but non lucratif de la Khalifa University d’Abu Dhabi, la Sustainable Bioenergy Researc (SBRC). Ce Consortium de recherche sur la bioénergie durable (SBRC) est une entité créée par le Masdar Institute et faisant partie de l'Université des sciences et technologies de Khalifa.

Des recherches ont montré que ce carburéacteur propre pouvait être produit à partir de terre du désert et d'eau de mer grâce à un processus agricole innovant. Le projet soutient les plans de diversification des Emirats Arabes Unis et de leur engagement en faveur de la durabilité.

Le vol entre Abou Dhabi et Amsterdam a marqué une étape majeure dans la mise au point d’un carburant propre et alternatif pour réduire les émissions de carbone. L'initiative aborde également la sécurité alimentaire dans les Emirats Arabes Unis à travers la culture des fruits de mer en tant qu'élément central du processus.

Les partenaires de la SBRC ont travaillé ensemble pour prouver le concept d'une chaîne de valeur complète centrée sur le système énergétique et agricole de l'eau de mer (SEAS). Il s'agit d'une plateforme industrielle synergique qui soutient le secteur de l'aviation, l'industrie pétrolière et gazière, la production alimentaire ainsi que la création d'une nouvelle alternative agricole spécifique aux Émirats arabes unis.

Le carburant durable pour ce vol a été dérivé de l'huile de plantes de Salicornia cultivée dans une ferme SEAS de deux hectares située à Masdar. Le SEAS est le premier écosystème désertique au monde conçu pour produire du carburant en eau salée. Les poissons et les crevettes élevés dans l’installation fournissent des éléments nutritifs aux plantes 

La décarbonisation de l’industrie :

La décarbonisation en profondeur des industries à forte intensité énergétique a un effet d'entraînement sur la sécurité alimentaire et l'action climatique. Les carburants aéronautiques propres et alternatifs constituent une solution innovante et durable pour réduire de manière significative les émissions nocives de carbone. Avec ce premier vol commercial, nous avons la preuve qu’aujourd’hui ce concept novateur répond aux défis de l'énergie de demain.

Cette réalisation historique de l'Université de Khalifa et de ses partenaires marque un nouveau départ pour l'utilisation du combustible propre pour l’aviation commerciale. Par ailleurs, ce nouveau carburant propre permet la mise en place d’une chaîne de valeur durable des biocarburants.

Aviation et effet de serre :

Au niveau mondial, le trafic aérien représente environ 11% de la consommation de carburant et environ 2% des émissions de CO2. Le kérosène fossile représente également le coût le plus élevé de fonctionnement pour les compagnies aériennes. La recherche de la diminution de la consommation est un but depuis plusieurs années. Avionneurs et motoristes y travaillent et ont accompli d’énormes efforts en 60 ans. Les avions de dernière génération (B737MAX, B787, B777X, A320neo, A330neo, A350) ont une consommation 70% inférieure à celle des aéronefs des années 60. Mais ce n’est pas terminé, d’ici 2025 celle-ci devrait encore diminuer de l’ordre de 5%. Si l’économie réalisée est un moteur économique pour l’aviation, l’arrivée de biokérosène en est un autre. L’arrivée prochaine de biocarburants fabriqués à partir de biomasse, plantes ou de déchets, va contribuer à améliorer nettement le bilan environnemental tout en garantissant la pérennité du transport aérien. Leur utilisation réduit de 50 à 90 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au kérosène actuel, tout en réduisant aussi, à des degrés divers et en fonction de la structure chimique du carburant de synthèse, les émissions de polluants par rapport aux carburéacteurs fossiles, oxydes de soufre et particules notamment. A terme, le prix de ces nouveaux carburants sera également abordable et moins sujet aux fluctuations du marché, garantissant ainsi une meilleur stabilité de prix et d’approvisionnement.

9449E340-85FF-409A-9576-D5940AFCD39C.jpeg

 

Photos : Le B787 « Dreamliner » d’Etihad Airways qui a réalisé ce vol @ Etihad Airways

 

 

21/04/2018

La gamme CSéries remporte le prix du développement durable !

DZ9ROusXcAIbWFE.jpg

Bombardier a remporté un prestigieux prix aux Mercuriades dans la catégorie « Stratégie de développement durable » pour son approche d’écoconception appliquée aux avionsde la gamme  « Cseries ». Le prix a été décerné jeudi 19 avril lors du Gala Les Mercuriades devant près de 1’200 leaders d'entreprise montréalais.

Les Mercuriades est l'un des concours d'affaires les plus prestigieux du Québec. Ce concours reconnait l'innovation, l'ambition, l'entrepreneuriat et la performance des PME et des grandes entreprises. Les entreprises participantes peuvent soumettre leur candidature dans 17 catégories. Toutes les candidatures sont évaluées par un jury indépendant.

La candidature de Bombardier portait sur notre approche d’écoconception appliquée aux avions CSeries. Bombardier est le premier et le seul avionneur à avoir appliqué une approche environnementale de cycle de vie sur un avion complet.

La gamme Cséries :

Conçue pour le marché en plein essor des avions de 100 à 149 places, la gamme d’avions CSeriesentièrement nouvelle combine des matériaux évolués, une technologie de pointe et des méthodes éprouvées pour répondre aux exigences des sociétés aériennes commerciales en 2013 et au-delà. Propulsée par des moteurs PurePower PW1500G de Pratt & Whitney, la gamme d’avions Cseriesoffre un avantage de 15% sur le plan des décaissements d’exploitation avec une réduction de 20% de la consommation de carburant. Avec la version optionnelle à capacité de sièges supplémentaire, la productivité de l’avion CS300 s’améliore encore, offrant aux sociétés aériennes un avantage supplémentaire moyen de 4%  sur le plan des décaissements d'exploitation par siège. La conception entièrement nouvelle des avions CSeries permet de réduire grandement leurs niveaux de bruit et d’émissions, tout en offrant une souplesse opérationnelle supérieure, des performances exceptionnelles sur piste et une autonomie de 2 950 milles marins (5 463 km). Les avions CSeries,qui seront jusqu’à 5 443 kg (12 000 lb) plus légers que d’autres avions de la même catégorie pour ce qui est du nombre de places, procureront aux passagers le meilleur environnement cabine de leur catégorie, digne d’un gros-porteur, dans un avion monocouloir.

Photo :Le séries CS100 de Swiss avant livraison @ Bombardier

 

29/11/2017

Airbus, Rolls-Royce et Siemens préparent l’avion hybride !

1511861160016.jpg

Airbus et Rolls-Royce et Siemens préparent la conception d’un avion à propulsion hybride-électrique l’E-Fan X. La plate-forme d'essai volante, sera basée sur un BAe146 de 100 places, le vol inaugural est prévu en 2020.

Trois grandes entreprises collaborent à la création de l'E-Fan X, une version de démonstration d'un avion à passagers hybride électrique qui devrait décoller en 2020. À cet égard, Siemens est en train de développer un système de propulsion électrique de deux mégawatts. Le système de propulsion prend forme dans le cadre d'un effort collaboratif Airbus-Siemens lancé en 2016. Cependant, l'E-Fan X lui-même sera développé en dehors de ce contexte.

Les trois partenaires entendent explorer les défis des systèmes de propulsion de forte puissance, tels que les effets thermiques, la gestion de poussée électrique, les effets de l’altitude et de la dynamique sur les systèmes électriques et les questions de compatibilité électromagnétique. L’objectif est de faire avancer et rendre mature la technologie, les performances, la sécurité et la fiabilité pour favoriser une progression rapide de la technologie hybride.

En outre, ce programme vise à fixer les exigences de certification future des avions à propulsion électrique tout en formant une nouvelle génération de concepteurs et d’ingénieurs, afin d’aider l’avion commercial hybride à devenir un peu plus une réalité.

Avec leur participation au programme E-Fan X, Airbus, Rolls-Royce et Siemens apporteront chacun leur expérience et leur savoir-faire dans leurs domaines d’expertise respectifs :

 

  • Airbus sera responsable de l’intégration globale ainsi que de l’architecture de contrôle du système de propulsion hybride et des batteries, et de son intégration avec les commandes de vol.

 

  • Rolls-Royce sera en charge du turbomoteur, du générateur de deux mégawatts et de l’électronique de puissance. Avec Airbus, Rolls-Royce travaillera également sur l’adaptation de la soufflante à la nacelle existante et au moteur électrique Siemens.

 

  • Siemens livrera les moteurs électriques de deux mégawatts et leur boîtier de commande électronique de puissance, ainsi que l’inverseur, le convertisseur DC/DC et le système de distribution de puissance. Ceci marquera l’apogée de la collaboration E-Aircraft Systems House entre Airbus et Siemens, lancée en 2016, et qui vise au développement et à la maturation de divers composants de systèmes de propulsion électrique et à leur démonstration avec différentes catégories de puissance.

 

1511862290891.jpg

 

Photos : le futur E Fan X @ Airbus

 

07/07/2015

Airbus Helicopters dévoile le Bluecopter !

Bluecopter+Demonstrator_Copyright+Airbus+Helicopters%2C+Charles+Abarr.jpg

 

 

Donauwörth en Allemagne, Airbus Hélicoptères a dévoilé son démonstrateur « Bluecopter » qui doit valider des technologies de pointe allant d'un Fenestron® nouvelle génération, l'amélioration de la tête de rotor, une nouvelle conception de la cellule et la gestion intelligente de la puissance moteur.

 

Le démonstrateur « Bluecopter » est directement dérivé du H135 (ex: EC135/EC635) et a déjà enregistré plus de 28 heures de vol et démontré sa faisabilité en matière de progrès, avec des technologies éco-efficientes. Avec le démonstrateur « Bluecopter », Airbus a ainsi réussi a économiser 40% de carburant réduisant de manière significative les émissions de CO2 et en réduisant le bruit à environ 10 décibels de bruit effectivement perçu (EPNdB) selon les limite de l’OACI, tout en augmentant la charge utile maximale et le confort des passagers. 

 

La diminution du bruit est issue du nouveau Fenestron® monté sur le  « Bluecopter », celui-ci dispose d’un revêtement acoustique intégré dans le linceul du fenestron, de plus,   le gouvernail actif sur la nageoire caudale contribue, ainsi à une empreinte sonore réduite.

Le nouveau système de principal rotor améliore l'efficacité opérationnelle tout en atténuant l'empreinte acoustique. Ce rotor innovant non articulé à cinq pales, dispose de lames de style BlueEdge ™ avec un diamètre augmenté, la vitesse de pointe est considérablement réduite et offre une meilleure répartition de la torsion sur toute la longueur de la pale.

 

Le démonstrateur dispose également de plusieurs mesures visant à réduire la traînée aérodynamique de l’aéronef,  y compris sur les carénages du moyeu de rotor principal et les patins d'atterrissage, un concept arrière-corps nouvellement développé et l'utilisation d'un empennage spécialement conçu avec un stabilisateur horizontal queue en T participent à l’efficacité du concept.

 

L'approche écologique est prolongée, au sein du schéma de peinture du « Bluecopter », qui a été réalisé en utilisant les dernières technologies de peinture à base d'eau.

Bluecopter-Event-2015-07-07-9373_%C2%A9_Copyright+Airbus+Helicopters+Charles+Abarr.jpg

 

Photos: 1 le H135 Bluecopter 2 Equipe de développement @ Airbus Helicopters

10/07/2011

Airbus teste la pile à combustible !

 

 

07b357f74c-1.jpg

 

 

Airbus est activement engagé dans le développement d’avions plus écologiques et l’augmentation de l’éco-efficience de sa famille d’appareils dotée de technologies avancées. L’une des technologies les plus prometteuses pour l’élimination des émissions lors des opérations au sol est la pile à combustible.

En collaboration avec son partenaire de recherche DLR, Airbus étudie le potentiel de cette technologie, son intégration dans ses appareils, et a déjà effectué avec succès en 2008 le premier essai en vol sur un avion civil équipé d’un système de pile à combustible pour alimenter les systèmes de secours de l’appareil.

Afin d’obtenir davantage de données détaillées sur le potentiel de la technologie des piles à combustible en tant que générateur de l’énergie électrique nécessaire pour les opérations avion au sol, un démonstrateur technologique construit par le DLR a été installé sur un A320, propriété du DLR, utilisé pour les essais de piles à combustible, sur le site Airbus de Hambourg. Ce démonstrateur technologique comprend une pile à combustible qui alimente un moteur électrique entraînant les roues du train avant, permettant ainsi à l’appareil de rouler de façon autonome. L’objectif de ces essais est de valider plus avant le potentiel de la technologie intégrée des piles à combustible pour alimenter les fonctionnalités futures des avions comme le roulage autonome. Les données recueillies au cours de ces essais seront analysées par Airbus et le DRL pour développer davantage l’intégration de cette technologie et les possibilités d’optimisation future.

Dans le cadre de ces activités communes de R&T, Airbus est chargé de l’architecture globale et de l’intégration de la technologie sur avion ; pour sa part, le DLR est chargé des activités de recherche de base sur la technologie de la pile à combustible pour son application dans le domaine aérospatial. Le train d’atterrissage et le moteur alimenté par une pile à combustible intégrée conçue par le DLR sont fournis par Lufthansa Technik, basée à Hambourg.

Airbus considère que la technologie de la pile à combustible est un élément essentiel pour parvenir aux objectifs ACARE 2020, qui prévoient une réduction de 50% des émissions de CO2, de 80% des émissions de NOx et de 50% du bruit perçu. Pour cette raison, Airbus recherche des partenaires industriels prêts à s’engager dans ce domaine. En outre, Airbus est très actif dans la mise en œuvre et les essais en matière de biocarburants et soutient pleinement la mise en place de chaînes de valeur de biocarburants locales dans le monde entier. Dans le cadre d’initiatives de plus grande envergure, comme la gestion du trafic aérien (ATM), Airbus coopère avec l’ensemble des organisations concernées afin de parvenir aux meilleures solutions pour les compagnies aériennes et l’environnement. Airbus joue un rôle essentiel dans le programme SESAR dont le but est d’accroître l’efficacité de l’ATM européen, et entretient des relations avec les équipes impliquées dans NEXT GEN, le projet équivalent aux Etats-Unis.

Photo : Airbus A320 test @Airbus

 

14:32 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eco-aviation, airbus, a320, pile à combustible |  Facebook | |