20/12/2018

Premier B737 MAX pour Jet Eastar !

ETJ.jpg

 

Boeing a livré le premier B737 MAX pour le transporteur Jet Eastar, ce qui en fait la première compagnie aérienne en Corée à faire fonctionner la version la plus économes en carburant et ayant la  plus longue portée de la famille « 737 ». 

« Nous sommes ravis de prendre livraison de ce B737 MAX », a déclaré Jong-Gu Choi, Président de Jet Eastar. « L'introduction du B737 MAX dans notre flotte reflète les efforts que nous déployons pour moderniser notre offre de produits et de fournir une expérience de classe mondiale à nos clients. En outre, la capacité de l'économie supérieure et à plus longue portée du B737 MAX nous permettra d'étendre notre réseau dans des marchés nouveaux et existants de manière plus efficace, ce qui nous aidera à atteindre une croissance à long terme « . 

Eastar Jet prendra livraison d'un autre B737-8 MAX plus tard ce mois, qui rejoindra la flotte actuelle de Boeing 737NG de la compagnie aérienne. 

Basé à Gimpo  aéroport international d'Incheon à Séoul, en Corée, Eastar Jet a lancé des opérations en 2007 avec 737. nouvelle génération. Depuis lors, le marché de la Corée du transporteur à faible coût (LCC) a considérablement augmenté et est devenue le plus grand marché de LCC en Asie du Nord -Est . Au cours des cinq dernières années, le segment de marché a augmenté de plus de 30 pour cent par an. Sur la base de cette croissance et l'introduction du 737 MAX 8 à sa flotte, Eastar Jet sera en mesure de se développer dans de nouveaux marchés tels que Singapour et Kuala Lumpur entre autres destinations futures.

Photo :Le B737-8 MAX de Jet Eastar @ Boeing

 

19/12/2018

Promotion des nouveaux pilotes militaires !

 

10_20150088_lay.jpg

 

Après environ 2000 jours de formation, le temps était venu pour les candidats pilotes de 2012 de recevoir leur brevet de pilote militaire durement acquis. A Locarno, le 13 décembre 2018, ils ont également été promus au grade de premier-lieutenant.

 

image.68-Brevetierung_Militrpiloten_PK12_Locarno_131218+(60+von+146).jpg

De gauche: plt Remo «Geni» Genhart, plt Fabian «Vandi» Van der Meer, plt Robin «Binio» Wenger, plt Philipp «Mülpi» Mühlemann, plt Emanuele «Fritz» Ceschi, plt Pascal «Aldi» Haldenstein, plt Nik «Nano» Neumeister, plt Silvan «Gollum» Andereggen, plt Marco «Taxi» Huber, plt Silvan «Greench» Keller, plt Mario «Zava» Zavalloni, plt Tino «Chili» Mainardi.

"Aujourd'hui on vous met les ailes", a imagé le colonel d'Etat-major général (EMG) Markus Thöni à l'ouverture de la cérémonie de promotion, qui ne s'est pas déroulée par hasard dans la Sala Sopracenerina de Locarno. Deux des douze candidats pilotes certifiés cette année sont des "ticinesi". Pour cette raison, tous les pilotes tessinois précédents ont été invités à la cérémonie. L'ambiance était comme celle d'une "réunion de classe" : des échanges animés et de nombreuses anecdotes à raconter.

Cette année, le brevet de pilote militaire a été remis à cinq candidats pour l’avion de chasse et à sept candidats pour l’hélicoptère. Leurs surnoms de bataille sont: Aldi, Binio, Chili, Fritz, Geni, Gollum, Greench, Mülpi, Nano, Taxi, Vandi et Zava. Ils sont tous titulaires d'un baccalauréat en aviation en plus de leur formation en aéronautique.

"A la base des Forces aériennes il y a des individus", a rappelé le commandant des Forces aériennes, le divisionnaire Bernhard Müller. Il a insisté sur la nécessité d'une culture de l'erreur ouverte dans les Forces aériennes. Il s'agit de partager et d'apprendre des erreurs qu'on a commises. Voler, c'est constamment réévaluer, prendre de nouvelles décisions, chercher et trouver des solutions créatives. La sécurité aérienne passe toujours en premier plan. Pour le divisionnaire Bernhard Müller ce n'était pas seulement un jour pour célébrer, mais aussi pour commémorer les camarades qui sont morts il y a 80 ans dans la Muotathal. Il a demandé aux personnes présentes de chanter la chanson "Voglio volare", issue de cet accident: l'hymne non officiel des pilotes militaires suisses.

2018: l'année du pouvoir aux femmes : 

Le commandant des Forces aériennes s'est réjoui de l'année 2018, qui a été marquée par le "pouvoir des femmes". Dans l'armée, la première femme pilote a été instruite au F/A-18 et la première femme commandant d'escadron d'hélicoptères a été sélectionnée. Sur le plan politique, Madame Viola Amherd a été élue première conseillère fédérale à la tête du DDPS lors de l'élection du Conseil fédéral de cette année et de la redistribution des départements à partir du 1er janvier 2019.

Fier de "ses" pilotes

Visiblement fier de "ses" candidats, le commandant de l'école pilotes 85, le colonel EMG Markus "Märk" Thöni, a promu les pilotes militaires professionnels et remis les brevets auprès du drapeau suisse. Ce fut un moment émouvant pour chacun des candidats et leurs formateurs. Le colonel Thöni  a également remercié leurs familles, leurs femmes et leurs amis. Ils sont un soutien important pour les pilotes en herbe sur le long chemin qui les mènera à devenir des pilotes militaires professionnels. (Source DDPS)

 

48192559_2123556154374729_1745876288536576000_n.jpg

 

Vol inaugural pour le H160 de série !

198527_1.jpg

 

Le premier hélicoptère H160 de série, sorti de la toute nouvelle ligne d’assemblage de Marignane, a effectué une démonstration en vol le 17 décembre en présence des équipes H160 en célébration des réalisations du Programme en 2018. Cet hélicoptère, qui sera livré au client de lancement Babcock en 2020, avait déjà effectué ses premiers essais en vol le 14 décembre. La livrée originale de cet hélicoptère rend hommage aux centaines de personnes qui participeront à la certification de la plateforme d’ici la fin de l’année prochaine, à la maturité industrielle du programme et à l’entrée en service harmonieuse de l’appareil à la fabrication duquel toutes ont apporté leur petite touche. Ce premier hélicoptère de série rejoindra les trois prototypes qui ont déjà accompli plus de 1 000 heures de vol pour les dernières étapes de la campagne d’essais en vol, notamment pour confirmer que les modifications introduites dans la configuration de série sont sans incidence sur l’excellente maniabilité de l’appareil. 

Le H160 : 

Le H160 est un hélicoptères bimoteurs de moyen-tonnage, capables d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plate-formes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. 

Avec 68 brevets, le H160 intègre les dernières innovations technologiques d'Airbus Helicopters visant à offrir aux passagers un confort supérieur grâce aux lames Blue Edge réductrices de bruit et à une superbe visibilité extérieure pour les passagers et les pilotes, sans oublier les fonctionnalités de sécurité supplémentaires qu'offre Helionix protection de l'enveloppe et réduction de la charge de travail du pilote. Le nouveau modèle industriel d'Airbus Helicopters, basé sur la spécialisation du site et un processus d'assemblage de composants prêt à l'emploi, qui réduit le temps de mise sur le marché du H160 à 24 semaines, offrant ainsi plus de flexibilité aux clients. Cela permettra aux clients de confirmer leur configuration de mission à un stade ultérieur en fonction des besoins du marché.

 

3885741520.jpg

Photos : 1 Le H160 de série H160 d’essais @ Airbus Helicopters

 

 

18/12/2018

Troisième Challenger 650 pour la REGA !

original.jpeg

Bombardier a fièrement livré un troisième avion Challenger 650 à Swiss Air-Rescue, soit la Rega, complétant une flotte d’avions-ambulances de dernière génération chargée du sauvetage et du rapatriement de citoyens suisses dans le monde entier. Ce trio vient remplacer la flotte d’avions Challenger 604 et témoigne de l’engagement de cette fondation sans but lucratif envers la plateforme Challenger réputée de Bombardier.

« C’est avec la plus grande confiance et la plus grande fierté que nous livrons un troisième avion Challenger 650 à nos partenaires de Rega », a déclaré David Coleal, président de Bombardier Avions d’affaires. « La confiance parce que nous savons que ces avions présentent la fiabilité si importante quand des vies sont en jeu, et la fierté de voir la plateforme Challenger configurée en avions-ambulances les plus évolués du monde. »

Bombardier dispose d’un portefeuille varié d’avions d’affaires qui peuvent être rapidement modifiés pour des missions spéciales. En l’occurrence, les trois avions Challenger 650, avec leur cabine la plus large de leur catégorie, ont été spécialement équipés de deux unités de soins intensifs de pointe, avec deux lits pour les patients. Le vol en douceur emblématique de Bombardier procure un environnement confortable durant toute mission spéciale.

bombardier aviation,challenger 650,rega,secou aérien,avion ambulance,aviation canada,les ailes du québec,nbaa,bizet,avions d'affaires,embase

Swiss Air-Rescue Rega est une fondation sans but lucratif et l’une des pionnières mondiales de l’évacuation médicale aérienne. Outre le rapatriement de patients de l’étranger avec trois avions-ambulances, Rega assure des activités de sauvetage aérien en Suisse avec une flotte de 17 hélicoptères de sauvetage. Rega a acquis son premier avion Challenger de Bombardier en 1982 et exploite des avions Challenger de Bombardier depuis.

Le Challenger 650 combine les performances éprouvées auxquelles Rega s’est fiée pendant des décennies avec les améliorations et la technologie nécessaire pour constituer la flotte de sauvetage d’une nouvelle génération. Appartenant à la plateforme d’avions d’affaires à large fuselage la plus vendue dans le monde, le Challenger 650 est l’un des biréacteurs d’affaires les plus fiables du monde, avec une autonomie impressionnante de 4 000 milles marins et une cabine plus silencieuse que jamais.

Le poste de pilotage Bombardier Vision de l’avion Challenger 650 réduit la charge de travail du pilote et peut être équipé d’un affichage tête haute évolué à vision améliorée et vision synthétique. Cette technologie de pointe rehausse grandement la conscience situationnelle et les capacités opérationnelles, particulièrement sur des pistes éloignées avec visibilité limitée.

TH8_0838-1024x683.jpg

Photos : 1Challenger 650 de la REGA 2Cockpit 3Amménagement médical @ Bombardier

17/12/2018

Japon, présentation du radar du Mitsubishi X-2 !

1051179741.jpg

Depuis quelques temps, le ministère de la Défense japonais laisse entrevoir la technologie qu’il prépare pour son programme du futur avion de combat le Mitsubishi ATD-X-2. Après avoir dévoilé des informations en ce qui concerne la motorisation, la base des futurs équipement d’armement, voici qu’il a dévoilé une matrice du futur radar AESA. L’antenne était placée sur un chariot d’essai au sol.

Cependant, sa forme et sa taille étaient similaires à celles du Mitsubishi APG-2 du Mitsubishi Heavy Industries (MHI) F-2, ce qui laisse supposer qu’elle celle-ci sera à l’essai sur l’actuel Mitsubishi F-2 actuellement en service. Ce nouveau radar sera un AESA) appelé «capteur RF multifonction», offrira une grande agilité du spectre, des capacités de contre-mesures électronique intégrée (MCE), ainsi que des mesures de supports électronique (MES), des fonctions de communication et éventuellement même les fonctions des armes à micro-ondes.

df-aesa1bradleyperrett-awstpromo.jpg

Le Mitsubishi ATD-X «Shinshin» : 

Le Mitsubishi ATD-X «Shinshin» est un prototype expérimental d’avion de combat de cinquième génération entièrement conçu au Japon. Il est développé par le ministère japonais de la défense.  Le principal entrepreneur du projet et Mitsubishi Heavy Industries (MHI). L’ ATD-X est un acronyme signifiant « Advanced Technology Demonstrator - X ». Shinshin signifie « le dieu de l'esprit ».

Ce programme a été lancé en 2009, suite au refus du gouvernement américain de vendre à l’exportation le Boeing F-22 «Raptor» en 2006.

L’ATD-X sera utilisé en tant que démonstrateur technologique et prototype de recherches pour déterminer la viabilité des technologies aéronautiques militaires avancées du Japon. L'appareil bénéficie de la poussée vectorielle tridimensionnelle: la poussée sera dirigée par trois palettes situées sur chaque tuyère, ce système a déjà été employé sur l'avion expérimental Rockwell X-31. Autre particularité, les commandes de vols électriques emploieront la fibre optique en lieu et place des câbles traditionnels, ce qui permettra un débit de données plus élevé et une immunité aux perturbations électromagnétiques. L'appareil embarquera un radar à antenne électronique (AESA). Une caractéristique encore en développement, baptisée littéralement « fonction d'auto-réparation des contrôles de vol » permettra à l'appareil de détecter automatiquement les dommages et les dégâts causés aux gouvernes de directions et d'ajuster l'utilisation des gouvernes restantes en conséquence, afin de garantir un vol stable et contrôlé.

Les spécifications de performance provisoires de l'ATD-X font états d’une masse maximale au décollage de 13.000 kg, un plafond de pratique de 65.000 pieds,un niveau maximum de Mach 2,25 (1,82 en mode supercruise) et un rayon d’action de 761 km et 2900km avec réservoirs largables. L’avion est motorisé par deux Ishikawajima-Harima Heavy Industries XF-5-1 de 10 tonnes de poussée (15 avec la post combustion) et dotés de tuyères à poussée vectorielle.

Maintien du projet :

Faute de moyens, le Japon a longement hésité sur l’avenir de son futur avion de combat, mais Tokyo semble maintenant sur la voie d’un développement définitif pour son futur avion indigène.

327EJ_X-2_nV2dVpJ.jpg

Photos : 1 ATD-X2 au roulage matrice du futur radar AESA Au décollage avec vue sur les tuyères à poussée vectorielle @ MHI