21/11/2018

La situation de la RCAF est au plus mal !

RCAF-on-watch-_CANSEC17D1_.jpg

Le vérificateur général du Canada a démoli la version de l’actuel gouvernement du Canada en ce qui concerne l’état de  vieillissement des Boeing CF-18 « Hornet » en service dans un rapport épineux qui soulève des questions sur la sécurité nationale, voire la sécurité à long terme, quant à la viabilité des avions de combat de première ligne du pays.

En parallèle au lancement d’un programme d’acquisition d’un nouvel avion de combat, le gouvernement affirme que ces cavions d’occasions supplémentaires sont nécessaires pour remédier à la pénurie de CF-18 jusqu'à ce qu'un remplaçant ultramoderne puisse être acheté et livré, un processus de longue haleine qui se déroulera jusqu'en 2032, après quoi les CF-18 auront atteint l’âge de 50 ans.

 Mais le bureau du vérificateur général est arrivé à une conclusion très différente: l'armée n'a pas besoin d'avions supplémentaires car elle ne dispose même pas des pilotes et des mécaniciens pour exploiter ce qu'elle a déjà. Le bureau déplore le manque de personnel.

"La pénurie de personnel par rapport aux techniciens signifie qu'ils n'ont pas assez de techniciens pour préparer et entretenir les avions", a déclaré aux journalistes Casey Thomas, l'auditeur principal de l'étude sur les avions de combat.

Par ailleurs selon l’étude, la Royal Canadian Air Force aura besoin de former un grand nombre de nouveaux pilotes pour assurer la relève. Hors, la capacité de formation est en baisse et ne permettra pas d’assurer la relève.

"Le rapport du vérificateur général soulignait également l'inquiétude que le gouvernement envisage de verser 3 milliards de dollars dans les CF-18 actuels et que des chasseurs australiens supplémentaires permettraient de  continuer à voler jusqu'en 2032 ne soient pas suffisants, ces fonds n'améliorant pas les systèmes de combat des avions. Sans plus d'argent, ce qui, selon certains analystes, pourrait représenter des centaines de millions, voire des milliards de dollars, la flotte canadienne d'avions de combat deviendra encore plus obsolète. 

La fausse bonne idée :

Le gouvernement Trudeau a signé un contrat pour l’achat des 18 F/A-18 biréacteurs d’occasion en Australie. Les responsables ont fixé le coût à environ 500 millions de dollars. En parallèle le gouvernement a demandé aux responsables d'examiner les options pour améliorer les systèmes de combat des CF-18 et des chasseurs australiens, ce qui impliquerait d'investir davantage d'argent dans des avions de combat vieillissants.

Le gouvernement Trudeau a insisté sur le fait qu'il faisait preuve de diligence raisonnable, mais des critiques,  notamment de nombreux officiers de l'aviation et de la défense à la retraite l'ont accusé d'essayer de contourner les règles en matière d'approvisionnement pour éviter d'acheter le F-35.

L’actuel gouvernement tente tant bien que mal d’éviter la question du F-35, soit un élément  de campagne de l’actuel premier ministre.  Mais à l’évidence, le retrait de Dassault Aviation de la pseudo nouvelle compétition montre que le Canada est indubitablement lié à son voisin US. La signature d’un protocole d’achat de l’ancien gouvernement Harper  en faveur du F-35 et les premiers fonds canadiens alloués au programme le démontre. Il faudra bine un jour que M. Trudeau avoue sa faute envers ses électrices et électeurs.

 

rcaf,canada,trudeau,cf-18 f-35,nouvel avion de combat,ailes du québec,aviation cananda,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 CF-18 @ RCAF2 F-35 @ Lockheed Martin

 

 

 

 

20/11/2018

Boeing prépare le premier vol du B777X !

777X Final Body Join_FT1_Saddle Fixture_011a.jpg

Everett , l’avionneur américain Boeing a réuni les principaux tronçons du fuselage afin de former le premier avion B777X qui prendra son envol en 2019. 

Dans une étape de production majeure appelée « corps de jointure finale, » les équipes de Boeing ont connecté les différents tronçons du futur B777X  au sein de la chaîne de fabrication de la compagnie à Everett, Wash. L’avion mesure maintenant 77 mètres du nez à la queue, ce qui en fait l’avion passagers le plus long que le fabricant a jamais produit. 

Le B777X  va devenir le plus grand biréacteur jamais construit dans le monde. L'avion offre une consommation de carburant inférieure de 12 % et des coûts d'exploitation inférieur à 10% par rapport aux avions concurrents.  Le B777X dispose des dernières technologies telles que le moteur commercial le plus économe en carburant jamais, le GE9X, et une quatrième génération du tout nouveau design d'aile composite qui fournit une meilleure efficacité. En ajoutant des bouts d'ailes pliables WINGSPAN. En outre, les bouts d'ailes pliants permettent au B777X de maintenir la compatibilité au sein des  aéroports avec la famille B777 existante.

777x-wh001-wing-folded-factory.jpg

Forte demande :

Le B777X intéresse fortement les transporteurs aériens, depuis le lancement du programme, Boeing a enregistré près de 350 commandes fermes.

Quelques dates :

Le premier avion d'essai B777X pour les essais statiques au sol a été achevé en septembre 2018. Trois avions d'essais en vol supplémentaires seront construits après le test de vol du n° 1. Le premier vol du B777X est prévu pour 2019. La première livraison est prévue pour 2020

Le B777X :

Le programme B777X a été lancé au salon aéronautique de Dubaï. Le B777X est actuellement le plus grand lancement de produit dans l'histoire de l’aviation commerciale.  Le B777-8X, une version allongée du B777-200ER (69,5m), il sera un concurrent direct de l’A350-900, avec 353 sièges. La seconde version de la gamme, le B777-9X (407 sièges), sera quant à elle une version allongée du B777-300ER (76,4m), les deux possédant un rayon d’action approchant les 15 ‘000 km. Leur particularité provient des ailes qui seront en matériaux composite, plus légers et engendrant une moindre consommation de carburant. Boeing exploite ainsi ce qu’il fait déjà avec le «Dreamliner». Boeing réfléchit également à une version à très long rayon d’action, le B777-8LX, d’une portée de 9’480 miles nautiques, soit 85 de plus que le B777-200LR actuel, ce qui permettrait, par exemple, de relier Londres à Sydney sans arrêt dans le sud-est asiatique. 

3805014750.jpg

Photos : 1L’achèvement du premier B777X 2le Wingspan pliable @ Boeing

 

Jeju Air commande 40 737MAX !

jeju air, boeing, b737max, nouveaux avions de ligne, les nouvelles de l'aviation

Séoul, la compagnie « low cost » Jeju Air a une commande portant sur 40 737-8 MAX   avec des options pour 10 jets supplémentaires. L'accord, d'une valeur pouvant atteindre 5,9 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur, est la plus importante commande jamais placée par un transporteur à faible coût coréen et reflète la demande croissante pour le voyage aérien en Corée du Sud.

« Avec la croissance du marché de l'aviation commerciale de la Corée, nous sommes ravis de franchir la prochaine étape dans l'expansion de nos activités avec le 737 MAX, un avion de classe mondiale qui nous permettra d'améliorer notre fonctionnement et de continuer à offrir une expérience agréable et sécuritaire pour nos passagers « , a déclaré Lee Seok-Joo, président-directeur général de Jeju Air.

Jeju Air, basée sur  l'île de Jeju en Corée du Sud a commencé en 2005 à fonctionner en tant que premier transporteur à faible coût du pays. Depuis ce temps, le transporteur a dirigé le développement rapide du marché de la Corée  et a contribué à l'expansion de l'industrie de l'aviation commerciale plus large coréenne. Jeju Air dessert 60 routes nationales et internationales avec environ 200 vols quotidiens. Le transporteur est membre fondateur de Valeur Alliance, le premier transporteur panrégional à faible coût formé avec huit compagnies aériennes basées en Asie.

 

Avec les nouveaux avions, Boeing Global Services fournira à  Jeju Air avec des outils numériques pour réduire leurs coûts d'exploitation. Les solutions comprennent le programme Dashboard de carburant, ce qui permet aux opérateurs de regarder à travers leur flotte et d'identifier les domaines où ils peuvent optimiser leurs dépenses de carburant.

 

Photo : B737 MAX aux couleurs de Jeju Air @ Boeing

 

 

19/11/2018

La Finlande entame les discussions avec les avionneurs en concours !

 

ILMAVE_HN AG varustuksessa_20150812.jpg

La Finlande a entamé les négociations avec les cinq candidats potentiels pour le concours H-X visant à remplacer la flotte de 62 avions de combat  Boeing F/A-18C/D actuellement en service. Le chef de projet Lauri Puranen, a déclaré que les cinq candidats étaient maintenant invités à participer au "dialogue préalable à la candidature".

Selon lui, cela devait permettre aux deux parties de mieux comprendre les paramètres du contrat et la compensation industrielle proposée pour l'industrie finlandaise. En effet, selon la demande du gouvernement finlandais, il existe une obligation de participation industrielle au programme HX Fighter: le programme HX prévoit l'obligation pour les soumissionnaires de participer à l'industrie à un minimum de 30% de la valeur totale du marché. Cela suffira à garantir l'implication significative de la branche de production nationale, à garantir une sécurité d'approvisionnement suffisante et à renforcer les assises technologiques et industrielles de la défense en Finlande

Les cinq candidats :

On retrouve une nouvelle fois les grands classiques du moment, avec le Lockheed-Martin F-35 «Lightning II», le Saab JAS-39 Gripen E MS21,  l’Eurofighter «Typhoon II» T3A/B Block20 et le Dassault Rafale F3-R, ainsi que le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le Parlement finlandais a décidé qu'il dépenserait jusqu’à 7 à 10 milliards d'euros pour l’achat de nouveaux avions, ce qui fera de cette acquisition le plus gros achat jamais effectué par la Finlande.

Situation des candidats :

Peu d’information a transpirés jusqu’ici en ce qui concerne les offres et la qualité de celles-ci. Cependant, comme il fallait s’y attendre, les avions en course sont très proches les uns des autres du point de vue technique. Selon le ministère finlandais de la Défense, les premières évaluations montrent qu’il n’y pas de favori parmi les candidats et qu’aucun des candidats n'a un statut meilleur ou pire qu’un autre.

Par ailleurs, les avionneurs ont pris très au sérieux la demande finlandaise  et se sont efforcés jusqu’ici de fournir à la Finlande le meilleur package global possible.

La suite du programme :

Des offres préliminaires sont attendues pour la fin janvier 2019, les offres améliorées ayant abouti à une décision finale en 2021. Les livraisons devraient débuter en 2025.

Les grandes lignes du projet :

Le gouvernement finlandais a créé un groupe de travail industriel chargé d'identifier les opportunités de sous-traitance et de co-investissement pour les entreprises locales du secteur de la défense, des technologies de l'information et de la sécurité associées le programme HX. L’initiative gouvernementale vise à mettre en contact les entreprises finlandaises de technologie de pointe avec les possibilités de coopération en matière de sous-traitance et d’investissement dans le cadre des contrats HX-FP.

Le ministère de la Défense devrait assurer la liaison avec les forces de défense finlandaises afin de déterminer comment les sociétés nationales peuvent optimiser leur avantage technologique individuel pour remporter des contrats liés aux besoins de maintenance du cycle de vie des chasseurs.

En particulier, le ministère de la Défense souhaite constituer un vivier d'experts dans les domaines technologiques spécialisés nécessaires à la maintenance et au service des nouveaux avions de combat, en plus de leurs armes et de leurs systèmes d'information.

La Finlande cherche à élargir ses relations de défense avec les États-Unis et d’autres partenaires potentiels.

La Finlande a besoin d'un nombre suffisant soit égal au nombre actuel d’avions, dotés d'une vitesse, d'une portée et d'une puissance de feu suffisantes. Le nombre et les capacités des combattants doivent être suffisants pour pouvoir opérer dans tout le pays, même pendant de longues périodes.

Les opérations aéroportées, la protection de cibles d'importance nationale et les frappes air-sol sont essentielles à la mise en œuvre des opérations des forces de défense. Pour effectuer ces tâches, il faut au moins le nombre actuel de combattants multi-rôles.

Les combattants à rôles multiples jouent un rôle important dans la défense de la Finlande.Ils constituent un moyen de dissuasion pour le recours à la force par l'armée ou une attaque contre la Finlande.

En temps normal, les combattants sont utilisés pour surveiller et sécuriser l'intégrité territoriale de la Finlande. Les chasseurs multirôles protègent l'espace aérien finlandais et défient la suprématie aérienne de l'ennemi. Le contrôle de l'espace aérien finlandais est important, sinon la société sera à la merci des attaques aériennes de l'ennemi.

Les combattants protègent les troupes des forces de défense contre les menaces aériennes. Ils permettent de disperser la flotte de chasseurs et de protéger les unités lors de la mobilisation.

Les capacités des combattants polyvalents en matière de frappes air-sol et air-mer, ainsi que les capacités de surveillance et de renseignement apporteront une valeur ajoutée non négligeable à notre système de défense. Ces capacités vont ralentir et affaiblir l'ennemi et s'attaquer à leurs vulnérabilitéscritiques.

De nombreux facteurs influereont sur la décision finale. Les éléments suivants ont été définis comme des domaines d’importance clé pour la prise de décision:

  • Capacités : La capacité du système à gagner des combats.
  •  Pouvons-nous nous permettre d'acheter, d'utiliser et de développer le système tout au long de son cycle de vie?
  • Sécurité d'approvisionnement et rôle de la branche de production nationale. La facilité d'utilisation du système en temps de paix et de guerre.
  • Impacts de la politique de sécurité et de défense.Impacts potentiels de la sélection sur la coopération de la Finlande en matière de sécurité et de défense.

412896217.jpg

Photos : 1 Hornet finlandais @ Ilvoimat 2 les concurrents @ Gérard Famérée

Vol inaugural pour l’ACJ320neo !

ACJ320neo-1st-flight-16-Nov-18.jpg

Le premier ACJ320neo (Airbus Corporate Jet)a effectué avec succès un premier vol de deux heures et quarante minutes au départ d'Hambourg ce 16 novembre. Ce programme-test a démarré dans de bonnes conditions.

Issue de la célèbre famille d’avions de ligne A320neo, dont environ 500 sont des services aériens, la version ACJ comprend des fonctionnalités telles que des réservoirs de carburant supplémentaires dans la soute qui offriront une gamme encore plus étendue d’intercontinental, ainsi qu’une pression accrue de la cabine pour un meilleur confort des passagers.

Ces fonctionnalités sont testées avant la livraison de l'avion à Acropolis Aviation dans les mois à venir. L’avion passera ensuite à l’équipement de la cabine par AMAC à Bâle, en Suisse, et sera repeint aux couleurs du client 

«Le premier vol de l’ACJ320neo marque le début d’une nouvelle ère pour les avions d’affaires Airbus, offrant une amélioration de la portée qui permet de voyager sans escale entre encore plus de villes, dans ce qui est largement reconnu comme la meilleure cabine de tous les avions d’affaires», a déclaré le président de l’ACJ, Benoit Defforge. "L’amélioration de la consommation de carburant de la famille ACJ320neo signifie également qu’elle se compare encore plus avantageusement en termes de coûts d’exploitation aux avions d’affaires traditionnels", at-il ajouté.

Grâce aux améliorations continues, la famille ACJ320 comprend désormais l’ACJ319neo, avec huit passagers à 6 750 nm / 12 500 km ou plus de 15 heures, et l’ACJ320neo, avec 25 passagers à 6 000 nm / 11 100 km ou plus de 13 heures.

 

Photo :L’ACJ320neo lors de son vol inaugural@ Airbus