21/08/2020

Washington envisage bien de vendre des F-35 aux EAU !

hywnde3fjla21.jpg

Je vous en parlais hier, la vente possible de F-35 aux EAU semble bien devenir le nouveau feuilleton du moment. Le président Donald Trump a déclaré que les États-Unis envisageaient de vendre des avions de combat américains F-35 aux Émirats arabes unis malgré les objections israéliennes.

Le président américain a déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche que les Emiratis avaient exprimé leur intérêt à acheter "un certain nombre" d'avions de combat furtifs. Il a déclaré qu'une telle vente était "à l'étude" étant donné la nouvelle dynamique entre Israël et les Emirats Arabes Unis depuis que les deux nations ont convenu de normaliser leurs relations la semaine dernière.

Du rififi à Tel Aviv :

Dans un premier temps les israéliens par l’intermédiaire du premier Ministre Netanyahu auraient vaguement acquiescés en faveur de cette vente. Mais ce semblant d’accord aurait été exécuté dans le dos de l'establishment de la défense israélien et a gardé le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, tous deux anciens chefs militaires, dans l'ignorance.

Hier soir, c’est un autre son de cloche qui est apparu avec une totale opposition du premier Ministre Netanyahu. Celui étant opposé à la vente malgré l'accord historique des Émirats arabes. Le maintien de la suprématie militaire régionale d'Israël est une caractéristique de la politique israélienne depuis des décennies, et Israël a utilisé ses liens étroits avec Washington pour s'assurer que certaines armes sophistiquées ne sont pas vendues aux pays voisins.  

Cette réaction semble du coup refroidir l’engouement de la signature du traité de Paix du côté israéliens. On ne sait pour l’heure comment les EAU vont réagir à un « véto » israélien et comment les USA vont pouvoir se sortir de ce qui ressemble à un bel embrouillamini ?

Photo : F-35 survolant le désert@ USAF

 

Enter air commande des B737-800 !

NDF18-1128-042-hi-res.jpg

La compagnie polonaise Enter air a annoncé cette semaine vouloir étendre son engagement envers la famille « 737 » avec une nouvelle commande de deux avions B737-800 ainsi que des options pour deux autres appareils.

Opérateur entièrement lié à l’avionneur américain Boeing et plus grand transporteur charter de Pologne, Enter Air a commencé ses opérations en 2010 avec un seul avion de type B737. Aujourd'hui, la flotte de la compagnie aérienne comprend 22 B737 de nouvelle génération et deux B737 MAX. Lorsque le nouveau contrat d’achat sera pleinement exercé, la flotte de B737 MAX d’Enter Air passera à 10 avions.

« Malgré la crise actuelle, il est important de penser à l'avenir. À cette fin, nous avons convenu de commander d’appareils B737-8 supplémentaires. Suite aux contrôles rigoureux que subit le B737 MAX, je suis convaincu qu'il sera le meilleur avion du monde pour de nombreuses années à venir », a déclaré Grzegorz Polaniecki, directeur général et membre du conseil d'administration d'Enter Air.

Enter Air et Boeing ont également finalisé un accord pour faire face aux impacts commerciaux découlant de l'échouement de la flotte de B737 MAX. Bien que les détails de l'accord soient confidentiels, l'indemnisation sera fournie sous plusieurs formes et échelonnée sur une période de temps.

Photo : B737-800 Enter air @ Boeing

20/08/2020

L’A400M peut enfin ravitailler les hélicoptères !

Copyright-DGA-1.jpg

Elle était attendue cette capacité de l’Airbus A400M « Atlas » pour le ravitaillement en vol des hélicoptères. Jusqu’alors, seuls des essais de contact « sec » en vol avaient été réalisés, afin d’évaluer le comportement aérodynamique des appareils et de vérifier la faisabilité des contacts entre la perche de ravitaillement de l’hélicoptère et le panier du tuyau de ravitaillement de l’A400M.

Campagne réussie :

Cette fois, la campagne d’essais, menée du 20 au 31 juillet 2020 avec un A400M d’Airbus et un H225 « Caracal » de l’escadron d’hélicoptères EH 1/67 « Pyrénées » de Cazaux mis à disposition par l’armée de l’Air, avait pour objectif de transférer du carburant entre les deux appareils afin d’évaluer le domaine de vol et les performances de ravitaillement.

Coté Caracal, cette campagne va permettre d’ouvrir la capacité opérationnelle au ravitaillement par A400M en plus de celle par KC130J de l’armée de l’Air. Coté A400M, l’avion est déjà apte à ravitailler des avions de chasse comme le Rafale ou des gros porteurs comme le C-130 ou même un autre A400M. Cette campagne prépare l’ajout de la capacité de ravitaillement des hélicoptères, prévue pour 2021. Elle fait partie des dernières capacités restant à qualifier au titre du standard final de l’avion attendu en 2022.

Le centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol a supervisé la réalisation de ces essais, dans le respect des mesures sanitaires particulières. L’A400M et le Caracal ont été mis en œuvre par des équipage mixtes DGA/Airbus.

Fin d’un calvaire :

Cette réussite signe la fin d’un calvaire pour l’A400M qui a connu une période de turbulences particulièrement difficile. Des voix se sont mêmes élevées chez nos voisins français pour dire qu’il fallait « oublier » la capacité de ravitaillement des hélicoptères en vol. La solution du problème des turbulences causées par les hélices de l’A400M a été trouvée une modification des tuyaux de ravitaillement.  Auparavant, les tuyaux de ravitaillement en vol, ceux qui se trainent derrière les ravitailleurs, mesuraient environ 24 mètres de long. Aujourd'hui, ces mêmes tuyaux ont été allongés et mesurent maintenant environ 37 mètres. Ce qui représente une différent positive de 13 mètres. Avec cet allongement, l'hélicoptère ravitaillé ne se trouve plus sous l'influence des turbulances des hélices. 

Les essais ont été effectués entre 1’000 et 10’000 pieds à une vitesse de vol, très basse de 194 km/h, et ont confirmé les résultats positifs des précédents vols de proximité effectués au début de l'année.

Copyright-DGA-4.jpg

Photos : Ravitaillement avec un A400M d’un H225M Caracal, un H160 est également testé  @ DGA

 

Des F-35 pour les EAU ?

WhatsApp_Image_2019-07-14_at_19.36.42-640x400.jpg

La normalisation des relations entre les Emirats Arabes Unis (EAU) et Israël permettra-t-elle à Washington de vendre des F-35 ? La question est ouverte. Selon plusieurs journaux israéliens parus ce mercredi, la normalisation entre les deux pays permettrait d’ouvrir la voie à un l'accord négocié par les États-Unis la semaine dernière qui comprenait un libellé pour fournir à la nation arabe du Golfe des systèmes d'armes avancés, y compris des F-35 américains.

Il semble le premier ministre israéliens Netanyahu a donné son approbation à l'accord sur les armes entre les États-Unis et les Émirats arabes unis dans le cadre de l'accord visant à former des relations diplomatiques israélo-émiriennes, un développement qui pourrait voir l'avantage militaire d'Israël dans la région sensiblement compromis.

Il semble donc, que les Émirats arabes unis seraient depuis longtemps intéressés par l'acquisition d'avions de combat F-35 de fabrication américaine et de drones d'attaque comme ceux que possèdent les Israéliens.

Discorde politique en Israël ?

De son côté, le Premier ministre suppléant Benny Gantz a semblé remettre en question cette décision en affirmant vouloir maintenir à tout prix l'avantage militaire qualitatif d'Israël dans la région. Bref, il semble que rien n’est encore fait, mais que des tractations de couloirs se déroulent en ce moment en vue d’une possible vente d’armes américaines. Cette question brûlante est également au menu des discussions au sein de l’Etat Hébreu qui joue ici une carte politique sans précédent dans la région.

Les Etats-Unis ont joué une carte importante dans les négociations entre les deux frères-ennemis avec comme contrepartie l’objectif d’une importante vente d’armes aux EAU brûlant du même coup les espoirs européens de venir se placer à nouveau dans le petit Émirats.

Le vrai du faux ?

20.08.20 Dans un communiqué le gouvernement israéliens semble maintenant vouloir réfuter toute autorisation de vente du F-35 aux EAU. . Mais de son côté l'Emirat confirme être en discussion sur une telle vente. Les services diplomatiques de la Maison Blanche ont-ils été un peu trop optimistes sur ce dossier, élection en cause ? Vrai ou faux, ce petit feuilleton risque bien de faire parler de lui durant les prochaines semaines.

Rappel : 

Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé jeudi l'accord négocié par les États-Unis, affirmant qu'ils établissaient des relations diplomatiques complètes en échange du gel des plans d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie. Israël avait auparavant prévu d'aller de l'avant unilatéralement avec l'annexion de la vallée du Jourdain et des colonies, sur la base du plan de paix américain.

L'accord fait des Émirats arabes unis le troisième pays arabe, après l'Égypte et la Jordanie, à avoir des relations diplomatiques pleines et actives avec Israël. La déclaration conjointe de jeudi a déclaré que des accords entre Israël et les EAU étaient attendus dans les semaines à venir concernant des questions telles que le tourisme, la sécurité et le commerce.

Suite à la signature de l’accord, les EAU ont autorisé les avions civils israéliens à traverser leur espace aérien, une grande première dans la région.

Lockheed Martin en position de force:

Si le contrat se concrétise, le F-35 viendra renforcer la flotte de F-16 des EAU. Le pays avait créé la surprise en 2013 en choisissant encore ue fois le Lockheed-Martin F-16E/F « Desert Falcon » Block60 comme avion de combat. Le contrat prévoyait l’acquisition de 25 F-16 pour un montant estimé à 5 milliards de dollars. Il s’agissait d’une seconde tranche de cet avion, qui équipe déjà l’armée de l’air des EAU. La Force aérienne des EAU connait bien le F-16, qu’elle en utilise depuis les années 2000, avec 54 F-16E Block 60 et 24 F-16F Block60.

En paralèlle, le pays a modernisé ses Mirage 2000, mais semble définitivement tourner le dos au Rafale.

Photo : F-35 dans le désert israélien @ IAF

 

 

 

 

 

19/08/2020

2021, un nouveau commandant pour les Forces aériennes !

gosimg10IA02c001d5808080b3000012014izf.jpg

Le 30 juin 2021, l'actuel commandant des Forces aériennes, le général de division Bernhard Müller, prendra sa retraite anticipée. Son successeur sera le chef de projet du nouvel avion de combat, le Colonel i Gst Peter Merz « Pablo », pilote militaire, instructeur de vol et ancien commandant de la base de Meiringen. 

Peter Merz, 52 ans, a terminé un apprentissage de mécanicien de camions avec une école secondaire professionnelle. Le colonel i Gst Peter Merz s'est joint à l'escadron de surveillance de la Force aérienne en 1990 et a terminé l'école de pilote militaire professionnel. De plus, en 1996, il a terminé avec succès sa formation au lycée technique (HTL). dipl. Ingénieur FH. Depuis lors, le colonel i Gst Merz a été employé comme pilote militaire, instructeur de vol et plus tard dans divers postes de direction militaire. Le 1er janvier 2018, il est nommé chef de projet de la New Combat Air Force (NKF).

Photo : Col Peter Merz « Pablo » @ DDPS