13/03/2021

Investment 777 Partners commande 24 Boeing B737 MAX !

45.jpeg

Boeing et la société d'investissement privée 777 Partners ont annoncé vendredi un accord pour ajouter 24 avions de type B737-8 MAX au portefeuille diversifié d'aviation de la société, avec des droits d'achat pour 60 avions supplémentaires. La société basée à Miami placera les avions monocouloirs avec son portefeuille croissant d'investissements dans les transporteurs à bas prix dans le monde entier.

En plus de la location d'aéronefs, 777 Partners investit stratégiquement dans une multitude d'activités aéronautiques, des transporteurs en exploitation aux solutions axées sur la technologie. La stratégie du secteur du voyage de la société est largement axée sur des solutions innovantes pour l'interligne, la connectivité des passagers et la création de nouveaux canaux commerciaux pour ses investissements et ses clients dans les compagnies aériennes.

La société 777 Partners a acquis la réputation d'investir sur des marchés à forte croissance, il s'agit d'une commande importante qui témoigne de la croyance de 777 Partners dans le B737-8 MAX et la reprise du marché à venir.

Le B737-8 MAX peut parcourir 3’550 miles nautiques, soit environ 600 miles de plus que son prédécesseur. Cette capacité supplémentaire permet aux compagnies aériennes d'offrir de nouvelles routes plus directes aux passagers. Le B737-8 MAX réduit la consommation de carburant et les émissions de CO 2 de 16% par rapport aux avions qu'il remplace, et ce rendement énergétique supérieur signifie des coûts d'exploitation inférieurs et une empreinte environnementale plus faible. Chaque avion est équipé du nouveau Boeing Sky Interior, mis en valeur par des parois latérales et des fenêtres sculptées modernes, un éclairage LED qui améliore la sensation d'espace et de plus grands bacs de rangement pivotants.

Photo : B737-8 MAX @ Brandon Farris

12/03/2021

L’USAF a accepté le premier F-15EX « Advanced Eagle » !

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

L'US Air Force a pris livraison le 10 mars dernier du premier F-15EX « Advanced Eagle » n° 001 de Boeing et va bientôt commencer à tester le nouvel appareil. L'USAF a approuvé l'acceptation du premier F-15EX dans les installations de la société à Saint-Louis. L’appareil s’est envolé pour la base aérienne d'Eglin en Floride.

« C’est un grand moment pour l’armée de l’air », a déclaré le colonel Sean Dorey, directeur du programme F-15EX de l’USAF. « Avec sa grande capacité d'armes, son épine dorsale numérique et son architecture ouverte, le F-15EX sera un élément clé de notre flotte de chasseurs tactiques et complétera les actifs de cinquième génération. En outre, il est capable de transporter des armes hypersoniques, ce qui lui confère un rôle de niche dans les futurs conflit ».

La livraison du F-15EX par Boeing intervient un peu plus d'un mois après le vol inaugural de l'avion le 2 février dernier. Un deuxième avion doit arriver à Eglin le mois prochain, et les six autres appareils du premier lot s'envoleront pour Eglin au cours de l'exercice 2023 pour les tests opérationnels.

L’USAF a passé sa première commande de F-15EX en juillet 2020, attribuant un contrat pour le premier lot de huit appareils. L'ensemble du programme a une valeur plafond de 23 milliards de dollars. Il est prévu d'acheter au moins 144 F-15EX pour remplacer la flotte de F-15C/D, qui a en moyenne 37 ans et commence à subir des tensions structurelles. Cependant, le contrat comporte des options qui permettraient a l’USAF d'acheter jusqu'à 200 appareils.

Le deuxième lot de F-15EX est prévu pour la livraison au cours de l'exercice 2024 à la base de la Garde nationale aérienne de Kingsley Field, dans l'Oregon, qui servira également de site pour la formation des F-15EX. Le troisième lot sera livré à Portland ANGB dans l'Oregon au cours de l'exercice 2025, la 142e escadre de la base devenant la première unité opérationnelle à piloter l'avion.

Le projet F-15EX « Advanced Eagle » :

3887542721.jpeg

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes. 

Capacité d’emport phénoménale :

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7 000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

Un nouveau moteur :

Le moteur F110-GE-129 de General Electric est le seul moteur testé, intégré et certifié pour le F-15EX fly-by-wire. En 2014, GE a commencé à investir des ressources et s'est engagé à long terme à soutenir le F-15EX. Grâce à des insertions de technologies clés éprouvées issues des programmes de moteurs commerciaux de GE, SLEP met à niveau les composants critiques, notamment la chambre de combustion, la turbine haute pression, le compresseur et l'augmentation. Ces améliorations se combinent pour prolonger la durée de vie. La version du F110 destinée au F-15EX va réduire les coûts d'exploitation, augmenter la fiabilité et améliorer la sécurité. Le programme est conçu pour fournir une augmentation significative avec une amélioration de 25% du coût par heure de vol et une extension de 50% des inspections de phase moteur. 

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : 1 Le F-15EX n°001 en route pour Eglin 2 Cockpit 3 Capacité d'emport @ Boeing 4 F-15EX n°001 @ S.King

11/03/2021

Vol inaugural pour le premier F-35 destiné au Danemark !

158771359_4134888659856853_2465806888450934427_o-1068x712.jpg

Cette semaine le premier avion de combat Lockheed Martin F-35A « Lightning II » destiné au Danemark, n° L-001, a effectué son vol inaugural à Forth Worth. Le Danemark est le cinquième pays européen et membre de l’OTAN à avoir opté pour le F-35A.

Le L-001 va maintenant passer par une série de tests complets pour s'assurer que tous les systèmes de l'avion fonctionnent correctement. Entre autres, il couvre un large éventail de tests logiciels, où tous les systèmes mécaniques et électroniques de l’avion sont testés. Le L-001 devrait être livré à la Royal Danish Air Force en avril et sera transféré sur les installations de Luke Air Force Base, en Arizona, plus tard cette année pour la formation des pilotes et du personnel de maintenance. Les F-35 arriveront au Danemark en 2023 et seront basés sur l’aérodrome de Skrydstrup de la Royal Danish Air Force (RDAF) dans le sud du Jutland.

Rappel :

C’est au mois de mai 2016 que le ministère de la défense et le gouvernement du Danemark ont ​​recommandé la sélection du Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » comme futur avion de combat pour le pays. Cette décision fait suite à une réévaluation. La décision finale a été annoncée par le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen et le ministre de la Défense Peter Christensen. Trois appareils étaient concernés, l’Airbus DS Eurofighter, le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » et le Lockheed-Martin F-35.

Pas assez d’avions et trop cher : 

Selon le National Audit Office, le ministère de la Défense du Danemark a été trop optimiste pour calculer ce que les avions de combat F-35 pourront faire, par exemple, en termes d’heures de vol. Les 27 Lockheed-Martin F-35A ne pourront purement et simplement pas compenser en termes de dotation minimale la flotte actuelle de 44 F-16. Pour mémoire le Danemark avait acheté 77 F-16A/B et en avait modernisés 47 au standard MLU.

Dans le même temps, il existe un risque important que le coût total de l’acquisition dépasse les 66 milliards de l’ensemble de la durée du programme, soit 30 ans.

Pour la Force aérienne du Danemark, une future flotte de 27 F-35 ne permettrait pas de résoudre les tâches promises et le Danemark se retrouvera avec une Force aérienne plus faible qu’aujourd’hui.

Selon le professeur de politique internationale de l'Université de Copenhague Ole Wæver, le Danemark pourrait être contraint d'acheter plus d'avions de combat ou de réduire le nombre de tâches. L'expert en défense Peter Viggo Jakobsen, de l'Académie de la Défense, critique le ministère de la Défense pour avoir « reculé » afin de s'assurer que le F-35 puisse remporter la compétition sur deux autres avions en concurrence. 

Des marquages colorés :

Ce qui marque avec les premières photos du L-001 vient de la coloration des cocardes de l’avion. Habituellement, les F-35 sont dotés de cocardes dites « basse visibilité ». Mais le Danemark en a décidé autrement et veut que ses couleurs puissent être arborées de manière colorée.

image-169FullWidth-c2be41f2-1773078.jpg

Photos : le premier F-35A de la RDAF @ RDAF

10/03/2021

Vol inaugural pour le Falcon 6X !

1615395174258.jpeg

Dassault Aviation a procédé dans l’après-midi au vol inaugural de son nouveau jet d’affaire le Falcon 6X. L’avion a décollé à 14 h 45 heure locale depuis les installations de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Ce vol lance ainsi la phase d’essais en vol du 6X. La certification et la mise en service sont prévues pour 2022.

Ce premier vol d’une durée d’environ deux heures et 30 minutes a permis de tester les qualités de maniement, la réponse du moteur et les systèmes clés tout en montant à 40’000 pieds et atteignant Mach 0,80.

« Le vol d’aujourd’hui est un autre jalon dans l’histoire de Dassault, rendu encore plus satisfaisant par les efforts remarquables de l’ensemble de l’organisation Dassault et de ses partenaires au cours de l’année écoulée », a déclaré Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. « Nous dédions l’exploit d’aujourd’hui à Olivier Dassault, décédé tragiquement dimanche. Olivier était un pilote de Falcon qui incarnait parfaitement la passion sans bornes de sa famille pour l’aviation. »

Après le premier vol d’aujourd’hui, le Falcon 6X N 1 se rendra au centre d’essais en vol de Dassault sur la base aérienne d’Istres-Le Tubé près de Marseille pour poursuivre le programme d’essais en vol. Il sera rejoint par les N 2 et N 3 « dans les mois à venir », a précisé l’avionneur.

Le Falcon 6X :

Dassault Aviation a remporté un prix de la part du prestigieux International Yacht & Aviation Award pour la décoration intérieure du Falcon 6X. Dassault Aviation a travaillé en vue d’offrir une nouvelle référence de confort et d’espace pour son Falcon 6X. La conception sensorielle gère l'air, la lumière et le son de manière innovante pour maximiser la santé et le bien-être. Dans le Falcon 6X, la sélection des matériaux, des textures et des finitions, la disposition des meubles et du mobilier, la définition de l'éclairage intérieur et des couleurs et la conception des contours de la cabine ont été travaillé dans un respect d’harmonie. Les lignes fluides et ininterrompues de la cabine, la conception de mobilier innovante, les surfaces et la technologie encastrée offrent un intérieur confortable et sans encombrement conçu pour améliorer la sensation d'espace et faciliter la productivité et la détente pendant les longs voyages intercontinentaux.

Pour se faire, les équipes de Dassault se sont concentrées sur le bien-être du passager. Avec une hauteur de cabine de 1,98 mètre tandis que ses principaux concurrents ont une hauteur de cabine de 1,88 mètre et 1,91 mètre. En termes de largeur, le 6X arrive encore une fois au sommet avec une largeur de 2,58 mètres contre 2,44 mètres et 2,49 mètres. Les innovations concernent également la pressurisation pour correspondre à l'air à 3 ‘900 pieds lorsque l'avion est en croisière au FL41. Le Falcon Connect, soit la solution de l’avionneur en matière de connectivité permet aux passagers de travailler en vol, et d’accéder à une « suite tout-en-un de services et d’applications ». La cabine peut accueillir 16 passagers dans trois salons distincts, offrant de la place pour de multiples configurations, y compris une grande entrée, une aire de repos pour l'équipage et un spacieux salon arrière. 

356181681.jpg

L'aile, spécialement conçue pour lisser les éventuelles turbulences, est équipée d'un flaperon (un hybride de volet et d'aileron), une surface de contrôle habituellement utilisée dans les avions commerciaux. Cela donne au 6X un bord de contrôle supplémentaire pendant l'approche. 

En ce qui concerne la motorisation, Dassault Aviation a opté pour le moteur « Pure®Power » PW812D de Pratt & Whitney Canada. Le moteur « Pure®Power » PW812D offre une puissance de 13'000 à 14’000 lb. Équipés d'un ventilateur monopièce à faible maintenance et d'une chambre de combustion « Talon » à réduction d'émission, les moteurs « Pure®Power » de la famille PW800 offrent la plus grande efficacité, une fiabilité et facilité de maintenance reconnue et ont accumulé plus de 20’000 heures d'essais à ce jour.

En ce qui concerne l’avionique, l’avion dispose du nouveau poste de pilotage EASy III de troisième génération. Il est livré avec un équipement complet, y compris le pack de vol électronique FalconSphere II de Dassault et le système de vision révolutionnaire FalconEye Combined Vision System, le premier écran tête haute pour combiner des capacités de vision améliorée et synthétique.

Le Falcon 6X a une vitesse de pointe de Mach 0,90 et une portée maximale de 5’500 milles marins (10’186 km), plus longue que tout autre avion de sa catégorie. Il peut voler directement de Los Angeles à Genève, de Pékin à San Francisco ou de Moscou à Singapour à une vitesse de croisière longue distance. Il peut également relier New York à Moscou, Paris à Pékin ou Los Angeles à Londres, lors d'une croisière de Mach 0,85. 

1615400945484.jpeg

Photos : 1 L’envol du 6X 2 Intérieur 3 Après le vol @ Dassault Aviation

 

La reprise et les perspectives en places pour Boeing ! 

23.jpg

Le ciel s’éclaircit pour l’avionneur Boeing après la série noir du « MAX » et l’ajout de la pandémie. D’une part, le B737 « MAX » a atteint ses objectifs pour le retour en vol et de l’autre l’avionneur a retrouvé un cahier de commandes positifs. Boeing prépare également une relance avec un nouvel appareil.

Objectif atteint pour le B737 « MAX » :

La reprise du programme B737 « MAX » a atteint ses objectifs avec le retour en vol progressif depuis décembre dernier. En parallèle, le taux de production du B737 « MAX » augmente régulièrement pour atteindre probablement le chiffre de 31 avions par mois au début de 2022. Mais la crise traversée par le « MAX » combinée à la pandémie va obliger Boeing à revoir ses objectifs de production à la baisse, du moins pour encore deux années. Pendant ce temps, l’avionneur concentre ses efforts pour accélérer les livraisons des « MAX » stockés et qui doivent recevoir les modifications prévues. Selon Boeing, se sont 450 « MAX » qui attendent de d’être livrés et une partie doit encore trouver preneur. Depuis décembre dernier, Boeing confirme que pas moins de 70 « MAX » ont été livrés à ce jour.

Selon le dernier pointage effectué au début du mois, 12 compagnies aériennes avaient remis en service le B737 « MAX » selon les chiffres de Boeing. La flotte avait enregistré plus de 7’500 vols payants et 17’500 heures de vol et ceci toujours dans le contexte actuel de pandémie.

Retour des commandes et livraisons :

L’autre bonne nouvelle concerne le remplissage du carnet de commande. Boeing annonce des commandes brutes de l’ordre de 86 appareils à fin février. Les livraisons, quant à elles, ont également augmenté, avec 22 avions en février, dont dix-huit B737 « MAX » livrés à 11 clients. Boeing a livré un total de 48 avions au cours des deux premiers mois de l'année, contre seulement 30 au cours de la même période en 2020.

Un nouvel avion intermédiaire :

Le projet avait été mis de côté suite aux déboires de la compagnie ces derniers mois, mais Boeing se relance avec son projet d’avion intermédiaire (NMA). Selon les premières informations transmises par le Directeur de Boeing David Calhoun, le programme comprend trois variantes : le 7K7-6X, avec environ 250 sièges, le 7K7-7X, avec près de 275 sièges et le 7K7-5X, avec environ 225 sièges. Ce dernier est doublement intéressant car il se situe entre les variantes actuelles du B737-9 et B737-10 MAX et très proche de l’A321. Sauf que la famille NMA serait à contrario conçue à deux couloirs.

Du côté de la conception, Boeing est déjà en avance sur la famille NMA, avec un fuselage et une aile entièrement en composite qui permettront de réduire considérablement la consomation de carburant. Si la motorisation n’est pas encore connue, les principaux motoristes sont déjà entrés en discussion avec Boeing pour des offres avenir.

unnamed.png

Photos : 1 B737MAX American Airlines de retour en vol @ Rob Filayson 2 La nouvelle famille NMA @ Leeham news