03/02/2020

Airbus à l’amende pour corruption !

Airbus-final-assembly-line-Tianjin-Endmontage.jpg

L’avionneur européen Airbus est en passe de tourner l’une de ses pages les plus sombres de son histoire. Au total, l’avionneur devra s’acquitter d’une amende de 3,6 milliards d’euros pour des faits de corruption qui se sont déroulés entre 2004 et 2016.  

Les faits :

Bien que pointée du doigt, Airbus s’en tire à bon compte. En effet, l’entreprise a pris les devants en s’auto-dénonçant. De nombreux documents ont été remis à la justice durant l’enquête. L’ancienne direction d’Airbus avait créé une entité interne, baptisée Strategy and Marketing Organization (SMO), Cette organisation interne était chargée de gérer les intermédiaires dans les contrats avec certains pays. Les enquêteurs de trois pays (France, Angleterre, USA) ont mis à jour une série des faits de corruption d'agent public étranger et de corruption privée à l'occasion de contrats de vente d'avions civils et de satellites et de matériel militaire. Il en découle de nombreuses pratiques frauduleuses lors de campagnes de vente.

On parle par exemple de voyages organisés pour des fonctionnaires, d'activités de loisirs des cadeaux luxueux et des invitations pour divers événements, ainsi que des sommes importantes à des intermédiaires.

Les pays touchés par cette corruption sont la Chine, la Russie, le Népal, la Colombie, le Sri Lanka, la Malaisie, l’Indonésie, Taïwan et le Ghana et la Corée du Sud et les EAU.

Pas d’effet à long terme :

La nouvelle direction d’Airbus à dissout la SMO et sa bonne collaboration avec les autorités limitent donc les charges contre l’entreprise. De plus, Airbus a mis en place un programme de mise en conformité. L'avionneur a toutefois dû s'engager à accepter à ses frais des audits pendant trois ans. Pour autant, la pénalité infligée devrait engloutir une partie des profits d’Airbus, qui avait dégagé un bénéfice net de 3,1 milliards d’euros.

Photo : Site d’assemblage d’Airbus@ Airbus

 

 

 

02/02/2020

Les USA suspendent la livraison de F-16 en Irak !

2496089597.jpg

Le gouvernement des États-Unis a suspendu les livraisons d’avions de combat Lockheed-Martin F-16Q à l'Iraq. Cette décision fait suite aux craintes générées par l’élimination du commandement iranien Qassem Soleimani.

Situation sous hautes tensions :

Les Etats-Unis sont inquiets en ce qui concerne la sécurité de leurs ressortissants en Irak. Du personnel de maintenance a été retiré du pays ces dernières semaines. On parle notamment d’équipes spécialisées dans l’entretien des F-16. De plus, des sources proches du Pentagone soupçonnent que du personnel lié à des milices Chiites tente de s’approprier les technologies liées au F-16 afin de les transférer en Iran. Le retrait d’une partie des équipes de Lockheed-Martin affecte la capacité de vol de la flotte de F-16. L’embargo sur les livraisons va également prétériter la logistique des pièces détachées.

Le retrait des sous-traitants menace de dégrader gravement les capacités opérationnelles de l'Iraq. Les F-16 devenant peut-être un handicap pour le pays, celui-ci pourrait bien se tourner ailleurs pour de nouveaux appareils. On pense à la Russie.

Le F-16IQ :

Les F-16C/D Block52 irakiens (IQ) disposent du radar Raytheon AN/APG-68 (V)9 à antenne mécanique. L’armement comprend les missiles air-air AIM-9L/M-8/9 et AIM-7M-F1/H «Sparrow», missile air-sol AGM-65D/G/H/K Maverick, ainsi que des bombes à guidage laser de types : GBU-10 «Paveway II», GBU-24 «Paveway III» ainsi que des Mk 82 et 84. La nacelle sélectionnée est l'AN/AAQ-28 «Litening» (de première génération) et la nacelle de reconnaissance F-9120 (AARS). Les F-16 irakien disposeront du système de guerre électronique AN/ALQ-211 « ACES » couplé au lance-leurres AN/ALE-47. La motorisation choisie concerne le Pratt & Whitney F100PW-229. On notera au passage que les équipements (radar et des missiles) qui frôlent l’obsolescence à la mise en service. 

Photo : F-16 D IQ irakien @ Lockheed-Martin

01/02/2020

La Roumanie achète un nouveau lot de F-16 !

1360931706.jpeg

Les ministres de la défense du Portugal, João Gomes Cravinho et roumain Nicolae-Ionel Ciucă ont signé un contrat à la base aérienne de Monte Real le 27 janvier dernier portant sur un lot de 5 Lockheed-Martin F-16 d’occasions. Le contrat est estimé à 130 millions d’euros.

 

Ce lot comprend 4 F-16AM monoplaces et un F-16BM biplace. Ces appareils ont subi le programme de modernisation MLU. Ils devront encore être mis à jour selon la demande est spécification de la Roumanie.  Les cinq nouveaux appareils auront la même configuration M.5.2R que les 12 F-16 existants en Roumanie, mais Bucarest a annoncé que les 17 appareils seront surélevés à un nouveau standard appelé M.6.X par la suite. 

Les quatre premiers devraient être livrés en 2020, et le dernier avion suivra au début de l'année prochaine.

 

Rappel : 

En 2016, la Roumanie a commencé à réceptionner ses premiers avions de combat F-16C/D. Au total ce premier lot portait sur 12 aéronefs. La flotte de 12 F-16 se compose de 9 appareils en provenance du Portugal et 3 de l’US Air Force. Le contrat comprenait également des modifications et des mises à niveau des avions, ainsi que des moteurs supplémentaires de rechanges, le soutien logistique, ainsi que la formation de 9 pilotes roumains et 69 techniciens de maintenance.

Avant la livraison, les appareils ont été modernisés dans le cadre de la norme « Mid-Life Update » (MLU) par la société OGMA-Industria Aeronautica au Portugal.

La Forţele Aeriene Romane (Armée de l’air roumaine, RoAF) dispose de 12 chasseurs F-16C/D Block15 Mid-Life Upgrade (MLU) qui équipent le 53e Escadron de chasseurs à Feteşti.

Jusqu’à 36 avions :

Bucarest espère à terme pouvoir disposer de 36 F-16 C/D « Fighting Falcon » afin de remplacer complètement les derniers MiG-21 encore en service, soit 17 appareils. Ces derniers sont âgés de 44 ans.

En outre, le contrat renforcera les compétences techniques de l’aviation roumaine, selon le ministère de la Défense, notamment en ce qui concerne la possibilité de réviser et de réparer le moteur Pratt & Whitney F100 du F-16 et de moderniser sa plateforme. 

Le pays continue de prospecter les utilisateurs du F-16 en vue de futurs achats.

Photo : F-16 roumain en ravitaillement @ RoAF

31/01/2020

F-35 : des mauvaises attaches ont été fixées !

f35_produ_1554460122.jpg

 L’US Air Force vient de jeter un nouveau paver dans la marre du F-35. Selon cette dernière, des centaines de F-35 pourraient avoir de mauvaises attaches dans les « zones critiques ». De son côté l'Agence de gestion des contrats de défense confirme la découverte du problème en fin d’année dernière.

Le F-35 Joint Program Office (JPO) explique que les avions produits avant la découverte de ce problème ont des fixations en titane mal installées dans des endroits où la conception nécessite de l’Inconel.

L'Inconel est un alliage de nickel et de chrome et est censé être utilisé dans des endroits où une plus grande résistance et résistance à la corrosion sont requises, tandis que les boulons en titane sont utilisés dans des zones où sa force et sa légèreté aident à réduire le poids. Le titane, cependant, a une résistance au cisaillement inférieure à celle d'Inconel. Les deux attaches sont d'apparence similaire, sauf pour un numéro gravé sur elles.

Estimation du problème :

L’US Air Force explique qu’il y a plus de 48’000 attaches des deux types sur un chasseur F-35. Les F-35A de l’Air Force possèdent 848 boulons Inconel sur 48’919 fixations au total, soit environ 1,7% du total. Le modèle F-35B du Marine Corps comprend 877 fixations Inconel sur 50’603, soit 1,7%. Le modèle F-35C de la Marine, cependant, qui doit supporter le choc des atterrissages durs répétés sur un porte-avions et est plus grand et plus lourd que les deux autres variantes, a 51’353 attaches, dont 1813, soit 3,5%, sont en Inconel.

Deux lignes d’assemblage incriminées :

L’enquête mise en place suite à cette découverte à montrer que les lignes d’assemblage de Fort. Worth au Texas et celle de Finmeccanica en Italie sont touchées par le problème. Le site japonais semble avoir été épargner.  

Conséquences : 

Pour l’avionneur Lockheed-Martin, l’analyse initiale a conclu que "le titane a une résistance suffisante dans les endroits qui nécessitaient des boulons Inconel. De fait, pour le moment, il n’y a pas de restriction d’exploitation de l’avion. L’avionneur a de son côté commencé à mettre en œuvre un plan correctif en novembre et avait achevé la plupart des actions en décembre 2019, bien qu'elle n'ait pas précisé ces actions.

Le JPO et Lockheed-Martin vont devoir examiner à l’avenir les impacts structurels de l'installation de fixations en titane dans des endroits où la conception nécessite Inconel. On peut s’attendre à de nouvelles inspections à l’avenir. Par ailleurs, il faudra également déterminer et organiser le remplacement des attaches incriminées. Un programme doit encore être planifié à ce sujet. (Sources : Airforcestimes, JPO).

Photo : Chaîne d’assemblage du F-35 @ Lockheed-Martin

 

L'Armée de l'Air espagnole commande le Pilatus PC-21 !

pc-21-swiss-air-force-switzerland.jpg

La nouvelle du choix espagnol avait été annoncée ici même le 27 novembre dernier. Le dossier avance au pas de charge, en effet, le contrat d’acquisition a été signé hier soir entre Pilatus Aircraft et la général espagnol Dirección de Armamento y Matériel (DGIA). Le contrat, qui vaut plus de 200 millions d'euros, comprend un système de formation intégré, l'ordre comprend des simulateurs développés et produits par Pilatus, prennent en charge les pièces de rechange et de la logistique, en plus de l'avion PC-21. 

L’armée de de l’Air espagnole est la troisième force aérienne européenne à opter pour le PC-21. Pilatus est engagé à fournir un total de 24 PC-21 en Espagne. L'avion d'entraînement turbopropulsé  remplacera les jets Casa C-101 utilisés depuis 1980.

Le ministère de la Défense cherchait une nouvelle plateforme de formation très efficace pour fournir une formation avancée pour les pilotes militaires de l'avenir de l'Espagne chargés de protéger les générations futures. Après une longue et extrêmement évaluation professionnelle, Pilatus a battu plusieurs concurrents prestigieux pour remporter l'appel d'offres avec le PC-21.

Oscar J. Schwenk, président du Pilatus, est enthousiaste au sujet de cette importante commande de l'Espagne: « En tant que petit avionneur suisse, je suis ravi de notre succès répété à gagner à travers plus grands concurrents internationaux. Ce résultat est la preuve que, avec notre PC-21, nous pouvons livrer le système de formation le meilleur dans le monde. » 

La formation des pilotes commence en 2021 :

Le PC-21 fournira l'Espagne avec le système le plus avancé de formation actuellement offerts et fournira également une solution rentable, la plateforme de formation écologiquement viable. Expérience avec PC-21 clients existants a montré que le coût de la formation d'un pilote militaire peut être réduite de plus de 50 pour cent avec le PC-21. Ces avions à turbopropulseurs monomoteurs nécessitent beaucoup moins de carburant que tout autre avion d'entraînement comparable. 

Oscar J. Schwenk a commenté plus loin : « Je suis ravi de nous voir gagner une nouvelle force aérienne d'ajouter à notre portefeuille de clients existants. Nous fournirons Ejército del Aire avec le service à la clientèle de première classe, ils sont en droit d'attendre de Pilatus. Bienvenidos a Pilatus y muchas gracias por el elegir PC-21 - viva España » ! 

A propos du modèle de succès PC-21:

Pendant des années, les gens croyaient que turbopropulseurs monomoteurs ne remplaceront jamais les formateurs de jet. Mais avec des budgets de défense à venir sous la pression croissante, les forces aériennes cherchent de nouvelles façons de gérer et de maintenir leurs systèmes complexes dans un état prêt pour la mission. Cherchant à soutenir ce changement, Pilatus a développé des services liés à la performance spécifiquement adaptés au PC-2, système de formation. L'objectif est d'assurer un produit abordable pour répondre aux critères de performance définis par les clients de la force aérienne. Cela est réalisé en fournissant un ensemble de services très sophistiqué et intégré conforme aux exigences de la force aérienne actuelle. 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités qui offrent de nouvelles dimensions. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes, tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter et F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion. 

Le 9ème client :

Des forces aériennes prestigieuses à travers le monde ont choisi la plate-forme de formation rentable, très efficace créé par Pilatus. Ils sont la preuve que le PC-21 est le système de formation de l'avenir. Depuis 2006, avec l'ordre pour l'Espagne, Pilatus a déjà vendu 235 PC-21 dont Singapour, la Suisse, la Jordanie, le Qatar les Emirats Arabes Unis, en France ou en Australie et Empire Test Pilots’School en Angleterre.

pc-21-cockpit.jpg

Photos : 1 PC-21 en vol 2 Cockpit @ Pilatus Aircraft