04/08/2017

Pas de production de F-16 en Inde !

2522910791.jpg

Washington, dans le cadre de l’appel d’offre indien en vue d’acquérir et de produire un nouvel avion de combat monoréacteur, l’avionneur américain Lockheed-Martin s’est vu notifier une « fin de non –recevoir » de l’administration.

L’administration américaine en charge des exportations d’armement et le Pentagone ont refusé le transfert de la technologie critique et la production des avions de chasse F-16 dans le cadre de l'initiative « Faire en Inde ».

À la question de savoir, si les États-Unis ont accepté le transfert de technologie sophistiquée et la production du F-16 dans le cadre de l'initiative « make in  India », Subhash Bhamre, ministre indien d'État à la Défense, a déclaré « Non » à une question au Parlement mardi dernier.

Les technologies critiques en question font parties des systèmes intégrés du radar à antenne à balayage électronique (AESA), des systèmes  de ciblage électro-optique, du capteur infrarouge IRST et concerne le système de brouillage des fréquences radio. Ces technologies forment une composante importante du F-16 « Viper » proposé jusqu’ici à l’Inde.  

Lors de la remise de l’offre américaine, l’Inde avait demandé la garantie des États-Unis pour le transfert complet de technologie.

Un revers pour Lockheed-Martin :

Cette décision, bien peu étonnante de la part des Etats-Unis qui ne partagent pas leurs technologies, semblent mettre un sérieux frein à la vente de F-16 en Inde. Il semble que seul les suédois et le Gripen E peuvent encore espérer se positionner sur cette demande. Du côté de l’avionneur américain, on a  commencé à déplacer la production des avions de chasse F-16 à Greenville à partir des installations existantes de Fort Worth au Texas. Les plans  pour déplacer la chaîne de production vers l'Inde sont ainsi définitivement enterrés.

Photo : F-16 « Viper »@ Lockheed-Martin

03/08/2017

Manille va moderniser ses C-130 « Hercules » !

AIR_C-130H_Philippine_Torsten_Maiwald_GFD1-2_lg.jpg

Les Philippines vont mettre à niveau l'avionique de trois avions de transport Lockheed-Martin C-130 « Hercules ». Les appareils concernés sont Deux C-130H et un C-130T. L'âge moyen de ces avions est de 40,2 ans. La mise à jour est basée sur celle des C-130 de l’US Air Force.

La mise à niveau de l’avionique des appareils C-130 «Hercules» s’articule autour d’un cockpit numérique "verre" doté de six écrans multifonctions. Les  pilotes disposent d’un affichages tête haute, d’un nouveau système de communication numérique sécurisé. Les panneaux de commande de navigation sont compatible avec la vision nocturne. Cette modernisation permettra à moyen terme d’uniformisé les configurations cockpit des C-130 philippins qui sont aujourd’hui particulièrement disparates. Ce nouveau cockpit permettra également de rendre les C-130 en conformité avec les exigences moderne de gestion du trafic et permettra à la flotte de continuer de servir durant 30 années supplémentaires.

 

735822232.jpg

Photos : 1 C-130H philippins@ PAF futur cockpit@ Lockheed Martin

 

Le prototype du S-97 « Raider » rate son atterrissage !

S-97-crash-landing.jpg

Le prototype de l’hélicoptère tactique léger S-97 « Raider » a raté son atterrissage après un vol d’essai, au centre de vol de Sikorsky Development à West Palm Beach. Deux pilotes étaient à bord, mais aucun n’a été blessé selon les déclarations de Sikorsky. Il faudra plusieurs semaines avant que l'appareil puisse être réparé et reprenne sa campagne de vol. Mais il semble déjà que cet incident ne remette pas en cause la participation de l'appareil, lors de la compétition pour venir équiper l'US Army.

Le « Raider » de Sikorsky a débuté sa campagne d’essai en vol en mai 2015. Le S-97 « Raider » avec son rotor coaxial rigidedoit être testé à des vitesse jusqu'à 220kt - soit environ 50 kt plus vite que la limite de vitesse de la plupart des hélicoptères classiques.

Le Sikorsky S-97 « Raider » :

Le «Raider» est basé sur la technologie du X-2 développé par Sikorsky à la fin des années 2000. Le démonstrateur X-2 est une plate-forme de 5’000 livres, alors que le «Raider» est d'environ 11’000  livres et permettra d’emporter jusqu’à six soldats en mode assaut. En mode reconnaissance, cet espace pourrait être utilisé pour l'équipement supplémentaire ou des munitions avec 2 pilotes et réservoirs de carburant auxiliaire. Outre, sa vitesse maximale presque deux fois supérieure, à 250 nœuds, le S-97 sera plus manœuvrable et aura une signature acoustique plus faible qu’un hélicoptère standard.

Le principe des rotors contrarotatifs coaxiaux à hélices propulsives offrent des vitesses de croisière allant jusqu'à 250 kt (253 mph), plus du double de la vitesse des hélicoptères classiques, selon Sikorsky. Le S-97 est propulsé par un moteur General Electric YT706, une variante du CT7. 

Pour Sikorsky, ces attributs permettront au S-97 d’égaler ou dépasser les exigences de l’US Army pour son prochain hélicoptère léger polyvalent, car celui-ci, sera en plus, très performant dans les opérations à haute altitude qui posent problème aux hélicoptères légers actuels.

 

408129044.jpg

Photos : 1 Le 97 accidenté 2 lors de son premier vol en 2015@ Sikorsky

BOC Aviation commande 10 B737 MAX10 !

K66692-02.jpg

Seattle, Boeing et BOC Aviation Limited ont finalisé un accord pour 10 B737MAX10. Le contrat est évalué est évalué à environ 1,25 milliard au prix catalogue de l’avionneur. L’intention d’achat avait été annoncée lors du dernier Salon du Bourget.

« Nous sommes heureux d'être un nouveau client pour le Boeing B737MAX10 qui offrira aux compagnies aériennes une plus grande capacité combinée avec d'excellents coûts d'exploitation et une réduction de la consommation de carburant », a déclaré Robert Martin,directeur général et chef de la direction de BOC Aviation.

BOC Aviation a rejoint les 15 autres client pour le lancement de la toute nouvelle version « MAX10 » de la famille « 737 MAX » lors du salon du Bourget. Le bailleur est basé à Singapour et gère une flotte de plus de 300 avions Boeing depuis sa création. 

Le B737MAX10 :

Selon l’avionneur, le B737MAX10 aura le plus bas coût par siège de tous les avions monocouloirs jamais produit. Les modifications de conception pour le MAX10 comprennent un tronçon de fuselage de 66 pouces par rapport à l’actuel B737MAX9 et un train d'atterrissage principal à effet de levier. L'avion aura la capacité de transporter jusqu'à 230 passagers. Comme les autres modèles de Boeing, le MAX10 intègre les dernières technologies en matière de motorisation avec le CFM International LEAP-1B, l’Advanced Technology Winglets, le Boeing Sky Interior, les grands écrans du poste de pilotage et d'autres améliorations pour le meilleur confort des passagers dans le marché monocouloir.

L'avion a gagné une large acceptation du marché avec plus de 255 commandes et engagements garantis de plus de 16 clients dans le monde entier. 

 

Photo : B737MAX10 aux couleurs de BOC Aviation@ Boeing

02/08/2017

Air Force One, on renégocie !

defense-large.jpg

Boeing et l'armée de l'air des États-Unis ont confirmé avoir repris les négociation en vue de baisser le prix du futur nouvel avion présidentiel « Air Force One ».

Rappel : 

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement de trois aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là. 

On se rappelle les menaces de Donald Trump ayant déclaré sur Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

Selon l’équipe de la nouvelle administration américaine, le programme d'acquisition du nouvel Air Force One, a grimpé à 4 milliards de dollars.

Selon l’avionneur américain, le coût du programme de remplacement des deux B747-200 actuels serait de 2,87 milliards de dollars. Hors, selon le catalogue de Boeing un B747-800 se négocie à 378 millions de dollars l’appareil. 

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options. En évoquant la somme de 4 milliards, Trump semble parier sur de possibles surcoûts.

Achat d’avions existant :

L’une des solutions en négociation comprendrait l’achat de deux Boeing B747-800 « Intercontinental » qui étaient autrefois destinés au transporteur russe Transaero. Ces deux avions sont actuellement stockés au sein de la Southern California Logistics Airport à Victorville, en Californie. Ce rachat pourrait réduire la facture d’acquisition de base (sans les transformations) de près de 35% en lieu est place de construire deux nouveaux fuselages.

La porte-parole de l'Air Force, Ann Stefanek, a déclaré à propos de ces deux avions : "Nous travaillons à un accord pour fournir deux B747-800 « Intercontinental » à la Force aérienne. Cette entente vise à fournir une grande valeur pour l'armée de l'air et le meilleur prix pour le contribuable. "

Le prix catalogue d'un Boeing B747-800i est de 387 millions de dollars, selon l’avionneur. Dans sa soumission budgétaire de l'exercice 2018, la Force aérienne a demandé 434 millions de dollars en financement de recherche, développement, test et évaluation pour le programme de recapitalisation. Le service recherche un financement de 3,1 milliards de dollars d'ici 2022 pour finaliser la mise en service des deux futurs « Air Force One ».

Les négociations portent également sur d'autres points, notamment la surfacturation de plusieurs équipements intérieurs et des systèmes de protection électroniques. 

 

476197332.jpg

Photos : images d’artistes du futur Air Force One@ Boeing