27/11/2019

La Mongolie réactive sa Force aérienne !

29ub.jpg

La Mongolie réactive sa Force aérienne avec la réception de MiG-29UB. La cérémonie d’acceptation a eu lieu le 26 novembre, jour de l’indépendance du pays, sur la base militaire située à proximité de l’aéroport international Chinggis Khaan qui dessert la capitale du pays, Ulaan-Baatar.

Un peu d’histoire :

Sous l’ère de l’Union Soviétique, le ciel de la Mongolie était sous protectorat de l’aviation russe. Celle-ci entretenait plusieurs bases aériennes. Mais suite à l’effondrement du Mur de Berlin, l’espace aérien Mongol a été en  partie délaissé, hormis un contrôle ponctuel de l’aviation russe.

Le premier embryon de l’Armée de l’air Mongole est créé en mai 1925 avec l’entrée en service d’un Junkers F.13, appuyée par l'aviation soviétique. En 1937, la force aérienne est renommée Corps aérien de la république populaire de Mongolie. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques fournissent des Polikarpov I-15, I-16, Yak-9 et Iliouchine Il-2. Le MiG-17, le premier avion à réaction de l'armée mongole entre en service en 1970 et cela jusqu'au milieu des années 1970 avant d'être rejoint par des MiG-21, des Mi-8 et des Kamov Ka-26. Après la fin de la guerre froide, la force aérienne reste au sol du fait du manque de carburant et de pièces de rechange.

Activation de la nouvelle armée de l’air :

5dde241b1eeb9.jpg

La Mongolie a accepté un premier lot constitué d’une paire d’avion de combat MiG-29UB donnés par la Russie, selon l’ordre donné par le président Poutine. Ces premiers appareils vont servir à former les premiers nouveaux pilotes, puis serviront progressivement à reprendre la surveillance de l’espace aérien du pays. D’autres MiG-29 devraient suivre et venir grossir la Force aérienne, cependant, ni le nombre ni de dates n’ont été évoqués pour l’instant.

S'exprimant lors de l'événement, le commandant des forces aériennes mongoles, le brigadier général Enkhbayar, a décrit cette opération comme "l'ouverture d'une nouvelle page pour l'aviation mongole". Il a ajouté que les deux avions, reçus gratuitement, amélioreront l'efficacité au combat du service et lui permettent de s'acquitter de sa tâche principale consistant à patrouiller l'espace aérien mongol et à garder le contrôle des frontières du pays. S'adressant au personnel des escadrons 303 et 337, il leur a demandé de considérer les deux MiG comme "les symboles de notre coopération avec la Russie".

MiG-29UB :

Le chasseur d'entraînement au combat MiG-29UB est conçu pour assurer l'entraînement en vol et opérationnel du personnel navigant et mener des missions de combat. Le MiG-29UB peut être efficace pour développer et améliorer les compétences des pilote pour voler, naviguer, exécuter des manœuvres de combat et employer des chasseurs de type MiG-29, en mission solo ou en groupe. Il peut également être utilisé pour engager des cibles aériennes et terrestres, effectuer un soutien aérien des troupes au sol et des forces de débarquement, interdiction aérienne du champ de bataille et reconnaissance aérienne.

Le MiG-29UB de base dispose d’un système de contrôle de tir radar Phazotron RLPK-29 qui comprend le radar N010 Zhuk-M et le calculateur numérique Ts100.02-02. L’appareil est doté d’un IRST S-31E2 KOLS. L’armement du MiG-29 comprend un seul canon GSh-30-1 de 30 mm dans la racine de l’aile gauche. Trois pylônes sont fournis sous chaque aile (quatre dans certaines variantes), pour un total de six (ou huit). Les pylônes intérieurs peuvent contenir un réservoir de carburant de 1’ 150 litres, un missile air-air Vympel R-27 (AA-10 "Alamo") à moyenne portée, des bombes ou des roquettes non guidées. Les pylônes extérieurs portent généralement des missiles air-air R-73 (AA-11 "Archer"), bien que certains utilisateurs conservent encore l'ancien R-60 (AA-8 "Aphid"). Un réservoir unique de 1’500 litres peut être installé sur la ligne médiane, entre les moteurs.

Note : l’aide russe à la Mongolie comprend un volet sur la coopération technico-militaire centré sur les expéditions d'équipement militaire provenant de stocks de l'armée russe. En plus des MiG, Moscou a fait don de systèmes sol-air à moyenne portée de type Almaz-Antey Pechora-2M.

Photo : 1 MiG-29UB de face  2 MiG-29UB aux couleurs mongoles @ VVS

Bombardier Aviation s’engage en direction des biocarburants

Static_Pan_EBACE_2017.jpg

L’avionneur canadien Bombardier Aviation a augmenté ses capacités de carburant d’aviation durable sur son site de Montréal. Cette action vient renforcer l’engagement de la société  à l’égard du transport aérien écoresponsable. Cette livraison est le premier pas en vue d’établir des partenariats à long terme avec des fournisseurs de carburant, afin de déployer du carburant d’aviation durable dans tous ses établissements, alors que l’approvisionnement mondial devient plus facilement accessible.

« Nous honorons notre engagement d’aider à promouvoir une utilisation accrue du carburant d’aviation durable dans le secteur du transport aérien », a déclaré David Coleal, président de Bombardier Aviation. « Aujourd’hui, nous sommes fiers de l’offrir pour la première fois dans l’une de nos usines canadiennes, et ce n’est qu’un début. Bombardier travaille à assurer que l’utilisation de ces carburants devienne la norme dans nos activités quotidiennes, en faisant notre part pour réduire les émissions de CO2 dans le monde et en respectant l’engagement de longue date de l’industrie en matière de changements climatiques. »

Des vols avec du biocarburant :

Depuis 2017, Bombardier Aviation a tiré profit d’un approvisionnement de carburant d’aviation durable pour utilisation dans ses vols de démonstration à son usine de Hartford (Connecticut), siège de ses activités de démonstration à l’intention des clients. De plus, Bombardier fait voler toute sa flotte d’avions de démonstration vers d’importants salons aéronautiques et événements pour sensibiliser l’industrie et pour montrer que le carburant d’aviation durable peut devenir un choix de remplacement généralisé pour le carburant d’aviation classique des avions de l’aviation générale. La société a participé activement à des événements de l’industrie qui faisaient la promotion de l’utilisation du carburant d’aviation durable comme pratique courante, notamment à Van Nuys (Californie) et à Farnborough, au Royaume-Uni  et tout récemment au salon de la NBAA où du carburant d’aviation durable était disponible non seulement pour l’aller, mais également pour le retour des avions en exposition statique.

Des engagements :

En 2009, le monde de l’aviation d’affaires a élaboré un programme audacieux en soutien aux cibles de l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et s’est engagé à contribuer aux objectifs de l’ensemble de l’aviation. À cette fin, il s’est engagé à des objectifs précis dont la croissance neutre en carbone d’ici 2020, l’amélioration de l’efficacité du carburant de 2 % par an de 2010 à 2020 et la réduction des émissions totales de CO2 de moitié d’ici 2050 par rapport à 2005. Bombardier joue un rôle prépondérant dans l’engagement de l’ensemble de l’industrie à lutter contre les changements climatiques et, en collaboration avec des organismes de l’industrie, comme l’European Business Aviation Association (EBAA), la General Aviation Manufacturers Association (GAMA), le Conseil international de l’aviation d’affaires (IBAC), la National Air Transportation Association (NATA) et la National Business Aviation Association (NBAA), a conçu un cheminement pour atteindre ces objectifs reposant sur quatre domaines d’intervention : les technologies, les améliorations infrastructurelles et opérationnelles, des mesures axées sur le marché et les carburants de remplacement.

Des moteurs certifiés pour les biocarburants :

ebace-SAJF-logo-vert-bombardier.jpg

Les nouvelles motorisations, tels que le nouveau réacteur Pearl 15 de Rolls-Royce, construit spécialement pour les avions d’affaires Global 5500 et Global 6500, rend les avions plus propres et plus efficaces, avec un avantage de consommation carburant pouvant aller jusqu’à 13 %, ce qui contribue à des coûts d’exploitation très favorables. Le moteur Passport TechX de General Electric est un moteur turbofan à dérivation haute conçu spécialement pour l’avion Global 7500, le propulse à des vitesses pouvant aller jusqu’à Mach 0,925 avec une fiabilité à toute épreuve et une plus grande efficacité carburant. Ces deux motorisations sont certifiées pour l’utilisation de biocarburant.

L’avionneur fait remarquer que toute sa gamme d’avions d’affaires (LearJet, Challenger, Global) est aujourd’hui optimisée pour l’emploi de biocarburant.

L’essor des biocarburants pour l’aviation :     

Les grandes sociétés comme BP développent maintenant du biocarburant destiné à l’aviation, à partir de déchets organiques, de plantes ou même d’huile de friture. L’ensemble du cycle de production et de consommation du biocarburant, produit environ 50% moins de CO2 que les combustibles fossiles, car le carbone qu’il contient est déjà présent dans la nature. L’utilisation de biocarburant est en passe de se démocratiser dans tous les secteurs de l’aviation (commercial, militaire, privé). Du côté de l’aviation d’affaires, l’EBAA et la NBAA (Association américaine de l’aviation d’affaires) en collaboration avec l’association des constructeurs de l’aviation générale (GAMA), le Conseil de l’aviation d’affaires internationale Association nationale du transport aérien (NATA) travaillent à la promotion de carburant pour aviation durable.

Photo : Lors l’Edition 2019 du Salon EBACE à Genève, les avions de Bombardier ont volé au biocarburant

26/11/2019

Pilatus livre le 1’700ème PC-12 !

 

01-jetflyaviation-pc12-pilatusaircraft.jpg

La demande du marché pour le turbopropulseur monomoteur suisse reste forte, alors que le 1’700ème PC-12 entre en service. Pilatus a remis le nouvel avion de type PC-12NG à Jetfly Aviation, un client de longue date de sa flotte. La flotte mondiale de PC-12 compte déjà plus de sept millions d’heures de vol. Un large éventail de branches : entreprises, particuliers, exploitations de charter et organisations d’assistance médicale  ont opté pour le meilleur turbopropulseur monomoteur au monde. Comme par le passé, Pilatus s'attend à ce que les livraisons de PC-12NG dépassent les 80 d'ici fin de 2019.

Jetfly exploite la plus grande flotte de Pilatus d’Europe :

La clé du 1’700ème PC-12 portant le numéro de série 1912 a été présentée à Maxime Bouchard, directeur général de Jetfly Aviation, sur le site du siège social à Stans. Cédric Lescop, PDG de Jetfly, a déclaré avec enthousiasme: «Nous sommes ravis de recevoir le 1’700e PC-12. Jetfly exploite la plus grande flotte de PC-12 en Europe, avec 40 appareils en service. Le succès du programme fractionnaire Jetfly n’aurait pas été possible sans cet avion écologique, sûr, économique et à haute performance. »

«Nous entretenons un excellent partenariat avec Jetfly depuis de nombreuses années et nous sommes évidemment ravis de les avoir comme client pour ce 1’700e PC-12, ce qui représente une nouvelle étape importante pour notre société. Nos clients viennent au PC-12 pour la simple raison qu'il offre la meilleure combinaison de confort, de performance, de sécurité et d'efficacité disponible à tout prix », a déclaré Ignaz Gretener, vice-président de l'aviation générale de Pilatus.

La compagnie Jetfly a été rachetée en 2010 par Cédric Lescop et Maxime Bouchard. Depuis huit ans, Jetfly a triplé son chiffre d’affaires, de 15 à 50 millions d’euros. Le groupe luxembourgeois, dont la flotte atteint 25 avions, s’est offert la collaboration avec le designer Philippe Stark pour l’aménagement intérieur de ses quatre nouveaux jets Pilatus PC-24, dont le premier exemplaire a été livré le 12 septembre 2018

Jetfly se distingue avec une flotte focalisée sur les créations de l’avionneur suisse Pilatus avec le PC-12 turbopropulseur et le Super Versatile Jet PC-24.  

High-Res_interior-jetfly-pc-24-4-new-2.jpg

Meilleur service client grâce au réseau mondial :

"Notre objectif est de faire en sorte que le PC-12 reste l'avion fiable et efficace qui lui est reconnu comme étant mondial, piloté par des clients qui savent qu'ils peuvent compter sur lui pendant de nombreuses années avec d'excellentes performances", poursuit Gretener. Avec le lancement de la dernière génération du PC-12 en 2020, le PC-12 NGX et du réseau mondial de centres Pilatus agréés, Pilatus continuera de chercher à offrir le meilleur service client au monde, comme il se doit. L’avionneur de Stans est aujourd’hui le leader sur le marché des turbopropulseurs.

La nouvelle version PC-12NGX en approche:

pc-12-ngx.jpg

Le tout nouveau PC-12 nommé «  NGX »  intègre un moteur amélioré, une avionique plus intelligente et une cabine entièrement repensée avec de plus grandes fenêtres, faisant de cette troisième génération de la cellule PC-12, le turbopropulseur monomoteur le plus perfectionné jamais conçu. S'appuyant sur l'expérience acquise auprès de la flotte mondiale de PC-12, qui compte plus de 1’700 appareils et plus de sept millions d'heures de vol, ainsi que du support Pilatus, le nouveau PC-12 NGX apporte la dernière technologie au marché des turbopropulseurs.

Technologie moteur éprouvée à commande numérique :

Un turbopropulseur monomoteur exige un groupe motopropulseur éprouvé: le nouveau turbopropulseur PT6E-67XP de Pratt & Whitney Canada est au cœur du nouveau PC-12 NGX. Ce moteur amélioré comprend une hélice électronique et un système de contrôle du moteur, notamment un FADEC (Full Authority Digital Engine Control), une première mondiale sur ce segment du marché. De plus, le nouveau mode basse vitesse des hélices entraîne une réduction significative du bruit dans la cabine pour un confort accru des passagers. Le nouveau moteur à turbopropulsion permet au PC-12 NGX d’atteindre une vitesse de croisière maximale de 290 KTAS (537 kilomètres à l’heure). Le PC-12 NGX ajoute également des fonctionnalités avancées, telles que le fonctionnement du carburant sans Prist®, soit sans additif chimique antigel.

La technologie de pointe à l'origine du moteur PT6-67XP de la E-SeriesMC se traduit par un pilotage plus intuitif et des opérations simplifiées. Sur simple pression d'un bouton, le pilote peut démarrer ou éteindre le moteur tout en évitant les démarrages à chaud et les faux démarrages. Le système intégré de commande électronique de l'hélice et du moteur à un seul levier permet une régulation du moteur plus précise grâce à une surveillance constante de la température et de la puissance, ce qui garantit un rendement optimal du moteur pendant toutes les phases de vol. Dans les faits, la nouvelle conception de la turbine du moteur PT6E-67XP, qui propulse l'appareil PC-12 NGX de Pilatus, permet une montée plus rapide, une vitesse plus élevée et une puissance accrue de 10 % qui se manifestent par des temps de vol plus courts.

Grâce à la connexion numérique, une centaine de paramètres font l'objet d'une surveillance qui facilite l'analyse prédictive du fonctionnement du moteur et du système ainsi que la planification proactive de l'entretien. À partir des données clés du moteur et de l'appareil, le système de commande moteur électronique (EEC) est à même de procéder à des réglages et de fournir une puissance optimale tout au long du vol.

Après l'atterrissage, les données de vol sont téléchargées à distance et fournissent aux exploitants et aux spécialistes de la maintenance de précieuses indications sur le rendement et l'état du moteur. Les clients peuvent planifier l'entretien et ainsi optimiser leurs activités, réduire leurs coûts. Les indications fournies par les nouvelles données maximisent la grande disponibilité inhérente au moteur.

Cockpit intelligent :

Le PC-12 NGX bénéficie d'une gamme de nouvelles fonctionnalités pour le pilote: le système ACE ™ (Advanced Cockpit Environment) de Honeywell, inspiré du PC-24, fournit une avionique améliorée. Autre nouveauté de ce segment, Pilatus associe la puissance d’un dispositif de contrôle du curseur à la polyvalence d’un contrôleur d’écran tactile intelligent dans un poste de pilotage véritablement professionnel. L’auto-manette numérique, c’est-à-dire le réglage automatique de la poussée, réduit la charge de travail du pilote pour une sécurité accrue et assure l’optimisation automatique de la puissance à chaque phase du vol.

Nouvelle cabine avec de plus grandes fenêtres :

Les fenêtres de la cabine ont été agrandies de 10% afin d’améliorer l’expérience des passagers du PC-12 NGX et d’apporter plus de lumière naturelle. La forme rectangulaire des nouvelles fenêtres, également adaptée du PC-24 et ses garnitures de pare-brise sombres créent une image distincte PC-12 NGX.

La cabine entièrement repensée est proposée dans six intérieurs différents de BMW Designworks. Les sièges passagers extrêmement légers, spécialement développés, offrent une ergonomie optimale, avec possibilité d'inclinaison totale si nécessaire. Les sièges sont disposés de manière à offrir une liberté de mouvement maximale tout en offrant une plus grande marge de manoeuvre, grâce à la garniture de pavillon re-dessiné. Le système de climatisation offre une distribution d'air meilleure et plus silencieuse.

Coût d'exploitation réduit :

Avec le nouveau PC-12 NGX, les intervalles de maintenance programmés ont été étendus à 600 heures de vol, ce qui permet de réaliser des économies considérables. La période entre les révisions a également été portée de 4’000 à 5’000 heures, ce qui a permis de réduire encore le coût d’exploitation du PC-12 NGX, ce qui en fait le leader incontesté de sa catégorie.

Le PC-12 NGX est certifié et les livraisons aux clients débuteront au deuxième trimestre de 2020.

1079063032.jpg

Photos : 1 Le 1’700ème PC-12 destiné à Jetfly 2 Intérieur Jetfly  3 PC-12 NGX 4 Cockpit PC-12NGX @ Pilatus Aircraft

Le Falcon 8X « ARCHANGE » !

Photo.jpg

 

La France prépare le remplacement de ses deux Transall C-160 « Gabriel » spécialisés dans le recueillement  du renseignement d’origine électro-magnétique (ROEM). Le choix s’est porté sur le Falcon 8X de Dassault Aviation.

Le programme ACHANGE :

Sous la dénomination « ARCHANGE » pour « Avions de Renseignement à CHArge utile de Nouvelle GEnérations »,  ces appareils sont essentiels pour le renseignement militaire français dans la mesure ils permettent de collecter et d’analyser des signaux électromagnétiques et donc de pouvoir évaluer les forces d’un adversaire et d’adapter, par exemple, les contre-mesures électroniques à ses moyens de protection. Le programme « ARCHANGE » est basé sur les résultats de dix années d’études sur des technologies de pointe, l’ensemble des capteurs constituant la charge utile sera développé par Thales. Cette charge utile, basée sur des technologies innovantes (antennes multi-polarisation, intelligence  artificielle pour améliorer les traitements automatiques), permettra de détecter et d’analyser les signaux radar et de communication grâce à des capteurs intégrés sur un avion d’affaire Falcon 8X construit par Dassault Aviation. Les  Falcon 8X « ARCHANGE » modifiés porteront la charge utile de la Capacité Universelle de Guerre Électronique (CUGE). Une plateforme d’entraînement au sol, dont le déploiement est prévu sur la base aérienne d’Evreux complètera le dispositif.

Au total, Dassault Aviation et Thales vont livrer trois avions Falcon 8X équipés d’une charge utile de renseignements sur les transmissions (SIGINT). Le premier avion sera livré à partir de 2025.

Le Falcon 8X :

Le Falcon 8X est un avion d’affaires motorisé par trois moteurs Pratt & Whitney PW307D. Avec une masse maximale au décollage de 33’113 kg (73 000 lb), il a une autonomie de 6’450 milles nautiques à Mach 0,80. Le 8X est doté d'une panoplie de systèmes de bord innovant, largement éprouvés à bord du 7X, dont une version améliorée du système de commandes de vol numériques. Il offre également un cockpit redessiné équipé en option d'un affichage tête haute (HUD), combinant les modes de vision infrarouge et synthétique.

Photo : Falcon 8X « ARCHANGE » @ DGA

25/11/2019

Une personne retrouvée grâce au Super Puma !

2127296020.jpg

Mission accomplie pour le service de piquet «Search and Rescue» (SAR) des Forces aériennes. Grâce à leur intervention, un homme âgé ayant disparu a pu être retrouvé samedi dernier dans la région d'Ursy (FR). Six minutes seulement après avoir décollé de Payerne, un Super Puma équipé d'un système de détection thermique (FLIR) a localisé l'homme en question qui a pu être rapidement secouru.

On l’oublie souvent, mais les conditions de recherche de nuit d’une personne en hiver en montagne s’avèrent particulièrement difficiles. Si les moyens civils sont particulièrement efficaces, il n’en reste pas moins, que lorsque ces conditions sont à l’extrême, seul les moyens à dispositions de l’armée permettent une recherche efficace en profondeur.

Super Puma FLIR:

IMG_3666.JPG

Les Forces aériennes engagent l’hélicoptère de transport Super Puma (TH06) et son équipement moderne pour le service de recherche et de sauvetage (SAR). Les hélicoptères disposent d’un équipement électronique moderne dans le cockpit. En plus de la caméra thermique qui a fait ses preuves, les appareils possèdent un projecteur performant, ce qui renforce les chances de réussite lors des vols de recherche.

Appuis aux autorités civiles :

Chaque année, les autorités civiles font appel aux Forces aériennes entre trente et quarante fois environ pour les appuyer dans la recherche de personnes portées disparue. La console FLIR et la sphère FLIR ne sont intégrées que sur le Super Puma. Le  « Super Puma » est un véritable « spécialiste SAR ». Un grand projecteur de recherche est directement relié au FLIR, si bien qu’un « hot spot », identifié par l’opérateur FLIR, par exemple une personne disparue, peut être éclairé et rendu visible de loin pour l’équipage de la cabine et, par conséquent, identifié plus rapidement. Ce système rend la recherche de personnes plus efficace. En outre, il est possible de projeter l’image de la caméra FLIR sur un écran central de la cabine. Un goniomètre de la dernière génération fait également partie de l’équipement. Il peut être relié à un système de localisation de personnes. Il permet de repérer directement un émetteur de secours, par exemple d’un avion disparu, et d’enregistrer les données transmises par l’émetteur de secours dans le FMS et dans le nouvel appareil numérique de représentation des cartes. Le trajet direct vers l’émetteur de secours est ainsi visible au premier regard. Dans l’engagement de police aérienne, le FMS est aussi en mesure de calculer un point de rendez-vous avec un avion si la centrale d’engagement fournit les données correspondantes sur la position, la direction et la vitesse.

Photos : Super Puma « SAR » @ Forces aériennes suisses