02/06/2019

Le KC-390 termine sa certification militaire !

Embraer-KC-390-FAB.jpg

Embraer termine ses derniers travaux en vue de l’obtention de la certification militaire de son KC-390. L’avion doit entrer en service dans l'armée de l'air brésilienne plus tard cette année.

Walter Pinto, vice-président de la défense et de la sécurité chez Embraer, a déclaré aux journalistes le 28 mai que la société achèverait prochainement la certification CCDP (point de largage calculé en continu), le déchargement au combat et le ravitaillement en vol. Le KC-390, a-t-il dit, avait déjà effectué des tests de ravitaillement en contact sec avec un Northrop F-5 Tiger II. Les transferts de carburant commenceront lors du prochain test.

Parmi les autres tests de certification militaire à venir, citons le système d'autoprotection du KC-390, la capacité de largage de paillettes parasites ainsi que la capacité de contre-mesure infrarouge directe (DIRCM). Pinto a déclaré que le plan était de montrer la conformité avec les principales exigences de FAB avant fin 2019. Au total, la campagne d'essais en vol, aura duré 2’200 heures de vol.

Par ailleurs, Embraer a annoncé que le premier KC-390 destiné à la FAB, a effectué son premier test en vol de production le week-end du 25 mai, une étape clé sur la voie du lancement de la livraison avec la Force aérienne.

Actuellement, ce sont sept KC-390 qui se trouvent sur la chaîne de production. FAB 1 est complètement assemblé, selon les photos montrées aux journalistes.

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

5a7b0ee6385a7.jpg

Photos :KC-390 @ Embraer

31/05/2019

Le Japon commence a recevoir ses E-2D « Advanced Hawkeye !

19.jpg

Northrop Grumman Corporation a achevé sa première livraison d'un avion d’alerte précoce de nouvelle génération, E-2D « Advanced Hawkeye » à la Force japonaise d'autodéfense aérienne (JASDF).

«Le partenariat de longue date de Northrop Grumman avec le Japon ouvre un nouveau chapitre avec la livraison du premier E-2D au Japon», a déclaré Jane Bishop, vice-présidente et chef de l’équipe produit intégrée, programmes de surveillance aérienne embarquée, Northrop Grumman. "Cet avion offre une augmentation significative de la capacité d'alerte rapide et de surveillance pour dépasser les besoins de sécurité en constante évolution du Japon."

Le Japon exploite le Northrop Grumman E-2C Hawkeye depuis 1983 et est le plus grand exploitant d’E-2 en dehors des États-Unis. Le E-2D offre un saut technologique de deux générations, permettant à l’appareil de suivre les menaces à distance. L’appareil peut également être utilisé dans le cadre d’une assistance humanitaire et d’une capacité de secours en cas de catastrophe pour la coordination des urgences civiles.

Rappel :

Le ministère de la Défense de Tokyo a choisi l'E-2D en 2014 pour répondre aux besoins de la Force aérienne d'autodéfense japonaise pour les avions d'alerte avancée aéroportés. Il a d'abord commandé un exemplaire solitaire, doublant son engagement en août 2016. Le Japon exploite actuellement une flotte de 13 anciens « Hawkeye » de modèle C. Le nouveau modèle va remplacer progressivement l’ancien. 

En plus des neuf avions, le forfait comprend 28 moteurs Rolls-Royce T56-A-427A (18 installés et 10 pièces de rechange), dix radars Lockheed Martin APY-9 (neuf installés et un de rechange), ainsi qu'une gamme d'équipements connexe. 

Les E-2D japonais ont plusieurs modifications par rapport à celles de l'US Navy. Étant donné que le type fonctionnera à partir de bases terrestres et non de porte-avions. Les E-2 D japonais peuvent transporter du carburant supplémentaire dans une «aile humide», offrant une autonomie de 8 heures, contre 5 heures pour les E-2D américains. Les appareils sont dotés d’une capacité de ravitaillemment en vol.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain. Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et offre un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données.

1000w_q95-min-2.jpg

Photos : 1 Le premier E-2D japonais le E-2D @ Northrop Grumman

 

30/05/2019

Allemagne : le CH-53K contre le CH-47F !

CH-53_Stallion_(German_Army)_at_RIAT_2010_arp.jpg

L’Allemagne prépare le remplacement de sa flotte actuelle d’hélicoptère lourd de type Sikorsky CH-53G « Stallion » depuis 2016. La première phase de sélection est terminée et deux appareils se retrouvent maintenenant pour la décision finale.

Short List:

Dans le cadre du remplacement de la flotte de 68 hélicoptères de transport lourd de type CH-53G « Stallion », l’Allemagne a retenu une « Short List » de deux appareils, soit : le nouveau Sikorsky CH-53K « King Stallion » et le Boeing CH-47F « Chinook ». Pour Berlin, il est important de pouvoir disposer d’un hélicoptère déjà en production, plutôt que de lancer un programme de développement national à travers Airbus Helicopters. Le programme de sélection pris un an de retard, suite à des des discussions sur les priorités du budget militaire. L’Allemagne a l’intention d’acquérir 40 à 60 hélicoptères dans le cadre de l’initiative SHT, qui prévoit un hélicoptère d’une masse maximale au décollage supérieure à 20t.

Le nouvel hélicoptère ne sera pas disponible avant 2024. Une demande de propositions dans le cadre du programme SHT devrait suivre d'ici la fin juin et déboucher sur une signature du contrat en 2021.

Les deux concurrents :

Boeing en partenariat avec Aircraft Philipp, CAE Elektronik, Diehl Defence, Honeywell, Liebherr-Aerospace, Reiser Simulation and Training et Rolls-Royce propose une variante du CH-47F Chinook, avec une capacité de ravitaillement en vol, et souligne l’interopérabilité avec d’autres pays européens, notamment l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Sikorsky et ses partenaires Hensoldt, Liebherr-Aerospace, MTU, Rheinmetall et ZF lancent le CH-53K qu’il construit pour le US Marine Corps et qui est le digne successeur de l’actuel CH-53. 

Le Sikorsky CH-53K « King Stallion » :

3206394194.jpg

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E «Super Stallion», qu’il doit remplacer à partir de 2019,  le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lbs sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple  surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6000ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep «Humvee».

Le Boeing CH-47F « Chinook » :

3781037295.jpg

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie, avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique et numérique.

Photos : 1 L’actuel CH-53 « Stallion » de la Luftwaffe @Luftwaffe le CH-53K « King Stallion »@ Sikorsky Le CH-47F « Chinook »@ Boeing

 

 

29/05/2019

Mise à jour des Kai TA-50TH !

873829BB-A232-44B1-B570-61E3828F0AFE.jpeg

Korea Aerospace Industries (KAI) a signé un contrat de 52 millions de dollars avec le gouvernement Thaïlandais en vue de la mise à jour  des avions écoles à réaction avancés TA-50TH déjà livrés. Le contrat comprend des activités de suivi et d’assistance telles que la formation, la réparation de pièces et l’équipement de soutien. La dernière livraison est prévue pour octobre 2021.

L'accord est un programme de mise à niveau et de modification qui vise à équiper les avions écoles KAI TA-50TH. Il est prévu de doter les premiers TA-50TH d’une amélioration du radar Doppler à impulsions Elta EL/M-2032, de l’adaptation d’un récepteur d'alerte radar et d’un système de distribution de contre-mesures.

Rappel :

La Royal Thai Air Force (RTAF) exploite quatre TA-50TH et dispose d’une seconde commande portant sur huit exemplaires supplémentaires. La Royal Thai Air Force (RTAF) a opté pour son nouvel avion école avancé, avec le Korea Aerospace Industries (KAI) T-50E« Golden Eagle ». L’avion doit venir remplacer progressivement les Albatros L-39 dans un premier temps, puis les Alpha Jet acquis d’occasion auprès de l’Allemagne. A terme, se sont 24 appareils KAI T-50 qui seront commandés plusieurs tranches. Pour la RTAF, il s’agit notamment d’unifier la formation avancée avec un seul appareil et non deux comme aujourd’hui.

Le KAI T-50 :

Le KAI T-50 «Golden Eagle»  est un appareil école non armé, alors que le modèle TA-50 dispose d’un radar de tir israélien Elta EL/M2032, mais fabriqué sous licence en Corée du Sud par Lignex.  Le T-50 «Golden Eagle»  largement dérivé du Lockheed-Martin F-16 «Fighting Falcon» et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspirés de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose, par contre, d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’éléments, d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14'600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8'000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

Photo : TA-50TH de la RTAF @RTAF

 

28/05/2019

La Japon va commander 105 F-35 !

5888B42C-2CBC-464D-B281-5B53141B5625.jpeg

Je vous l’annonçais en novembre dernier, le Japon lorgnait sur un lot additionnel d’une centaine d’avions de combat Lockheed-Martin F-35. Cette fois c’est confirmé, Tokyo va acheter 105 avions de combat américains F-35 supplémentaires, a annoncé lundi le président américain Donald Trump à l’issue d’un sommet avec le premier ministre japonais Shinzo Abe. Avec cette nouvelle commande, le Japon va devenir le plus grand utilisateur international de F-35.

Rappel :  

Le gouvernement de Shinzo Abe, avait annoncé en décembre dernier un budget record pour la défense et ceci avec comme objectif de contrer la menace militaire de la Chine dans la région et de pouvoir tenir tête face aux pressions russes en ce qui concerne le différent à propos des îles Kouriles.

Les 42 chasseurs que le Japon a déjà commandés sont tous des F-35A. Les 105 avions supplémentaires comprendraient à la fois le F-35A et le F-35B qui viendra prendre place au sein de l’aéronavale renaissante, capable de décollages courts et d'atterrissages verticaux.

À l’heure actuelle, le Japon déploie environ 200 F-15, dont environ la moitié ne peut pas être mis à niveau. Le ministère de la Défense veut remplacer les avions qui ne peuvent pas être modernisés par les 105 F-35, tout en améliorant et en conservant les F-15 restants. Les Mitsubishi F2 seront encore opérationnels, ceux-ci ayant été modernisés en 2012.

Renaissance de l’aéronavale japonaise :

Pour accueillir les F-35B, le gouvernement japonais a l'intention de réorganiser le porte-hélicoptère JS Izumo de la Force d'autodéfense maritime pour qu'il puisse accueillir le nouvel aéronef. Avec l’arrivée du F-35B sur un bâtiment de surface, le Japon voit ainsi son aéronavale reconstituée depuis la fin de la Seconde Guerre-Mondiale. De plus le pays pourra compter sur une force de frappe avancée qui de fait permettra au Japon de disposer d’une véritable nouvelle force de combat.

Le ministère japonais de la Défense a sélectionné le F-35A en tant que futur combattant de la défense aérienne de la prochaine génération. Au total se sont 42 F-35A qui viendront équiper les Forces d’autodéfenses japonaises dans un premier temps. Les 4 premiers F-35A ont déjà été livrés à partir des installations de production de Fort Worth, au Texas. Les livraisons des 38 appareils s’effectuent dorénavant, depuis les installations de Mitsubishi au Japon.

A ce jour, 390 F-35 ont été livrés dans le monde, avec un coût estimé au total à près de 400 milliards de dollars pour l’armée américaine, pour un objectif de près de 2’500 appareils à produire dans les décennies à venir.

 

Photo : F-35A japonais @jasd

 

 

Lire la suite