23/03/2021

Les H145 SAR de la Bundeswehr au complet !

 

unnamed-11.jpg


Airbus Helicopters a remis le septième et dernier hélicoptère H145 pour le service de recherche et de sauvetage (SAR) de la Bundeswehr à l'Office fédéral de l'équipement, des technologies de l'information et du soutien en service de la Bundeswehr (BAAINBw) dans les délais. Les hélicoptères livrés précédemment sont utilisés pour la formation et les essais sur le terrain et sont disponibles 24h / 24 et 7j / 7 dans les bases aériennes de Niederstetten et Nörvenich pour les opérations de sauvetage. Les opérations avec le nouveau H145 LUH SAR (Light Utility Helicopter Search and Rescue)commenceront prochainement, comme prévu, à la troisième station SAR de Holzdorf. Le nouvel hélicoptère remplace ainsi les anciens Bell UH1D vieillissants.

«Nous sommes ravis d'avoir terminé cette commande du début à la fin dans les délais et dans les limites du budget et que la mise en service se déroule comme prévu», a déclaré Wolfgang Schoder, PDG d'Airbus Helicopters Germany. «Les commentaires que nous avons reçus de nos clients ont été très positifs. En raison de leur flexibilité et de leur très grande disponibilité, les hélicoptères de la famille H145 ont fait leurs preuves en Bundeswehr. Nous voyons beaucoup plus de possibilités pour un large éventail de tâches dans toutes les branches des forces armées pour le modèle fiable. "

Entre autres caractéristiques, les hélicoptères sont équipés de caméras haute performance, de projecteurs de recherche, de systèmes de localisation de balises d'urgence, d'une gamme complète d'équipements médicaux, de treuils de sauvetage et de crochets de charge pouvant être utilisés pour les réservoirs d'extinction d'incendie, par exemple. Ils sont faciles à identifier grâce à la peinture orange vif caractéristique de leurs portes, avec 'SAR' en lettres bleues.

23.jpg

Photos : H145 SAR aux couleurs de la Bundeswehr @ Airbus Helicopters

 

 

22/03/2021

Le standard F3-R du Rafale pleinement opérationnel !

355394504.jpg

Les chefs de l'armée de l'air et de la marine ont annoncé le 17 mars que les deux services avaient officiellement accepté la dernière configuration opérationnelle du Rafale au nouveau standard F3-R.

La nouvelle de cette étape est intervenue 15 mois après la déclaration de capacité opérationnelle initiale (IOC) en décembre 2019 et 20 mois après l'acceptation officielle de du standard F3-R en juillet 2019. La nouvelle norme F3-R pour le Rafale a été développée par Dassault Aviation, Thales, MBDA et Safran dans le cadre d'un contrat signé en janvier 2014.

Une mise à jour importante : 

A l’instar des standards précédents, le nouveau standard F3-R apporte des évolutions logicielles et matérielles majeures.

En particulier, deux nouvelles capacités changent profondément la donne dans le domaine de l’aviation de combat :

- L’association du nouveau missile air-air à très longue portée « Meteor » avec le radar à balayage électronique « RBE2 » à antenne active.

- L’arrivée de la nacelle de désignation de nouvelle génération « Talios » qui améliore considérablement les capacités dans le domaine de la détection, de la reconnaissance et de l’identification de cibles, de jour comme de nuit en vue de frappes air-sol de grande précision. 

En termes de capacité air-sol, le pilote pourra sélectionner le mode d'impact de la bombe guidée laser/GPS AASM. Par ailleurs, le Rafale sera aussi capable de tirer la bombe guidée laser GBU-16 Paveway II, dont le kit de guidage se monte sur un corps de bombe Mk 83. D'un poids de 500 kg, dont la charge explosive est de 200kg, elle est aujourd'hui utilisée par les M2000D uniquement. Son intégration permettra au Rafale de frapper des cibles faiblement durcies et d'une taille petite à moyenne.

Dans le cockpit et de manière moins visible, le Rafale disposera d'un nouvel IFF mode 5/S, le système SPECTRA se renforce avec de meilleures capacités de guerre électronique et le système de communication cryptée OTAN, la Liaison L16, sera amélioré. En outre, le radar RBE2-AESA (antenne active, ou Active Electronically Scanned Array) sera modernisé et le Rafale dispose d'un système AGCAS (Automatic Ground Collision Avoidance System) qui permet de récupérer l'avion en cas d'une perte de contrôle.

On retrouvera aussi le système SAASM (Selective availability anti-spoofing module). Ce dernier permet, entre autres, d'éviter le brouillage électronique du GPS par l'adversaire. Les Rafale Marine disposeront pour le ravitaillement en vol du système « buddy-buddy » qui sera effectué avec la nacelle NARANG (Nacelle de ravitaillement nouvelle génération).

Le nouveau standard F3-R prend également en compte les retours d’expérience opérationnelle, notamment pour l’armement air-sol modulaire (AASM), l’interopérabilité et les exigences réglementaires. La démarche d’amélioration continue du Rafale se poursuit donc en renforçant le caractère omni-rôle de l’avion.

A noter que la prochaine étape du Rafale concerne le standard F4 disponible en 2025. Ce standard permettra notamment de rentre l’avion encore plus efficient en matière de connectivité.

Photo : Rafale @ Armée de l’air

 

 

21/03/2021

KAI Aerospace prépare la présentation du prototype du KF-X !

20210301000109_0.jpg

L’avionneur coréen KAI Aerospace présentera officiellement le premier prototype du KF-X en avril prochain. L’évènement sera historique pour le pays et l'industrie aérospatiale.

La Corée du Sud travaille sur le projet de développement d’un avion de combat de nouvelle génération depuis la fin de 2015 pour remplacer la flotte vieillissante d'avions McDonnell F-4 « Phantom » et Northrop F-5 de l'armée de l'air. Le KF-X est l'un des projets nationaux les plus importants pour remplacer les chasseurs actuels de l'armée de l'air et pour introduire le chasseur de prochaine génération qui peut satisfaire le concept d'opération du futur du champ de bataille. En outre, KAI travaille sur le développement de l'avionique, ainsi que sur le futur ordinateur de mission et de contrôle de vol. Le projet de développement est estimé à 7,9 milliards de dollars.

Pour une étude plus approfondie et un développement efficace, 16 universités, 11 laboratoires et 553 fournisseurs participent au projet KF-X et 100 ingénieurs de développement supplémentaires ont été embauchés. De son côté le motoriste américain General-Electric a livré les moteurs F414-GE-400K du chasseur KF-X. 

FG_3917462-JDW-11030.jpg

Le calendrier :

Actuellement les ingénieurs sont occupés à apporter la touche finale à l'assemblage du modèle d'essai. Dans une couleur jaune-vert, le prototype du KF-X semblable à un avion furtif dans la conception sera peint en gris foncé avant son événement de présentation.

KAI Aerospace prévoit d'achever la construction de trois prototypes d'ici la fin de l'année et de conclure en assembler trois autres d'ici le premier semestre de l'année prochaine. Le premier test en vol est prévu pour 2022, l'ensemble du développement devant être achevé d'ici 2026.

Séparément, deux copies supplémentaires seront faites pour des tests au sol afin d'examiner la durabilité du jet et les éventuelles faiblesses de structure.

Tous les jets d'essai ont été conçus légèrement différemment pour effectuer divers tests. Certains sont monoplaces et les autres biplaces.

Une fois le développement terminé, 40 unités seront livrées à l'armée de l'air d'ici 2028 et 80 unités supplémentaires d'ici 2032. 

Priorité à la Corée du Sud :

L’Administration du programme d’acquisition de défense de la Corée du Sud (DAPA) a révélé son intention d’introduire une politique d’achat de matériel de défense qui donne officiellement la priorité à l’approvisionnement local par rapport aux importations.

La DAPA a déclaré que le programme « Buy Korea Defence » (BKD) était conforme aux objectifs de la loi sur le développement de l’industrie de la défense récemment introduite. Les détails du BKD, a-t-il déclaré, ont été présentés lors d'une réunion du 11 mars d'un nouveau conseil du DAPA mis en place pour faire adopter des réformes en vertu de la législation.

La DAPA a déclaré que la politique de BKD exigerait l'évaluation des avantages que les programmes locaux de recherche, de développement (R&D), de production et d'approvisionnement apporteraient à l'économie nationale.

La Corée du Sud a présenté des plans pour donner la priorité à l'acquisition de composants et de systèmes fabriqués localement sur des plates-formes clés telles que l'avion de combat KF-X. Il a ajouté : « Dans le cas des projets qui ne peuvent pas être décidés par des achats à l'étranger, la réglementation sera modifiée afin que les entreprises nationales doivent participer au processus d'appel d'offres».

Le KAI Aerospace KF-X

k-fx-cockpit-mockup_79067.jpg

Avec une charge utile maximale de 7’700 kilogrammes, le nouvel avion aura 10 nacelles pour missiles air-air et autres armes, capables de voler à 2’200 km/h avec une portée de 2’900 km.

Au départ du programme, le KF-X était classé comme un chasseur de la génération 4++ doté de capacités avioniques et de frappe améliorées. Mais, il va disposer de plusieurs caractéristiques de furtivité et des performances supérieures qui pourraient le rendre comparable avec un avion furtif de cinquième génération.

KAI a hésité à révéler avec précision le type de mécanisme de furtivité dont dispose le jet, mais sa section efficace radar (RCS) soit la principale mesure de furtivité sur les aéronefs militaires, ne mesure que 0,5 mètre carré (5,4 pieds carrés). 

KAI a conçu le fuselage du KFX pour qu’il ressemble à un jet furtif semblable au F-22 de Lockheed Martin. La plupart des capteurs sont situés à l'intérieur de l'avion, tandis que les quatre missiles air-air installés sur le KFX sont à moitié enfouis dans la partie centrale du fuselage. Il reste ainsi de la place dans l'avion pour l'installation d'une soute d'armes interne, élément caractéristique des chasseurs furtifs.

Mais, KAI ne veut pas sacrifier la maniabilité de l’avion, il sera capable d'effectuer des manœuvres serrées pour se comporter comme les meilleurs avions actuels. L’une des grandes difficultés de la Corée du Sud tient dans le développement d’un radar AESA pour le KF-X. En effet, le pays n’a pas d’expérience dans ce domaine. Près de 800 millions de dollars ont été investis dans le développement du radar AESA jusqu'en 2026. Un prototype du radar sera testé en Israël ce printemps, suivi d'un autre vol d'essai en Corée à partir de novembre prochain. À partir de 2023, il sera installé sur le prototype KFX pour une dernière série de tests qui devront mener le projet à maturité.

Le poids cible pour la KF-X était de 13 tonnes au début de la conception du projet en 2001, mais les concepteurs ont dû réduire de 500 kg supplémentaires pour tenir compte des ajouts futurs. 

Dans les usines de KAI à Sacheon dans le Gyeongsang du Sud, environ 1’250 chercheurs et ingénieurs travaillent d'arrache-pied au développement du KF-X. 

2314424989.jpg

Photos : 1 Le premier prototype en fin d’assemblage 2 image de synthèse du KF-X 3 Cockpit 4 Plan @ KAI Aerospace

 

19/03/2021

Préparation pour la mise à jour des EA-18G « Growler » !

23.jpeg

Boeing a lancé un programme de mise à jour destiné à la flotte d’avion de combat EA-18G « Growler » au Block II de l'US Navy. Un premier appareil a rejoint la Naval Air Station Whidbey Island pour y subir les modifications.

Les modifications sont axées sur la mise à jour de l'architecture des systèmes structurels et de mission de l’avion permettant une future croissance des capacités des quelques 160 « Growler » de la Marine. Les « Growler » jouent un rôle essentiel dans le brouillage des signaux radar et de communication des forces de la menace, désactivant leur capacité à détecter et à suivre les forces militaires américaines et alliées.

À la suite de l'attribution des contrats en octobre 2020 et février 2021 pour les matériaux et la main-d'œuvre, les travaux de modification comprennent diverses mises à niveau des systèmes de mission de l’avion. Le système de brouillage AN/ALQ-218 va recevoir des améliorations qui augmenteront sa communication avec les brouilleurs et récepteurs du Growler afin de permettre des capacités futures telles que le brouillage automatique des systèmes de radar et de communication ennemis rapidement une fois détectés. L'AN/ALQ-218 peut fonctionner sur les bandes RF 0, 1, 2 et bande 3, avec un radar pulsé et à ondes continues avec prise en charge des communications en option, tout en fournissant une identification d'émetteur spécifique. Il offre une mesure de fréquence fine améliorée pour supporter le brouillage électronique.

Des modifications supplémentaires permettront d'élargir le pipeline d'informations du « Growler » pour un transfert de données plus rapide et plus sécurisé vers d'autres aéronefs et plates-formes, ainsi que d'améliorer considérablement la vitesse de traitement des données. Boeing prépare également l’EA-18G afin qu’il puisse recevoir la nouvelle génération de brouilleurs en nacelle, soit le « Jammer Next Generation » pour remplacer les systèmes ALQ-99 utilisés sur les avions d’attaque électroniques aériens EA-18G. En 2016, l’US Navy a attribué à Raytheon un contrat d’ingénierie et de développement de fabrication (EMD) pour le brouilleur de nouvelle génération.

La nouvelle nacelle utilise les dernières technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique actif, et fournira des capacités améliorées d'attaque électronique aéroportée pour perturber et dégrader les systèmes de défense aérienne et de communication terrestre ennemis.

Le calendrier du programme prévoit que tous les EA-18G « Growler » seront modifiés d’ici cinq ans. La modification complète devrait commencer en juin 2021.

2703269175.jpg

Le EA-18G « Growler » : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contrepartie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Élimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du « Growler » de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

Photos : 1 EA-18G @Peter Foster 2 Nouvelle nacelle de brouillage @ Rayhteon

 

 

 

 

18/03/2021

Les premiers F-16 taïwanais modernisés !

3615622831.jpg

Taïwan a achevé la modernisation de la première tranche de ses F-16 A/B. Au total se sont 42 appareils qui se trouvent au nouveau standard F-16V Block 70/72. Au total, se sont 142 appareils qui sont concernés par cette importante mise à jour. Le 17 mars, l'Armée de l'air de la République de Chine (RoCAF), a annoncé d'attribuer ces premiers avions à la 4e Escadre de chasse tactique à Chiayi dans le sud-ouest de Taiwan. Le chef de la RoCAF, le général de division Huang Chih-wei, a déclaré qu'une cérémonie officielle de remise et d'acceptation de l'avion nouvellement modernisé se tiendrait vers la fin du mois de mars.

Rappel :

L’iles de Taïwan met à niveau ses anciens F-16 à la norme F-16 Bock70/72 procède à l’acquisition de nouveaux appareils au même standard. La nouvelle de l'achèvement de la première tranche des mises à niveau du F-16V intervient deux ans et demi après la livraison du premier avion a la RoCAF par les partenaires de Lockheed Martin's Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) en octobre 2018. Le projet a débuté en janvier 2017, les quatre premiers avions étant intronisés dans le programme de mise à niveau de l'usine AIDC de Taichung, dans le nord-ouest de Taïwan.

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).

L'administration Trump a approuvé la vente du F-16V en août 2019, qui a ensuite été approuvée par le Congrès. En novembre, le Parlement de Taïwan a accepté le budget de 8,1 milliards de dollars, permettant au MND de signer l'accord. Le calendrier de livraison du programme, nommé en interne « Phoenix Soaring », prévoit que les deux premiers F-16V un monoplace et biplace soient livrés d'ici 2023 pour les tests initiaux, tandis que le dernier des 66 appareils être livré en 2026. La commande se décline ainsi :  56 des avions monoplaces et 10 biplaces.

Report-Taiwan-2019-kop3-4Aviation.jpg

Les F-16 Block70/72 « Viper » taïwanais :

La modernisation des F-16 taïwanais comprend l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam », une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatibles avec des lunettes de vision nocturne, une centrale de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V)7.  En matière de communication les appareils reçoivent de nouvelles radios numériques, ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation AN/AAQ-33 « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS).

Les pilotes disposent d’un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X « hyper véloce » en remplacement des AIM-9PM actuels.

Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 seront portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.
Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.

Taiwan a reçu des missiles Raytheon AGM-84L « Harpoon » BlockII antinavire et du matériel connexe. Dont des unités de contrôle de guidage « Harpoon », 30 conteneurs, 30 pylônes de lancement, ainsi que des kits de configuration AGM-84G à AGM-84L.

On notera que la ROCAF ne précise pas si à l'avenir des réservoirs conformes seront installés. 

2823834014.jpeg

Photos : 1 F-16 Block70/72 Viper @ Chinag Kuan-lun 2 F-16 en cours de mise à jour 3 F-16 Viper avec missile Harpoon @ TaïwanNation