18/03/2020

L’Indonésie semble confirmer l’achat de Su-35 !

EBB79D4E-3C6A-491E-97E7-BF96F684F0F6.jpeg

En janvier 2018, Jakarta avait annoncé la finalisation de sa commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat est estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre Grâce de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense Russe.

Pressions américaines :

L’année dernière, Washington avait fait pression sur l'Indonésie sur l'achat des Su-35.  Le pays avait semble-t-il bloqué les discussions avec les russes en raison de plusieurs facteurs, notamment l'élection présidentielle indonésienne tenue en avril de la même année, des problèmes de financement et d'échanges compensés et des préoccupations à Jakarta concernant la législation américaine CAATSA.  

Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’Indonésie a démenti le 16 mars dernier, les informations des médias selon lesquelles Jakarta, sous la pression des États-Unis, a abandonné un accord pour acheter 11 des combattants de fabrication russe.

Du côté russe, on déclare : "Il n'y a pas d'annulation officielle de l'ordre indonésien pour les Su-35". Nous n'avons reçu aucun document sur la question et nous n'en avons pas été informés. « La Russie confirme que l'Indonésie souhaitait toujours acquérir les Su-35 ».

Rappel : 

Le ministère indonésien de la Défense (MoD) a choisi le Sukhoi Su-35 «Flanker-E » pour remplacer les actuels Northrop F-5E Tiger II de la Force aérienne. Ce programme représente la première commande à l'exportation du Su-35 russe. A l’origine, Jakarta avait exprimé son intérêt pour 16 Su-35, mais cette exigence a été réduite faute de moyens financiers suffisants.

Le Sukhoi Su-35 " Flanker-E " :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

2724286805.jpg

Photos : Su-35 « Flanker-E » @ Sukhoi

 

 

17/03/2020

Le Pérou prépare l’achat de C-27J supplémentaires !

3254027609.jpg

Le Pérou prévoit de renforcer sa flotte actuelle d’avions de transport tactique Leonardo C-27J « Spartan ». Au total se sont 8 appareils qui vont être acquis prochainement pour remplacer les vieux DHC-6 et Antonov An-32b. Lima utilise déjà 4 C-27J depuis 2015.

Selon le Ministère de la défense péruvien, il est prévu de commander deux appareils cette année et six autres au cours des trois prochaines années. Si le Pérou procédait à l'acquisition complète de ces nouveaux C-27J, cela en ferait le plus grand opérateur de transport de construction italienne au monde et donnerait au constructeur une impulsion majeure pour le type, qui a eu du mal à gagner des commandes ces dernières années.

Leonardo C-27J « Spartan » :

Le C-27J « Spartan » est un aéronef à voilure fixe de transport tactique léger polyvalent pour diverses missions. Particulièrement maniable et polyvalent, le robuste C-27J offre un rapport poids puissance le plus élevé de sa catégorie avec la capacité d'effectuer des manœuvres sous un facteur de charge de l’ordre de 3G, permettant des virages serrés et une montée rapide, ainsi que la descente. 

Il offre la capacité unique de faire varier la hauteur plancher, afin d’ajuster en permanence celui-ci pour faciliter le chargement et le déchargement de grands volumes, ainsi que les charges utiles à haute densité sans équipement de soutien au sol et en facilitant le «drive-in/out» de véhicules, afin qu'ils puissent être utilisés immédiatement.

Le C-27J offre un niveau élevé de sécurité et un taux imbattable de disponibilité particulièrement haut.  Le C-27J décolle sur environ 1’900 pieds sur une surface non goudronnée. Dans un environnement tactique, l'avion est capable de monter à 10’000 pieds en 3 minutes, en descendant à partir de 10’000 pieds en moins de 2,5 minutes. Avec une masse à l'atterrissage maximale, le C-27J à une course au sol de moins de 1115 pi.

940054366.jpg

La nouvelle avionique du C-27J est conçue pour être conforme aux exigences en matière de contrôle de la circulation aérienne de nouvelle génération, telles que SESAR et NextGen et offre une fonctionnalité TCAS 7.1 (système de prévention des collisions de trafic). Elle comporte de nombreuses mises à niveau majeures, telles qu'un nouveau système FMS (système de gestion de vol) doté de fonctionnalités d'approche RNP (performances de navigation requises) et LPV (performances de localisateur avec guidage vertical). Le mode 5 de l'IFF (ami d'identification ou ennemi) a été mis à jour à la dernière norme. De nouveaux écrans de poste de pilotage, un nouveau radar météorologique, une nouvelle navigation par radio, des capacités de communication par satellite et de communication par radio améliorées, un nouveau système d'intercommunication, de nouveaux panneaux de poste de pilotage et de chargement ainsi qu'un système d'éclairage à technologie LED ont également été inclus. De plus, les anciens boîtiers d’interface avionique et systèmes généraux ont été remplacés par de nouveaux équipements fabriqués par la division Systèmes aéroportés et spatiaux de Leonardo.

Photos : 1 C-27J « Spartan » 2 Cockpit @ Leonardo

 

L’IATA soutient le fret aérien dans le cadre du Coronavirus !

air-freight.jpg

L'Association internationale du transport aérien (IATA) et ses membres continuent de soutenir les gouvernements dans leurs efforts pour contenir la propagation de Covid-19. Depuis la crise, le fret aérien a été un partenaire essentiel dans la prestation de médicaments nécessaires, l'équipement médical (y compris les pièces / composants de réparation de rechange) et à maintenir des chaînes d'approvisionnement mondiales qui fonctionnent pour la plupart des matériaux sensibles à temps. Cela a été fait par des opérations de fret tout cargo, l'utilisation de la capacité de fret dans les avions de passagers et des vols de secours vers les zones touchées. 

Le fret aérien joue également un rôle dans le transport de denrées alimentaires et d'autres produits achetés en ligne à l'appui des politiques de quarantaine et de distanciation sociale implantés par les Etats. 

Les restrictions de voyage spectaculaires et l'effondrement de la demande des passagers ont fortement limité la capacité de chargement. IATA appelle les gouvernements à prendre des mesures urgentes pour faire en sorte que le fret aérien sera disponible pour soutenir la lutte mondiale contre Covid-19. 

Plus de 185’000 vols de passagers ont été annulés depuis la fin de janvier en réponse aux restrictions de voyage du gouvernement. Avec cela, la capacité de chargement vitale a disparu quand il est le plus urgent dans la lutte contre Covid-19. La flotte d'avions cargo au monde a été mobilisé pour compenser ce manque à gagner des capacités. Les gouvernements doivent prendre des mesures urgentes pour faire en sorte que les lignes d'approvisionnement vitales restent ouvertes, efficiente et efficace « , a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l'IATA. 

Les gouvernements doivent voir le fret aérien comme un élément essentiel de la lutte contre Covid-19 et prendre les mesures suivantes : 

 

  • Exclure les opérations de fret aérien de tout Covid-19 restrictions de voyage liées, pour assurer que les produits médicaux sauver la vie peut être transportée sans interruption 
  • Veiller à ce que les mesures normalisées sont en place pour que le fret aérien peut continuer à se déplacer dans le monde avec un minimum de perturbations 
  • Les membres d'équipage de fret aérien exemptés, qui ne sont pas interagi avec le public, des exigences de quarantaine 14 jours 
  • Soutenir les droits de trafic temporaires pour les opérations de fret où les restrictions peuvent s'appliquer 
  • Supprimer les obstacles économiques, tels que les frais, les frais de survol stationnement et les restrictions à sous pour soutenir les opérations de fret aérien au cours de ces temps sans précédent. (Sources IATA).

 

Photo : MD11 Lufthansa Cargo @ Lufthansa

16/03/2020

F-35, ALIS pose encore plus de problèmes que prévu !

ALIS-F-35101.jpg

On le sait maintenant depuis un certain temps, le système de diagnostique en ligne ALIS du F-35 ne marche pas bien du tout. A tel point d’ailleurs, qu’il est prévu de remplacer ALIS par un nouveau système, nommé ODIN (Operational Data Integrated Network). De nouvelles révélations à propos d’ALIS ont été rendues publique vis l’agence Bloomberg ce matin.

Travaux manuels en augmentation :

A la base, le système ALIS était censé diminuer le travail de la maintenance et donc simplifier celle-ci. Il n’en est rien. Selon le dernier rapport du GAO et les auditeurs du Congrès, le personnel au sol doit passer des heures à saisir les données à la main, alors que celles-ci devraient être implémentées automatiquement dans les ordinateurs.

Les équipes de maintenance de l'US Air Force, de la Marine et du Corps des Marines qui ont été examinées ont estimé qu'elles dépensent en moyenne 5’000 à 10’000 heures par an pour suivre manuellement les informations qui devraient être capturées automatiquement et avec précision par le système de Lockheed-Martin.

De plus, il s’avère que des données inexactes ou manquantes dans le système d'information logistique autonome, entraînent parfois des alertes, selon lesquelles un avion ne devrait pas être piloté même s'il est prêt à voler.  Par exemple, les problèmes d'intégrité des données font que le système « dit que les enregistrements électroniques sont souvent incorrects, corrompus ou manquants, ce qui fait que l'ALIS signale que l'avion devrait être immobilisé au sol, souvent dans les cas où les mainteneurs savent que les pièces ont été correctement installées et sûr pour le vol ».

Les pilotes ont déclaré de leur côté, que les défauts affectent l'état de préparation des avions de chasse. Les équipages ont connu jusqu'à 400 problèmes par semaine liés à des enregistrements électroniques inexacts ou manquants, selon le rapport.

Problèmes apparus en Finlande :

Cette problématique du téléchargement des mises à jour est apparue dernièrement en Finlande, lors des essais en vol. L’un des deux F-35A (arrivés dans le pays sur quatre prévus initialement) n’a pas pu prendre part correctement aux essais en vol. Le téléchargement des données n’ayant pas été concluant. De fait, il était impossible de télécharger les données informatiques de vol destinées aux essais du jour. Seul, un F-35 a pu effectuer les vols tests.

1572374182.jpg

Augmentation des coûts :

Toujours, selon le GAO, le coût de l'entretien des avions estimé à environ 1’200 milliards de dollars sur 66 ans. Un système de diagnostic pleinement opérationnel au niveau de l'escadre et de l'escadron, ainsi qu'un réseau de dépôts de pièces sont essentiels pour réduire les coûts estimés, selon les responsables.

Le personnel de maintenance dans les bases a également exprimé des préoccupations similaires à celles du bureau de l'inspecteur général du Pentagone, qui a déclaré en juin dernier que des pièces de Lockheed Martin basées à Bethesda, dans le Maryland, manquaient souvent au sein de l'historique d'utilisation électronique nécessaire pour les installer. L'inspecteur général a déclaré que Lockheed avait peut-être perçu trop d’argent de la part du Pentagone et ceci de l’ordre de 10,6 millions de dollars. Le projet de loi sur la politique de défense de cette année a exigé que le Pentagone prenne des mesures pour récupérer ces dollars

Remplacement à venir :

Le Pentagone a annoncé en janvier qu'il introduirait progressivement un nouveau système de diagnostic géré par l'armée destiné à incorporer les meilleures fonctionnalités de la version de Lockheed tout en offrant des améliorations majeures que l'Air Force a développées dans ses propres laboratoires de logiciels et le 309th Software Engineering Group.

Surnommé « ODIN », d'après le père du dieu Thor dans la mythologie nordique, le premier du nouvel équipement devrait être livré en septembre, avec une utilisation initiale fin 2021. Il devrait être pleinement opérationnel d'ici décembre 2022 pour tous les F-35. Encore faudrait-il que ce nouveau programme respecte le calendrier, ce qui est rare avec le F-35, pour l’instant.

Photo : F-35A relié à ALIS @ USAF

 

 

 

COVID-19 : L’aviation d’affaires à deux vitesses ! 

234.jpg

L’aviation d’affaires se retrouve dans une situation inédite, d’une part les salons dédiés au secteur sont annulés les uns après les autres, de l’autre la demande du secteur est en plein boum.

Annulation d’EBACE 20 :

La NBAA et l'European Business Aviation Association (EBAA) ont annulé leur événement européen phare et le deuxième plus grand salon de l'aviation d'affaires au monde, l'European Business Aviation Convention & Exhibition 2020 (EBACE2020).

L'événement devait se tenir à Genève du 26 au 28 mai, mais l'Europe est confrontée à de nombreuses restrictions liées aux voyages dû au COVID-19, y compris une interdiction de tous les événements de plus de 100 personnes en place jusqu'à fin avril en Suisse. Il s'agissait d'une extension de l'interdiction initiale des événements avec plus de 1’000 personnes qui devait se dérouler jusqu'à la mi-mars. Les autorités suisses indiquent en outre leur intention de réintroduire les contrôles aux frontières de Schengen.

Bien que de telles restrictions ne soient pas encore en vigueur en mai, les longs délais requis pour un événement de la taille d'EBACE2020 nécessitent une décision antérieure, ont expliqué les organisateurs. De plus, ils ont accepté de rembourser intégralement les frais d'exposition et d'inscription.

DSC_4306_Rob_1500px.jpg

Une série d’annulations :

La décision est la dernière d'une série d'annulations de grands événements en cours dans le monde et fait suite à la décision de la NBAA la semaine dernière de raccourcir d'un jour sa conférence Schedulers & Dispatchers (S&D) et d'annuler sa prochaine conférence internationale des opérateurs 2020 (IOC2020) et Business Aircraft Finance, Inscription et conférence juridique.

De plus, l’Aircraft Electronics Association a choisi de reporter son congrès international et salon professionnel qui devait se tenir du 24 au 27 mars à Nashville, tout comme les organisateurs d’Aero Friedrichshafen et de Sun n ’Fun Aerospace Expo. 

Forte de demande des jets privés :

Jetclass-696x385.jpg

Avec les risques de contamination, les acteurs du secteur de la location de jets privés se retrouvent avec une forte demande. Les réservations sont en plein boum depuis le début de la crise du Coronavirus en Chine. En Europe, on note une demande en hausse de l’ordre de 30 à 40% du secteur en quelques semaines. Suivant les pays, la demande a dépassé les 150% ces dernières semaines et pourrait encore augmenter prochainement.

Photos : 1 & 2 Salon EBACE 19 @ EBACE Press 3 Forte demande des jets privés @ JetClass