11/04/2018

Qatar Airways signe une lettre d'intention pour cinq B777 F !

1.jpeg

Qatar Airways a signé aujourd'hui une lettre d'intention en vue de l’achat de cinq Boeing B777 Freighters, d’une valeur de 1,7 milliard au prix catalogue de l’avionneur américain.

La lettre d'intention a été signée lors d'une cérémonie en présence du ministre qatari des Finances et du Président de Qatatr Airways Son Excellence M. Ali Sharif Al Emadi, directeur et le président-directeur commercial de Boeing M.Kevin McAllister.

« L'ajout de cinq B777 Freighters est un moment important pour notre division de fret », a déclaré Son Excellence M. Al Baker. « En tant que troisième opérateur de fret du monde, Qatar Airways continue d'investir dans l'expansion de la flotte. Cette opération sera un renforcement de notre confiance en Boeing pour continuer à offrir un produit exceptionnel qui répond à nos normes rigoureuses. Nous nous attendons à rien de moins que la perfection, et nous sommes confiants que Boeing continuera à offrir le meilleur. »

Le B777 « Freighter » :

Le B777F permet de combler le fossé entre les avions cargo gros-porteurs de la mi-taille et les plus grands cargos comme le B747F.Avec un poids maximum au décollage de 347.810 kg, le B777 « Freighter » a une capacité de charge utile de recettes de 112 tonnes (102 tonnes métriques). Le B777 « Freighter » est capable de voler 4,900 miles nautiques (9,070 km) avec une pleine charge utile. Sonlong  rayon d’action se traduit par des économies importantes pour les opérateurs de fret: moins d'arrêts et donc moins de droits d'atterrissage, moins de congestion dans les grands aéroports, une baisse des coûts de manutention et un plus court délai de livraison du fret. Le B777  « Freighter » caractéristiques des capacités encore jamais vues sur un cargo bimoteur, pouvant accueillir 27 palettes standard (96 po x 125 po, 2,5 mx 3 m) sur le pont principal .Il est alimenté par  le plus puissant réacteur commercial de General Electric, le GE90-110B1. Le B777 « Freighter » est conforme aux normes de bruit QC2 pour l'accessibilité maximale aux aéroports sensibles au bruit.

 

1-1.jpeg

Photos : 1 le B777F aux couleurs de Qatar Airways Cargo 2Signature de l’accord @ Boeing

 

Le V-280 « Valor » prêt pour les vols rapide !

 

bell textron,v-280 valor,tilt rotors,us army,blog défense,aviation et défense,transport tactique,giravions,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Le prototype du Bell V-280 « Valor » est sur la bonne voie pour faire basculer ses nacelles vers l'avant et voler en «mode avion» d'ici la fin du mois d'avril, selon un responsable de l'entreprise. Le prototype, qui a fait son premier vol en décembre, il a maintenant accumulé 19 heures de vol et 75 de fonctionnement sur le terrain.

Lors des essais en vol sur le site de Bell Textron à Amarillo au Texas, le V-280 a volé jusqu'à 80 kt. La prochaine étape consiste à tester le vol avec les hélices basculées en avant et de pousser la vitesse pour attendre les niveaux d’un avion.

Le programme Bell V-280 « Valor » fait partie de l'initiative de démonstrateur technologique interarmées polyvalent (JMR-TD). Le programme JMR-TD est le précurseur scientifique et technologique du programme « Future Vertical Lift » (FVL) du ministère de la Défense. Le programme V-280 rassemble les ressources techniques et les capacités industrielles de Bell Helicopter, Lockheed Martin, GE, Moog, IAI, TRU Simulation et formation, Astronics, Eaton, GKN Aerospace, Meggitt et Spirit AeroSystems.

bell textron,v-280 valor,tilt rotors,us army,blog défense,aviation et défense,transport tactique,giravions,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Le Bell V-280 « Valor » est censé fournir à l’armée des États-Unis les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. L'aéronef est conçu pour offrir la meilleure valeur en termes d'approvisionnement, d'exploitation et de soutien, et de structure de force. Avec deux fois la vitesse et la portée des hélicoptères conventionnels.

Le Bell V-280 « Valor » dont le design a été présenté pour la première fois le 10 avril 2013, lors de l'Army Aviation Association of America Annual Professional Forum and Exposition à Forth Worth au Texas. Le V-280 est un aéronef multi-rôle susceptible de répondre au programme «Vertical Lift Program» du département de la Défense. L'armée américaine et le ministère de la Défense sont en effet, à la recherche d’un hélicoptère capable à l’avenir de voler à une vitesse de 230 nœuds, en lieu et place des 140 actuels.

Le concept du V-280 « Valor » est basé sur la gamme des « tilt-rotors » de troisième génération, fortement inspiré du V-22, mais légèrement plus petit. Une des grosses différences avec le V-22 est que les moteurs du V-280 seront fixes et ne pivotent pas avec le rotor, ce qui réduit la complexité et le nombre de pièces mobiles.

Le Bell V-280 « Valor » à rotors basculants doit offrir selon son concepteur, les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. Le Bell V-280 aura la capacité d'effectuer une multitude de missions avec une vitesse inégalée avec une grande agilité.

bell textron,v-280 valor,tilt rotors,us army,blog défense,aviation et défense,transport tactique,giravions,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Photos :V-280 « Valor » aux essais @ Bell Textron

 

10/04/2018

SAS commande 50 A320neo supplémentaires !

maxresdefault.jpg

SAS a signé une commande pour portant sur 50 avions Airbus A320neo supplémentaires afin de créer une flotte de type unique. Les avions seront livrables du printemps 2019 à 2023. Cette commande signifie que SAS disposera pour la première fois en 2023 d'une flotte unique composée des avions court et moyen-courriers les plus performants du marché de l’avionneur Airbus

«Il y a un peu plus d'un an, nous avons commencé à mettre en service les nouveaux Airbus A320neo, et depuis, nous avons reçu une réponse très positive de la part de nos clients. Je suis donc ravi que, grâce à cette commande, nous puissions continuer à améliorer et à investir dans notre offre à la clientèle et, partant, dans l'avenir de SAS. Nous créons également une flotte de type unique et plus efficace pour la première fois.

L'A320neo SAS est configuré avec 174 sièges. L'avion est propulsé par des moteurs LEAP-1A de CFM International. Il est  déployé sur les courts et moyen-courriers à partir de ses bases scandinaves vers des destinations dans toute l'Europe.

 L‘A320neo :

La famille A320neo offre aux compagnies le choix entre les réacteurs, le Pure Power PW1100G-JM de Pratt & Whitney, et les LEAP 1-A de CFM. Composée de trois versions de différentes capacités (A319neo, A320neo et A321neo), la famille A320neo, qui peut accueillir de 100 à 240 passagers, permet aux opérateurs d'exploiter l'appareil le mieux adapté à la demande, et couvre parfaitement la totalité du segment des monocouloirs, sur les lignes domestiques à faible ou forte densité de trafic, ou les lignes long-courriers pouvant atteindre 4 000 nm. Grâce à une cabine plus large, tous les appareils de la famille A320neo offrent un confort inégalé dans toutes les classes, ainsi que des sièges de la largeur standard d’Airbus de 18 pouces en classe économique. Depuis son lancement le 1er décembre 2010, la famille A320neo bénéficie d'une forte reconnaissance du marché, qui se traduit par plus de 4’500 commandes émanant de 82 clients, soit quelque 60 %de part de marché.

La famille A320 est la plus vendue au monde, avec plus de 12’750 commandes depuis le lancement et plus de 7’200 avions livrés à plus de 300 opérateurs dans le monde. La famille A320neo intègre les dernières technologies, y compris les moteurs de nouvelle génération et les dispositifs de bout d'ailes « Sharklet » qui, ensemble, fournissent plus de 15 % d'économies de carburant dès le premier jour et 20 %d'ici 2020.

Photo :A320neo aux couleurs de SAS @ SAS

 

 

Lion Air commande 50 B737-10 MAX !

1.jpeg

Jakarta en Indonésie, groupe Air Lion a annoncé avoir signé un contrat portant sur  50 de nouveaux Boeing B737-10 MAX, soit la variante la plus économe en carburant et rentable des monocouloirs dans l'industrie de l'aviation. La transaction est évaluée à environ 6,24 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur américain. Il s’agit également de la plus importante commande supplémentaire à ce jour en ce qui concerne la variante MAX 10.

« Lion Air est très heureux d'être un client de lancement de la dernière version du B737. Cet avion offre un nouveau niveau d'efficacité énergétique et une économie d'exploitation qui correspond parfaitement à notre flotte d'avions modernes », a déclaré Edward Sirait, président directeur Lion Air Group.

Le B737-10 MAX: 

Le « 737 MAX » est une famille d'avions qui offrent de 130 à 230 sièges avec la capacité de voler jusqu'à 3.850 miles nautiques (7.130 kilomètres). Ces jets intègrent les derniers moteurs CFM International moteurs LEAP-1B, l’Advanced Technology winglets, le Boeing Sky Interior, les grands écrans du poste de pilotage et d'autres caractéristiques pour offrir la meilleure efficacité, la fiabilité et le confort des passagers sur le marché des monocouloirs. Le B737-10 MAX  est la plus grande variante de la famille. Avec 43,8 m (143 pi 8 po) de long, l'avion peut accueillir un maximum de 230 passagers et offrir aux compagnies aériennes le plus bas coût siège jamais réalisé jusqu’à présent avec un avion monocouloir. Le nouveau MAX-10 a été lancé en juillet 2017, les premières livraisons sont attendues pour 2020. Le nouveau MAX-10 a enregistré 466 commandes au total à ce jour.

Photo :le futur B737-10 MAX aux couleurs de Lion Air @ Boeing

09/04/2018

Inde : on repart à zéro !

india_mmrca-61021-700x398.jpg

L’Inde vient de relancer son projet d’avions de combat dans le but d’acquérir un total de 110 aéronefs. Ce nouvel épisode ressemble à un projet MMRCA II et enterre l’achat séparé d’avions monoréacteurs et de bimoteurs prévu dernièrement. Ce nouveau retournement de situation n’est que le troisième en une décennie.

Ouvert à tous :

L'IAF a diffusé une demande d'information (RFI) de 73 pages à six entreprises pour la fourniture de 110 chasseurs monoplaces et biplace sur une période maximale de 12 ans. Par ailleurs, la nouvelle demande est ouverte aux chasseurs fabriqués aux États-Unis, en Europe de l'Ouest et en Russie.

La RFI ne fixe aucune norme pour le nombre de moteurs pour le futur chasseur de l'IAF. Environ 82 des 110 chasseurs devraient être des avions à un seul siège et le reste devrait être des versions à deux places.

Un maximum d'environ 16 ou 17aéronefs pourront être produit à l'extérieur du pays, mais le reste doit être construit en Inde par des compagnies locales ou via l'agence de production indienne, indique le document.

Comme prévu, le transfert de technologie et «Made in India» doit être prévu dans les évaluations des offres de l'IAF. Les soumissionnaires doivent décrire dans leurs réponses comment ils utiliseront les entreprises indiennes en tant que fournisseurs de systèmes et de production d'avions.

Par ailleurs, "le fournisseur doit fournir à l'utilisateur la possibilité de mettre à niveau unilatéralement", "des armes ou des capteurs", indique le RFI.

La réponse primaire à la demande RFI de l’Inde doit être effectuée jusqu’au 3 juillet prochain.

On reprend les mêmes :

Les réponses attendues proviendront des avionneurs suivants : Boeing avec le  F/A-18E/F Block III « Advanced Super Hornet », Dassault avec le Rafale F3R (voir le F4), Airbus DS avec l’ Eurofighter « Typhoon » T3, Lockheed-Martin avec le F-16 « Viper » Block 70/75, United Aircraft Corp avec le RAC-MiG-35 et Saab avec le Gripen E.

De quoi surprendre :

L’Inde est un pays complexe et l’achat d’un avion de combat le démontre une fois de plus. La relance d’une compétition large pose plusieurs questions. D’une part pourquoi relancer un tel achat, alors que le Rafale de Dassault a été choisi et devrait pouvoir bénéficier de commandes additionnelles ? Le risque est énorme de voir l’Inde opter pour un appareil différent et rendre sa maintenance plus compliquée. De plus, les choses ne vont pas vite en Inde, le projet MMRCA de base a mis près de 10 ans pour finalement être annulé. Combien de temps durera ce nouvel épisode ? Et pour accoucher de quelle solution ? Pendant ce temps, l’IAF est en manque crucial d’avions. Assistons-nous à un nouveau temps mort pour permettre le développement final et tant attendu du Tejas ?