07/04/2017

Le point sur l’oxygénation de nos Hornet !

20150066.jpg

Suite à une série de problèmes révélés aux Etats-Unis, les médias suisses rapportent des problèmes d’alimentation en oxygène dans les F/A-18 C/D « Hornet » des Forces aériennes. Il est important de clarifier la situation, car une fois de plus l’information est incomplète et peut mener à une confusion.

La situation en Suisse :

Les F/A-18 C/D « Hornet » volent depuis environ 20 ans au sein des Forces aériennes suisses et ont accumulé plus de 100’000 heures de vol. Au cours de cette période, quelque 100 plaintes de pilotes ont été enregistrées concernant l'alimentation en oxygène. Cela correspond à une plainte pour 1000 vols effectués. Cinq de ces annonces concernaient des cas d'hypoxie. Cela signifie que le pilote était insuffisamment alimenté en oxygène. Ces annonces datent des années 2002, 2008, 2011, 2014 et 2016. Sur ces cinq cas, deux ont été qualifiés de graves.

Réaction :

Les Forces aériennes ont analysé chacune de ces annonces et pris des mesures appropriées. Ainsi, une procédure supplémentaire de test a été mise en place, les instructions concernant le lavage des moteurs au terme d'un engagement prolongé des appareils à l'étranger ont été adaptées et une alarme supplémentaire a été intégrée. Les pilotes ont aussi été sensibilisés à la thématique par un entraînement en chambre de décompression et des exercices particuliers sur simulateur.

En outre, les F/A-18C/D Hornet des Forces aériennes suisses sont très bien entretenus par un personnel hautement qualifié et sont normalement stationnés à l'abri dans des hangars. Contrairement aux F/A-18 alignés par les Etats-Unis, les appareils suisses ne sont pas engagés à partir de porte-avions ou de bases aériennes situées dans le désert, ce qui a un impact positif sur l'intégrité du circuit d'oxygène des avions.

Deux problèmes différents:

Il faut différencier deux problèmes survenu au USA. D’un côté, il y a un problème rare de décompression avec les « Hornet » de séries A/B/C/D au standard Block10 (Espagne, Canada), doté du système d’alimention en oxygène avec des bouteilles d’oxygène. Par contre, la maintenance est adaptée en fonction du vieillissement de ces appareils.

Par contre, Les Hornet C/D Block18 (Suisse, Finlande, Koweit) et les « Super Hornet » et plus précisement les E/A-18G « Growler » de la Marine américaine sont eux dotés du système d’alimentation de type OBOGS. Ces appareils ont un problème différent. En effet, il est apparu que le système OBOGS pouvait être contaminé par des lubrifiants et les fluides des moteurs qui se sont infiltrés dans le système de génération d'oxygène. Il apparaît également que les avions écoles de l’US Navy de type BAe T-45 « Goshawk » subissent le même problème de contamination par des fluides. Ce problème semble d'ailleurs plus grave sur les T-45, car les instructeurs de la Navy refusent depuis plusieurs semaines de continuer à voler, tant que le problème n'est pas résolu.

 

fa18g.jpg

Photos : 1 Boeing F/A-18 C/D Hornet @ Swiss Air Force 2 E/A-18 « Growler » @ US Navy

L ‘A350-1000 a terminé ses essais de bruit !

 

A350-1000_noise_test.jpg

 

L’Airbus A350-1000 de test n°MSN065 a complété une série d'essais de bruit à Moron, au sud de l'Espagne, du 27 mars au 5 avril, dans le cadre des tests de vol de certification de type.

L'avion et les installations de la Force aérienne espagnole basée à de Morón, ont été équipés d'instruments et de capteurs pour mesurer les niveaux de bruit externes lors des phases de décollage et d'atterrissage, ainsi que des arrêts de moteur. Les moteurs Rolls-Royce de dernière génération combinés à des technologies aérodynamiques ultramodernes contribuent à réduire l'empreinte acoustique de l'A350-1000. Les premiers résultats confirment que le -1000 est très silencieux. L’avion répondant facilement aux exigences de certification du bruit externe avec des marges significatives par rapport aux exigences actuelles applicables (EASA CS-36 et FAA Part 36).

Trois avions de test de vol A350-1000 (MSN059, MSN071 et MSN065) volent dans la campagne de certification de type intensive qui progresse comme prévu. L'A350-1000 est le dernier membre de la famille Airbus, offrant des niveaux d'efficacité opérationnelle sans précédent, un faible niveau de bruit et de vraies capacités à long terme. En plus d'avoir un fuselage plus long pour accueillir 40 passagers supplémentaires que l'A350-900, l'A350-1000 dispose également d'un train d'atterrissage principal à quatre roues.

 

Photo : L’A350-1000 lors des essais à Moron @ Airbus/H.Goussé

06/04/2017

La Kawasaki C-2 prêt pour le service !

8976.jpg

Le nouvel avion de transport lourd japonais Kawasaki C-2 a atteint son dernier objectif de qualification en vue de son entrée en service. Le ministère de la Défense et Kawasaki Heavy Industries (KHI) prépare l’entré en service du nouvel avion.

Le 30 mars dernier, les trois premiers avions de série ont été réceptionné par la 3e Escadre de transport aérien tactique basé sur l’aéroport de Miho-Yonago. Au total se sont 60 appareils qui vinedront progressivement remplacer les Kawasaki C-1 et Hercules C-130 utilisé par les forces japonaises.

Le Kawasaki C-2 :

Le Kawasaki C-2 est un avion de transport bi-moteur à longue portée, qui peut transporter des charges utiles lourdes telles que des hélicotpères Mitsubishi H-600, des blindés lourds et des batterries de missiles Patriot. Selon l’avionneur japonais, le C-2 peut transport des charges de 126 tonnes métriques. L’avion peut aisément voler des routes aériennes internationales. Le C-2 est alimenté par une paire de moteurs de turboréacteur General-Electric CF6-80C2K. Il dispose d'un système automatisé de chargement et déchargement pour réduire les charges de travail. Les pilotes dispsoent d’une avionique dotée d’un système tactique de gestion de vol, d'un système de navigation de haute précision et de système de d’autoprotection.

5643.jpg

Photos : 1 Kawasaki C-2 @ KS SJST 2 Au sol @ Katsunori Kimura

 

Le Vietnam cherche un nouveau jet école !

3345.jpg

La Force aérienne populaire du Vietnam (VPAF) cherche un remplaçant à ses vieux L-39 formateurs. Le nouvel avion école devra permettre la transition des jeunes pilotes en direction des nouveaux Sukhoi Su-30MK2 que le pays depuis peu.

Deux concurrents :

Deux avions sont en concurrence pour venir équiper l’école de pilotage de la VPAF. Il s’agit du Yakovlev Yak-130 et du Verochody L-39NG tchèque. Le nouvel avion choisi sera intégré au sein d’une nouvelle division dédiée à la formation pour les chasseurs supersoniques.

Le Yakovlev YAK-130 : 

4082463.jpg

Le premier vol du Yak-130 a eu lieu en 1996 et il fut officiellement retenu par la force aérienne russe en 2002  Initialement, il devait être développé et produit en coopération avec la firme italienne Aermacchi mais suite à de nombreuse différences de point de vue chacune des deux parties continua de son propre chef, d’ou l’extrême ressemblance entre le Yak-130 et le M-346.

Le Yak-130 a subi une longue phase d’essais de 2005 à 2009 impliquant 3 appareils. Les Yak-130 sortent de deux chaines de production, l’une à  Nizhny Novgorod et l’autre se situe à Irkutsk. La première commande export est venue de l’Algérie avec 16 appareils dont les pilotes ont déjà commencé la transition.

Le Yak-130 est un avion très maniable subsonique avec un rayon d’action de 1.250 miles (2.000 kilomètres) et une vitesse maximale de 600 mp / h (1.060 km / h) en vol en palier. Il peut transporter une charge utile de combat d'un maximum de £ 6.600 (3.000 kg), composé d'une variété d'armes russes et occidentaux.  Le Yak-130 peut être utilisé à partir de pistes non goudronnées et de petits aérodromes non préparées. L'appareil dispose d'un cockpit en tandem climatisée et pressurisée à deux places équipé de sièges éjectables NPO Zvezda K-36LT3.5  de type zéro-zéro (zéro altitude, zéro vitesse). Les pilotes ont une vue à travers une verrière thermoformée. 

Le Yak-130 de production est le premier avion russe avec une suite avionique entièrement numérique. L'avionique répond au Standard MIL1553 et peut être adapté aux besoins du client. Comme un avion d'entraînement avancé, Yak-130 est adapté pour la formation des pilotes ou le recyclage pour permettre de transiter sur des appareils de quatrième et cinquième génération. Il peut également effectuer diverses variétés de missions comme l’attaques au sol et les missions de reconnaissance.

Le L-39NG :

2542452017.jpg

Le L-39NG est alimenté avec un nouveau moteur Williams FJ44-4M. L'avion a effectué son premier vol le 14 Septembre 2015 avec notamment l'essai une nouvelle centrale électrique. Les récents tests ont également permis de vérifier le bon fonctionnement de l’avionique qui équipe le poste de pilotage. Le L-39NG est doté du système Genesys Aerosystems qui comprend un nouvel affichage multifonctions (MFD) et un affichage tête haute (HUD).

Pour l’avionneur tchèque le L-39NG est un avion école moderne et efficace, conçu comme un système d'entraînement complet et unifié pour les forces aériennes modernes. Le L-39NG est basé sur le concept aérodynamique du célèbre L-39, mais utilise les dernières technologies. La nouvelle avionique de l'avion permettra de venir former les futurs pilotes d'avions de 4ème et de 5ème générations. Le L-39NG est équipé de cinq points de fixation pour des armes. L'avion dispose d'un large éventail de technologies de simulation, y compris l'intégration dans les centres de simulation tactique de haute technologie dans le but d'accroître l'efficacité de l'entraînement. 

Pour Aero Vodochody le L-39NG est une solution moderne ayant un faible coût. Ce concept doit répondre aux besoins des Forces aériennes qui doivent régulièrement revoir les dépenses à la baisse.

Photos : 1 l’actuel L-39 vietnamien @ BuiTuanKhiem 2 Yak-130 @Yakovlev 3 L-39NG @Aero Vofochody

05/04/2017

Boeing a reçu une commande pour 17 P-8A !

1979557705.jpg

L’avionneur américain Boeing a reçu une commande portant sur 17 avions de patrouille maritime de type P-8A « Poseidon» pour un montant évalué à près de 2,2 milliards de dollars. Ces appareils sont destinés à la Marine américaine, l’Australie et le Royaume-Uni.

En annonçant cette commande, Boeing a déclaré que l'accord comprend également des options pour 32 avions supplémentaires. Le contrat entier pourrait valoir 6,8 milliards de dollars, si toutes les options étaient exercées.

Le détail :

Sur les 17 avions, 11 vont à la Marine américaine, quatre à la Royal Australian Air Force et deux à la Royal Air Force du Royaume-Uni.

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il est possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones. Le P-8 a été commandé par la Marine américaine, l’Inde, l’Australie, l’Angleterre et la Norvège.

3447786819.7.jpg

Photos : 1 P-8A « Poseidon » 2 Postes d’engagement@ Boeing