01/11/2018

Pilatus se développe aux USA !

unnamed-6.jpg

Anticipant la croissance de son populaire turbopropulseurs monomoteurs PC-12 NG et le tout nouveau PC-24 super polyvalent Jet, Pilatus Aircraft Ltd renforce ses racines au Colorado avec l’ouverture un tout nouveau centre d'achèvement à Broomfield.

Lors d'une cérémonie à Rocky Mountain Metropolitan Airport (KBJC), plus de 200 membres de Pilatus, employés, concessionnaires, fournisseurs, responsables locaux et gouvernementaux de l'Etat et des invités se sont réunis pour l'ouverture officielle du nouveau centre d'avions Pilatus  Ltd. 

Les nouvelles installations de Pilatus à Broomfield sont conçues sur mesure pour effectuer les adaptations des avions et les finitions extérieurs pour tous Pilatus PC-12 NG et avions PC-24  destinés à l’Amérique du Nord et du Sud. 

Empreinte américaine moderne

Le nouveau bâtiment de 11 000 mètres carrés dispose d'ateliers de fabrication et d'installation ainsi que des stocks de pièces de rechange pour soutenir les aéronefs Pilatus. Des bureaux pour le personnel de soutien technique et gestion des entreprises sont également disponibles. Ce nouveau centre de complétions consolide les opérations de l’avionneur suisse Pilatus à l'aéroport Metropolitan Rocky Mountain depuis plus de 20 ans. 

Thomas Bosshard, président-directeur général de Pilatus Aircraft Ltd affaires, a déclaré: « Nous sommes fiers de pouvoir continuer à produire et à soutenir la gamme des avions d’affaires Pilatus dans le Colorado. Au cours des 20 dernières années, nous avons construit une main-d'œuvre extrêmement talentueuse qui maintient les normes de qualité établies par notre société mère en suisse « . 

pilatus-pc-24-p02-switzerland-august-2017-26.jpg

Les marchés nord et sud-américains représentent 60 à 70 % des ventes d'avions d'affaires de Pilatus annuels. La nouvelle installation de l'aménagement intérieur et extérieur permet à l'entreprise de personnaliser les avions pour les clients individuels et répondre rapidement aux demandes changeantes du marché. En règle générale, environ 55 PC-12 NG turboprop monomoteur sont terminés à Broomfield chaque année, et les plans de la société montrent un besoin pour 25 à 30 nouveaux PC-24 polyvalent super Jets par année. Pilatus prévoit d'augmenter l'emploi d'environ 30 pour cent au cours des trois prochaines années pour gérer cette croissance. 

Programme d'apprentissage pour les jeunes talents

Les artisans qualifiés sont de plus en plus difficile à trouver de nos jours, alors Pilatus a décidé d'introduire un programme d'apprentissage pour répondre à leurs besoins croissants. Modelé le système d'apprentissage réussi commun en Suisse et l’exporter aux USA. la société Broomfield appliqué cette création de formation des employés, l'éducation, et le programme de développement de la main-d'œuvre bien hélvêtique aux États-Unis. 

pc-12-nbaa-2018-gallery.jpg

Photos : 1le site de Pilatus à Broomfield 2PC-24 3PC-12NG @ Pilatus Aircraft

31/10/2018

Canada : lancement d’une nouvelle demande d’offres pour remplacer les CF-18 !

DaDHMDeWkAUTgxO.jpg

Le gouvernement canadien a publié un nouveau projet de demande de propositions pour le concours visant à remplacer les avions de chasse Boeing F/A-18 (CF-18) « Hornet » en service au sein de la Royal Canadian Air Force RCAF. Les Services publics et Approvisionnement du Canada (PSPC) ont adressé des ébauches de demandes de proposition aux cinq fournisseurs éligibles.

Selon une annonce officielle de la PSPC, les cinq fournisseurs fourniront un retour d’information sur le projet dans environ huit semaines, ce qui permettra à PSPC de rédiger la demande de propositions finale. Le projet de capacité des avions de combat futurs (FFCP) destiné à remplacer la flotte de « Hornet » de la RCAF était initialement décrit dans le document de politique de défense d’Ottawa 2017 «Fort, sécurisé, engagé», dans lequel le gouvernement exposait un plan d’achat de 88 appareils dans le cadre d’une compétition.

La liste des fournisseurs admissibles comprend les équipes suivantes (en ordre alphabétique) :

  • États-Unis – The Boeing Company F/A-18 E/F “Super Hornet”.
  • États-Unis – Lockheed Martin Corporation F-35A “Lightning II”.
  • France – Dassault Aviation Rafale F3R.
  • Royaume-Uni – Airbus Defense and Space GmbH Eurofighter T3 “Typhoon II”.
  • Suède – SAAB AB JAS-39 Gripen E MS21

Le 26 octobre 2018, le gouvernement du Canada a posé un autre jalon important dans le cadre du processus visant à remplacer la flotte de chasseurs du Canada en soumettant l’ébauche de la demande de propositions (DP) aux fournisseurs admissibles, aux fins d’examen et de rétroaction. Les fournisseurs disposeront d’environ huit semaines pour fournir leurs commentaires. Ces commentaires seront utilisés a fin de peaufiner et finaliser la demande de propositions formelle. Ce processus continu d’être revue par un surveillant de l’équité indépendant et un examinateur tiers indépendant.

Veiller à ce que les fournisseurs aient l’occasion de fournir leur rétroaction est essentiel à la réussite globale de ce processus d’approvisionnement ainsi qu’à la sélection des bons chasseurs pour répondre aux besoins du Canada, tout en procurant des avantages économiques pour le pays.

Le gouvernement travaille avec diligence pour s’assurer que ce processus d’approvisionnement concurrentiel, ouvert et transparent se déroule dans le respect du calendrier.

es propositions seront rigoureusement évaluées en fonction des coûts, des exigences techniques et des avantages économiques. L'évaluation sera assortie d’un examen de l'incidence globale des soumissionnaires sur les intérêts économiques du Canada.

Tout soumissionnaire jugé responsable d'un préjudice causé aux intérêts économiques du Canada sera nettement désavantagé. Ce critère, ainsi que les lignes directrices qui en régiront l’application aux grands projets comme outil d’approvisionnement permanent, font actuellement l’objet de consultations distinctes. Les responsables à cet égard ont déjà rencontré les représentants des associations des industries de l’aérospatiale et de la défense, et au cours des prochains mois, ils continueront de consulter différents intervenants sur l’amélioration du critère. 

Tous les fournisseurs seront assujettis aux mêmes critères d'évaluation.

Prochaines étapes

  • Invitation à soumissionner officielle – transmise aux fournisseurs admissibles au printemps 2019
  • Soumission des propositions initiales au Canada par les fournisseurs admissibles – hiver 2019-2020 
  • Évaluation des propositions et négociations nécessaires – 2020-2021
  • Attribution d’un contrat prévue pour 2021 à 2022
  • Livraison du premier chasseur pour 2025

Photo :CF-18 en vol @ RCAF

30/10/2018

Boeing travaille sur une version à haute vitesse de l’Apache !

ob_0b5e8e_u-s-army-boeing-ah-64e-apache-guardi.jpg

Les futurs hélicoptères seront beaucoup plus rapide que les appareils actuels et les hélicoptéristes travaillent sur le sujet pour pouvoir préparer la nouvelle génération. Mais dans l’attente de celle-ci Boeing teste d’éventuelles modifications de son hélicoptère d’attaque AH-64E « Apache » qui pourraient permettre d’accroître la vitesse et de réduire la traînée.

Ces modifications, connues sous le nom de AH-64E Block 2 « Compound », comprennent un grand échappement à aile fixe orienté vers l’arrière, une ailette verticale orientée vers le bas et une hélice de propulseur à l’arrière. L'appareil conserve le rotor de queue pour l'anti-couple. Ces modifications sont en cours d’essai dans la soufflerie de Boeing à Philadelphie, en Pennsylvanie, à une échelle de 30%. Les tests devraient se terminer en janvier.

p1734301.jpg

Boeing pense que ces modifications augmenteraient de 50% la vitesse et l'autonomie, deux fois sa durée de vie et permettraient un rendement énergétique amélioré de 24%, pour un prix majoré de 20%. L’AH-64E actuel est doté d’un système d’échappement orienté vers le haut, d’une ailette verticale orientée vers le haut et de seules ailes en bout de bras pour le transport d’armes.

Randy Bregger, responsable du programme Apache Advanced de Boeing, a déclaré lors de la conférence HELMOT (Conférence Helicopter Military Operations Technology) de la Vertical Flight Society, en Virginie, le 25 octobre dernier, que la compagnie espérait que ces modifications inciteraient l'armée américaine à acheter la nouvelle version et à réduire l'écart de production attendu avec l’arrivée de la nouvelle génération. En effet, la production de l'AH-64E s'achèvera vers 2032 et l'hélicoptère d'attaque Future Lift Lift (FVL) atteindra sa capacité opérationnelle initiale (CIO) vers 2045.

 

image.jpeg

Photo : 1 L’Actuel AH-64 E « Apache »2le projet d’Apache E Block 3Les futurs FVL @ Boeing

29/10/2018

J-10B doté d’une tuyère à poussée vectorielle !

shenyang j-10b,super dragon véloce,moteur chinois,ws-10a,pousée vectorielle,salon zhuhai 2018,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Pour la première fois, des photographies du prototype du J-10B équipé d'un moteur WS-10 chinois et d'une tuyère de poussée vectorielle sont disponibles. L’avion est arrivé récemment à Zhuhai. Pour y etre exposé lors du prochian salon aéronautique.  Par contre, aucune inforamtion ne fati mention d’une présentation en vol pour l’instant.

Moteur chinois :

Jusqu’ici les J-10 étaient tous motorisés avec par le moteur russe Saturn AL- 31FN dans l’attente de la mise au point du réacteur WS-10A chinois. Le moteur WS-10 est le produit du Chinese Aviation Research Institute 606. Le WS-10 est une évolution du WS-6 dont la production fut arrêtée au début des années 1980. En 1987,  un nouveau modèle de réacteur qui fut nommé WS-10. Les performances de la première mouture du WS-10 furent jugée insuffisantes et une nouvelle version fut développée. Cette version prit le nom de WS-10A et fut testée en 2002 sur un shenyang J11.

Le WS-10A aurait une poussée de 13 200 kg avec PC un rapport poids/poussée de 8 tonnes ce qui le classe dans la même catégorie que le Saturn AL-31F. Le WS-10A dispose d'un compresseur HP à 7 étages, d'une chambre de combustion annulaire compacte et d'une turbine à aubes refroidies par film d'air. Le WS-10A est le premier réacteur produit en Chine équipé d'aubes de turbine monocristallines à base de nickel. Le réacteur est aussi doté d'une régulateur numérique de type FADEC. le réacteur peut être doté d'une tuyère à poussée vectorielle à deux axes similaire à celle montée sur le moteur russe Saturn AL-31F.

IMG_1804.JPG


Le J-10B «Super Dragon Véloce» : 

Cette nouvelle version se distingue assez facilement de l’ancienne, le «Super Dragon» dispose d'une entrée d’air modifiée dotée d’un diffuseur supersonique (DSI) qui semble être du même modèle ayant été testé sur le FC-1/JF-17 de type monobloc, celle-ci devrait réduire la surface radar (RCS). L’avion dispose d’un Infrared Search and Track (IRST) soit un système de capteur infrarouge passif, probablement issus du modèle russe qui équipe la version du Su-27 acquis par la Chine. L’avion dispose également d’un nouveau rangement pour systèmes de guerres-électronique monté en haut de la dérive. On remarquera les similitudes du haut de dérive avec les M2000 & Rafale. Le fuselage dispose également de quatre capteurs additionnels. Le nez du «Super Dragon véloce» a été re-dessiné avec une forme ovale et non plus ronde, ce qui laisse à penser que celui-ci dispose d’une antenne AESA.  Il semble également que le viseur HUD soit plus grand. L’appareil permet l’emport d’armes divers et notamment d’attaque au sol avec nacelle de désignation et de brouillage.

 Le J-10B dispose du même éventail d'armes air-air et air-sol que le J-10A. Par contre, il dispose d’un nouveau pylône double pour le missile  air-air Luoyang PL-12 à guidage semi-actif. Quelques rares photographies disponibles montre un J-10B, doté du tout nouveau missile anti-navires CDEAO CM-400AKG hypersonique.

 

IMG_1801.JPG

Photos :Le J-10B motorisé avec le WS-10A avec tuyère à poussée vectorielle@  Aero Jack LI

 

EasyJet & Wright Electric : phase suivante du développement de l’avion électrique !

0.jpeg

Genève/Amsterdam, easyJet, 1ère compagnie aérienne en Europe en termes de réseau, a dévoilé aujourd’hui les progrès de sa stratégie qui vise à opérer des vols toujours plus respectueux de l’environnement et avec une empreinte sonore réduite.  

La start-up américaine partenaire d’easyJet, Wright Electric, a commencé à travailler sur un moteur électrique pouvant convenir à un appareil neuf places. Le partenaire de Wright Electric, Axter Aerospace, dispose d’ores et déjà d’une solution pour deux passagers, et le plus gros modèle devrait commencer à voler en 2019. Le prototype de système de propulsion envisagé pour l’appareil neuf places, est quatre fois plus puissant que celui dont dispose le modèle biplace. En parallèle, le travail va débuter sur un appareil de la taille des avions d’easyJet, par le designer aéronautique Darold Cummings.

Wright Electric a également déposé un brevet pour un moteur adapté à de plus gros avions. Cette nouvelle enthousiasmante ouvre la voie à une transition vers un appareil commercial complètement électrique et capable de transporter des passagers à travers le Royaume-Uni et l’Europe.

L’innovation et l’avant-gardisme ont toujours été au cœur de la stratégie de la compagnie aérienne. Depuis 2000, easyJet a réduit ses émissions de CO2 par passager, et par kilomètre de plus de 32%.

Johan Lundgren, PDG d’easyJet, a commenté depuis Amsterdam-Schiphol :

« Nous savons le développement durable important pour nos clients. Avec l'introduction de l'A320neo, nous pouvons déjà réduire de 15% les émissions de carbone et de 50% l'empreinte sonore, ce qui nous place parmi les compagnies aériennes les mieux classées en Europe.

Les avancées technologiques dans le domaine de l’aviation électrique, sont vraiment passionnantes et fulgurantes. Avec les avions biplaces déjà en vol et les neuf places qui voleront l’année prochaine, cela devient une réalité et nous pouvons maintenant envisager un avenir qui ne soit pas exclusivement dépendant du kérosène.

La distance que nous ciblons avec l’avion électrique est d’environ 500 kilomètres, et en se basant sur notre réseau actuel, la liaison Amsterdam-Londres pourrait devenir la première ligne entièrement électrique. Etant donné qu’il s’agit de la 2ème route aérienne la plus fréquentée en Europe, cela permettrait une réduction significative des émissions carbone et de la pollution sonore.

Nous pensons que les Pays-Bas ont ici l’opportunité de montrer la voie si le gouvernement et les aéroports encouragent les compagnies aériennes à opérer durablement grâce à une structure de charges incitative redistribuée et revue à la baisse. »