20/04/2017

Boeing abandonne la compétition en Belgique !

hd-aspect-1483029725-hornet-sunset.jpg

Boeing a renoncé hier à sa participation à la compétition en vue du remplacement des Lockheed-Martin F-16 A/B en Belgique. Dans un communiqué, la division « avions de combat » de l’avionneur américain a confirmé qu’elle ne participera pas à la conférence des soumissionnaires, et ne répondra pas à la demande de propositions de Bruxelles pour un nouvel avion de combat.

Les raisons de ce choix :

Pour Boeing, l’examen de la demande belge ne permet pas de concourir de manière égale. Clairement pour l’avionneur américain, le cahier des charges favoriserait l’un des concurrents. Sans le nommer, il semble bien que Boeing pense au F-35 de Lockheed-Martin.

Dans ce choix on ne peut que penser à la volonté du gouvernement belge au maintien de la capacité à l’engagement de la bombe nucléaire B61, qui n’est possible qu’avec le F-35.

La Finlande et la Suisse :

Ce choix va par contre permettre à Boeing de concentrer ses efforts et ses ressources sur le support de ses clients, de sécuriser de nouveaux ordres et d'investir dans la technologie et les systèmes requis pour faire face aux menaces d'aujourd'hui et de demain. Par ailleurs, l’avionneur se prépare sur deux autres opportunités de concours en Finlande et en Suisse. A noter, que pour l’instant Boeing n’est officiellement déclaré pas en course pour notre pays, l’avionneur attend de connaître le cahier des charges.

Et les autres ?

Après cette défection, il va être intéressant de voir combien de concurrents vont encore rester en course. On se rappelle le « coup de sang » d’Eric Trappier président-directeur général du groupe Dassault Aviation, en début d’année à propos justement d’une favorisation en Europe du F-35 américain au détriment du Rafale et d’une manière générale des avions européens.

 

Photo : F/A-18 E Super Hornet @ US Navy

 

19/04/2017

Russie : plus de Su-34 « Fullback » !

5456.jpg

Moscou, le vice-ministre russe de la Défense pour l'approvisionnement Yuri Borisov a annoncé que les Forces Aérospatiales (VKS) du pays recevraient 16 nouveaux avions de combat Sukhoi Su-34 « Fullback » en 2017. Un nouveau contrat a été conclu avec le ministère de la Défense pour un total de 92 Sukhoi Su-34 additionnels.

Nouvelles armes :

Par ailleurs, le vice-ministre confirme que de nouvelles armes seront également ajoutées. Ces nouvelles armes font parties de la nouvelle génération, testée en Syrie. L'avion peut déjà transporter une large gamme de munitions air-sol et peut même effectuer des missions qui ont déjà été assignées à l’époque aux bombardiers Tupolev Tu-22M3 « Backfire ». Le Su-34 dispose désormais de six nouvelles armes, y compris des armes à longue portée telles que les missiles Kh-38 « Raduga » et Kh-59MK2 et les derniers missiles air-air disponibles.

Le fer de lance pour les frappes terrestres et navales :

Selon l’avionneur russe, le Su-34 « Fullback » dans sa configuration actuelle est un avion de quatrième capable de pouvoir encore évoluer. Aujourd’hui, le « Fullback » dispose d’un système de bord susceptible de tirer toutes sortes d'armes guidées de précision.

Le Su-34 est progressivement devenu le cheval de bataille en matière de frappes au sol de la VKS.

 

8976.jpg

Photos : Su-34 « Fullback@ Nickolay Krasnov

 

 

La Gendarmerie Nationale Argentine opte pour l’AW169 !

aw169-5.jpg

Leonardo a annoncé une commande pour un hélicoptère AgustaWestland AW169 par la Gendarmerie Nationale Argentine en appui aux opérations d'application de la loi et de patrouille frontalière. Cette commande va élargir la présence de Leonardo auprès du secteur du gouvernement argentin.

La livraison de l'AW169 à la Gendarmerie nationale argentine est attendue au deuxième semestre de 2017 et suit les premiers AW169 commerciaux qui entreront en service en Argentine et au Brésil. Les capacités multi-missions de l’AW169 permettent aux opérateurs d'exploiter les atouts uniques de l’appareil pour les opérations de surveillance, de commandement, de sauvetage et le transport, l'ordre public et la sécurité, la lutte contre le crime, le contre-terrorisme, le contrôle des drogues et des frontières.

La Gendarmerie argentine exploitera un AW169 doté d'un cockpit compatible avec les lunettes de vision nocturne (NVG), des haut-parleurs externes, un système de levage de secours, un projecteur de lumière de recherche, et un FLIR.

 

Photo : AW169 @ Leonardo

 

18/04/2017

Des F-35A déployés au Royaume-Uni !

lo-res_45157753_960x640.jpeg

Des F-35A de l’US Air Force sont arrivés au Royaume-Uni pour leur premier déploiement en Europe. Selon Washington, il s’agit d’un signal clair de la puissance militaire des États-Unis vis-à-vis du président russe Vladimir Poutine.

Ces appareils, dont le nombre n’est pas divulgué, mais semble cependant restreint, appartiennent au 388ème escadron basé à Hill dans l’Utah. Les appareils sont désormais basés sur les installations de la RAF à Lakenheath. Ces F-35 viennent compléter un dispositif composé d’autres avions de l'OTAN basés en Europe.

Selon l’US Air Force, ces F-35A font partie des appareils prêts au combat. Pour le général Tod D. Wolters, il s’agit d’une opportunité de s'entrainer avec les alliés de l'OTAN.

Tentative de convaincre :

Pourtant, l'envoi des F-35A en Europe ressemble à une tentative de séduction pour démontrer les capacités de l’avion aux partenaires de l’OTAN, en plus de la volonté de l'armée américaine à vouloir agir en cas de représailles contre des adversaires potentiels. Les Lockheed-Martin F-35A seront employés dans les prochains jours à effectuer des opérations de surveillance et de reconnaissance dans des régions touchées par les incursions d’appareils russes.

 

3316347.jpg

Photos : déploiement de F-35A au Royaume-Uni@USAF

 

 

 

 

L’Iran fait rouler son drôle d’avion furtif !

F-313-new-tests-2.jpg

L’Iran a présenté une vidéo montrant son avion furtif Qaher-313 (Conquérant) entrain d’effectuer des essais de roulage au sol à faible vitesse. Présenté pour la première fois en février 2013 l’avion avait déclenché non seulement une déception de la part des spécialistes, mais avait également reçu une volée de moquerie sur les réseaux sociaux.

Rappel :

Présenté à l’époque comme "l'un des avions les plus avancés du monde", le Qaher-313 n’était en fait qu’une maquette dont le cockpit trop petit donnait l’impression que le pilote était un géant. Mieux, les trains d’atterrissages étaient faits de tubulures fragiles totalement dépourvu d’hydraulique. Pire, un tel concpet a été jugé totalement défectueux et bien incapable de s’envoler.

Un Qaher-313 qui roule :


L’avion présenté cette fois est un peu différent, de la maquette repésentée naguère. L’avion est doté de deux moteurs et dispose cette fois d’un train d'atterrissage renforcé. Le cockpit est de taille suffisante pour accueillir le pilote, quoique disproportionné par rapport à la cellule. Cependant, plusieurs des failles de conception précédemment révélées subsistent et posent de nombreuse interrogations. On notera que les entrées d'air sont trop petites et mal positionnées, ce qui réduirait vraisemblablement le flux d'air vers les moteurs. Le cordon d'aile est trop épais pour des performances élevées. Des moteurs qui semblent n'avoir pas de buses d'échappement, et une conception globale qui semble loin d'être furtive dans presque tous les aspects.

Mais le plus intéressant vient de la vidéo, en effet, les gouvernes ne sont pas synchronisées avec la roue du nez. Détails important qui semble confirmer qu’il s’agisse d’un véritable avion de combat mais bien d’un jouet de propagande.

 

qaher313-20170418.jpg

Photos : le Qaher-313