07/08/2019

Le volume du fret aérien en baisse !

699FE90B-690E-4EBF-A46B-9B432EE4EC1A.jpeg

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié des données sur les marchés mondiaux du fret aérien montrant que la demande, mesurée en tonnes-kilomètres fret (FTK), avait diminué de 4,8% en juin 2019 par rapport à la même période en 2018. Une baisse générale se confirme, en effet, nous avons une diminution consécutive sur huit mois.

Stagnation du commerce mondial : 

Les signes d'une reprise modeste au cours des derniers mois semblent avoir été prématurés, la contraction de juin ayant été généralisée dans toutes les régions, à l'exception de l'Afrique. La croissance de la capacité reste modérée et le facteur de charge de la cargaison continue de diminuer. À l'échelle mondiale, la croissance du commerce stagne et l'incertitude des entreprises est aggravée par les dernières hausses de tarifs dans le différend commercial entre les États-Unis et la Chine.

La guerre économique engagée entre les USA et la Chine pèse considérablement sur les échanges internationaux. L’intensification de ces tensions ont pour effet direct de freiner le développement du fret aérien.

Les effets par régions :

Les compagnies aériennes de la région Asie-Pacifique et du Moyen-Orient ont encore une fois connu la plus forte baisse de la croissance annuelle du volume total de fret aérien en juin 2019. L'Afrique a été la seule région à afficher une croissance.

Les compagnies aériennes de la région Asie-Pacifique ont enregistré une demande de contrats de fret aérien de 5,4% en juin 2019 par rapport à la même période en 2018. Bien qu’il s’agisse d’un facteur important, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine n’est pas la seule responsable de cette chute. Les FTK pour le marché intra-asiatique ont diminué de plus de 10% au cours de la dernière année. La capacité de fret aérien a augmenté de 1,8% sur la même période.

La demande de fret des compagnies aériennes nord-américaines a diminué de 4,6% en juin 2019 par rapport à la même période de l’année précédente. La capacité a augmenté de 1,9% au cours de la dernière année. Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine pèsent sur la performance, les FTK vers l'Asie ayant perdu 5%. Les FTK sur les routes en provenance d’Europe, d’Amérique du Sud et du Moyen-Orient étaient également plus faibles.

Les compagnies aériennes européennes ont enregistré une baisse de 3,6% de la demande de fret en juin 2019 par rapport à la même période de l'année précédente. Des volumes de fret relativement importants en Europe contribuent à minimiser l'impact de la faiblesse des exportations allemandes. La capacité a augmenté de 2,8% d'une année à l'autre.

Les volumes de fret des compagnies aériennes du Moyen-Orient ont diminué de 7,0% en juin 2019 par rapport à la même période de l’année précédente. Capacité augmentée de 2,7%. La demande désaisonnalisée est en baisse depuis la fin de 2018 et les dernières données montrent que les volumes exportés vers l'Europe (-7,2%) et l'Asie-Pacifique (-6,5%) étaient particulièrement faibles.

Les compagnies aériennes latino-américaines ont vu leur demande de fret diminuer de 1,0% en juin 2019 par rapport à la même période de l'année dernière et leur capacité a augmenté de 4,6%. Une grande partie de la baisse du trafic peut être attribuée à la faiblesse du marché intérieur de l'Amérique du Sud (notamment le Brésil et l'Argentine), où les FTK ont chuté de 6,5%.

Les transporteurs africains ont été les seuls à faire état d'une croissance en juin 2019, avec une augmentation de la demande de 3,8% par rapport à la même période de l'année précédente. Cela fait de l'Afrique la région le plus performante pour le quatrième mois consécutif. La capacité a augmenté de 16,6%. L'analyse des itinéraires montre que la performance Afrique-Asie est forte, en hausse de 12% par rapport à l'année précédente. (Sources IATA).

Photo : B747 F @ Monarch

06/08/2019

Début des tests de la nouvelle nacelle de brouillage du « Growler » !

 

2649E54F-7D0E-49E1-8756-D755361B5400.jpeg

En ce début du mois d’août, l’équipementier Raytheon a livré le premier prototype développement de la nouvelle nacelle de brouillage destinée à venir équiper les Boeing EA-18G « Growler » de l’US Navy. Ce prototype doit effectuer les premiers essais d’intégration au sol et sur l’avion. Au total. Raytheon fournira 15 unités pour les tests et la qualification des systèmes de mission, ainsi que 14 modules aéromécaniques pour la certification de navigabilité.

La RFI publiée par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) concerne le développement, les tests et l’intégration de la  NGJ-MB sur le EA-18G dans le cadre de la mise à niveau des avions de combat « Growler » Block 2. La nouvelle nacelle remplacera l'actuel système de brouillage tactique AN/ALQ-99 (TJS) qui remonte à la fin de la guerre du Vietnam.

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB » :

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB »  est un système d'arme d'attaque électronique aéroporté de grande capacité et à puissance élevée destiné à l'EA-18G « Growler ». La solution NGJ-MB de Raytheon fournira des capacités innovantes d'attaque et de brouillage électroniques aéroportées. L’architecture et la conception du NGJ-MB de Raytheon incluent la capacité de fonctionner à une portée considérablement améliorée, d’attaquer plusieurs cibles simultanément et de faire appel à des techniques de brouillage avancées. La technologie peut également être adaptée à d'autres missions et plateformes. La nouvelle nacelle de brouillage devra faire face à des menaces de plus en plus complexes  qui exigent que les attaques électroniques aériennes soient plus sophistiquées que jamais, offrant une précision, une puissance, une vitesse de réaction et une directivité accrues.

Construits avec une combinaison de techniques de brouillage de faisceau agiles et de haute puissance, ainsi que d’électronique à semi-conducteurs à la pointe de la technologie l’ALQ-249 NGJ-MB offrira une architecture de systèmes ouverts économique pour les futures mises à niveau.

Fonctionnant dans la bande de fréquences de 509 MHz à 18 GHz, le NGJ est développée sous la forme de trois capacités distinctes, comprenant LB, la bande moyenne (MB) et la bande haute (HB). NGJ-LB (également connu sous le nom de bloc / incrément 2), NGJ-MB (bloc / incrément 1) et NGJ-HB (bloc / incrément 3) sont spécifiquement dirigés contre la bande basse fréquence (100 MHz à 2 GHz), moyen - (2 GHz à 6 GHz) et sections à large bande (6 GHz à 18 GHz) du spectre de la menace globale.

L’AN/ALQ-249 est un système monté dans une nacelle qui intègre les technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique (AESA) afin de créer une capacité EA améliorée capable de perturber et de dégrader émetteurs radar et de communications hostiles. La nouvelle nacelle permettra  de traiter les zones de mission de frappe en profondeur et le brouillage, le soutien de la guerre maritime, soutien au combat rapproché, guerre irrégulière  communications et cibles avec armes non conventionnelles et air du champ de bataille. Elle pourra être utilisée également pour les opérations d'interdiction et d’escorte pénétrante.

5A4B46FB-CB00-4FD1-8B57-67559A15F594.jpeg

Les essais : 

La livraison de cette nacelle va permettre la vérification initiale des procédures au sol, des propriétés de la masse, de l’installation sur l’avion porteur et des vérifications de tests intégrés en vue des futurs essais en chambre et en vol. En outre, au cours du troisième trimestre de 2019, Raytheon utilisera un module de capacités de production d'énergie principal installé sur un aéronef commercial Gulfstream GIV afin de mener des essais en vol de production d'électricité et des efforts de réduction des risques à l'appui du processus initial de contrôle en vol. 

Photo : EA-18G doté de la nouvelle nacelle Image de synthèse @ Raytheon

Seconde ligne d’assemblage pour l’A220 !

7AE975A4-DF93-40B2-9EBF-049B29334A05.jpeg

L’avionneur européen Airbus a officiellement démarré la fabrication de l’A220 (ex CSeries) aux États-Unis. La première équipe de production de l’A220 a commencé à travailler dans les installations d’Airbus à Mobile, en Alabama, après avoir suivi une formation à Mirabel, Québec, Canada, où la ligne d’assemblage final principale de l’A220 ainsi que le programme sont situés.

« L’ajout d’une deuxième gamme d’avions commerciaux à Mobile et la création de 400 emplois pour la supporter renforce la réputation d’Airbus comme véritable avionneur mondial et confirme au-delà de tout doute qu’Airbus est un industriel important aux États-Unis, a déclaré Jeffrey Knittel, président et chef de la direction d’Airbus Americas. « Grâce à Mobile et à notre réseau de production en Asie, au Canada et en Europe, nous avons créé de façon stratégique une base industrielle à l’échelle de la planète afin de mieux servir nos clients. »     

En octobre 2017, Airbus avait annoncé son projet d’ouvrir une ligne de production de l’A220 sur son site de Mobile. La construction du hangar principal de la chaîne de montage et de bâtiments connexes destinés à la production du nouvel avion A220 a commencé au complexe Mobile Aeroplex de Brookley au début de cette année. Airbus assemblera les premiers avions A220 dans les hangars A320 actuels. La livraison du premier A220 fabriqué aux États-Unis un modèle A220-300 destiné à Delta Air Lines est prévue pour le troisième trimestre de 2020. D’ici le milieu de la prochaine décennie, entre 40 et 50 avions A220 seront produits dans ces installations chaque année.

L’A220 :

L'A220 conçu initialement par Bombardier Canada est le seul avion conçu pour le segment de marché des 100 à 150 sièges. Il offre une efficience optimale et un confort passager digne d'un gros-porteur à bord d'un monocouloir. L’A220 combine un aérodynamisme innovant, des matériaux avancés et les moteurs à turbosoufflante PW1500G Pratt & Whitney de dernière génération permettant de réduire la consommation de carburant d’au moins 20 pour cent par siège comparé aux avions d’ancienne génération. L’A220 offre la performance des avions monocouloirs plus gros. Avec un carnet de commandes de 551 appareils à fin juin 2019, l'A220 a toutes les qualités requises pour remporter une grande part du marché des avions de 100 à 150 sièges, qui est estimé représenter 7’000 appareils dans les 20 prochaines années.

Le groupe Airbus aux USA :

Airbus entretient des liens solides avec les États-Unis depuis longtemps. En effet, des avions Airbus sont exploités par les plus grandes compagnies aériennes au pays. Airbus est aussi un partenaire important des entreprises et travailleurs de l’industrie aérospatiale américaine. Au cours des trois dernières années seulement, la société a acheté pour 48 millions de dollars de composants et de matériaux auprès de fournisseurs américains et elle soutient plus de 275 000 emplois aux États-Unis. Les installations d’Airbus aux États-Unis comprennent  : des centres d’ingénierie au Kansas et en Alabama; des installations de formation en Floride et au Colorado; des installations de soutien au matériel et un siège social en Virginie; un centre d’études et de recherches novateur (A3) en Californie; une entreprise d’analyse de données de drone (Airbus Aerial) à Atlanta, en Géorgie; des installations de fabrication et d’assemblage d’hélicoptères au Texas et au Mississippi; ainsi que des installations de fabrication de satellites (OneWeb) en Floride.

Photo : A220 Delta Airlines@ Airbus

05/08/2019

Le Sukhoi Su-25 « Grach » a encore un grand avenir !

a5e885837271b884f2f64e7e913bc118.jpg

L’avion d’attaque au sol Sukhoi Su-25 « Grach » (Frogfoot pour l'Otan) a encore une longue vie devant lui. La Force aérienne russe s’emploie à la réparation et la modernisation de l’avion à grande échelle. Les opérations de modernisation effectuées par UAC permettent de prolonger la durée de vie et nouvelles capacités de combat sont intégrées à l’avion.

Rappel :

Le premier prototype du SU-25SM, le T8SM-1, fut présenté au salon MAKS-2001 de Joukovski en août 2001. Un second SU-25 modernisé, le T8SM-2, fit sa première sortie le 5 janvier 2002. Il fut suivi par des autres appareils, les T8SM-3 et T8SM-4. Les essais d'acceptation débutèrent en décembre 2002 et s'achevèrent avec succès à la fin de l'année 2006. Ils démontrèrent que la précision de largage du Su-25SM avait doublé par rapport à celle du SU-25 d’origine.

Le 28 décembre 2006, les 6 premiers SU-25SM de série  furent présentés aux autorités à Koubinka. Le programme de conversion des SU-25 prévoyait  à l’époque de porter environ 40% de la flotte aux standards du SU-25SM, soit une centaine d'appareils.

La flotte d’avions d’attaque au sol russe Sukhoi Su-25 est en court de modernisation avec le nouveau standard « SM3 ». Mais une nouvelle amélioration devrait être ajoutée prochainement. En effet, selon le porte-parole de l’avionneur, il est prévu d’ajouter au Su-25SM3 un système de ciblage utilisant l'intelligence artificielle (IA).

Le système permettra aux pilotes de sélectionner une cible, puis de laisser un moteur d’intelligence artificielle poursuivre l’attaque.  Cette nouvelle option fait partie d’une mise à niveau de l’avion complémentaire de l’avion. Le système sera capable de suivre des cibles, de les engager et même de définir la trajectoire de vol optimale pour l'engagement. Cela fonctionnera également avec des systèmes externes.

Au total, ce sont 199 exemples appareils qui sont concernés par cette mise à niveau additionnelle. Les travaux devraient être terminés avant le 10 novembre 2021.

Un avion indispensable : 

La Russie ne peut pas se passer d'une machine comme le Su-25, En effet, l’avion d’attaque permet  avec succès et avec des coûts financiers minimes de mener des opérations de combat dans des conflits locaux tels que l’opération syrienne. Dans le même temps, le Su-25 est pertinent dans le cas d’une guerre hypothétique avec un adversaire de haute technologie. L’avion est capable d’affronter de petites cibles sur la ligne de front tout comme des cibles en dures. Il faut dire qu’actuellement, le Su-25 n’a pas de substitut en Russie, en tant qu’avion d’attaque et bombardier de première ligne. Avec la modernisation actuellement en cours, le Su-25 va pouvoir élargir sa gamme d’armement pour répondre à l’évolution du combat. Avec les nouvelles options de chargement en cours de développement et l’augmentation de la capacité d’emport, le Su-25 devrait continuer à élargir la gamme de cibles potentielles.

Le Sukhoi Su-25SM3 : 

La version Su-25SM3 a été développée à la suite des résultats des tests en vol effectués en 2013 et 2014. La version Su-25SM3 diffère considérablement, même des avions de combat Su-25SM mis à niveau, en termes de suite d'armes et d'avionique.

La mise à niveau par la Russie de la version Su-25 à la version SM3 peut prolonger la durée de vie opérationnelle de l'avion pour au moins dix ans.

Le Su-25SM3 modernisé incorpore une multitude de systèmes de capteurs et de systèmes défensifs La suite avionique de défense « Vitebsk », développée par le Samara Research Institute, est au cœur du programme de modernisation.

Le Su-25SM3 dispose d’un cockpit doté d’écrans EFIS, un système de navigation par satellite Glonass (équivalent russe du GPS). Le système de ciblage permet l’utilisation d’armes guidées avec précision. L'appareil peut utiliser entre autres des missiles KH-29L et KH-29ML à guidage laser ainsi que des bombes KAB-500KR.

Selon le rapport du ministère russe de la Défense, le Su-25SM3 est capable d’atteindre des cibles au sol mobiles et stationnaires de petites tailles sans visibilité visuelle de jour comme de nuit. L'avion est équipé du système de navigation par satellite GLONASS, qui permet de programmer le point final sur la carte avec une précision de dix mètres", indique le rapport. Le même système permet aux pilotes d'opérer indépendamment des services d'assistance au sol.

DA8lD79XoAEQwZL.jpg

Photos: Su-25SM3 @ UAC

 

04/08/2019

L’Inde va commander des Su-30 & MiG-29 additionnels !

article_5c64925f1e29e0_69587280.png

Selon un porte-parole du gouvernement, New Delhi devrait s’engager d’ici le mois d’octobre dans une série d’achats d’armement russe en parallèle de la prochaine session de la commission intergouvernementale indo-russe sur la coopération militaire. Au menu de ces futures acquisitions on parle d’avions de combat Sukhoi Su-30MkI et de MiG-29UPG.

Les contrats porteraient donc 18 Sukhoi Su-30MKI  qui seront assemblés au sein de l’usine de HAL à Nasik. Cela porterait le total général de ces appareils achetés depuis 1999 à 240. En outre, l'armée de l'air indienne recevrait 20 intercepteurs légers MiG-29 d’occasions de la Russie (VKS) en vue de leur conversion ultérieure en MiG-29 29UPG multirôles.

Contourner les sanctions :

Ces nouveaux achats en Russie sont dû au fait que Moscou et New Delhi ont récemment mis au point un nouvel ensemble de méthodes et de procédures de paiement permettant la vente d'armes entre elles dans le contexte des sanctions américaines récemment introduites, telles que le CAATSA. . En juillet, Dmitri Shugayev, qui dirige le Service fédéral russe pour la coopération militaro-technique (FSVTS), a déclaré aux journalistes que les deux pays avaient mis en place un système leur permettant de réaliser des transactions de manière à échapper aux sanctions imposées par Washington. Un ensemble de méthodes et de mécanismes de paiement mutuellement convenus a été mis au point spécifiquement pour le contrat des S-400, impliquant les systèmes bancaires nationaux et des véhicules à usage spécifique. Une fois que cela a fonctionné, les parties ont décidé d'étendre son application à d'autres transactions majeures.

Un autre développement majeur dans les relations entre les deux pays a été la création d’un groupe de soutien après-vente commun, placé sous l’égide de la commission intergouvernementale indo-russe pour la coopération militaro-industrielle.

Le Sukhoi Su-30MKI :

4068836111.jpg

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30» bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-MA plus puissant, capable d’engager plus de quatre cibles simultanément et ceci également vers l’arrière. L’avion dispose d’une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indiens BrahMos et du KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême.

Le MIG-29UPG :

MiG29.jpg

La modernisation de la flotte de MiG-29 de l’Indian Air Force (IAF) et similaire à celle  adoptée par l'armée de l'air russe à ses MiG-29SMT qui sont en service depuis 2009.

En parallèle à cette modernisation, les MIG-29 de l’IAF sont techniquement plus proches  de la version MIG-29KUB de la marine indienne qui est entrée en service en 2010. 

Cette modernisation comprend une nouvelle architecture informatisée qui fonctionne avec le nouveau radar Zhuk-M2E de type AESA capable de suivre dix cibles à 245km de Phazotron-NIIR Corp couplé avec le nouvel IRST de OLS-UEM.

L’avionique est entièrement nouvelle avec un cockpit doté d’écrans couleurs et d’éléments occidentaux comme le viseur de casque « Top-Sight » de Thales, d’une centrale de navigation SAGEM. L’avion est également doté d’une perche de ravitaillement en vol rétractable.

En ce qui concerne la guerre électronique, les MIG-29UPG sont dotés de capteurs de fabrication indienne, mais reliés à des systèmes actifs/passifs d’origine israélienne. 

Question armement, les MiG-29UPG sont dotés des mêmes systèmes que les MIG-29SMT et MIG-29KUB avec les missiles RVV-AE R-77 de portée moyenne, le missile KH-31P antinavire et les bombes à guidage optique KAB-500KR. Conçu au départ pour la supériorité aérienne le standard l’UPG permet maintenant les attaques au sol et de surface. Selon le constructeur MiG, la durée de vie des avions modernisés est étendue à 3.500 heures de vol pour 40 ans.  

Photos : 1 Su-30MKi & MiG-29 UPG  2 Su-30MKI 3 MiG-29UPG @ IAF