12/01/2018

Première livraison de T-50 « Golden Eagle » à la Thaïland !

435.jpg

Les livraisons des premiers avions école de Korean Aerospace Industries (KAI) T-50 « Golden Eagle » à la Thaïlande ont débuté le 8 janvier dernier. Deux des premiers avions T-50TH (Thaïlande) ont quitté Séoul pour Bangkok, alors que la Royal Thai Air Force (RTAF) a débuté le processus de remplacement de sa flotte actuelle d'avions à réaction Aero L-39 Albatros.

La Thaïlande est actuellement engagée pour 12 avions T-50TH sur deux lots de quatre et huit appareils.

Rappel :

La Royal Thai Air Force (RTAF) a opté pour son nouvel avion école avancé, avec le Korea Aerospace Industries (KAI) T-50E« Golden Eagle ». L’avion doit venir remplacer progressivement les Albatros L-39 dans un premier temps, puis les Alpha Jet acquis d’occasion auprès de l’Allemagne. A terme, se sont 24 appareils KAI T-50 qui pourraitent être commandés en plusieurs tranches. Pour la RTAF, il s’agit notamment d’unifier la formation avancée avec un seul appareil et non deux comme c’est le cas aujourd’hui. 

 Le KAI T-50 : 

Le KAI T-50 «Golden Eagle»  est un appareil école non armé, alors que le modèle TA-50 dispose d’un radar de tir israélien Elta EL/M2032, mais fabriqué sous licence en Corée du Sud par Lignex.  Le T-50 «Golden Eagle»  largement dérivé du Lockheed-Martin F-16 «Fighting Falcon» et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspiré de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose, par contre, d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’éléments, d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14'600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8'000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

908.jpg

Photos : L'un des deux premier T-50TH en route pour Bangkok @ Chen Wen

 

11/01/2018

Taïwan a modernisé ses F-CK-1 « Ching Kuo » !

31202377941_7b5c1b43b4_b.jpg

Taïpei, le constructeur taïwanais Aerospace Industrial Development Corp (AIDC) a terminé la phase de mise à niveau du chasseur indigène F-CK-1 «Ching Kuo». L’objectif était la mise à niveau opérationnelle de la flotte de 127 chasseurs monoplaces F-CK-1A et biplaces F-CK-1B de la RoCAF en F-CK-1C et F-CK-1D. le dernier appareil a été remis à la Force aérienne taïwanaise. Le programme de modernisation a débuté en 2013.

Middle Life Update :

Le programme de modernisation à mie-vie des avions de combat F-CK-1 «Ching Kuo» visait une amélioration de l'avionique de l'avion, avec l'ajout d'écrans couleurs dans le cockpit. La mise à jour du radar à balayage mécanique de type Kam-Lung GD-53 «Golden Dragon» (en fait un AN/APG-67 construit sous licence) en lui donnant une meilleure capacité à faire face à des contre-mesures électroniques, ainsi q’une meilleure capacité de détection sur plus de 80 miles nautiques. De plus, des améliorations en ce qui concerne l’avionique permettent de diminuer la charge du pilote grâce à l’arrivée de commandes de vol numérique de 32 bits. 

L’avion dispose d’une structure renforcée pour accueillir des pylônes d’armements supplémentaires pour les missiles air-air «Tien Chien II» et «Sky Sword II». L’intégration de missiles «Sky Sword II» et de bombes «Wan Chien» guidés par GPS fait du F-CK-1C un véritable chasseur polyvalent.

4212027953.jpg

 

 Le Ching Kuo : 

Le F-CK-1 emprunte une grande partie sa cellule au F-16 ainsi qu'à d'autres chasseurs américains comme les entrées d’air du Hornet. Pour réduire les coûts de développement de l'IDF, AIDC a réutilisé des études aérodynamiques faites aux États-Unis et en intégrant des systèmes et une avionique provenant d'avions existants. En effet, les commandes de vols électriques proviennent du F-16, les atterrisseurs du F-5. La structure de l'appareil est principalement composée d'aluminium tandis que les parties mobile (gouvernes,aérofreins) utilisent des composites. Le pilote est assis sur un Siège éjectable Martin-Baker Mk.12 zéro-zéro incliné à 30°. Au niveau avionique, il dispose d'un système de navigation inertielle Honeywell H423, d'écrans multi-fonctions et d'un afficheur tête haute.

L'appareil est propulsé par deux turboréacteurs à double-flux dotés de postcombustion TFE 1040-70 développant 26,8 kN de poussée. Ils sont alimentés par trois réservoirs internes pouvant contenir 2’517 l de carburant et aussi par deux réservoirs largables de 568 l sous les ailes et un de 1’041 l sous le fuselage.

 

aidc ching kuo,f-ck-1 ching kuo,taïwan,modernisation avions de combat,blog défense,aviation et défense,infos aviation

Photos : 1 Le F-CK-1C modernisé 2 Ching kuo de face 3 la version biplace @ Denis Chang

Commandes en hausse pour Dassault !

AP_160502_62.jpg

Dassault Aviation a annoncé des livraisons de jets « Falcon » supérieures à ses attentes en 2017 et des commandes en hausse, ceci malgré une conjoncture difficile au sein du marché de l’aviation d’affaires. L’avionneur français a pu compter sur une relative reprise du secteur des jets privés qui s’est amorcée en fin d’année.

Le groupe Dassault Aviation a enregistré 41 commandes pour sa gamme d’avions d'affaires « Falcon » en 2017 et livré 49 avions de ce type et 9 avions de combat de type Rafale.
En décembre, le groupe a signé avec le Qatar un accord sur la levée de l'option pour 12 Rafale, et "cette commande sera enregistrée" à réception du "premier acompte", a-t-il précisé. 

En 2017, 41 Falcon ont été commandés contre 33 Falcon commandés en 2016.
Le carnet de commandes de l'avionneur français comptait au 31 décembre dernier 101 Rafale soit 31 pour la France et 70 destinés à l'export contre 110 (32 pour la France et 78 à l'export) il y a un an.

Côté livraisons, 49 Falcon neufs ont été livrés en 2017, "ce qui est supérieur à notre prévision de 45 Falcon et identique à 2016", précise le groupe. Neuf Rafale ont été livrés, un à la France et huit à l'Égypte, conformément aux prévisions, contre 9 en 2016 (6 à la France et 3 à l'Égypte).

Dassault Aviation a annoncé en décembre qu'il engageait "le processus de résiliation du contrat Silvercrest" qui le lie à Safran en raison des retards dans le développement du moteur de son jet d'affaires, le Falcon 5X. Cette résiliation conduira à l'arrêt du programme Falcon 5X, selon Dassault qui a annoncé le lancement "d'un nouvel avion avec une entrée en service en 2022".

Un avenir meilleur :

La tendance reste soutenue dans l'aérospatiale pour 2018 grâce à la hausse de la production d'avions commerciaux et malgré un ralentissement dans les hélicoptères, tandis que le marché des jets a amorcé une reprise.

 

Photo : Falcon 8X & Rafale@ Dassault Aviation

10/01/2018

Entrée en service du Z-18A au sein de l’armée chinoise !

 

CAIG_Z-18_02Jan'18.jpg

L'Armée populaire de Libération (APL) a officiellement mis en service l'hélicoptère de transport tactique CAIC Z-18A « Gaoyuan ».

Le Z-18A est basé sur le modèle Z-8 issus de la version de base AC313, développée par Avicopter (China Aviation Industry Corporation Helicopter Company), est en quelque sorte une modernisation du de la copie du Sud-Aviation SA.321 "Super Frelon". C’est aussi le plus grand hélicoptère conçu en Chine.

L’origine du Z-18 « Gaoyan » :

Le Z-18A« Gaoyan » est basé sur le développement du AC313 (Z-8 pour la version militaire de base), soit du premier hélicoptère géant à usage civil et de fabrication chinoise. Son niveau de fabrication atteint le niveau international de la troisième génération des hélicoptères. Il témoigne de la capacité de la Chine à réaliser, désormais indépendamment un hélicoptère géant, après l'Europe, les Etats-Unis et la Russie.

L'hélicoptère AC313 dispose d'une charge maximale au décollage de 13,8 tonnes et peut parcourir une distance maximale de 900 kilomètres. Il peut transporter 27 personnes ou 15 blessés au cours d'un seul voyage. Ce type d'hélicoptère se caractérise par son niveau de sécurité, sa fiabilité et son confort. Cet hélicoptère peut être utilisé dans la lutte contre les incendies et les opérations de secours.L’appareil est dérivé du Harbin Z-8 qui n’est autre que la version chinoise du SNCASE Frelon.

caic z-18a gaoyan,hélicoptère chinois,armée populaire d libération,hélicoptères lourds,transport tactique,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation

L'hélicoptère de transport moyen Z-18 a été mis en service au sein de la Marine chinoise à bord du porte-avions Liaoning, il est devenu la plate-forme de choix pour des missions spécialisées allant de l'alerte avancée aéroportée, du transport VIP, à la guerre anti-sous-marine (ASW). Après quatre années d'essais intensifs, au sein de l'Armée populaire de Libération celle-ci a opté pour sa propre variante de transport le Z-18A.


Le projet Z-18 a débuté sous le nom de Z-8F-100, une version modernisée du Z-8 qui est en service depuis le début des années 1980. Le Z-18A est doté de trois turbomoteurs WZ-6C plus puissants, il bénéficie de matériaux composites et d'un nouveau cockpit en «verre» pour ses deux pilotes. Il peut accueillir 27 soldats entièrement armés ou 15 civières médicales avec un rayon d’action de 8’000 à 10 ‘000 km.  Le Z-18A est doté d’un nez redessiné et emporte une tourelle FLIR et
d'un carénage Satcom. Il pourra emporter notamment l'obusier léger Norinco AH-4 de 155 mm.

La famille Z-18 de l’armée chinoise :

  • Z-18A de transport et assaut.
  • Z-18F destiné à la lutte anti-sous-marine.
  • Z-18J faisant fonction de radar aéroporté.

 

Capacité de projection de force: 

Durant ces dernières années, les experts militaires ont minimisé les risques d'engagements potentiels de l'armée chinoise à juste titre, du fait de l'incapacité de celle-ci à pouvoir projeter ses forces sur un théâtre opérationnel lointain. Avec l'arrivée d'un premier porte-avions, d'avions ravitailleurs et d'alerte lointaine (AEW&C) de l'avion de transport tactique Y-20 et maintenant de l'hélicoptère Z-18A, la Chine est dispose d'une réelle capacité de projection de force, dont il faudra dorénavant se méfier. 

 

caic z-18a gaoyan,hélicoptère chinois,armée populaire d libération,hélicoptères lourds,transport tactique,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation

Photos : le Z-18A « Gaoyan » @ CCTV

Boeing: record de livraisons et carnet de commandes en hausse !

B787-10-N528ZC-BEOING-CO-.jpg

Comme chaque début d’année, le monde de l’aviation se passionne pour connaître les chiffres des livraions d’avion et commandes obtenues l’année courante chez les deux principaux avionneurs. Pour certains, il s’agit d’une bataille avec un gagant et un perdant. La réalité en est autrement, d’une part la concurrence entre Airbus et Boeing et de nature saine et permet de nombreuses avancées technologique entraînant dans leurs sillages des centaines de sous-traitants et des milliers d’emplois. De l’autre, cette saine concurrence offre des oporturnités aux transporteurs aériens que ne pourrait tenir un seul grand avionneur. Par ailleurs, la bonne santé ou non du duopole permet de reflèter la situation économique internationale.

Pour la sixième année consécutive, Boeing a livré davantage d’avions commerciaux que tout autre constructeur et établi un record industriel avec 763 livraisons en 2017. Ces résultats sont liés à la forte production des modèles B737 et B787. Parallèlement, Boeing a augmenté son carnet de commandes avec 912 commandes nettes, ce qui reflète la solidité de la demande que suscitent ces avions monocouloir et bicouloir.

Dans le cadre du programme B737, Boeing a atteint de nouveaux sommets en portant sa production à 47 avions par mois au cours de l’année et en livrant les premiers exemplaires de son nouveau B737 MAX, contribuant à un record de livraisons (529 unités, dont 74 de la série MAX). En ce qui concerne le programme B787 « Dreamliner », Boeing a poursuivi la construction avec les cadences de production les plus élevées pour un avion bicouloir et 136 livraisons à la clé au cours de l’année.

 

boeing-fr-0118-table.jpg

« Ces performances record soulignent les efforts de nos employés et de nos fournisseurs partenaires qui innovent sans cesse pour concevoir, construire et livrer les avions les plus économes en carburant à nos clients du monde entier », a déclaré Kevin McAllister, président et CEO de Boeing Aviation Commerciale (BCA).

Sur le front des commandes, 71 clients ont passé les 912 commandes nettes comptabilisées pour une valeur de 134,8 milliards de dollars au prix catalogue. Ce total porte le carnet de commandes de Boeing au nombre record de 5’864 appareils à la fin de l’année, ce qui correspond à environ sept années de production.

« Ces fortes activités commerciales reflètent la demande soutenue des compagnies en faveur de la famille B737 MAX, et notamment du modèle ultra-efficient MAX 10 que nous avons lancé l’an dernier, ainsi que la préférence croissante du marché pour la famille d’avions bicouloir de Boeing », a ajouté Kevin McAllister. « La hausse des cadences de production prévue au cours des années à venir permettra de satisfaire cette forte demande. »

En 2017, la famille B787 « Dreamliner » a enregistré près de 100 commandes nettes, et la famille B777, 60 commandes nettes. Parmi les autres faits marquants accomplis par la division BCA au cours de l’année écoulée, citons le premier vol du B737 MAX-9 et du B787-10 « Dreamliner », ainsi que l’entrée en production du B737 MAX-7 et du nouveau B777X.

 

l_boeing.jpg

Photos : 1 B787-10 2 B737MAX-10 @ Boeing