12/12/2019

Essais en vol du nouveau moteur du Sukhoi Su-57 !

IMG_3645.jpeg

Le chasseur russe Sukhoi Su-57 de cinquième génération effectue une série d’essais en vol avec les nouveaux moteurs izdeliye 30 étape 2. La société d'État russe de haute technologie Rostec confirme que les tests sur banc d'ingénierie du moteur avancé se poursuivent et que l’izdeliye 30 étape 2 est testé dans un laboratoire volant, soit un Su-57. En octobre, un vol avait été effectué pour vérifier les caractéristiques dans différents modes de vol, en particulier le fonctionnement de la buse à jet vectoriel et le système d'huile à des surcharges négatives. Au total, 16 vols ont été effectués à ce jour.

Le Su-57 avec le moteur izdeliye 30 étape 2 a effectué son premier vol en décembre 2017. Le moteur bénéficie d'un système de contrôle automatique entièrement électronique et garantira la super-maniabilité du combattant, le rapport poussée / poids, les caractéristiques furtives et la capacité d'effectuer des vols de croisière à une vitesse supersonique.

Actuellement, le Su-57 vole avec un moteur AL-41F1 (produit 117), qui équipent les avions de combat de type Su-35. Le chasseur Su-57 appartient à la cinquième génération, ce qui indique la présence d'un certain nombre d'exigences. L'une des principales exigences est la fourniture d'une vitesse supersonique de croisière, y compris sans l'utilisation de postcombustion. Les moteurs existants (comme l'AL-41F1) ne sont pas capables de fournir de telles caractéristiques, le Su-57 nécessite un moteur complètement nouveau.

Le moteur izdeliye 30 étape 2 :

6da3aiy.jpg

Le moteur izdeliye 30 étape 2 a été développé au Lyulki Design Bureau sous la direction d'Evgeny Marchukov et en collaboration avec d'autres grandes sociétés de construction de moteurs russes. Selon des données connues, l’izdeliye 30 est un turboréacteur à double circuit avec postcombustion. Au niveau de certaines idées de base, il présente des similitudes avec les moteurs plus anciens des familles AL-31 et AL-41. Mais de nouveaux éléments spécialement conçus pour lui offre une augmentation notable de toutes les caractéristiques de base, permettant d'attribuer le «izdeliye 30» à la prochaine génération de turboréacteurs à double flux. Le moteur a une architecture typique de sa catégorie avec des compresseurs hautes et basses pressions à plusieurs étages, une chambre de combustion et des turbines à plusieurs étages. Derrière les turbines se trouvent une postcombustion et une buse avec TVC (contrôle du vecteur de poussée). Le compresseur assure une compression de l'air entrant avec un degré de 6,7, fournissant un débit d'air allant jusqu'à 20-23 kg/s. La chambre de combustion est équipée d'un système d'allumage plasma installé directement sur les buses. Ces outils enflamment le carburant immédiatement après son entrée dans la chambre de combustion. Pour cette raison, le mode de combustion optimal est maintenu. La température des gaz devant la turbine va de 1950 à 2100 ° K. A titre de comparaison, dans le moteur de série AL-31F, ce paramètre ne dépasse pas 1700 ° K. Selon des données connues, la poussée maximale du moteur du izdeliye 30 atteint 11’000 kgf, postcombustion à 18’000 kgf. A titre de comparaison, le moteur du premier étage AL-41F1 a une poussée de 9’500 et 15’000 kgf, respectivement. L’izdeliye 30 correspond pleinement au niveau mondial des moteurs de cinquième génération. Il peut développer une poussée de 107 kilonewtons en mode croisière et de 176 kilonewtons avec postcombustion.

Ainsi, le Su-57, même avec une masse maximale au décollage supérieure à 35 tonnes, aura un rapport de poussée de plus d'un. Avec une masse au décollage normale, ce paramètre atteindra 1,15-1,2.

Le nouveau moteur doit à terme venir remplacer, lors de la mise en production de série l’actuel AL-41F. L’izdeliye 30 devrait entrer en production durant l’année prochaine, selon les informations transmises par Rostec.

9c333b88c7d64c4908d03daf3fc3ce73-768x432.jpg

Photos : 1 Su-57 de face @ VKS 2 Tuyère izdeliye 30 3 izdeliye 30 à gauche @ Rostec

 

SKY commande l’A321XLR !

airbus,a321xlr,sky,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation

SKY, opérateur chilien ultra-low-cost, a signé avec Airbus un contrat portant sur 10 A321XLR. Avec ces nouveaux appareils, la compagnie prévoit de développer son réseau international.

L'A321XLR représente la prochaine étape de l'évolution de la famille A320neo/A321neo. Ce monocouloir répond aux besoins du marché avec son plus long rayon d'action et sa charge marchande accrue. Grâce à son rayon d'action sans précédent sur un monocouloir, pouvant atteindre 4 700 nm, et sa consommation de carburant par siège 30 pour cent inférieure à celle des appareils concurrents de la génération précédente, l'A321XLR permettra aux compagnies de développer leurs réseaux en assurant la rentabilité de nouvelles lignes plus long-courriers.

“Cette nouvelle flotte d'appareils nous permettra de développer notre offre de vols internationaux déjà très étendue tout en maintenant notre modèle low-cost aux tarifs très attractifs. Nos passagers profiteront désormais de nouvelles destinations très attrayantes sur les appareils les plus modernes du marché”, a déclaré Holger Paulmann, CEO de SKY.

“Nous sommes ravis que SKY ait choisi l'A321XLR pour poursuivre l'expansion de sa flotte Airbus”, a ajouté Arturo Barreira, Président d'Airbus Latin America. “L'A321XLR permettra à SKY de proposer de nouvelles destinations à ses clients comme par exemple des vols directs de Santiago au Chili à Miami aux États-Unis.”

Client d'Airbus depuis 2010, SKY est devenu un opérateur tout-Airbus en 2013. Sa flotte composée de 23 appareils de la famille A320 dessert des lignes intérieures et internationales au départ du Chili et à destination de l'Argentine, du Brésil, du Pérou et de l'Uruguay.

Selon les dernières prévisions globales du marché (GMF) d'Airbus, l'Amérique latine aura besoin de 2 700 appareils neufs au cours des 20 prochaines années, ce qui représente plus du double de la flotte actuelle. Le trafic passagers en Amérique latine a doublé depuis 2002 et cette croissance devrait se poursuivre au cours des deux prochaines décennies. Plus précisément au Chili, les prévisions annoncent une augmentation du trafic de 0,89 à 2,26 trajets par habitant d'ici 2038.

Parallèlement à la croissance de la flotte, selon le GMF d'Airbus le plus récent, le marché latino-américain aura besoin de 47 550 nouveaux pilotes et 64 160 techniciens qui devront être formés au cours des 20 prochaines années. Pour répondre à ce besoin, SKY a également choisi Airbus en sa qualité d'organisme de formation au vol, devenant ainsi le client de lancement du nouveau centre de formation "Airbus Chile Training Centre". Ce centre proposera des formations aux équipages chiliens grâce, notamment, à un simulateur complet A320.

Airbus a vendu 1 200 appareils en Amérique latine et aux Caraïbes, dont plus de 600 en commande et plus de 700 déjà en exploitation, ce qui représente une part de marché de 60 pour cent de la flotte en service. Depuis 1994, Airbus a enregistré près de 70 pour cent des commandes nettes dans la région.

Photo : A321XLR aux couleurs de SKY @ Airbus

 

 

11/12/2019

Livraison du premier MV-22 « Osprey » amélioré !

CC-RAM_111419-ff-131-PR - hi-res.jpg

Boeing et Bell Textron Inc ont livré le premier MV-22 « Osprey » modifié au United States Marine Corps (USMC) doté d’une meilleure préparation et fiabilité. Les Corps des Marines dispose de plusieurs configurations de l'aéronef MV-22 en service. Dans le cadre du programme » Common Configuration - Readiness and Modernization (CC-RAM) », Bell Boeing réduit le nombre de configurations en mettant à niveau les appareils du bloc «B» vers la configuration actuelle du bloc «C».

"Notre premier aéronef CC-RAM destiné au Marine Corps Air Station de New River est une référence clé du programme", a déclaré le colonel du Corps des Marines des États-Unis Matthew Kelly, gestionnaire de programme, V-22 Joint Program Office (PMA-275). « Nous sommes ravis de constater les améliorations de capacité, de similitude et de préparation que ces aéronefs au standard  CC-RAM apportent à la flotte dans le cadre du programme de préparation au V-22 du Corps des Marines.

Cette étape marque le début d'évolution des « Osprey», en mettant l'accent d’une meilleure sécurité.  Les Marines ont besoin de mettre à niveau environ 130 appareils avec un temps d'arrêt réduits à environ huit mois par appareils et la production accélérant à 24 par an.  La modification résout un large éventail de problèmes communs, ainsi que des éléments plus importants, tels que l'installation d'un radar météorologique, d'un système anti-collision, d'un nouvel ordinateur de mission et d'un système de vidange de carburant modifié.

La prochaine livraison de CC-RAM est prévue début 2020.

En novembre 2019, la marine américaine a accordé à Bell Boeing un contrat de 146 millions de dollars pour moderniser neuf appareils MV-22 supplémentaires dans le cadre du programme CC-RAM, les travaux devant être achevés en mars 2022.

Le V-22 «Osprey» :

Le V-22 Osprey est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et de vol à haute altitude.

A ce jour, 340 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

3781082376.jpg

Photos : 1 MV-22 CC-RAM 2 MV-22 @ Boeing

10/12/2019

Capacité opérationnelle initiale pour le Rafale F3-R !

786986619.jpg

L’Armée de l’air française a déclaré avoir atteint la capacité opérationnelle initiale avec le nouveau standard « F3-R » du Rafale.  Cette annonce fait suite à plusieurs mois de formation des équipages et du personnel technique sur cette norme depuis son acceptation officielle en juillet dernier.

Tout en poursuivant la montée en puissance des unités opérationnelles, cette étape clé avant l'intégration début 2020 du missile METEOR de MBDA et du pod de désignation laser TALIOS de Thales permet à l’Armée de l’air d'utiliser le Rafale F3-R pour ses missions permanentes de dissuasion nucléaire, d'opérations étrangères et protection de l'espace aérien français, dite : Posture Permanente de Sûreté.

Il s'agit d'une étape majeure vers la mise en service du Rafale F3-R, qui intégrera les deux nouvelles charges utiles d'ici la fin du premier semestre 2020.

Cette norme n'est pourtant qu'une étape et confirme le potentiel de croissance du Rafale. Le développement de la norme F4 a été lancé fin 2018. Il continuera d'évoluer pour amener les avions de combat au Future Air Combat System (SCAF). Le futur standard F4 est prévu de 2023 à 2030, puis viendra le F5 de 2030 à 2040, selon le calendrier de Dassault aviation et de l’Armée de l’air.

Rappel :

Conformément à la programmation du ministère des armées, le standard « F3-R » du Rafale a été qualifié en 2018 par la direction générale de l’armement (DGA) et est entré en service opérationnel quelques mois plus tard. Au cours du premier semestre 2017, les équipes de la DGA, de Dassault Aviation, de MBDA, de Thales et les centres d’expérimentation de l’armée de l’air et de la marine ont déroulé comme prévu le calendrier des campagnes d’intégration des deux équipements majeurs du nouveau standard « F3-R ».  Il s’agit du missile « METEOR » et de la nacelle de désignation « TALIOS ».

En ce qui concerne le THALIOS :

La nouvelle nacelle développée par Thales PDL-NG (Pod de Désignation Laser de Nouvelle Génération) TALIOS doit venir remplacer l’actuelle nacelle « Damocles ». Le TALIOS doit permet de faire de la reconnaissance, de l'identification de cibles terrestres comme aériennes, et du ciblage laser au profit d'un armement guidé laser.

Les caractéristiques sont : 

  • Dernière génération de capteurs à haute résolution et de haute précision de stabilisation ligne de mire.
  • Une vision grand-angle fournissant des informations contextuelles critique et faire le pod un élément
  • Clé de l'environnement visuel du pilote tout au long de la mission.
  • L'architecture ouverte et un haut niveau d'intégration fonctionnelle.

Par ailleurs, les clients à l’exportation peuvent également opter pour la nacelle Lockheed Martin AN/AAQ « SNIPER » et le viseur de casque Elbit Systems « Targo II ».

Note : un standard F6 est également prévu, pas de date confirmée pour l’instant.

Photo : Rafale F3-R @ Dassault Aviation

09/12/2019

Livraison du premier drone Hermes 900 pour la Suisse !

DSC_8042.jpeg

Ce matin sur la base aérienne d’Emmen près de Lucerne, le premier drone de nouvelle génération de l’israélien Elbit Systems Hermes 900 HFE « StarLiner » (ADS15) a été présenté. Le drone est arrivé d’Israël dans un conteneur. Au total, l’armée disposera de 6 drones Hermes 900. Les cinq autres appareils arriveront progressivement durant l’année prochaine.

Patience avant les premiers vols :

Si le nouveau drone est en parfait état de vol, il faudra attendre un peu, avant de pouvoir le croiser dans le ciel Helvétique. En effet, il lui faut attendre sa certification, afin de pouvoir emprunter les couloirs aériens encombrés de notre espace aérien. Il s’agit d’obtenir la certification du système anti-collision révolutionnaire qui l’équipe. En attendant, il servira pour la formation des pilotes et des équipes au sol.

Rappel :

C’est en juin 2014, que notre pays a choisi le drone Elbit Systems Hermes 900 pour remplacer le système de drones de reconnaissance ADS 95 Ranger (système israélo-suisse) engagé au sein de l’Armée suisse.  Les deux modèles de drones, Héron 1 et Hermes 900 répondaient parfaitement au cahier des charges du DDPS, le choix s’est finalement porté sur l’Hermes 900, en effet, celui-ci est technologiquement doté de systèmes plus récents, offrants de meilleures possibilités d’évolution. 

DSC_8051.jpeg

L’Hermes 900 HFE (Heavy Fuel Engine) « StarLiner »

L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermès d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille « Hermes » 450.  Le « 900 » hérite de blocs de construction fiable, de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques. L'UAS a été spécialement conçu pour le renseignement, la surveillance, l'acquisition et la reconnaissance d'objectifs (ISTAR), la sécurité intérieure, la patrouille maritime, la sécurité aux frontières et les enquêtes post-catastrophe.
L’Hermes 900 « StarLiner » choisi par notre pays est également connu sous le nom de Hermes 900 (HFE) utilisant du carburant lourd (Diesel).  Il s’agit de la plus grande variante de la gamme « 900 » du système d'avion sans pilote (MALE) moyenne altitude et longue endurance développée par Elbit Systems.

DSC_8038.jpeg


Système anti-collision : 

L'Hermes 900 « StarLiner » est conforme à l'exigence 4671 de l'Accord de normalisation de l'OTAN (STANAG) d'opérer dans l'espace aérien civil aux côtés des aéronefs pilotés. Il a effectué une série de vols certifiés par l'autorité israélienne de l'aviation civile au cours de la période 2017-2018 et a été déployé en juillet 2018. Il est le premier drone doté d’un système unique au monde de type anticollision « Sens & Avoid ».  Le drone doit en effet pouvoir être engagé dans tous les espaces aériens sans être escorté par un aéronef avec pilote. Si certains systèmes existent déjà en termes de protection d’abordage, ce nouveau système permet une totale identification des éventuelles menaces volantes. Le nouveau système qui équipe le drone Hermes 900 « StarLiner » permet grâce à des capteurs radars et électro-optique de repérer à 360° tous les aéronefs en rapprochement. 

Hermes 900 « StarLiner » design et caractéristiques :

L'avion sans pilote Hermes 900 « StarLiner » a une envergure de 17 mètres et une masse maximale au décollage de 1’600 kg. La capacité de décollage et d'atterrissage automatiques (ATOL) de l'avion lui permet de décoller et d'atterrir dans des environnements de visibilité proche de zéro. Un système de dégivrage actif est installé pour éliminer la glace sur les surfaces afin d'assurer un fonctionnement sûr dans des conditions de givrage.
Le drone a une capacité d'éclairage directe et indirecte de cible et peut effectuer des missions, selon les règles de vol aux instruments (IFR) dans toutes les conditions météorologiques.

Le drone Hermes 900 « StarLiner » peut transporter une gamme de charges utiles multi-capteurs pesant jusqu'à 450 kg pour de multiples applications. Il est compatible avec les charges utiles électro-optiques multispectrales (EO) telles que SPECTRO XR, Wescam MX15/20, la vidéosurveillance aéroportée persistante à grande échelle SkEye (WAPS), le système d'imagerie aéroportée MIST-G et le marqueur laser.

Le système SPECTRO XR (ISTAR) est installé sous le cône de nez pour fournir des capacités de surveillance, de contrôle des tirs et de ciblage. Le SkEye WAPS monté sur le ventre est utilisé à des fins de collecte de renseignements, d'observation et de surveillance.

Les capteurs d'imagerie embarqués capturent des images / vidéos en temps réel et assurent une surveillance persistante sur une large zone de jour comme de nuit.

Il dispose d’un plafond pratique de 30’000 pieds et offre une autonomie de vol allant jusqu'à 36 heures.
Le véhicule aérien Hermes 900 « StarLiner » est équipé d'un système d'avertissement et d'évitement de terrain (TAWS) pour la prédiction et l'évitement des obstacles. Un système coopératif et non coopératif de détection et d'évitement (D&A) avec des capteurs radar air-air est installé pour détecter les aéronefs coopératifs et non coopératifs.

Une liaison de données redondante avec une large bande passante est installée sur le cône avant de l’avion pour fournir des communications en visibilité directe (LOS) et au-delà des communications en visibilité directe (BLOS).

Il peut être doté d'un radar à synthèse d'ouverture (SAR), d'un radar à indicateur de déplacement du sol (GMTI) et d'un radar de patrouille maritime pour détecter, localiser et acquérir des cibles. Il peut également transporter des charges utiles de guerre électronique pour fournir une capacité d'attaque électronique aéroportée.

Station de contrôle au sol :

DSC_8029 2.jpeg



Le véhicule aérien est exploité par deux membres d'équipage, dont un pilote et un opérateur de charge utile au sein du poste de commande au sol (GCS), qui comprend un cockpit avec écrans EFIS couleurs, deux consoles informatiques identiques, un écran de caméra vidéo et un affichage de carte mobile. L'opérateur contrôle et communique vers l'aéronef via une liaison de données sécurisée. Le drone peut être contrôlé depuis une station fixe à Emmen ou depuis une station mobile dans le terrain.

L’avionique est innovante, ainsi que ses systèmes électroniques, il dispose d’un moteur ROTAX à faible bruit. Le modèle HFE offre une plus une grande vitesse ainsi qu’un taux de montée amélioré. Le train d’atterrissage est escamotable. L’Hermes 900 « StarLiner » bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels acquis avec les modèles précédents. En outre, il peut décoller de terrains peu aménagés à proximité du théâtre d’opération. L’Hermes 900 n’emporte pas d’armement.

Utilisateurs de la famille Hermes 900 : 

Israël, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Mexique et la Suisse. L'Union Européenne a commandé l'Hermes 900 en 2018 pour des patrouilles maritimes.

DSC_801.jpg

Photos : Présentation de l’Hermes 900 « Starliner » à Emmen @ P.Kümmerling