08/12/2018

Avolon Leasing commande 100 A320/321neo !

A321neo-Avolon-1.jpg

La société de leasing Avolon, dont le siège social est situé à Dublin en Irlande, a confirmé sa commande portant sur 75 A320neo et 25 A321neo. Il s'agit du plus grand volume de commande jamais passé par Avolon auprès de l’avionneur Airbus.

Cet accord porte les commandes cumulées d'Avolon à 284 appareils Airbus (240 monocouloirs et 44 gros-porteurs) dont l'A321neo, l'A330neo et l'A350 XWB.

"Notre commande de 100 appareils de la famille A320neo s'appuie sur notre position de leader sur le marché et reflète notre ambition de devenir le leader mondial dans ce secteur", a commenté Dómhnal Slattery, CEO d'Avolon. "Nous continuons de constater une forte demande de la part de nos clients pour les appareils de la famille A320neo dans le monde entier. Cela correspond à notre propre étude de marché et à nos prévisions mondiales en matière de flottes. Cette commande confirme notre confiance dans les prévisions de marché à moyen terme et les perspectives de forte croissance pour notre activité."

"Cette commande confirme un intérêt du marché pour l'efficience, la régularité technique et l'attrait auprès des passagers de notre famille A320neo", a déclaré Christian Scherer, Chief Commercial Officer d’Airbus. "La famille A320 représente un atout pour l'avenir, tant pour les investisseurs que pour les compagnies. Le succès récent enregistré par Avolon témoigne du dévouement de son management envers notre secteur. L'engagement de cette société à l'égard d’Airbus reflète sa connaissance approfondie du marché. Quant à moi, j'ai hâte de développer davantage cette relation à l'avenir."

Cette nouvelle commande de 100 appareils qui s’ajoute aux 22 monocouloirs et aux quatre gros-porteurs déjà livrés, porte le carnet de commandes d'Avolon à 258 appareils Airbus, le plus grand volume de toutes les sociétés de leasing.

Dotée de la cabine monocouloir la plus spacieuse et des technologies innovantes les plus récentes, notamment des moteurs de nouvelle génération et des "sharklets", la famille A320neo permet d'obtenir une économie de carburant et une réduction des émissions de CO2 de plus de 15 pour cent à la livraison et 20 pour cent d'ici 2020 ainsi qu'une réduction de l'empreinte sonore de 50 pour cent. Avec plus de 6 200 commandes émanant de plus de 100 clients, la famille A320neo a conquis quelque 60 pour cent de part de marché.

Photo :A321neo @Airbus

07/12/2018

Des PC-12 « Spectre » pour traquer les talibans !

2898919664.jpg

L'Afghanistan exploite des avions de type Pilatus PC-12 « SPECTRE » dans les missions destinées à la traque des talibans et la lutte contre les narcotrafiquants en matière de guerre-électronique (SIGINT).  L’avion peut également participer à la surveillance de la frontière avec le Pakistan, afin d’enrayer les passages clandestins.

Commandes américaines :

L’Afghanistan confirme avoir reçu 23 avions Pilatus PC-12 « SPECTRE » qui sont en service. Ces avions ont été commandés, par le Pentagone à travers la société Sierra Nevada Corporation, auprès de Pilatus Aircraft, soit 18 appareils en 2012 et 5 en 2015. C’est la société Sierra Nevada qui a ensuite aménagé les avions avant de les livrer au client.

 Une image d'un PC-12 « SPECTRE » avec ses  marquages afghans a été publiée sur le compte Twitter officiel du ministère de la Défense afghan. Jusqu'à présent, aucune annonce officielle n'avait été faite, quant à la réception de ces appareils. Pour la petite histoire, en Afghanistan la dénomination du PC-12 est « Dragon ».

Les appareils seraient exploités par les escadrons  1, 2 et 3, de l'escadre des missions spéciales de l’armée afghane (Afghan Special Mission Wing). Les escadrons 1 et 2 sont basés à Kaboul et le 3e escadron opérerait à partir de Kandahar. Il est intéressant de noter que cette capacité relève des forces d'opérations spéciales de l'armée nationale afghane (ANA) plutôt que de l'armée de l'air afghane (AAF), mais en tant que branche la mieux entraînée et la mieux financée des ANSF, elle est probablement la mieux placée pour utilisés ce type d’avion particulièrement sophistiqué.

Pas d’armement, mais affûté pour l’écoute :

Précisons d’emblée que le PC-12 « SPECTRE » n’emporte pas d’armement. Il s’agit d’un avion dérivé de la version civile du PC-12NG d’affaires. Le standard « SPECTRE » est spécialisé pour les missions de reconnaissance électronique de type «  SIGINT » (SIGnals INTelligence). L’avion dispose d’une caméra FLIR et de différents capteurs électroniques.  Les capteurs de bord sont capables de décrypter et d’écouter et localiser les émissions radios et électroniques adverses.

Le PC-12 « SPECTRE » est également  utilisé au sein de l’Armée irlandaise et au sein de l’US Air Force, il est dénommé U-28A « Eagle ».

Photo : PC-12 SPECTRE @ Pilatus

 

 

06/12/2018

Les T-6C de la RAF au complet !

37494943052_2ba833e811_b.jpg

Une étape clé dans le programme britannique de formation au pilotage militaire (MFTS) a été franchie le 3 décembre dernier, avec l’arrivée du dernier des 38 Beechraft T-6C acquis par l’entreprise commune Elbit Systems UK / KBR, Affinity Flying Training Services. Le Beechcraft T-6C turbopropulseurs remplace les Embraer Tucano T1 de la Royal Air sur la base de Anglesey, au nord du Pays de Galles.

Géré pour le ministère de la Défense du Royaume-Uni par Ascent Flight Training, joint-venture Babcock / Lockheed Martin, le cadre  du MFTS inter-services inclut également une flotte de 27 appareils de formation à réaction avancés BAE Systems Hawk T2.

Rappel :

Le ministère britannique de la défense avait signé en 2016 un contrat pour moderniser l’école de pilotage de la RAF.

Le Beechraft T-6C « Texan II » :

Une première étape de remplacement partiel de la flotte actuelle composée d’Embraer EMB-312 « Tucano » se fera avec 10 avions écoles de type Beechraft T-6C « Texan II ». Le Beechcraft T-6C « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T-6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6C dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6C est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la voltige, ainsi que l’introduction aux armes.

Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifié de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

T-6C-Texan.jpg

Photos :  T-6C de la RAF @ John Quin

05/12/2018

SCAF ou TEMPEST, chacun choisi son camps !

4ae002a63d5784cb1b96af1b5247dcdf.jpg

Scaf ou Tempest, il faut choisir ! Les différents pays européens se lancent progressivement dans un choix en vue d’entrer dans l’un des deux projets du futurs avions de combat habités et non habités, qui vont être prochainement développés. Il semlbe bien que les deux projets intéressent au plus au point et que pour l’instant les deux projets puissent bien voir le jour.

L’Espagne rejoint Le Scaf :

ob_a84754_ob-7dd28c-scaf.jpg

L'Espagne vient de choisir le projet de Paris et de Berlin. Madrid va devoir encore confirmer prochainement ses intentions avec une lettre.

Le ministère français de la Défense a confirmé que le programme Scaf sera doté d'un avion piloté et d’une escorte de drones. Le développement et la production du Système de Combat Aérien Futur (SCAF), doit venir remplacer les aéronefs comme l’Eurofighter et le Rafale à l’horizon 2035 et 2040. Par ailleurs, avec l'évolution des menaces et l'arrivée de nouvelles technologies, le SCAF devra avoir une survavibilité qui doit lui « permettre de faire face à l’ensemble des menaces futures ». En outre, on sait aussi qu'il « devra disposer de capacités de supériorité aérienne face aux menaces aériennes futures, et qu'il devra être capable d’engager l’ensemble des cibles d’intérêt pour les opérations air surface ». Le SCAF doit pouvoir agir en environnement aérien contesté et engager tous les types de systèmes de défense aérienne.

Italie et Pays-Bas avec le Tempest :

4145436923.jpg

Le programme de BAe Systems anglais vient d’être rejoint par les Pays-Bas et l’Italie. De son Côté la Suède continue ses négociations avec les anglais et pourrait annoncer prochainement de rejoindre le programme.

Le « Tempest II» devra être flexible, évolutif, connecté et abordable pour assurer une fourniture d’un système pour répondre aux demandes de l'environnement d'exploitation, connu et inconnu. L’avion devra être capable de survivre dans les environnements de combat les plus difficiles, ce qui signifie que la portée, la vitesse et la manœuvrabilité de la charge utile seront essentielles. Le « Tempest » sera doté d'une gamme de capteurs, notamment des radiofréquences, des capteurs électro-optiques actifs et passifs et des mesures de soutien électronique avancées pour détecter et intercepter les menaces.

Le système est susceptible de fonctionner avec des armes cinétiques et non cinétiques. L'intégration d'armes à énergie dirigée au laser pour l'autodéfense et l'utilisation dans le combat de portée visuelle est également très probable. La capacité de déployer et de gérer des véhicules aériens sans pilote (UAV) à essaimage lancés par l'air à travers une baie de charge utile flexible permet au système de traiter les environnements dangereux de refus de zone d'accès.

L'adaptabilité sera intégrée dans la conception du système, avec des architectures de systèmes qui supportent une approche «plug and play», en intégrant facilement de nouveaux algorithmes et matériels. Le système prendra également en charge «l'autonomie évolutive» pour fournir un certain nombre de modes d'opération sans pilote et une gamme de décisions de pilote, lorsque le vol habité est effectué. Ces fonctionnalités sont reconfigurables dynamiquement et permettent d'améliorer la capacité de survie, la disponibilité, la cyber-résilience et les options tactiques.

Pour fournir un avantage significatif en termes d'information et d'efficacité de la mission, le futur système de combat aérien agira comme un «multiplicateur de force», interopérant avec un large éventail de systèmes en vol et au sol.

Photos : 1 Image de synthèse avion de 6èmegénération Image de synthèse du Scaf @ Dassault Maquette du Tempest @ BAe

 

 

04/12/2018

Une nouvelle avionique pour le C-27J !

197232c237077f6c09c2bf50ac9d742d--military-weapons-military-aircraft.jpg

La nouvelle configuration de base du C-27J se caractérise par un nouveau système d’avionique, de nouveaux panneaux de commande de poste de pilotage et des éclairages d'aéronefs de type LED.

Les opérateurs bénéficieront d'une avionique moderne et de coûts d'exploitation et de performances améliorés dans les limites du prix de vol de l'aéronef.

La nouvelle configuration de base du C-27J « Spartan », caractérisée par un tout nouveau système avionique, de nouveaux panneaux de commande de poste de pilotage et des éclairages d’aéronefs à LED, a effectué son premier vol hier à l’usine de Leonardo’s Aircraft Division à Turin.

Lucio Valerio Cioffi, directeur général de la division avions de Leonardo, a déclaré: «Les nouveaux exploitants bénéficieront d’une avionique moderne, de coûts d’exploitation améliorés et de performances améliorées dans les limites du prix de survol de l’avion. Les principaux avantages de la nouvelle configuration de base du C-27J sont le respect des nouvelles réglementations de l'aviation civile et la réduction des risques liés à l'obsolescence liée aux exigences militaires.

2167998.jpg

Le nouveau système avionique du C-27J est conçu pour être conforme aux exigences en matière de contrôle de la circulation aérienne de nouvelle génération, telles que SESAR et NextGen, et offre une fonctionnalité TCAS 7.1 (système de prévention des collisions de trafic). Il comporte de nombreuses mises à niveau majeures, telles qu'un nouveau système FMS (système de gestion de vol) doté de fonctionnalités d'approche RNP (performances de navigation requises) et LPV (performances de localisateur avec guidage vertical). Le mode 5 de l'IFF (ami d'identification ou ennemi) a été mis à jour à la dernière norme. De nouveaux écrans de poste de pilotage, un nouveau radar météorologique, une nouvelle navigation par radio, des capacités de communication par satellite et de communication par radio améliorées, un nouveau système d'intercommunication, de nouveaux panneaux de poste de pilotage et de chargement ainsi qu'un système d'éclairage à technologie LED ont également été inclus. De plus, les anciens boîtiers d’interface avionique et systèmes généraux ont été remplacés par de nouveaux équipements fabriqués par la division Systèmes aéroportés et spatiaux de Leonardo.

Leonardo C-27J « Spartan » :

Le C-27J « Spartan » est un aéronef à voilure fixe de transport tactique léger polyvalent pour diverses missions. Particulièrement maniable et polyvalent, le robuste C-27J offre un rapport poids puissance le plus élevé de sa catégorie avec la capacité d'effectuer des manœuvres sous un facteur de charge de l’ordre de 3G, permettant des virages serrés et une montée rapide, ainsi que la descente. 

Il offre la capacité unique de faire varier la hauteur plancher, afin d’ajuster en permanence celui-ci pour faciliter le chargement et le déchargement de grands volumes, ainsi que les charges utiles à haute densité sans équipement de soutien au sol et en facilitant le «drive-in/out» de véhicules, afin qu'ils puissent être utilisés immédiatement.

Le C-27J offre un niveau élevé de sécurité et un taux imbattable de disponibilité particulièrement haut.  Le C-27J décolle sur environ 1900 pieds sur une surface non goudronnée. Dans un environnement tactique, l'avion est capable de monter à 10.000 pieds en 3 minutes, en descendant à partir de 10.000 pieds en moins de 2,5 minutes. Avec une masse à l'atterrissage maximale, le C-27J à une course au sol de moins de 1115 pi.

 

image008.jpg.jpeg

Photos : 1 & 3C-27j 2 Cockpit @ Leonardo