21/10/2021

Séoul commande le MH-60R !

MH-60R-couverture_LM.jpg

Sikorsky/Lockheed Martin a obtenu un contrat de 447,2 millions de dollars pour la production de 12 hélicoptères navals multirôles MH-60R « Seahawk » pour la marine de la République de Corée (RoKN). L'administration du programme d'acquisition de la défense du pays (DAPA) avait annoncé en décembre que le MH-60R avait été choisi par rapport au Leonardo AW159 « Wildcat » au NH90 de NHIndustries (NFH). 

Le département américain de la Défense (DoD) a annoncé que le travail sur le contrat de ventes militaires étrangères (FMS), qui comprend la livraison de l’hélicoptère capable de lutte anti-sous-marine (ASW), sera effectué à Owego, New York ( 52 %); Stratford, Connecticut (40 %) ; et Troy, Alabama (8 %), et devrait être achevé d'ici décembre 2024.

Cette annonce intervient après que le comité de promotion du projet de défense de la Corée du Sud a sélectionné le MH-60R Seahawk en décembre 2020 pour répondre à une exigence de la RoKN pour 12 MH-60R antisurface et ASW. La République de Corée utilisera la capacité améliorée du MH-60R comme moyen de dissuasion contre les menaces régionales et pour renforcer sa défense intérieure.

La Corée deviendra le septième pays à acquérir l'hélicoptère naval en rejoignant les États-Unis, l'Australie, le Danemark, l'Arabie saoudite, l'Inde et la Grèce pour obtenir ces hélicoptères. La production et la livraison des 12 avions MH-60R devraient être achevées en décembre 2024.

La version MH-60R et le dernier développement du SH-60 «Sea-Hawk», destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky, il est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements durant les nombreuses opérations de ces dernières années.

Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes. Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC) ainsi que le relais des communications.

800px-MH-60R_Seahawk_and_Hellfire.jpg

Photos : MH-60R de  l’US Navy @ US Navy / LM

20/10/2021

USAF, l'E-7A Wedgetail pour remplacer les vieux AWACS ?

wedgetail-AEW-C-aircraft.jpg

Depuis plusieurs mois, l’US Air Force prépare le remplacement de sa flotte d’avion d’alerte lointaine composée du Boeing E-3 Sentry Airborne Warning and Control System (AWACS). Actuellement L'USAF exploite 31 exemplaires de l'E-3, dont l’âge moyen est d'environ 42 ans.

Rappel :

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet avec l’EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il faudra attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

Le système d'avertissement et de contrôle aéroporté Boeing E-3G (AWACS) a défini un nouveau mode de guerre pour l'armée américaine lorsque le modèle original a été introduit en 1978. En centralisant la détection et le commandement et le contrôle aéroporté sur une plate-forme unique. Avec l’AWACS il est devenu possible d’improviser de nouvelles tactiques offensives et défensives en temps réel. Avec le temps, l’importance de l’E-3G en a fait une cible extrêmement précieuse pour un éventail d’armes émergentes, à longue portée appelées « tueurs AWACS ». 

Aujourd’hui plusieurs modèles de systèmes radarisés aéroportés sont disponible sur le marché, notamment monté sur des jets d’affaires.

Le Boeing E-7 « Wedgetail » en favori  

En conséquence, les responsables de l'US Air Force et de l'OTAN ont débutés une réflexion en vue du remplacement de leurs flottes d’avions E-3 respectives en utilisant une approche de systèmes distribués.  Toutes les options envisagées à ce stade ne sont pas encore pleinement développées. Il est important de se rappeler que la flotte E-3 remplit deux fonctions différentes : l’alerte avancée aéroportée (AEW) et le commandement et contrôle. 

La première fonction exige l'intégration d'un grand radar capable de détecter à de grandes distances. En plus de la puissance, le radar doit être incroyablement précis et discriminer les petites cibles à déplacement rapide, y compris les missiles de croisière, par rapport à l'encombrement de l'arrière-plan. Étant donné la vulnérabilité future d'une grande plateforme rayonnante dans l'atmosphère aux menaces potentielles, une option pourrait être de remplacer, ou au moins d'augmenter considérablement, la couverture AEW grâce à l'utilisation d'une constellation proliférée de petits satellites en orbite terrestre basse.

L’arrivée progressive d’avions de combat dotés de la capacité de guerre en réseau permet également de combler ce vide, du moins en partie. Une flotte d’avion engagés en réseau offre une très bonne couverture, mais encore faut-il que la dotation soit suffisante et engagée en nombre sur un territoire définis.  

Ces dernières semaines les yeux se sont clairement tournés en direction du Boeing E-7A « Wedgetail », car l’USAF a formulé  un avis d'action contractuelle, intitulé "E-3 Replacement Aircraft Studies & Analyses", le 19 octobre dernier, dans lequel elle a annoncé qu'elle confierait à Boeing la responsabilité d'effectuer les études, les analyses et les activités nécessaires pour déterminer une configuration de base et répondre aux normes de configuration de l'USAF du E-7A.  

Moins d’AWACS

L’US Air Force doit encore déterminer avec exactitude le nombre de ses futurs avions d’alerte lointaine, car l’arrivée du F-35 permet de combler en grande partie ce besoin mais pas entièrement. En effet, avec 4 F-35, il est possible d’obtenir une couverture à 360 degrés avec la combinaison des radar et autre capteurs et caméras internes ( 6 par avion ) avec le réseau MADL pour partager et fusionner automatiquement ces données entre eux. Au sein de l’US Air Force on réfléchit donc à une intégration du futur avion AEW&C en collaboration avec les F-35. Par exemple, dans une zone dangereuse ou un AEW&C pourrait être une cible de premier choix, l'aspect d'alerte avancée en vol pourrait être entièrement pris en charge par des avions comme le F-35 et le F-22.  Cela pourrait signifier que le futur AEW&C serait relégué à des zones secondaires ou envoyé en appuis derrière le binôme F-35 et F-22. Dans ces conditions, les besoins futurs pourraient être divisés par deux. L’US Air Force doit également déterminer les besoins en temps de paix en utilisant le futur AEW&C pour une surveillance moins agressive qu’avec ses nouveaux avions de combat.

Selon le général Charles Brown Cmdt de l’USAF, la flotte de F-35 est devenue la seconde de part son importance derrière les F-16, les réflexions doivent prendre en compte ce nouvel élément pour articuler la future combinaison de l’Air Force.

f35a-20160803.jpg

Photos : 1 E-7 « Wedgetail » australiens @ RAAF  2 F-35 en vol @ USAF

 

19/10/2021

Des F-16 pour la Turquie ?

IOCxKb-Small-image-F-16-turc.jpg

Le contentieux entre la Turquie et les Etats-Unis sur le programme F-35 pourrait être réglé avec la livraison d’avions de combat F-16. Washington vient de proposer une compensation de l’ordre de de 1,4 milliard de dollars à la Turquie pour le programme multinational F-35.  

40 F-16 « Viper »

Washington semble ouvert à la demande d’Ankara pour la livraison de 40 Lockheed Martin F-16 Block 70/72 « Viper » ainsi que 80 kits pour moderniser des appareils aux standards plus anciens. Pour l’instant, un tel contrat n’a pas encore été notifié au Congrès, rien encore confirmé dans ce dossier.  

Ankara dans une situation complexe

Avec son exclusion du programme F-35, Ankara se retrouve dans une certaine mesure dans une situation de faiblesse, le pays pourrait en effet, très vite se retrouver avec une force aérienne affaiblie vis-à-vis de ses voisins. Ankara ne pouvant disposer du F-35, seul le développement de son propre avion de 5 ème génération, le TF-X pourrait combler ce vide et/ou l’achat d’un avion du côté de la Russie. Pour autant la Turquie rencontre de gros problèmes pour son avion de combat national, notamment en ce qui concerne la motorisation. Des discussions avec Moscou sont en cours depuis plusieurs mois, mais l’acquisition d’un avion ou de technologie pourrait pousser Ankara hors de l’Otan.  

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » : 

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

137561572.jpg

Photos : 1 F-16 turc @ Armée de l’air turque 2 F-16 Viper @ LM

17/10/2021

Le KC-46A est opérationnel !

270874267.17.jpg

Il aura fallu un certain temps pour en arriver là, mais le nouveau ravitailleur de l’US Air Force et enfin opérationnel. L'Air Mobility Command a annoncé vendredi que le KC-46A « Pegasus » avait été approuvé pour ravitailler toutes les variantes des appareils en service au sein de l’USAF.

Le KC-46 « Pegasus » est désormais en mesure de ravitailler les avions de chasse de quatrième et de cinquième génération de l'Air Force, de plus l’avion peut désormais utiliser sa rampe de ravitaillement pour des missions opérationnelles y compris pour les gros appareils tels que les C-17, B-52 et KC-46. Avec cette approbation le KC-46 va pouvoir assumer l’ensemble des missions de ravitaillement.

Le KC-46 « Pegasus » a effectué plus de 6’000 missions depuis janvier 2019. Au cours de cette période, il a fait le plein d'avions avec plus de 35 millions de livres de carburant et a établi environ 26’ 000 contacts avec la perche fixe et 1’500 contacts avec le panier souple de ravitaillement. L’avionneur Boeing s'est efforcé de résoudre une série de problèmes techniques tout au long de son déploiement.

Le KC-46A « Pagasus »

Le KC-46A « Pegasus » New Gen Tanker  est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «  New Gen Tanker » se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le « New Gen Tanker » met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «  Dreamliner ». Le « New Gen Tanker » dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

3593601688.jpg

Photos : 1 Ravitaillement d’un F-35 avec perche fixe 2 Ravitaillement d’un Hornet de la marine avec panier souple @ Boeing

 

16/10/2021

Vol inaugural pour les premiers Eurofighter koweïtiens !

Eurofighter-Kuwait-1.jpg

Les deux premiers avions de combat Airbus Eurofighter « Typhoon II » destinés au Koweït ont effectué leur vol inaugural depuis le site d’assemblage italien de Leonardo à Caselle. Les appareils n°CSX55243 et CSX55244 porteront ensuite la numérotation KT001 et KT002 au sein de la Force  aérienne koweitienne.

Rappel :

Un contrat pour la fourniture de 28 avions de chasse multi-rôles Eurofighter « Typhoon II » a été signé entre le ministère de la Défense de l'État du Koweït et Leonardo le 05 avril 2016 par l'intermédiaire de sa division aéronautique agissant en tant qu'organisation Eurofighter Prime Contractor. Le contrat est estimé à près de 4,8 milliards de dollars.

Le Koweit sera le premier pays à recevoir le standard "T3B" doté du radar à balayage électronique développé par Selex ES Group. Le Koweït devient ainsi le troisième pays du Golfe avec le « Typhoon II » après l'Arabie Saoudite et le Sultanant d’Oman. 

Avec cet accord Airbus DS a finalisé des engagements pour un total de 599 avions. Depuis l'entrée en service à la fin de 2003, un total de 444 avions ont été livrés à 6 Nations : l'Allemagne, le Royaume-Uni, Italie, Espagne, Autriche et l'Arabie saoudite. En décembre 2012, le Sultanat d’Oman a ordonné 12 Eurofighter.

L’Eurofighter destiné au Koweit : 

L'ensemble de capacités pour le Koweït comprend l'intégration des missiles Storm Shadow et Brimstone et d'autres armes air-surface. De plus, il prévoit l’intégration de la nouvelle nacelle de désignateur laser avancé Lockheed Martin Sniper Advanced Targeting Pod qui élargira le portefeuille d’Eurofighter en matière de désignation laser.  De plus, le paquet comprend l’introduction du module d'entraînement au combat DRS-Cubic ACMI P5 et d'une aide à la navigation améliorée (VOR).

Airbus DS Eurofighter T3B :

Cette nouvelle version de l’Eurofighter contient plusieurs améliorations permettant à l’avion d’être pleinement multirôle en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3B Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile METEOR, ainsi que les missiles TAURUS et Storm Shadows. 

Par rapport aux versions « T2 et T3A » ce nouveau standard du « Typhoon » intègre les dernières innovations technologiques. L’avion dispose du radar CAPTOR-E  MK0 doté de l’antenne à balayage électronique de Selex-ES. Pour permettre la mise en place du radar à antenne AESA définitif, l’avion a reçu une capacité de puissance électrique additionnelle, ainsi qu’une architecture de calcul offrant une vitesse supérieure. 

IMG_8044.jpeg

Photos : Eurofighter destinés au Koweït @ Alessandro Maggia